Toute Affection (Sentiment) Appartient à JESUS (Partie 1)

26/9/1999

Dimanche après-midi, le 26 Septembre, 1999

(Extrait d’un séjour en Australie, en réponse à une question)

Si une personne aime le monde, il est un ennemi de Dieu. C’est un fait évident. Pas moyen de le contester, ni aucun désir de le faire. Dieu l’a dit, donc c’est ainsi. Maintenant, mettez cela en application raisonnable ? Si nous nous lions d’amitié avec le monde et donnons nos affections à ceux qui aiment le monde, qu’avons-nous fait ? Nous nous sommes faits des amis avec ceux qui sont ennemis de Dieu. Que ce soit un parent biologique, un collègue de travail ou un voisin, si quelqu’un fait partie du monde et que nous lui donnons notre affection, alors nous avons vraiment fait une grave erreur qui a des conséquences importantes. « Les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. » « Un peu de levain fait lever la totalité du lot. » Si nous nous faisons des amis avec le monde - si nous marchons, rions, et parlons avec eux, comme s’ils étaient nés une seconde fois - alors nous nous lions d’amitié avec des ennemis de Dieu. Comment cela pourrait-il être ??!! Ces questions sont importantes car elles sont liées à la façon dont nous vivons les uns pour les autres. Elles sont également liées à notre système de valeurs, et notre point de vue de ce que signifie être né une seconde fois.

N’y a-t-il pas une différence entre une personne qui est née de nouveau et une personne qui ne l’est pas ? Est-ce simplement que « je vais au ciel, et qu’ils n’y vont pas » ? Ou est-ce autre chose qui se passe ? Les Écritures disent qu’une personne qui est née une deuxième fois a été appelée hors des ténèbres dans Son admirable Lumière. Hors des « flammes. » Hors de la « chair corrompue. » Hors de la « dépravation » et de la « saleté. » Elle est maintenant née d’eau et d’Esprit. Cette personne est maintenant un enfant de Dieu Lui-même. Et n’oublions pas ceci : Jean, l’apôtre, a déclaré que toutes les personnes qui ne sont pas enfants de Dieu… sont des enfants du diable.

Maintenant, si l’on regarde une personne et nous la regardons selon la chair, nous allons voir sa taille et leur figure et son éducation et sa couleur. Nous allons voir combien elle est intelligente, combien elle est séduisante, sa personnalité, son niveau d’intérêt, quel âge ont ses enfants, ou si elle vit près de chez moi. Nous allons voir toutes ces questions absurdes et sans importance de la richesse, des « intérêts » et de l›éducation et de l’âge et de la race. Cependant, si nous « ne voyons pas l’homme selon la chair, » alors nous allons regarder une personne comme un enfant de Dieu - et l’autre comme un enfant de l’ennemi, le diable. Il n’y a pas de juste milieu, selon les Écritures.

Ceux qui sont vraiment Convertis

Beaucoup de choses commencent à donner un sens, si nous pouvons regarder les gens comme Dieu les voit. Si nous refusons de voir les hommes selon la chair, alors nous allons traiter les gens différemment. Nous allons traiter les gens qui sont vraiment convertis différemment, parce que nous voyons Jésus en eux. Je parle de la conversion véritable, non pas seulement tous ceux qui disent qu’ils sont Chrétiens. Jésus a dit : « BEAUCOUP » prétendront être Chrétiens mais ne le sont pas. Pourtant, si les gens vivent avec tout leur cœur, âme, esprit et force pour Jésus (plutôt que de simplement barboter dans cette tiédeur qui rend Jésus malade), alors cela aura une incidence sur la manière dont nous les voyons et comment nous leur parlons. Les personnes véritablement converties ont « revêtu le Christ » et cela affectera notre respect pour eux. Cela va être très difficile de ne PAS « considérer les autres mieux que nous-mêmes » si nous voyons Jésus en eux !

Si nous voyons une personne qui a Jésus en elle, qui a « revêtu le Christ » selon l’Écriture, alors on la voit assise avec Christ dans les Lieux Célestes ! Si nous ne voulons vraiment pas regarder une personne selon la chair, alors nous voyons la vie spirituelle de cette personne. Nous voyons Jésus. Nous voyons l’homme transfiguré intérieurement. Le visage de Stéphane brillait comme celui d’un ange. Et Jésus, sur la Montagne de la Transfiguration, resplendissait comme le soleil de midi !

Le revers de la médaille

D’accord, peut-être que nous voyons que le vrai croyant est celui qui a revêtu le Christ. Le revers de la médaille, selon les Écritures, c’est qu’une personne non sauvée est un enfant du diable. La progéniture même du diable ! Vous pouvez penser, « Oh, non, non, ils ont un bon cœur. » Allez. Assez de psychologie, s’il vous plaît. Assez d’humanisme, s’il vous plaît. Cela ne signifie pas que Jésus ne les aime pas et qu’Il ne veuille pas les racheter. Mais, IL les rachète de quelque chose, n›est-ce pas ? Oui ! Il les a rachetés de l’esclavage. Il les a rachetés de l’obscurité et de la dépravation. Paul a dit : « j’étais toutes ces choses… J’ai été dépravé. J’étais injuste. » Paul était un fou et un assassin et il ne le savait même pas à l›époque. Il était mort dans ses transgressions et ses péchés. Il était un cadavre ambulant, spirituellement parlant, et puis il a été ressuscité à la Vie.

Il n’y a pas moyen de contourner cela. Il n’y a pas de juste milieu. Ce n’est pas un « cas bénin » d’être un cadavre. Vous l’êtes ou vous ne l’êtes pas. Soit vous êtes nés de nouveau, soit vous ne l’êtes pas. Jésus a dit : « Peu nombreux seront ceux qui le trouvent. » Peu nombreux seront ceux qui sont nés une seconde fois. Ceux qui sont nés de nouveau ont revêtu le Christ. Ils sont revêtus du Christ. Christ vit en eux et ils vivent en Lui. C’est une belle chose. Et nous devons faire en sorte que nos yeux voient cette beauté. Mais le revers de la médaille, c’est que nous devons faire en sorte que nos yeux voient que les gens qui ne sont pas nés de nouveau et sincèrement convertis, sont la progéniture du diable. Ils ont besoin d’être sauvés et rachetés.

Je me souviens qu’une fois, il y avait une sœur dont le travail était lié aux médecins et autre personnel médical. (Depuis lors, elle a changé de carrière à cause de choses liées à sa foi.) Dans le processus de son travail, elle a développé cette immense admiration pour un jeune médecin. Il était beau, intelligent, spirituel, et financièrement à l’aise. Elle commença à lui donner un peu de son cœur, et même si elle savait qu’il y avait quelque chose de mal à cela, elle ne pouvait pas tout à fait mettre le doigt dessus. Elle avait essayé à différents moments de lui parler de choses réelles, mais il n’avait montré aucun intérêt du tout à Jésus. Tandis que les conversations avec d’autres frères et sœurs se déroulaient, une image a émergé qui était très utile pour elle.

Cette sœur commença à voir ceci… « Eh bien, je ne sais toujours pas avec certitude, qui est sauvé et qui n’est pas sauvé. Mais, si des gens me disent qu’ils ne veulent pas suivre Jésus, ou s’ils agissent de manière qui est incompatible avec les Enseignements de Jésus et qu’ils ne s’en soucient pas vraiment, alors selon les Écritures ils ne sont pas sauvés. Et si une personne n’est pas sauvée, je les imagine maintenant comme si elles avaient des tarentules qui sortaient de leurs globes oculaires, des scorpions qui sortaient de leurs oreilles, et des limaces qui sortaient de leur bouche. Et je sais que cette personne a besoin d’aide. Je sais qu’elles ont besoin d’être rachetées, et qu’elles doivent être lavées et nettoyées et amenées dans la Maison de Dieu ! Je suis repoussé par le fait qu’elles sont un rejeton du diable lui-même. Et en même temps, je suis compatissante parce que moi aussi, j’étais comme cela. Les apparences (qui changent rapidement avec l’âge, de toute façon) et l’argent et le sens de l’humour et l’habileté de l’homme dans certains domaines – ne veulent dire moins que rien !

Ne pas voir l’homme selon la chair signifie que nous devons voir la différence entre un croyant et un incroyant aussi clairement que Dieu voit la différence entre les deux. Maintenant, nous ne pouvons pas toujours être en mesure de savoir, mais vous devez au moins admettre que la personne qui est sauvée brille comme les étoiles de l’univers, et qu’une personne qui n’est pas sauvée a des scorpions qui sortent de ses orbites parce qu’elle est descendante du diable. Elle a besoin d’être rachetée.

Ce besoin de rédemption n’est pas le point de rejet. « Zachée, Je viens dans ta maison » n’est pas du tout un point de rejet. C’est un point de compassion ! Mais, vous devez y voir clair. Et quand vous le voyez clairement, vous n’allez pas donner votre cœur à quelque chose d’une espèce différente. Cette sœur a cessé d’avoir de l’affection et de l’admiration pour les choses de ce monde, quand elle a commencé à voir. « Je suppose que je n’ai pas besoin d’admirer Michael Jordan plus que cela, n’est-ce pas ? Je suppose que je n’ai pas besoin d’être si impressionné par Albert Einstein, que je sache ? Je suppose que je n’ai pas besoin d’être hypnotisé par le conducteur d’une voiture de luxe. Il n’est pas mon héros. C’est juste un homme. Je n’ai pas à être impressionné par quelqu›un qui a des scorpions sortant de ses yeux. » Je ne vais pas déverser mon admiration, je ne veux pas avoir son autographe, et son image ne va pas aller sur mon mur. Je ne veux pas de tout cela, parce que je n’admire pas un homme avec des scorpions sortant de ses orbites !

Ne plus voir l’homme selon la chair signifie que nous devons voir le monde très différemment. Ne plus Voir avec les yeux, et Ne plus Écouter avec l’oreille, c’est notre héritage en Christ. Pour discerner toutes choses, et voir de la façon dont Dieu voit, plutôt que de voir comme de simples hommes, c’est notre héritage, si nous avons assez de foi spirituelle et de passion pour vivre de la façon dont Dieu nous a appelés à vivre. Nous allons faire preuve de compassion et nous tendrons la main de la miséricorde, de l’amour et de la bonté à ceux qui ne sont pas sauvés - mais nous ne pouvons pas leur donner nos cœurs.

Les Écritures disent que très tôt dans la vie de Jésus, Il ne donna Son cœur à aucun homme, car Il connaissait le cœur des hommes. Ceci est très essentiel pour notre capacité à aller de l’avant, parce qu’un peu de levain fait fermenter l’ensemble du lot. Et si vous êtes un ami du monde, vous êtes un ennemi de Dieu. Et si vous êtes un ennemi de Dieu et que je vous donne mon cœur, alors il y aura un peu de levain pour faire lever l’ensemble du lot. Il y a un effet ricochet dans le domaine spirituel, si l’un du corps des croyants donne son cœur au monde, l’amour du monde, les choses du monde, ou à ceux qui sont enfants du diable. Donner votre cœur est une erreur très, très dramatique qui aura une incidence sur votre vie entière. Cela aura une incidence sur votre famille, et ça va affecter tous ceux que vous connaissez. Soyez donc très prudents sur ​​les camarades de classe, les colocataires, les membres de la famille et les collègues de travail. Je sais que ce sont de « bonnes personnes. » Bien sûr, qu’ils sont « des gens formidables. » Et ils sont pleins d’esprit, intelligents, beaux, et couronnés de succès en plus… Mais, allez, les gars – « QUE PERSONNE NE REGARDE L’HOMME SELON LA CHAIR ! »

Pensez-y… ? Examinez très attentivement vos affections, vos amitiés, vos relations avec les incrédules, les membres de « la famille, » ainsi que vos camaraderies téléphoniques et d’affaires et de loisirs ? Si vos affections et votre confiance, votre rire et votre chaleur et vos confidences et votre temps appartiennent à quelqu’un d’autre que ceux qui sont revêtus du Christ, vous êtes en violation de Jésus - aussi sûrement que d’offrir une boisson gazeuse au soldat en sueur clouant notre Jésus, durant la plus laide des journées. Il est notre « Tout en tous » et nous sommes « un avec Lui dans l’Esprit. » Pas d’autres prétendants ! La Compassion de tendre la main à travers le Fossé, de saisir leurs mains pour les tirer vers le Messie – OUI ! L’affection et l’admiration et la camaraderie ? Pas du tout !

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon