L'Église : la Forteresse de Dieu pour Vaincre l'Enfer !

Lutter pour les Murs - Mais pas de Pinaillage

24/6/1997

Mardi soir, 24 juin 1997

Je sais qu’au fil des années, des réflexions différentes ont circulé sur la nature de l’église et comment nous devrions nous rapporter au monde. Après un certain temps, c’est comme le jeu du téléphone où l’on envoie un message autour du cercle. Vous vous en souvenez ? Quelqu’un chuchote à l’oreille de quelqu’un d’autre et le message fait le tour du cercle. Puis, tout d’un coup, nous ne sommes plus tout à fait sûrs de ce qui a été dit au départ ou de ce que nous faisons ! Il est facile de perdre le fil après tant de temps. C’est pourquoi je pense qu’il est extrêmement important de se mettre à fond dans ce dont nous allons parler. Il y a de très bonnes raisons pour établir les bases de ce qu’est une église et de ce qu’est notre existence commune. Branche-toi sur cette question et comprends-la avec ton cœur et ton esprit, parce qu’elle déterminera la direction du reste de ta vie. Cela t’épargnera des tas d’imagination, de sentiments blessés et beaucoup de confusion. Cela t’épargnera d’innombrables erreurs de réaction, des réactions excessives ou insuffisantes. Si tu comprends le fondement de certaines de ces choses, cela t’épargnera beaucoup de chagrin et tu deviendras une personne plus profonde grâce à cela. La façon dont tu fonctionnes ou dont tu as vu les autres fonctionner dans l’Église aura beaucoup plus de sens pour toi. Ou bien peut-être que cette discussion te fera voir la nécessité de changer parce que tu as fonctionné dans une perspective superficielle.

Un monde déchu…

Tout d’abord, nous vivons dans un monde déchu. Alors, bien sûr, nous avons des inquiétudes ou des réflexions sur le fait d’aller à tel ou tel endroit, ou de fréquenter tel ou tel autre endroit. Et nous devrions ! N’avez-vous pas ressenti, à différents moments, une certaine confusion dans votre cœur et votre esprit quant aux endroits où vous devriez aller ou ne pas aller ? Ou s’il y a des endroits où vous ne devriez jamais aller ? Ou bien vous observez ce que font les autres et vous vous demandez : « Devrais-je faire ceci ? » « Devrais-je ne pas faire cela ? » « Dois-je faire attention ? » « Devrais-je être paranoïaque ? » Quelqu’un a-t-il déjà rencontré une situation de ce genre ? Moi, oui ! Il m’a fallu faire ce qui me semble être un voyage sans fin pour essayer de comprendre exactement ce que Dieu attend de moi ! Comment dois-je fonctionner, comment dois-je agir ? Comment percevoir le monde qui m’entoure et comment y répondre ? C’est une préoccupation perpétuelle et quelque chose que nous devrons affiner le reste de notre vie, car il n’y a pas de réponses automatiques. Malheureusement, notre mentalité occidentale, industrialisée, veut toujours avoir un tas de réponses toutes faites… « Voilà ce que l’on fait depuis toujours » ou « Voici ce que l’on ne fait jamais ». « Voilà, dorénavant nous pouvons vivre en paix. » Eh bien, ce n’est pas comme ça !

Alors… Point numéro un : Nous vivons dans un monde déchu. Nous vivons dans un monde totalement infesté par l’ennemi et ses empreintes, sa puanteur et ses mercenaires. Il en est rempli à ras bord. Cela est vrai et aura donc une influence sur notre façon de penser et d’agir et sur notre façon de réagir au monde qui nous entoure. Vous pouvez choisir de réagir de façon excessive à ce que je dis et faire échouer la raison pour laquelle vous êtes ici. OU bien, vous pouvez réagir de manière insuffisante et détruire votre propre vie et celle des gens qui vous entourent. Voilà à quel point tout cela est important. Vous pouvez détruire les autres et vous-même si vous ne prenez pas cela au sérieux de la bonne manière. Il est indispensable que nous ayons une bonne compréhension de la situation afin de ne pas réagir de façon excessive ou insuffisante au fait que nous vivons dans un monde déchu.

Si on remonte à Adam et Ève, on se rend compte qu’ils avaient autrefois une utopie appelée le jardin d’Éden, et que tout y était bon et agréable, n’est-ce pas ? Non, pas totalement tout… il y avait un serpent là-dedans. Il y avait un potentiel de tentation et évidemment, de mal - même dans l’utopie. Il y avait un certain niveau de mélange parce que Satan était dans l’utopie, n’est-ce pas ? Même quand on regarde le jardin d’Éden, on est face à un problème ! À quel point doit-on être prudent ? Jusqu’à quel point doit-on être sensible pour savoir de quel arbre on mange et à qui on parle ? Tu peux parler aux animaux comme le Dr Doolittle l’a fait, tant que tu veux… mais ne parle pas à cet animal. N’est-ce pas ? « Fais attention à qui tu parles, » cela remonte au début des temps, n’est-ce pas ? Adam et Ève n’ont pas fait attention, alors ils ont été chassés du jardin, et à cause de cela, nous sommes dans une situation sérieusement maudite.

...et la GUERRE !

Et aussi terrible que cela soit, le deuxième point que je veux faire valoir est que quelque chose d’encore plus grand et plus évident est en jeu en ce moment. Satan a été renversé, et nous sommes vraiment dans une GUERRE. Et il est vraiment, vraiment stupide de l’ignorer - soit par arrogance, soit par ignorance. Si on se dit : « Hé, ce n’est pas grave, je peux le gérer », alors on est arrogant. Parce que c’est une GROSSE affaire. C’est une affaire très très sérieuse ! Ce monde dans lequel nous vivons et les choses trompeuses qui se déguisent même comme étant surnaturellement bonnes – « les anges de lumière » - c’est une affaire sérieuse. C’est un monde surnaturel dans lequel nous vivons. Et si vous ne comprenez pas cela - que votre combat ne porte pas sur vos mauvaises habitudes mais sur « les principautés, les pouvoirs et les forces spirituelles dans les royaumes célestes » - si vous ne comprenez pas cela, vous êtes soit très stupides soit très arrogants. Soit vous êtes naïfs - vous ne le comprenez pas, et personne ne vous l’a dit auparavant, et vous n’avez jamais clairement vu la Parole de Dieu ; soit vous êtes assez arrogants pour penser que vous êtes plus grands que tout cela, ce qui est une posture très, très dangereuse. « Cela ne m’affecte pas. Ce n’est pas grave. » C’est une prise de position très dangereuse.

« Un grand signe apparut dans le ciel : c’était une femme enveloppée du soleil, la lune sous les pieds et une couronne de douze étoiles sur la tête. Elle était enceinte et elle criait, car elle était en travail, dans les douleurs de l’accouchement.

Un autre signe apparut dans le ciel ; c’était un grand dragon rouge feu, qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraîna le tiers des étoiles du ciel et les jeta sur la terre. Le dragon se plaça devant la femme qui allait accoucher, afin de dévorer son enfant dès qu’il serait né. » (Apocalypse 12:1-4).

Ce n’est pas un conte de fées. Ce n’est pas un récit fictif ! Nous avons vu tellement d’épisodes de science-fiction et de Star Wars que ce genre de langage nous semble de la fiction. Ce n’est pas de la fiction. C’est la RÉALITÉ ! Les mots sont quelque peu figuratifs, mais la réalité d’un dragon « cherchant à dévorer » est absolument, totalement, réelle à 100% ! Si un dragon se présentait dans ton jardin en crachant du feu à ton réveil demain matin et que tu pouvais le voir à l’œil nu, je ne pense pas que tu sortirais négligemment par ta porte d’entrée en pensant : « Oh, il vaut mieux que je ne sois pas paranoïaque ». Tu le prendrais au sérieux, n’est-ce pas ? Arrête-toi et réfléchis un instant. Si cet énorme dragon était dans ton jardin, crachant de la fumée et du feu… il griffe et détruit et saccage ton jardin et mange les arbres et mange le chien qui passe… si cette chose-là était dans ton jardin, laisserais-tu tes enfants sortir jouer et leur dirais-tu de ne pas être paranoïaque ??!! Je ne pense pas ! Je ne le ferais pas et je ne pense pas que tu le ferais non plus. C’est réel, et c’est ce que j’essaie de faire comprendre. Ce n’est PAS un dragon imaginaire. C’est très réel.

« Elle mit au monde un fils, un enfant mâle qui doit diriger toutes les nations avec un sceptre de fer, et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône. Quant à la femme, elle s’enfuit dans le désert, où Dieu lui avait préparé une place, afin d’y être nourrie pendant 1260 jours. Il y eut alors une bataille dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Le dragon et ses anges combattirent aussi, mais ils ne furent pas les plus forts, et il n’y eut plus de place pour eux dans le ciel. Il fut jeté dehors, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui égare toute la terre [égare toute la terre !] ; il fut jeté sur la terre et ses anges furent jetés avec lui. » (Apocalypse 12:5-9).

La nature de la tromperie n’est pas que l’on soit vaincu par le pouvoir, mais que l’on soit vaincu par le sentiment que « j’ai raison ». Cela se passe comme ça… « J’ai tout de même raison, et maintenant j’ai tout de même raison et maintenant j’ai TOUT DE MÊME raison ». Mais aux yeux de Dieu, tu as vraiment tort ! Voilà la nature de la tromperie : « Je pense toujours que j’ai raison. » Satan ne triomphe pas de toi par un énorme et flagrant coup de puissance et ne te fait pas simplement éclater en mille morceaux. Ce n’est pas ainsi qu’il agit. Il domine le monde entier par la tromperie. Il nous fait penser que « tout va bien », alors que du point de vue de Dieu, c’est totalement, TOTALEMENT faux. C’est la nature de la façon d’agir de la bête et du dragon.

« Puis j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : ‘Maintenant le salut est arrivé, ainsi que la puissance, le règne de notre Dieu et l’autorité de son Messie. En effet, il a été jeté dehors, l’accusateur de nos frères et sœurs, celui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu. Ils l’ont vaincu grâce au sang de l’Agneau et grâce à la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie au point de craindre la mort. C’est pourquoi réjouis-toi, ciel, et vous qui habitez le ciel. Mais malheur à vous, habitants de la terre et de la mer, car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il lui reste peu de temps.’

 Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait mis au monde l’enfant mâle. Mais les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envole au désert, vers l’endroit où elle doit être nourrie un temps, des temps et la moitié d’un temps, loin du serpent.

Alors le serpent vomit de sa gueule comme un fleuve d’eau derrière la femme, afin qu’elle soit entraînée par le courant. Mais la terre secourut la femme : elle s’ouvrit et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa gueule. Furieux contre la femme, le dragon s’en alla faire la guerre au reste de sa descendance, à ceux qui respectent les commandements de Dieu et qui gardent le témoignage de Jésus. » (Apocalypse 12:10-17).

Le diable fait la guerre à quiconque confesse son appartenance à Jésus et garde les commandements de Dieu. Il a déclaré une guerre ouverte. Il veut tuer et détruire toute personne qui veut garder les commandements de Dieu et qui déclare ou prétend appartenir à Jésus. C’est une bataille surnaturelle. Nous ne sommes pas de ce monde, alors n’ayons pas peur d’agir comme tel.

Mis à part

La troisième chose que vous devez savoir est dans Jean 17 où Jésus a dit : « Je veux qu’ils soient dans le monde, mais pas du monde. Ils sont à moi, ils m’appartiennent. Ils ont été séparés par mon Père pour moi. Je les ai réclamés, et je n’ai perdu aucun de ceux qui m’ont été donnés. Je les ai séparés pour Moi, et j’ai sauvé tous ceux que le Père m’a donnés, sauf celui qui était destiné à la destruction. »

Jésus et Paul ont dit très clairement à plusieurs endroits, que nous devons être DANS le monde mais pas DU monde. Nous sommes dans le monde, mais nous sommes séparés du monde. Une séparation distincte se trouve entre nous et le monde… mais vous êtes toujours dans le monde. Je ne parle pas d’être dans une communauté dans les bois, quelque part à amasser des munitions. Il n’y a rien de bizarre dans tout cela, sauf que le monde dira que vous êtes bizarres si vous êtes séparés d’eux ! Il y a une différence, une distinction, et une ligne de démarcation claire entre le peuple de Dieu et le monde dans lequel il vit. Mais ils ne se sont pas complètement retirés du monde. Ils sont dans le monde, mais ils ne sont clairement pas du monde. Gardez cette image à l’esprit, parce que d’un point de vue pratique, beaucoup de gens pensent : « Eh bien, je dois vivre comme le monde vit et faire ce qu’il fait, et penser comme il pense… Je dois me fondre dans la masse au travail, sinon je ne suis pas ‘dans le monde mais pas de lui’ ». Mais la vérité est que Jésus n’a jamais dit que nous étions censés être comme eux, et en fait les commandements sont clairs : « Sortez du milieu d’eux et séparez-vous, sinon je ne serai pas votre Dieu et vous ne serez pas mon peuple » (2Cor. 6). C’est aussi clair et aussi sérieux que cela. Si vous aimez le monde, vous êtes ennemi de Dieu (Jacques 4, 1 Jean 2).

Lorsque cette ligne distinctive est rompue, nous commençons à nous fondre dans le monde et ne sommes plus une entité séparée, comme nous devons l’être. Lorsque nous avons une rupture sur ce qui est important pour nous, et sur notre façon de vivre et de penser, nous commençons à nous fondre dans le monde. Et alors, nous ne sommes pas seulement dans le monde, mais nous sommes aussi du monde. Nous devenons ennemis de Dieu parce que nous devenons amoureux du monde. Nous nous conformons aux modèles du monde et nous ne connaissons plus la volonté bonne, parfaite et agréable de Dieu. Nous la perdons et nous disparaissons. Notre esprit n’est plus renouvelé et nous le perdons au profit du monde lorsqu’il n’y a plus de ligne de démarcation ni de distinction claire.

Nous vivons en territoire hostile

Dans Luc 19, Jésus dit : « Un homme de noble naissance [en parlant de lui-même] alla dans un pays lointain pour se faire nommer roi, puis pour revenir. Il appela donc dix de ses serviteurs et leur donna dix mines. ‘Mettez cet argent à profit’, dit-il, ‘jusqu’à ce que je revienne’ ». Mais ses sujets le détestaient et envoyèrent une délégation après lui pour dire : ‘Nous ne voulons pas que cet homme soit notre roi.’ »

Jésus a dit la même chose de différentes manières. Comme dans Matthieu 21, « Il y avait un propriétaire, qui planta une vigne. Il l’entoura d’une haie, y creusa un pressoir et construisit une tour ; puis il la loua à des vignerons et partit en voyage. Lorsque le temps de la récolte fut arrivé, il envoya ses serviteurs vers les vignerons pour recevoir sa part de récolte.

Mais les vignerons s’emparèrent de ses serviteurs ; ils battirent l’un, tuèrent l’autre et lapidèrent le troisième. Il envoya encore d’autres serviteurs, en plus grand nombre que les premiers, et les vignerons les traitèrent de la même manière.  Enfin, il envoya vers eux son fils en se disant : ‘Ils auront du respect pour mon fils,’ dit-il.

Mais, quand les vignerons virent le fils, ils se dirent entre eux : ‘Voilà l’héritier. Venez, tuons-le et emparons-nous de son héritage !’ Et ils s’emparèrent de lui, le jetèrent hors de la vigne et le tuèrent. »

Ils ont battu et tué tous les serviteurs, puis le propriétaire a dit : « Eh bien alors, je vais envoyer mon fils. Ils l’honoreront sûrement. » Mais ils l’ont tué lui aussi ! Ils ont dit : « Si nous pouvons simplement tuer l’héritier, alors tout ceci sera à nous. » Ils veulent avoir la propriété, et ils détestent le fait qu’ils ne puissent avoir la propriété. Ils ne veulent pas d’un roi. « Nous n’aurons pas cet homme comme roi sur nous. » Quand Jésus est parti dans un pays lointain, le monde qu’il a laissé derrière lui a dit : « Nous ne voulons pas d’un roi. Nous détestons l’idée que quelqu’un d’autre nous dise ce qu’il faut faire et que quelqu’un d’autre soit propriétaire de nos biens. Nous voulons tuer l’héritier, nous voulons tuer les prophètes, et nous voulons tuer tous ceux qui obéissent aux commandements de Dieu et prétendent connaître Jésus (ça vous dit quelque chose ?). Nous voulons qu’ils partent tous d’ici, parce qu’ils contestent notre propriété. Nous voulons hériter de l’ensemble. Nous voulons tout pour nous ». Et Jésus et le peuple de Jésus défient le principe selon lequel vivent les rebelles, que Jésus a enseigné. Le peuple de Jésus aura un roi qui régnera sur eux ! Et c’est ce qui devient la ligne de démarcation

Vous devez comprendre : Nous sommes en GUERRE !!! Nous sommes en territoire HOSTILE !!!!! Quand vous entrez dans un supermarché ou n’importe où vous allez, vous devez comprendre qu’il y a une guerre en cours !!! Et dans l’ensemble, la majorité des gens dans le monde font partie de la délégation qui dit : « Nous ne voulons pas de roi. » Bien sûr, ils doivent être invités à avoir un roi… il n’y a aucun doute là-dessus. Ils méritent certainement une invitation au banquet. Mais ce n’est pas ce dont je parle en ce moment. Je ne parle pas de ne pas inviter tout ce qui se promène ! Nous devrions le faire, c’est certain. Mais ce que je veux dire, c’est que votre perception devrait être la suivante : il est clair que la grande route vers la destruction est exactement ce que Jésus a dit : LARGE… La plupart des gens choisiront cette voie. « Peu seront ceux qui trouveront le chemin de la vie éternelle. » Pourquoi ? Parce que les gens ne voudront pas qu’Il soit leur Seigneur. Ils ne voudront pas « faire la volonté du Père », et ils ne voudront pas mettre Ses paroles en pratique (Matt. 7). C’est cela qui est en jeu : Certaines personnes ne veulent pas de roi, et d’autres oui. Et Jésus a dit qu’il y a de fortes chances que la plupart des gens n’en veuillent pas.

Alors…comprends bien que ce n’est pas un combat neutre. Un véritable dragon nommé satan veut dévorer tous ceux qui obéissent aux ordres de Dieu. Une guerre massive est en cours ! Ce n’est pas seulement un tas de jolies personnes qui se promènent et certaines sont gentilles et d’autres pas… certaines personnes ont tout un tas d’amis proches et d’autres n’en ont pas. Ce n’est pas comme ça. Une GUERRE ABSOLUE, TOTALE a lieu en ce moment même, et c’est pour ça que cette planète existe. Tu dois le voir. Comme lorsque le serviteur d’Élisée est venu lui dire : « Il y a une grande armée qui nous entoure ». Et Élisée a dit : « Dieu, ouvre ses yeux. Fais-lui voir que ceux qui sont avec nous sont plus nombreux que ceux qui sont contre nous. Ouvre ses yeux ». Et alors le serviteur put voir le monde surnaturel… pas seulement le monde naturel. Je veux que tu comprennes les deux aspects de ce principe. Une guerre surnaturelle fait rage, et si tu ne la vois pas, tu ne vas pas réagir correctement. Tu seras naïf quant à sa nature.

Cyanure et acide – Boum !!

Suppose que tu sois chimiste dans un laboratoire et que de la poudre de cyanure et un bécher d’acide soient posés sur le comptoir. Quelqu’un passe et heurte le bécher avec son coude et cette flaque d’acide se met à couler sur le comptoir vers la poudre de cyanure. Tu vois ce qui se passe ? Si tu es chimiste, tu VOIS ce qui se passe ! Tu sais à quel point c’est dangereux ! Si tu n’es pas chimiste, tu ne connais pas le danger et tu ne réagis pas comme tu le devrais. Peut-être que tu ne sais pas que le cyanure et l’acide sont des substances qui tuent les gens dans une chambre à gaz ! Ils font tomber des pastilles de cyanure dans l’acide et cela crée des fumées toxiques et la mort - c’est une chambre à gaz mortelle. Si tu es chimiste, tu respectes cela et tu peux voir ce qui se passe. Tu vois le cyanure, tu vois l’acide, et tu dis : « OH NON !! Nous avons un gros problème ! Sortons d’ici !!!! » Tu n’as pas le temps de t’arrêter et d’y réfléchir. « Allons-y ! MAINTENANT ! » Tu ne vas certainement pas rester assis là et débattre dans ton esprit à propos de ce qui doit se passer. Tu rassemblerais chaque homme, femme, enfant et hamster et tu les sortirais de là aussi vite que tu peux parce que c’est fatal. C’est définitif ; c’est fini. Pas de débat, pas de procrastination. C’est un fait établi que si ces deux choses se mélangent, tout ce qui se trouve autour sera mort.

D’accord. C’est ta réaction si tu connais le danger. Et si tu ne connais pas le danger… qu’est-ce que tu vas faire ? Tu dirais : « Eh bien, ne réagissons pas de façon excessive. Restons ordonnés. Sortez tous en file indienne. Pas de panique. Ne soyons pas paranoïaques… nous ne sommes pas vraiment sûrs que ce soit un problème. Bien sûr que ça pourrait être un problème, mais on ne sait pas si c’est un problème. Alors restons ordonnés et ne paniquons pas ». Si tu ne le vois pas tel qu’il est, tu ne seras pas très pressé de faire quoi que ce soit.

Ce que j’essaie de faire en partie (et cette discussion en ce moment est le produit de plusieurs conversations et événements très authentiques), c’est de m’assurer que vous comprenez que le monde dans lequel nous vivons est fait d’acide et de cyanure qui coulent ensemble. Si tu ne le sais pas, tu ne répondras pas correctement. Tu diras : « Quel est le problème ? » Non !! Nous sommes EN GUERRE - sauf si Jésus a menti, sauf si le livre de l’Apocalypse n’est que de la fiction, sauf si tous les enseignements et les avertissements emphatiques de Jésus sur toutes ces choses ne sont qu’un tas de fantaisies de contes de fées. Nous vivons dans un monde où l’acide et le cyanure sont sur le point de se rencontrer ! Nous avons un gros problème immédiat et nous devons réagir correctement.

Ensuite, je vis le ciel ouvert, et voici qu’un cheval blanc apparut. Celui qui le montait s’appelle « Fidèle et Véritable », il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu et il y avait de nombreuses couronnes sur sa tête. Il portait un nom écrit, que personne d’autre que lui ne connaît.  Il était habillé d’un vêtement trempé de sang. Son nom est « la Parole de Dieu ». Les armées célestes le suivaient, montées sur des chevaux blancs et habillées d’un fin lin, blanc et pur. De sa bouche sortait une épée aiguë [à deux tranchants] pour frapper les nations. Il les dirigera avec un sceptre de fer et il écrasera lui-même le raisin dans la cuve à vin de l’ardente colère du Dieu tout-puissant. Il portait sur son vêtement et sur sa cuisse un nom écrit : « Roi des rois et Seigneur des seigneurs ».

Je vis un [autre] ange debout dans le soleil. Il cria d’une voix forte à tous les oiseaux qui volaient haut dans le ciel : « Venez, rassemblez-vous pour le grand festin de Dieu afin de manger la chair des rois, la chair des chefs militaires, la chair des guerriers, la chair des chevaux et de ceux qui les montent, la chair de tous les hommes, libres et esclaves, petits et grands. »

Alors je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées rassemblés pour faire la guerre à celui qui montait le cheval et à son armée. (Apocalypse 19:11-19). 

Cela décrit le monde dans lequel nous vivons. Tout ce qui se passe en ce moment et tout ce qui se passera jusqu’au dernier jour de cette planète est décrit ici. C’est une description de la finalité des âges. Les mots font presque croire que c’est un peu trop fictif, à cause d’auteurs de science-fiction comme Stephen Spielberg. Mais le fait est que c’est VRAI et que nous devons être des chimistes. Nous devons voir ce qui se passe vraiment et réagir avec la ferveur du cœur qui convient au dilemme dans lequel nous sommes. Il faut commencer par là et avoir une passion dans le cœur à ce sujet. Si tu ne commences pas par-là, tu es soit 1) stupidement ignorant de la Parole de Dieu. Tu ne crois pas à la Parole de Dieu et tu n’as jamais compris ou lu la Parole de Dieu. Ou bien 2) tu es arrogant, parce que tu penses que tu es « plus grand que tout ça » et ce n’est tout simplement pas un facteur pour toi. Mais n’oublie pas… que le dragon trompe les nations. Le dragon nous convainc que « tout va bien ». Il ne nous vainc pas en « nous accablant d’injures ». Il triomphe de nous en nous mentant, comme il l’a fait dans le jardin… « Ce n’est pas vraiment un problème. Dieu essaie de vous tromper. Ce n’est pas vraiment ce que Dieu voulait dire. Il y a énormément de marge d’interprétation… » dit le malin. Nous répondons donc sans la gravité et le sérieux profonds qui sont appropriés - étant donné la condition dans laquelle se trouve le monde. Je veux juste m’assurer que nous avons tous une vraie chance de voir les choses comme elles sont.

Notre Oasis… l’ÉGLISE !!

Dieu fournit une oasis pour Sa fiancée, Sa bien-aimée. Oh oui ! Son Saint-Esprit, le Consolateur. Merveilleux conseiller ! Quelle vie cauchemardesque de ne pas avoir un compagnonnage constant et vrai en la personne de l’Esprit de Jésus-Christ ! Quel don ! Et pourtant, est-ce qu’Il s’est même arrêté là, alors qu’Il cherche à nous apporter une espérance et une vie réelles et constantes, la vérité et l’amour ? Non, il y en a encore PLUS ! «Je bâtirai mon ÉGLISE - et contre cela, les portes de l’enfer s’écrouleront - dans ta vie, et dans la vie de ceux que tu aimes ! Tout comme le Père a envoyé le Fils - la Parole est devenue chair visible, palpable… il y a de nouveau un Trésor dans les vases de terre : le Corps même du Christ… Il y a l’Oasis dans son Église !

En remontant dans le jardin… il y avait une Oasis au milieu d’un monde déchu. Le monde déchu existait bien, mais Adam et Ève étaient protégés dans le jardin, tant qu’ils obéissaient à l’ordre que Dieu leur avait donné. Quand ils ont été expulsés, avec les chérubins qui gardaient l’entrée, ils se sont retrouvés à vivre dans la partie déchue et maudite du monde.

Plus tard, l’arche de Noé est devenue une oasis pour le peuple de Dieu. Dieu a retiré les justes de la terre du monde contaminé et Il les a mis en lieu sûr. Il ne fait aucun doute que des gens, même sincères, frappaient sur les murs de l’arche en disant : « Laisse-moi entrer, je me repens, je me repens ! » Mais la façon dont Dieu voyait les choses… certaines personnes avaient fait le choix de vivre pour Lui ; le reste des gens vivaient dans leur propre environnement et étaient totalement absorbés par lui. Ils mangeaient, buvaient, se réjouissaient, se mariaient et étaient généralement insensibles et faisaient ce qui était « juste à leurs yeux ». Dieu a vu tout cela et il a construit une arche pour séparer sa fiancée du reste de la décadence et de l’insensibilité. Y avait-il une gentille et douce petite grand-mère là-bas ? Bien sûr qu’il y en avait une. Est-ce que ces gens aimaient leurs parents ? Certains l’ont probablement fait. Et certains de ces parents étaient probablement des gens assez sympas. Mais s’ils ne répondaient pas à Dieu, alors ils étaient en dehors de l’Oasis. Et beaucoup de gens ne répondaient pas à Dieu, parce que seule une poignée a été sauvée.

En parcourant l’Ancien Testament, on voit le camp des Israélites. C’était aussi une séparation du peuple de Dieu du reste du monde. Et jusqu’au jour de Jésus…

« Pendant que j’étais avec eux, je les ai protégés et je les ai gardés en sécurité par ce nom que tu m’as donné. Personne ne s’est perdu, sauf celui qui est condamné à la destruction… Je leur ai donné ta parole et le monde les a haïs, car ils ne sont pas du monde, pas plus que je ne suis du monde » (Jean 17). Il les a protégés par sa Parole. Ils étaient dans le monde mais pas du monde. Il les a gardés en sécurité et il a sauvé tous ceux que le Père lui avait donnés. La séparation était claire avec un cercle dessiné autour d’un certain groupe de personnes qu’Il aimait et qu’Il mettait à part pour Lui. Il aimait le monde entier, mais ceux-là obéissaient à ses ordres.

« Sur cette pierre, je bâtirai mon église, et toutes les puissances de l'enfer ne pourront la vaincre » (Mat. 16:18). « Toutes les puissances de l’enfer ne pourront conquérir l’oasis que j’ai construite pour Mon peuple ». Le monde déchu est un endroit dangereux, décadent, sérieusement dépravé et Jésus a dit : « Je construirai une oasis au milieu de lui. Je ne mélangerai pas mon peuple avec le monde. Je construirai mon église et alors l’enfer tout entier ne pourra triompher de mon église ».

« En lui [Jésus], vous aussi, vous êtes édifiés ensemble pour devenir une demeure dans laquelle Dieu vit par son Esprit » (Éph. 2:22). Cette oasis est un lieu où Dieu habite. Vous êtes construits comme une église pour être un lieu où Dieu demeure !

« L’intention de Dieu était maintenant, à travers l’église, de faire connaître la sagesse multiple, la sagesse aux multiples facettes de Dieu aux dirigeants et aux autorités dans les royaumes célestes » (Éph. 3:10). L’intention de Dieu était maintenant, « à travers l’église »… Cette oasis de vie… C’est quelque chose qui est dans le monde mais séparé de lui. Ce n’est pas comme une sorte de communauté bizarre. Mais C’EST quand même séparé du monde en tant qu’entité définie, en dehors du système du monde. Nous sommes connectés les uns aux autres et séparés du monde. « Mon intention », dit le Seigneur, « est de construire une église qui neutralise satan et ses plans, afin que toute la sagesse de Dieu soit évidente maintenant, à travers l’église ». Pas au retour de Jésus, mais en ce moment, son église pourrait embarrasser satan. C’est Son plan et Son intention. Son église va embarrasser satan. Elle sera dans le monde mais pas du monde. Une entité séparée. « Sortez du milieu d’eux, et soyez séparés, dit le Seigneur » (2 Cor. 6:17). Dans le monde, mais pas de celui-ci. Nous n’avons pas besoin d’avoir peur de ne pas faire partie du monde. Nous n’avons pas besoin de craindre d’être différents. Nous n’avons pas besoin de craindre de prendre des décisions différentes de celles que le monde prend. Ce n’est pas quelque chose dont il faut avoir peur - c’est quelque chose dont il faut être fier !

« C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme bergers et enseignants. Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous parvenions tous à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à la maturité de l’adulte, à la mesure de la stature parfaite de Christ. Ainsi, nous ne serons plus des petits enfants, ballottés et emportés par tout vent de doctrine, par la ruse des hommes et leur habileté dans les manœuvres d’égarement. Mais en disant la vérité dans l’amour, nous grandirons à tout point de vue en celui qui est la Tête, Christ. C’est de lui que le corps tout entier, bien coordonné et solidement uni grâce aux articulations dont il est muni, tire sa croissance en fonction de l’activité qui convient à chacune de ses parties et s’édifie lui-même dans l’amour. » (Éph. 4:11-16).

Encore une fois… Dieu a déclaré avec force qu’Il va donner des dons comme Il le veut. Il est monté au ciel, a entraîné des captifs à Sa suite, et Il fait des cadeaux pour Célébrer sa Victoire sur satan sur une croix. Il va faire des cadeaux à Son église pour que nous puissions nous construire les uns les autres à l’intérieur de l’église, ensemble. Par « chaque ligament de soutien », nous apprendrons tous à faire notre travail dans l’amour. Nous ne serons pas des « enfants ballottés ». Que se passe-t-il si tu t’écartes de l’approvisionnement de Dieu ? Que se passe-t-il si tu plonges en dehors de l’arche ? Que se passe-t-il si tu te mets dans une situation où tu n’es pas en relation intime au quotidien, avec des personnes qui sont énumérées dans Éphésiens 4 comme des relations et des dons essentiels ? Que se passe-t-il ? Et bien… nous ne grandissons pas dans la maturité, nous ne grandissons pas dans le sens de la tête, et nous ne grandissons pas dans l’unité de la foi. Nous restons des enfants, « ballottés çà et là par l’habileté et la ruse d’hommes trompeurs et de leurs manigances ». Nous n’apprenons pas à faire notre travail dans l’amour. Nous ne sommes pas « équipés pour les œuvres de service ». Si nous sommes en dehors de l’oasis de Dieu, ailleurs, au lieu d’être connectés dans une relation quotidienne, alors les huit ou neuf choses énumérées dans Éphésiens 4 ne se produisent pas et cela devient très stressant.

« Je bâtirai mon église contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront pas ». Dieu dit : « J’ai un plan, j’ai une arche, j’ai une oasis. J’ai quelque chose qui va vous sauver. Je construirai mon église contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront pas ». Personne n’est assez fort par lui-même pour ne pas être trompé par la tromperie et les manigances d’un faux enseignement qui nous laisse comme des enfants, vingt ans après notre naissance en Christ ! Il n’y a personne d’assez bon, ou d’assez fort pour grandir dans « l’unité de la foi » sans que des personnes soient présentes dans leur vie TOUS LES JOURS. Personne n’est si sage ou fort ou mûr ou courageux ou saint qu’il n’a pas besoin d’ekklesia - une église contre laquelle les portes de l’enfer ne peuvent l’emporter !! Si tu t’écartes de cela, tu t’exposes à beaucoup, beaucoup de misère et de douleur.

Si tu vois que le monde est envahi par une guerre importante et que Dieu est en train de construire une forteresse… Si tu peux VOIR et comprendre que Dieu est en train de construire une Cité Sainte avec des murs autour… Si tu peux VOIR qu’à l’intérieur de ces murs il y a des provisions de croissance pour ne plus être des enfants en bas âge, ballottés çà et là… Si tu comprends que c’est un endroit où tu n’as plus besoin d’être détruit par toutes les saleté de ta propre chair et du monde ou par le dragon qui essaie sans cesse de te tuer… Si tu peux voir cela, tu feras de bons choix.

Mon désir est de vous aider à résoudre le dilemme : « Dois-je aller à cet endroit précis ? Ne devrais-je pas y aller ? «Comment dois-je interpréter cela ? » « Que devrais-je ressentir à propos du monde et comment y fonctionner ? » Je veux simplement que vous compreniez ce qui se passe dans le monde afin que vous preniez vos propres décisions à ce sujet, si vous y tenez. J’essaie de vous éduquer sur ce qu’est VRAIMENT le monde… et non sur ce qu’il « semble » être. Je veux que vous sachiez ce qu’il est vraiment, et alors vous comprendrez quel genre de précautions il faut prendre pour vivre « dans le monde mais pas de lui ». Vous saurez comment vivre dans la Forteresse de Dieu, pour que votre esprit, votre corps et vos émotions ne soient pas dévastés par les ordures du dragon qui essaie de vous tuer.

Faites attention, frères et sœurs : qu’aucun de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule qui le détourne du Dieu vivant. Au contraire, encouragez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : « Aujourd’hui », afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse, trompé par le péché. En effet, nous sommes devenus les compagnons de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin notre position première, aussi longtemps qu’il est dit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur comme lors de la révolte. » (Hébreux 3:12-15)

Comment entendre sa voix ? « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs ». L’un des moyens, dit-il deux versets auparavant, c’est de s’avertir les uns les autres chaque jour afin de ne pas s’endurcir. Nous devons nous engager dans le processus de relations quotidiennes où nous pouvons entendre la Parole de Dieu et voir la Parole de Dieu… où nous nous aidons et où nous nous donnons l’un à l’autre… où nous nous protégeons et nous édifions les uns les autres - où nous pouvons être dans le monde, mais séparés du monde… Nous nous engageons dans ce processus - c’est une décision que chacun de nous doit prendre dans son cœur. Personne ne prend cette décision à notre place. Tu n’es pas ici parce que tu vis ici. Tu vis ici parce que ton cœur est ici. La seule chose qui te donnera les provisions de l’église et la place de Dieu pour une oasis loin du dragon, c’est si ton cœur est engagé dans le processus de le rechercher. « Je veux être encouragé chaque jour, et je veux encourager chaque jour, parce que je ne veux pas être endurci et trompé par le péché. Je ne veux pas être endurci et ne plus le ressentir, et je ne veux pas être trompé en pensant que les choses vont bien alors qu’elles ne le sont pas ». C’est ce qui arrive - le dragon trompe ; mais Dieu construit un Mur Saint autour de Sa Cité et nous donne à tous la provision pour pouvoir faire Son travail dans le monde tout en n’en faisant pas partie. Mais être dans Ses murs, c’est une décision du cœur que nous prenons.

Abandonné à Son rêve

« Voici à quoi ressemble le royaume de Dieu. Il est semblable à un homme qui jette de la semence en terre ; qu’il dorme ou qu’il reste éveillé, nuit et jour la semence germe et pousse sans qu’il sache comment. [En effet,] d’elle-même la terre produit d’abord l’herbe, puis l’épi, enfin le grain tout formé dans l’épi, et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car c’est le moment de la moisson. » (Marc 4).

Quand on se trouve dans la Cité Sainte de Dieu, il se passe une chose incroyable. La Cité Sainte de Dieu fonctionne comme elle doit : par relation et non par fréquentation. C’est une Cité définie par l’engagement quotidien des uns envers les autres. Elle n’est pas définie par l’endroit où on se présente, ni par ce que l’on croit ou ce que l’on connaît. Elle se définit plutôt par la mesure dans laquelle votre cœur est ouvert pour recevoir et pour donner au quotidien. Dans une ville comme celle-ci, ce qui est impressionnant, c’est que la graine atteint sa pleine maturité et sa fécondité, et nous ne savons même pas comment ! Cela me semble vraiment génial. Parce que si je me plante dans cet environnement, et si je reste dans cet environnement, alors je n’ai même pas besoin de « comprendre » comment grandir. La Parole de Dieu va venir à moi de tant de façons différentes que je n’aurai pas à dépenser mon énergie à « tout comprendre ». Peut-être as-tu vécu dans des situations où la plupart de ce que tu as reçu était le dimanche matin, si c’est le cas, et il n’y avait pas des personnes dans ta vie qui t’observaient, qui s’impliquaient, qui se souciaient de toi, qui t’aimaient et qui priaient pour toi chaque jour. Peut-être n’était-ce qu’un groupe de personnes qui se sont présentées quelque part. Tu sais très bien à quel point il est difficile de grandir dans une telle situation. Il est même difficile de s’en tenir à ses propres engagements sincères de vivre pour Jésus. Tu sais combien il était facile de s’écarter du chemin. Mais il y a quelque chose de très différent quand on vit dans cette ville, cette oasis. Les graines germent et poussent, « sans qu’on sache comment ».

Je ne dis pas que tout est facile quand on est dans Sa Cité. Ce n’est toujours pas facile ! Ma chair et mon esprit se font la guerre. Paul n’a pas dit : « Ta chair et ton esprit se font la guerre, à moins bien sûr que tu ne connaisses les bonnes personnes. » Non, je suis désolé. C’est une bataille jusqu’au jour de notre mort. C’est comme ça, c’est tout. Jusqu’à ce que nous soyons face à Lui, que nous Le voyions, et que nous devenions ce qu’Il est parce que nous L’avons vu face à face, l’esprit et la chair se feront la guerre. Et une partie de cela est bon. Dieu a laissé les ennemis dans la Terre Promise afin de purger son peuple et de lui apprendre la guerre dans le désert. Il devait leur apprendre à être des guerriers. Une partie de cette préparation consiste à être des vainqueurs, afin de pouvoir s’asseoir avec Lui et régner avec Lui. Une partie de la douleur et de la lutte est très, très nécessaire. Une coupe et un baptême sont nécessaires pour être utile à Dieu. Sans aucun doute. La semence doit tomber en terre et mourir, sinon elle demeure seule.

Veux-tu être la personne la plus seule sur la terre ? Alors évite de mourir. Évite de mourir, évite de mourir, évite de mourir. Évite toute forme de douleur. Évite toute sorte de peur et de rejet. Évite tout ce qui a un coût dans ta vie. Évite l’obéissance qui fait mal. Évite tout cela - et devine quoi ? Tu as la garantie du Fils de Dieu que tu resteras seul. Tu seras une personne seule et vide toute ta vie, si tu ne laisses pas la semence tomber en terre et mourir. Si tu ne donnes pas ta vie, quelles qu’en soient les conséquences, tu seras seul. C’est comme ça. C’est une promesse de Dieu.

Mais ce qui est chouette, c’est que... si tu t’abandonnes au processus de vivre la vie dans le Royaume de Dieu au quotidien, alors tu vas grandir et tu ne sauras même pas comment. Le temps passera et tu n’auras pas eu d’ « études bibliques », de format systématique pour la croissance des disciples, de « partenaires de prière », de « réunions de prière » (en soi), de programmes d’études ou d’école biblique de vacances. Tu n’avais rien d’autre que des gens qui t’aimaient chaque jour de ta vie. Vous vous aidiez ensemble à vivre la Parole de Dieu dans vos propres faiblesses et dans votre propre amour des uns pour les autres et de votre amour de Dieu. Mais la graine a poussé et tu ne sais même pas comment. La graine doit tomber en terre et mourir (cela signifie que tu vas subir diverses choses en cours de route), mais ce qui est bien, c’est qu’il n’y a rien de systématique ou de programmé. Tu deviendras une personne différente à partir du processus même de laisser la semence être dans le sol de Dieu. Nous ne « savons pas comment », mais la semence pousse.

C’est une belle chose pour moi parce que j’ai passé une bonne partie de ma vie à essayer de « concevoir » ce que le christianisme était censé être. Je m’assurais que les bons « sermons » étaient prononcés, que les bons « programmes » étaient disponibles, que les bonnes « choses » étaient en place. Peut-être que tu t’es dit : « Je devrais mettre tous mes efforts à créer des systèmes pour accomplir la volonté de Dieu. C’est la chose qui serait la plus utile à Dieu ». Finalement, tu as compris que Jésus a fait les choses différemment ! Il n’y avait rien de tel dans le Nouveau Testament - alors voilà, peut-être que ce n’est pas non plus la façon dont Dieu agit aujourd’hui. Peut-être faut-il que ce soit Isaac et non Ismaël. Peut-être que c’est un enfant né de l’Esprit plutôt qu’un enfant né de manière ordinaire et logique. Peut-être que la voie de Dieu n’est pas d’emprunter la technologie occidentale et la méthode scientifique, mais simplement de s’abandonner dans l’amour. Peut-être qu’alors la graine poussera jusqu’à la tête pleine et que les graines qui se multiplient, nous permettront de remplir la terre 30, 60 et 100 fois. Mais ce qui est amusant, c’est que nous ne savons même pas comment pousse cette graine. Il y a quelque chose de tout simplement surnaturel à propos de « Je vais construire mon église contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront pas ».

« Heureux ceux qui peuvent vivre dans ta maison en chantant toujours tes louanges... Heureux ceux qui sont forts dans le Seigneur » (Ps. 84, 4-5). Qui sont « ceux-là » ? « Ceux qui se mettent en pèlerinage » - à Jérusalem, à la Cité de Dieu, à l’Oasis que Dieu a prévue ! C’est là-dessus que nous avons mis notre cœur et notre esprit. (Hébreux 11- « Je cherche une ville dont Dieu est le constructeur et le créateur, et je ne retournerai pas dans le vieux pays. Je cherche une ville. Et Dieu sera heureux d’être appelé mon Dieu si je cherche une Jérusalem nouvelle, qui descende du ciel et devienne une habitation de Dieu par l’Esprit. Si c’est ce que je cherche, je serai fort dans le Seigneur »).

« Quand ils marcheront dans la vallée des larmes, elle deviendra un lieu de sources rafraîchissantes où des bassins de bénédictions s’accumulent après la pluie » (Ps. 84, 6). Devinez quoi ? Il reste encore des larmes. Mais si vous êtes en pèlerinage vers la ville sainte, vos larmes deviennent des sources de bénédiction.

Nous nous souvenons tous du verset : « Je préfère être gardien de la maison que de vivre un seul jour avec des gens mauvais dans le monde ». Mais peux-tu comprendre pourquoi il dit cela ? Tu le peux si tu lis les versets qui le précèdent, n’est-ce pas ? « Parce que mon bassin de larmes devient un bassin de bénédictions dans la maison de Dieu. » Dieu transforme miraculeusement l’eau en vin. Il transforme l’eau de tes larmes et l’eau de tes souffrances en vin de joie - si tu es dans l’oasis. Si tu n’y es pas, cela ne fonctionne pas ainsi. C’est vain. Je préférerais être portier dans la maison. Je serai le majordome ou le boulanger ou le fabricant de bougies. Je n’ai pas à être important, je n’ai pas à être reconnu. Je n’ai pas besoin d’avoir quoi que ce soit. Je veux seulement être là où les larmes se transforment en huile de joie. C’est cela que je veux. C’est de là que vient la force le matin.

Néhémie - Le mur

Une bataille surnaturelle fait rage qui ne veut pas de Mur et ne veut que personne ne soit protégé par ce Mur. Tel est le sujet de ce livre de Néhémie et si on creuse pour soi-même, on voit qu’il est rempli de choses pour nous apprendre et nous équiper. Paul a dit aux Corinthiens que toute cette histoire du peuple de Dieu n’est pas seulement rapportée pour notre apprentissage « sur qui est venu l’accomplissement des âges », mais il a dit que cela s’est réellement passé pour notre apprentissage afin que ceux « sur qui est venu la fin des âges » soient équipés pour comprendre la Plénitude du Temps et toutes les questions qui sont en jeu. Ces choses se sont réellement produites du temps de Néhémie pour que nous puissions comprendre ce qui est en jeu.

Les portes : Nous avons BESOIN d’elles !

En tant qu’échanson du roi à la forteresse de Suse, Néhémie avait une place d’honneur, tout comme Daniel ou Joseph, d’une certaine manière. « À la fin de l’automne de la vingtième année du règne du roi Artaxerxès, j’étais à la forteresse de Suse. Hanani, un de mes frères, est venu me rendre visite avec d’autres hommes qui venaient d’arriver de Juda (l’endroit que Dieu avait appelé sa propriété précieuse, le pays où coulent le lait et le miel). Je leur ai posé des questions sur les Juifs qui avaient survécu à la captivité... » (Néhémie 1:1-2).

« ...les Juifs qui avaient survécu à la captivité... » Je veux ici faire une distinction entre les croyants et les chrétiens qui ont « survécu à la captivité ». Ce sont des personnes qui ont vraiment été achetées par le Sang de Jésus. Elles ont vraiment donné leur vie à Jésus et elles sont tout aussi sauvées que Paul de Tarse ou même que Jésus Lui-même (je le dis avec beaucoup de respect). Soit tu es sauvé, soit tu ne l’es pas. Parce qu’il était « en Christ », Paul était aussi sauvé que le Fils de Dieu. Celui qui a été acheté par le Sang de Jésus est aussi sauvé que Paul, Pierre ou Jean.

Et si tu es sauvé, alors tu as « survécu à la captivité » et tu n’y retourneras pas ! Le dragon est là ! Chagrin, destruction, désespoir et tromperie envahissent l’endroit et tu ne veux pas y être. Et les conséquences de la vie dans cet endroit dépassent de loin tout ce que tu peux imaginer. « Le diable est un lion rugissant qui cherche à dévorer. » Ce sont des choses très réelles pour les gens qui les voient. Pour les gens comme Élisée, qui voient le monde invisible, ces choses sont très réelles. Jésus a parlé de l’enfer plus que tout le monde. Pourquoi ? Parce qu’Il pouvait le voir ! Ce n’était pas pour Lui une pensée secondaire. C’était très réel pour Lui et c’était extrêmement important pour Lui que tous ceux qu’Il rencontrait comprennent la gravité de ce qui était en jeu.

Alors, il y a des juifs qui ont « survécu à la captivité ». Ils ont été achetés - ils sont sortis de captivité. Néhémie leur demande : « Comment vont les choses à Jérusalem ? » Les hommes disent à Néhémie : « Les choses ne vont pas bien pour ceux qui sont retournés dans la province de Juda. Ils sont dans une grande détresse et dans la disgrâce. La muraille de Jérusalem a été détruite et les portes ont été brûlées » (Néh. 1:3).

Le peuple est « sauvé » et il est dans la Ville Sainte, mais les murs sont détruits et les portes sont brûlées. Les « entrées et les sorties », comme les appelait Ézéchiel, sont toutes démolies. Et sans entrées ni sorties, l’endroit n’est plus qu’un grand espace ouvert à tous. Chacun peut entrer et sortir quand il veut sans que personne ne dise un mot. Très franchement, cela décrit la plus grande partie du monde religieux d’aujourd’hui - c’est un grand espace libre pour tous. On pourrait être satan lui-même, et être un ancien dans la plupart des organisations religieuses ! Parce que tout ce qu’on a à faire c’est « connaître sa Bible », et même satan connaît sa Bible, n’est-ce pas ? Il n’y a pas assez de minutie ou de relations entre les gens, ni assez de discernement dans la plupart des organisations religieuses pour même pouvoir comprendre comment réagir à des choses très trompeuses. Cela arrive partout où on regarde, 10 000 fois.

Par exemple, un leader célèbre en Amérique du Sud parle des terroristes de la guérilla qui s’asseyaient au premier rang chaque dimanche matin. Ils étaient « membres de la congrégation », mais en réalité, c’étaient des espions pour le gouvernement communiste et terroriste ! Les gens ne savaient même pas la différence ! Peu de relations et de discernement pour voir la différence entre les gens - ce qui, malheureusement, est le plus souvent la façon dont l’ »église » a été construite au cours des deux derniers millénaires. Contrairement à Éphèse dans Apocalypse 2, il n’y a pas de « mise à l’épreuve des hommes ». Il n’y a pas de discernement ou de séparation entre ceux qui ont une révélation de Jésus et ceux qui n’en ont pas. Une « revendication » du christianisme suffit pour « être membre » à condition qu’il y ait une participation et une contribution financière raisonnable. Pour la plupart, il est très difficile d’être des éléments indésirables dans le monde religieux.

Maintenant, le niveau de Jésus est très différent, comme vous le savez. « Si tu es tiède, je te vomirai de ma bouche ». Si tu es un peu chaud et un peu froid, je te vomirai de ma bouche. Si tu ne prends pas ta croix chaque jour et si tu ne me suis pas, tu ne peux être un chrétien, tu ne peux être un disciple. « Les disciples furent d’abord appelés chrétiens à Antioche » - ces deux mots sont des termes équivalents : « Chrétien » et « Disciple ». Si tu ne prends pas ta croix et si tu ne te renies pas toi-même, tu ne peux faire partie de moi. Le jeune dirigeant riche l’a découvert, n’est-ce pas ?

Ce que je veux dire, c’est qu’il est essentiel que les « entrées et les sorties », comme Ézéchiel les a appelées, ou « les portes » (comme nous le voyons ici avec Néhémie), soient là où Jésus veut qu’elles soient. C’est Son Église. Il a dit : « Je vais construire Mon Église ». Il n’a pas dit : « Je construirai votre Église ». Il a dit : « Je bâtirai Mon Église ». C’est Lui qui décide des entrées et des sorties.

Le Saint-Esprit pleure pour l’unité...

« Ils sont dans le trouble et la honte... » Pourquoi ? Parce que « Le mur de Jérusalem a été démoli, et les portes ont été brûlées. » Il n’y a pas de mur pour se protéger et il n’y a pas de portes pour discerner. « Quand j’ai entendu cela, je me suis assis et j’ai pleuré. En fait, pendant des jours, j’ai pleuré, jeûné et prié le Dieu du ciel » (Néhémie 1:3-4).

Le nom de Néhémie signifie « Consolateur » en Hébreu... Vous pouvez donc voir la corrélation dans la pensée de Dieu, que nous parlons ici de l’œuvre du Saint-Esprit. Le Mur est construit autour de la Ville par la direction du Saint-Esprit, par la direction de Néhémie. Et du point de vue de Dieu, quand il n’y a pas de Mur autour de Son peuple, le Saint-Esprit pleure. Les gens peuvent être sauvés, et être libérés de la captivité dans un sens, et ils peuvent essayer de vivre la vie chrétienne, mais s’il n’y a pas de mur autour de la Cité Sainte, le Saint-Esprit pleure. Il est très important de comprendre cela. Même si l’on ne regarde que dans le sens naturel du terme, voici un homme qui connaît Dieu et il pleure lorsqu’il entend qu’il n’y a pas de murs autour du peuple de Dieu pour le protéger. Si la distinction du Mur de Dieu autour de Son peuple est brisée, alors Son peuple est la proie de l’ennemi. Les vrais disciples de Jésus ne sont pas censés se fondre dans le monde et « fréquenter » un endroit, entendre de bonnes paroles puis essayer désespérément par eux-mêmes, pour la plupart, de les mettre en pratique tout au long de la semaine. Peu importe la sincérité des gens, sans les murs, ils sont là où le lion attend pour dévorer et tromper.

Si nous ne sommes pas entre les murs comme UN – « luttant comme un seul homme » - parce que notre cœur est ailleurs, alors nous sommes dans un territoire où le dragon attend, prêt à dévorer. Nous sommes dans un endroit où il n’y a pas d’« unité de la foi » ou de « pleine connaissance du Fils de Dieu » ou de « pleine mesure de la stature du Christ ». Ce n’est pas possible ! Nous resterons comme des « enfants ballottés çà et là » et nous serons endurcis et trompés par le péché (Hébreux 3). En dehors des murs, les peuples du monde feront la guerre « à tous ceux qui obéissent aux commandements de Dieu ». Vous vous souvenez ? Il est essentiel que le Mur soit construit autour du peuple de Dieu, et qu’il y ait un sentiment de protection, d’unité et d’unicité. Son Mur est quelque chose qui est défini - et je ne veux pas dire par un registre, une présence et un credo. Au contraire, « Je prie pour qu’ils soient un, Père, comme Toi et moi sommes un. » Ça c’est de l’unité ! « Comme toi et moi sommes un. » Voilà comment on est supposé être « un » ensemble !!! « Quand vous m’avez vu, vous avez vu le Père. » Voilà comment nous sommes censés être « UN » ensemble.

« L’Unité » n’est pas définie par un « credo commun », mais plutôt par des cœurs qui sont réunis, totalement soumis à la Parole de Dieu et qui s’appuient les uns sur les autres et grandissent les uns par rapport aux autres chaque jour. Le contraire est « Je n’ai pas besoin de toi ». Si on veut être « baptisé dans l’Esprit », Paul a dit que cela signifie que l’on est « baptisé par un seul Esprit dans un seul corps », où l’on dit : « J’ai besoin de toi, j’ai besoin de toi, j’ai besoin de toi ! » Voilà ce que cela signifie, entre autres, être baptisé dans l’Esprit. « J’ai besoin de toi » sera notre cœur... Il doit l’être, parce que le contexte du « baptisé dans l’Esprit » est... « Nous sommes UN seul corps. » « Nous luttons comme un seul homme pour la foi. » Cela doit être notre cœur.

C’est de là que vient Actes 2 ! Ce n’était pas une « expérience culturelle » superficielle, où les gens partageaient entre eux parce qu’il n’y avait pas assez de maisons pour tout le monde. Ces gens sont devenus UN parce qu’ils avaient été « baptisés par un seul Esprit en un seul corps » et donc « aucun d’entre eux ne considérait ses biens comme les siens ». C’était le débordement naturel parce qu’ils étaient un ! Je ne veux pas dire que nous serons des robots génériques avec tous les mêmes dons et le même niveau de maturité. Je ne veux pas dire qu’il n’y aura pas de leadership - je ne veux rien dire de tel ! Je veux juste dire que nos cœurs sont en union les uns avec les autres, et que nous comptons nos vies et nos biens, nos cœurs, nos esprits, nos humeurs - nous ne les comptons pas comme s’ils étaient nôtres. Nous avons besoin les uns des autres. « J’ai besoin de toi », par opposition à « Je n’ai PAS besoin de toi ». C’est une chose terrible que Paul a exprimée comme étant très destructrice et « anti » Esprit de Dieu.

Néhémie s’est écrié et a dit : « Seigneur, Dieu des cieux, le grand et formidable Dieu qui garde son alliance d’amour indéfectible avec ceux qui l’aiment et obéissent à ses commandements... » (Néh. 1:5) Avec qui garde-t-il cette alliance d’amour indéfectible ? Il la garde avec ceux qui l’aiment et qui obéissent à ses commandements.

« Écoute ma prière ! Tourne ton regard vers moi et regarde-moi prier nuit et jour pour ton peuple Israël » (v. 1:6). Il avait une PASSION à ce sujet parce qu’il pouvait voir le monde surnaturel... « S’il te plaît, écoute ma prière ! Tourne ton regard vers moi et regarde-moi prier nuit et jour pour ton peuple Israël ». Il pouvait voir que ces choses ont vraiment, vraiment de l’importance. Qu’est-ce qui te ferait jeûner et prier pendant plusieurs jours ? Qu’est-ce qui te ferait pleurer passionnément ?? Cet homme était passionné par ce problème qu’il n’y avait pas de protection pour le peuple de Dieu ! Le peuple de Dieu était sorti de captivité, et il était « sauvé », mais il voyait l’énorme danger de ne pas avoir le Mur construit autour de lui, et il était passionné par ce problème. Il ne pouvait donc pas s’empêcher de passer à l’action...

« Tourne ton regard vers moi et regarde-moi prier nuit et jour pour ton peuple Israël. Je confesse que nous avons péché contre toi. Oui, même ma propre famille et moi avons péché ! Nous avons terriblement péché en n'obéissant pas aux commandements, aux lois et aux règlements que tu nous as donnés par l'intermédiaire de ton serviteur Moïse.

Souviens-toi de ce que tu as dit à ton serviteur Moïse : ‘Si vous péchez, je vous disperserai parmi les nations. Mais si vous revenez à moi et si vous obéissez à mes ordres, même si vous êtes exilés aux extrémités de la terre, je vous ramènerai au lieu que j'ai choisi pour que mon nom soit honoré’ » (v. 1, 6-9).

Encore une fois, vous pouvez voir le cœur et l’esprit de Dieu pour la continuité, pour l’unité : « Si vous m’abandonnez, je vous disperserai. Mais si vous m’obéissez, je vous ramènerai des quatre coins de la terre - du nord, du sud, de l’est et de l’ouest. Je vous rendrai UN si vous m’obéissez ». Mais Ma malédiction consiste à vous disperser si vous ne le faites pas. Vous vous souvenez de ce qui s’est passé à Babel ? Ils avaient une fausse unité quand ils ont essayé de construire leur tour pour atteindre les cieux. Ils étaient arrogants avec leur mentalité mondaine, une approche de la vie à la Nimrod. Une terrible mondanité ! Le plan de Dieu et Son jugement étaient de les disperser. C’est ce qui arrive quand vous désobéissez - Il vous disperse. Mais si vous vous repentez de vos péchés, Il vous rassemble. Encore une fois, vous voyez Son plan... « Qu’ils soient un, Père, comme toi et moi sommes un... » Vous ne pouvez pas produire cela artificiellement. Vous ne pouvez pas « administrer » cela. Vous ne pouvez pas « être un » en vous rassemblant autour d’un programme, d’un bâtiment, d’un orateur ou d’une personnalité. Cela n’arrivera pas, car la véritable unité est une question surnaturelle.

Le roi a dit à Néhémie : « Pourquoi es-tu si triste ? Tu n’es pas malade, n’est-ce pas ? Tu as l’air d’un homme qui a de graves ennuis » (v. 2:2). Quel était le problème ? Néhémie lui-même se portait très bien. Mais ses « profonds problèmes » qui avaient affecté son visage, son alimentation et tout le reste étaient dus au fait qu’il se souciait désespérément que le peuple de Dieu ait un Mur autour de lui. C’était très important pour lui qu’il n’y ait pas de séparation entre le peuple de Dieu et qu’il n’y ait pas de manque de protection ou d’unité. C’était une question passionnante pour lui, et il avait de « profonds ennuis » à cause de cela.

Bataille surnaturelle et violente

Néhémie retourne donc à Jérusalem pour reconstruire le mur, où il se heurte immédiatement à une opposition. « Lorsque Sanballat, Tobie et Géshem l’Arabe ont entendu parler de notre plan, ils se sont moqués avec mépris. Que faites-vous, à vous rebeller ainsi contre le roi ? » (v. 2:19). (Méditez ceci : puisque la langue arabe est la langue maternelle des Ismaélites, cela fait de Géshem un Ismaélite, n’est-ce pas. Et rappelez-vous qu’Ismaël était le produit de l’homme de Dieu et du plan de l’homme. Il est né en mariant la promesse de Dieu à la voie du monde afin d’accomplir la promesse. Et cela a créé une opposition à l’œuvre de Dieu). Vous pouvez donc voir que ces trois hommes et une multitude d’autres suscitent des troubles au fil du temps. Quel est leur problème ? Pourquoi y font-ils même attention ? Parce qu’il y a une opposition surnaturelle qui fait rage, qui ne veut pas de Mur et qui ne veut que personne ne soit protégé par ce Mur. Pourquoi ces hommes s’en soucieraient-ils dès le début ? Parce que cela dépasse le cadre des choses du « monde naturel » ! Il y a une guerre SURnaturelle, et une envie, un conflit et une attaque immédiate contre ce désir de construire le Mur. Personne ne s’en souciait et ce n’était pas un problème jusqu’à ce que le mur commence à s’élever. Le Mur s’élevait, les portes se mettaient en place et le peuple de Dieu devenait maintenant imperméable aux attaques. Jusqu’alors, ce n’était pas un problème. Mais dès que ces choses ont commencé à se produire, tout d’un coup, satan s’est mis en marche. « Sanballat » signifie « ennemi secret ». Les efforts sataniques s’attaqueront à la construction du Mur autour du peuple de Dieu - il y a une attaque lorsqu’une distinction claire est faite entre le peuple de Dieu et le monde. C’est une attaque contre l’unité que Dieu veut pour nous. « Je construirai Mon église contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront pas. » Satan veut démolir cela, et arracher les gens. Il ne veut pas qu’elle existe, et il utilise donc tous les moyens possibles pour s’y opposer.

Vous voyez dix ou douze moyens différents dans le livre de Néhémie que l’ennemi secret utilise pour essayer de détruire les murs qui sont en train d’être construits. Il essaie de les décourager... « Vous n’y arriverez jamais. Ha ! Cela n’a jamais été fait auparavant. Ça peut marcher avec dix d’entre vous, mais ça ne marchera pas avec trente ! Et oubliez ça si vous êtes cent ou deux cents. » « Oui, nous étions comme ça aussi quand nous étions jeunes. Vous succomberez à tout cela comme nous l’avons fait - vos adolescents vont semer leur folie comme tout le monde. C’est comme ça, la vie. » Toutes ces histoires d’ordures continuent ! Tous ces mensonges qui sont si complètement infondés dans la Parole de Dieu, et pourtant ils font tellement partie de l’expérience de chacun. POURQUOI en est-il ainsi ? Parce qu’il n’y a pas de Murs. Les gens sont totalement soumis aux mensonges et aux attaques de l’ennemi. Notez bien que dès que vous essaierez de construire ces murs et de faire partie de ce que Dieu veut construire, vous rencontrerez beaucoup, beaucoup de difficultés. L’ennemi secret va venir et semer ses graines.

Un autre exemple dans Néhémie se trouve dans la façon dont l’ennemi a établi des « contacts » à l’intérieur de la ville sainte. Il contacte et chuchote secrètement aux gens à l’intérieur des murs. Comment est-ce possible ? Pourquoi les gens écoutent-ils ? Parce qu’ils sont liés à l’ennemi - ils ont des « liens de famille ». Ils jurent donc allégeance à un ennemi parce que la « famille » est plus importante pour eux que l’Œuvre de Dieu ! Ils ont un beau-père... regardez ça (Néh. 6) ! Il y avait des raisons à ces contacts, et ça puait.

Ou bien l’ennemi vient vers vous en vous disant : « Eh bien, tu essaies d’être quelqu’un. Tu veux juste être roi. Tu te rebelles contre le roi. Si tu ne viens pas me parler de tout cela, alors je te ‘dénoncerais’ et prouverais à tout le monde que ce que tu fais est ambitieux. Tu le fais juste pour toi-même. » Quelle a été la réponse de Néhémie ? Il a dit : « Tu mens ! Tu inventes ce truc dans ta tête, alors va sauter dans un lac. Je n’écoute pas, et je ne réponds pas à cela. J’ai du travail à faire » (Néh. 6). Ils l’avaient invité à sortir des murs dans la plaine d’Ono, et il savait qu’ils voulaient lui faire du mal. L’ennemi secret voulait qu’il aille là-bas pour une « bonne et significative conversation » et lui a dit que ce serait dans son intérêt de le faire. Mais en réalité, il avait l’intention de détruire Néhémie en l’emmenant hors de la ville sainte.

Commencez-vous à voir POURQUOI ces sujets sur la façon dont nous fonctionnons ensemble, pratiquement, dans le monde, sont abordés ?

« J’ai besoin de toi !! »

Par exemple, supposons que quelqu’un dise : « J’ai des parents à Boise, dans l’Idaho, que je n’ai pas vus depuis un certain temps. Je pense que je vais aller à Boise et passer deux ou trois semaines avec mes parents païens. Je vais prendre quelques vacances et peut-être faire un peu de tourisme ». Eh bien... quand vous vivez en dehors des murs de Dieu, « faire du tourisme » semble être une bonne idée parce que vous n’avez rien de mieux à faire dans votre cœur. Vous n’avez pas de paysage dans votre cœur - pas de montagnes ni d’arcs-en-ciel à l’intérieur - vous devez donc aller les trouver ailleurs. Alors, visiter un « endroit génial » et voir des « choses cool » vous apportent un état d’euphorie temporaire. Mais depuis le début, Dieu voulait que vous ayez cet « épanouissement » dans votre cœur ! Les « vacances » et ce genre d’événements extérieurs vous « attirent » alors qu’il se passe peu de choses en vous. « Je pense que je vais passer trois semaines avec ma famille à Boise, dans l’Idaho, pour une réunion de famille. Je sais que c’est une grande fête arrosée de bière, mais je n’ai pas l’intention de m’impliquer dans cette activité. Je veux juste voir ma famille et passer du bon temps avec mes neveux et nièces. Bla, bla, bla... » Ce genre de raisonnement a du sens si le « monde de l’église » tel que nous le connaissons n’a pas de murs et que chacun fait ce qui est « juste à ses yeux ». Les vies sont déconnectées et indépendantes les unes des autres. C’est ce qui fait qu’il est « normal » dans un environnement « d’église », que si quelqu’un reçoit une offre de 20 % d’augmentation de salaire pour être transféré dans une autre ville, il la saisisse tout de suite ! Il est parti, parce qu’il peut facilement « transférer l’adhésion » ailleurs... « l’adhésion » là où il était, n’a jamais rien signifié de toute façon. Ce n’est pas sa VIE ! Sa vie n’est pas entremêlée à d’autres vies de telle manière qu’elles sont désespérément liées, ayant besoin les unes des autres au quotidien. Ce n’est pas grave d’aller placer l’« adhésion » ailleurs. Il suffit d’une augmentation de salaire de 20 % pour que 90 % des gens du monde religieux partent, parce qu’ils n’avaient rien là où ils étaient, de toute façon.

Quand les croyants de Corinthe ne mangeaient pas avec une certaine personne, ça l'a presque tué, a dit Paul. Aujourd’hui, dans la plupart des situations, si vous ne mangez pas avec une personne, ça n’a pas d’importance pour elle parce qu’elle ne mange jamais avec vous de toute façon ! C’est une grosse mascarade - ça ne veut rien dire. Mais quand il s’agit vraiment de l’église et que les murs de Dieu sont en place, tout d’un coup, des choses étonnantes commencent à se produire. Est-ce que ça intéresse quelqu’un que je prenne trois semaines de vacances à Boise, dans l’Idaho, pour faire du tourisme ? Oui, je pense que quelqu’un me poserait des questions à ce sujet. Est-ce que cela me pose un problème qu’on m’interroge à ce sujet ? Non ! C’est irresponsable s’ils ne le font pas ! Parce que, et si mon cœur était amoureux du monde ? Et si je voyais les choses de travers ? Je blesserais ma relation avec Dieu et je montrerais que je n’ai manifestement pas beaucoup de relations avec le peuple de Dieu. J’ai prouvé que je « n’ai pas besoin d’eux » parce que je peux simplement disparaître pendant trois semaines et ce n’est pas grave pour moi. Il ne s’agit pas de quelqu’un qui me dit simplement que je ne peux pas aller à Boise, dans l’Idaho. Bien sûr que je peux, je peux faire tout ce que je veux. Mais les gens s’inquiètent pour moi et remettent en question le raisonnement derrière cette décision, parce que le cœur est trompeur par-dessus tout ! Ils feraient mieux d’être appelés à mes côtés chaque jour... sinon, je vais être endurci et trompé par le péché. J’ai besoin des Murs. « J’ai besoin de toi », et vice versa. C’est comme ça que Dieu l’a envisagé. « Je construirai mon église pour que les portes de l’enfer ne l’emportent pas. » « L’intention de Dieu est maintenant, à travers l’église, de faire connaître la sagesse multiple de Dieu aux principautés et aux pouvoirs. » Fondamentalement, cette «sagesse multiple de Dieu» se manifeste de manière très pratique.

Maintenant, si quelqu’un te dit que tu ne peux pas aller - que tu n’as pas le droit d’aller - à Boise, dans l’Idaho, dis-lui qu’il dépasse les bornes, parce qu’il n’a pas le droit de dire ça ! Mais s’il ne se soucie pas que tu ailles à Boise, Idaho, pendant trois semaines, tout seul, il est tout aussi à côté de la plaque, et peut-être même plus ! Il ne faut pas avoir une idée stupide, naïve et légaliste du genre « Oh, je dois juste vérifier avec untel avant de faire quoi que ce soit ». C’est n’importe quoi, c’est ridicule. Il n’a jamais été dans l’intention de Jésus que quiconque doive « demander la permission » de faire telle ou telle chose. Ou alors il faut obtenir un consensus pour décider d’acheter un paillasson bleu ou un rouge, ou de choisir le type de voiture. Tout cela est totalement ridicule.

D’un autre côté, je voudrais que les gens se soucient de savoir POURQUOI je désire une décapotable rouge plutôt qu’un autre véhicule plus fonctionnel. Il est parfaitement possible pour moi de posséder une décapotable rouge. Mais est-il parfaitement normal que j’aime qu’on prête attention à moi ? Non, évidemment. Donc si vous vous souciez de moi, vous ne me laisserez pas détruire ma vie en refusant de demander... « Pourquoi as-tu acheté une décapotable rouge ? » Ça ne veut pas dire que nous harcelons les gens avec des questions absurdes. Nous aimons les gens assez pour veiller, prier et nous occuper d’eux. Pourquoi cela ? Parce que c’est ce qu’est l’Église ! C’est ce qu’est le Mur ! Ce sont des relations qui sont intimement liées les unes aux autres, là où nous avons besoin les uns des autres. Nous reconnaissons que nous avons besoin les uns des autres et nous sommes tous porteurs et porteuses de la Parole de Dieu. Nous sommes porteurs de la Personne de Jésus les uns pour les autres et ensemble, collectivement. Nous avons besoin de ce type de relation. Mais ne soyons pas infantiles ou ridicules et n’en faisons pas un tas de choses superficielles et de harcèlement. Ne soyons pas non plus assez naïfs pour penser que cela n’a pas d’importance. Ou assez endurcis pour ne pas nous soucier du bien-être des autres.

Tu ES le gardien de ton frère !

Essayons de comprendre qu’une guerre importante se déroule à l’extérieur des murs et que si je sors avec désinvolture là où se trouve le dragon, il vaut mieux que quelqu’un me prenne par le col et me dise : « Es-tu sûr de vouloir faire ça ? C’est ton choix, mais puis-je te donner un petit aperçu de ce qui m’est arrivé la dernière fois que j’ai fait cela ? Es-tu sûr que c’est ce que tu veux ? Parce que voici les conséquences probables si tu fais ce ‘truc’ que tu sembles être en train de faire. Voici les conséquences probables ». Quand satan enfonce les dents, c’est comme un hameçon. Il s’enfonce assez facilement, mais la pointe à l’autre bout ne le laisse pas ressortir très facilement ! C’est à ça que ressemblent les dents de satan... elles s’enfoncent assez facilement et vous saignez un peu, mais pour que l’hameçon ressorte, vous saignez BEAUCOUP. Ça vous déchiquette de retirer cet hameçon une fois qu’il est rentré.

Si nous nous aimons et que c’est vraiment l’Église de Jésus, nous ne laisserons pas les hommes d’affaires parmi nous mener leur vie comme bon leur semble. Nous ne l’ignorerons pas s’ils mentent peut-être aux gens dans leur travail ou s’il se peut qu’un frère soit un directeur qui manipule et domine son personnel et abuse de l’autorité qui lui a été donnée. Allons-nous le laisser être mondain et ivre de pouvoir, de tableaux de rétroprojection, des dernières techniques de gestion et de toute cette psychologie absurde du monde de management de Dale Carnegie ? Nous n’allons pas laisser quelqu’un détruire sa vie de cette façon ! Nous voudrons en parler ! Nous serons assez perspicaces pour savoir que les pressions et les tentations sont là et nous savons avec quelle facilité l’hameçon s’insère. Nous voulons lui épargner d’être déchiqueté et réduit en miettes et sanguinolent, en l’obligeant à se secouer plus tard... si on arrive à retirer l’hameçon.

Supposons qu’une mère élève trois ou quatre enfants en bas âge. Sera-t-elle tentée d’être paresseuse dans sa maison, ou d’être désespérée ou de manquer de caractère ? Sera-t-elle tentée d’être trop protectrice envers ses jeunes enfants et de les « posséder » pour son propre égo ? Ou sera-t-elle tentée de consacrer toute son énergie aux travaux ménagers plutôt que de la consacrer à l’œuvre de Dieu en plus de ses tâches ménagères ? Bien sûr, elle aura des tentations et des difficultés à surmonter dans sa vie. Si on refuse de s’impliquer, si on refuse d’aider à porter le poids des difficultés... si on refuse de l’aider à éviter les pièges de cette étape particulière de la vie dans l’éducation des jeunes enfants, alors on ne l’aime pas beaucoup. Vous êtes prêts à laisser entrer l’hameçon de l’amertume, du ressentiment, de la paresse, de la mondanité ou de l’idolâtrie de la famille. Si vous êtes prêts à laisser entrer cet hameçon et à les laisser se vider de leur sang en le faisant sortir... ou à les laisser « traîner et être séduits » comme Jacques l’a dit, et être détruits et conduits vers la mort par cela... vous ne les aimez tout simplement pas beaucoup.

La nature de l’Église est d’être impliquée dans les détails, car c’est là que se trouve l’hameçon. Il ne s’agit pas de harceler les gens ou de regarder sans cesse par-dessus leur épaule et d’être curieux et occupé - Paul s’oppose très clairement à être une personne qui se mêle de la vie des autres. Ce seront des tentations si vous vous en souciez, mais vous devez vous en détourner. Je sais que c’est difficile, mais vous devez être des gens assez grands. Je ne l’apprends moi-même que maintenant, à être une personne assez grande pour me soucier désespérément, mais aussi à ne pas être trop anxieux à propos de quoi que ce soit. Ne me dites pas de ne pas m’en soucier ! Mais faites attention à moi, parce que je pourrais être trop anxieux et trop attentionné et finir par faire des choses stupides. Ce ne sera pas parce que je suis malintentionné, mais parce que je me soucie tellement de ce qui m’entoure et que je suis stupide - et la combinaison de ces choses ne fonctionne pas très bien parfois. :) S’il vous plaît, prenez-en désespérément soin, parce que c’est ce qu’est l’Église. C’est de cela qu’il s’agit ! Et les attaques sont nombreuses. Un grand nombre d’entre elles apparaissent dans le livre de Néhémie.

Obéissance passionnée

On peut voir l’approche de Néhémie à l’intérieur des Murs. Que s’est-il passé lorsque les gens à l’intérieur se sont mariés avec des gens de l’extérieur ? Ils se mêlaient et donnaient un peu d’eux-mêmes aux relations mondaines, au mariage et autres. Qu’a fait Néhémie à ce sujet ? Il les a frappés ! Il leur a arraché les cheveux ! Il a été violent là-dessus ! Voulez-vous faire un rapport sur... « Ce n’est pas très chrétien » ? Vous pouvez essayer, mais je vais vous dire : Dieu a écrit ces choses, et il y a quelque chose de Juste dans le fait que Phinéas ait planté une lance dans un Israélite qui était dans le péché. Dieu a arrêté le fléau et l’a attribué à la justice de Phinéas pour avoir fait ce qu’il a fait. Il y a quelque chose à propos de la violence envers le péché qui est créditée comme Justice devant Dieu - et qui arrête la peste. Souvenez-vous... le résultat de l’obéissance est que Dieu nous appelle des quatre coins de la terre et nous rassemble. Pour la désobéissance, Il nous disperse. Il y a quelque chose dans le désir passionné d’obéissance dont Dieu est très heureux et très satisfait. Néhémie en est un exemple, à l’intérieur des Murs, où il s’inquiétait sérieusement de la façon dont les gens vivaient leur vie.

Que se passe-t-il lorsque quelque chose d’impie est invité dans la Maison de Dieu à cause d’une amitié impie ? « Le prêtre Eliashib, qui avait été nommé superviseur des réserves du Temple de notre Dieu et qui était aussi un parent de Tobie, avait converti un grand entrepôt et l’avait mis à la disposition de Tobie... » (Néh. 13:4-5). Néhémie n’était pas en ville, et tout à coup, la sainteté du peuple de Dieu était violée de façon flagrante ! Cette situation et cette personne impie ont été invitées à se joindre à eux et à s’installer juste là dans le Temple, de façon très pratique - en raison des amitiés, des relations et des « liens familiaux ». Quelle a été la réponse de Dieu à cette situation ? Néhémie l’a fait expulser de l’endroit ! Il était très en colère et il a pris les affaires de Tobie et les a jetées dehors. Il a exigé que les chambres soient purifiées. Il y avait de la fureur, il ne voulait rien avoir à faire avec ça.

Que s’est-il passé avec les hommes qui violaient le sabbat ? (Néh. 13:15-22). Les hommes d’affaires poursuivaient leurs activités de marchandage sans même y penser. Ils n’étaient pas conscients des voies de Dieu et ne se branchaient pas sur ce qui était juste. Ils n’étaient pas « attentifs aux détails » dans leur obéissance. Qu’est-il arrivé à ces hommes qui violaient et vendaient des marchandises le jour du sabbat ? Dans le cas de Jésus, il y avait un fouet et des tables renversées. Qu’a fait Néhémie ? Plutôt similaire, non ? Il leur a crié dessus et leur a dit d’arrêter, et il a posté des gardes pour s’assurer qu’ils ne recommenceraient jamais. Il y a eu beaucoup de colère ! (Néh. 13)

Et qu’a dit Néhémie à chaque fois ? « Oh Dieu, entends ma prière ! Vois mes tentatives vertueuses de te servir et de te faire plaisir ! » Il crie vers Dieu avec une conscience totalement claire sur ce qui se passe à l’intérieur des murs de la Ville Sainte. Les Murs sont en place, mais il faut encore faire attention à ce qui se passe à l’intérieur des Murs.

Allons-nous aussi nous soucier profondément de ce qui se passe à l’intérieur des murs ? Oui, bien sûr que nous le ferons ! Nous prêterons attention aux choix que nous faisons et aux endroits où nous allons... comme par exemple se rendre à la plage en maillot de bain ou une autre situation douteuse. Ne serons-nous pas au moins engagés dans la prière et le dialogue entre nous et n’essaierons-nous pas de résoudre ces problèmes ? « Hé, je tiens à toi. Je me soucie que tu puisses planter des graines minables dans ton cœur. Satan est trompeur. Ne sais-tu pas qu’un peu de levain fait lever tout le lot ? C’est vrai pour l’église, et c’est aussi vrai pour l’intérieur de ta tête ! » Si une personne fait des compromis et des petits choix qui sont destructeurs, cela conduira à une avalanche de tromperies et de durcissements. Paul a parlé des consciences qui sont « brûlées comme avec un fer chaud ». Les nerfs s’endorment et le péché ne nous concerne plus. Nous n’en ressentons plus la piqûre. S’IL VOUS PLAÎT... Ne nous laissons pas aller ! « Veillez, mes frères, à ce qu'aucun de vous n'ait un cœur de pécheur et d'incroyant. » « Veillez, mes frères... » - c’est un ordre ! « Veillez, frères, à ce qu’aucun d’entre vous n’ait une conscience brûlée... à ce que vous ne soyez pas endurcis et trompés par le péché. Assurez-vous qu’aucun d’entre vous ne tombe dans ce genre de situation. » Ce sont des COMMANDEMENTS.

Rester en sécurité ensemble !

La nature « d’être dans le monde mais pas du monde » a des ramifications pratiques. Mais ne l’interprétez pas comme une autorisation pour imposer des « lois » sur le genre de choses que nous pouvons faire ou pas, ou sur les endroits où nous pouvons aller ou pas. Notre désir passionné de nous aider mutuellement à grandir en Christ n’est pas dirigé vers les décisions pratiques en soi, mais vers les questions de cœur qui conduisent à ces décisions. POURQUOI faisons-nous ce que nous faisons ? Par exemple, une tentation serait de dire à une personne qu’elle « ne devrait pas aller au magasin XYZ parce qu’après tout il y a des vêtements indécents sur l’étagère... » Si vous vous concentrez sur les détails de la décision elle-même, vous passerez à côté des véritables enjeux. Les vrais problèmes consistent à s’assurer que nos cœurs et nos esprits sont purifiés et que nos motivations sont justes. Tout cela doit être « construit dans l’amour ensemble ». « Que nos cœurs soient soumis les uns aux autres. » « Que chaque affaire soit établie par le témoignage de deux ou trois personnes. » Passez les choses au crible et travaillez ensemble. Mais ne vous attardez pas sur les détails, comme... « Personne ici n’a le droit d’avoir une décapotable rouge. » C’est absurde ! Peut-être qu’une décapotable rouge est exactement ce que Dieu veut pour Sally, pour une raison très précise, et ce n’est pas vraiment à vous de le dire ! Mais vous vous soucieriez au moins de savoir pourquoi elle voulait cette décapotable.

J’espère qu’au préalable Sally demandera aux gens s’ils pensent que c’est une bonne idée ou pas d’acheter la décapotable rouge. Et j’espère qu’elle ne se contentera pas de « demander la permission » - ce serait puéril, absurde et très superficiel. Dans l’ensemble, Sally devrait demander parce qu’elle prend la situation à cœur. Son cœur veut être à l’intérieur des murs de la ville sainte. Elle veut être dans un endroit où le Royaume de Dieu s’épanouit et où les ennemis de Dieu sont tenus à distance. À l'intérieur de l'église, les portes de l'enfer ne peuvent prévaloir. Elle connaît son propre cœur, et elle sait qu’à moins d’être réprimandée chaque jour, elle sera endurcie et trompée. Elle ne fait pas confiance à ses motivations et n’est pas si bête que ça de croire : « Eh bien, je sais par moi-même ce que Dieu veut. J’entends Dieu - je le vois face à face tous les jours ! » NON, nous avons besoin les uns des autres ! Elle veut parler à quelqu’un et lui dire : « Voici ce que j’aimerais vraiment faire. Je pense que mes motivations sont pures et je sais où il pourrait y avoir des tentations, mais je ne pense pas qu’elles soient un problème. Je pense que la raison pour laquelle je veux acheter une décapotable rouge est pure, même si cela semble un peu fou ! Mais si vous pensez que ce n’est pas la bonne chose à faire pour moi, je veux en savoir plus. Je veux savoir, parce que je veux prendre en compte les choses auxquelles je suis aveugle ».

Si je ne suis pas prêt à prendre en compte les choses auxquelles je suis aveugle, alors je suis un imbécile, parce que je vais mettre mon cœur là où se trouve le dragon. Je veux que mon cœur soit dans un endroit où je puisse entendre, écouter et répondre au peuple de Dieu. Je veux que la Parole de Dieu soit vivante et active dans Son peuple, et vivante et active dans ma vie à travers Son peuple. Le Royaume de Dieu n’est ni ici ni là, il est au sein de Son peuple. Je veux m’assurer que je m’en inspire de manière réelle - en m’inspirant des dons d’Éphésiens 4 et des relations d’Hébreux 3. Je veux m’assurer que mon cœur est en plein milieu de l’Église, contre laquelle les portes de l’enfer ne peuvent prévaloir. Le dragon ne peut m’attraper, parce que je vis et grandis au milieu de Son peuple. Mes larmes, même si elles coulent, se transformeront en bassins de joie qui arroseront les jardins derrière moi. « La mort est à l’œuvre en moi pour que la vie soit à l’œuvre en vous. » La vie surnaturelle coule de mes larmes et de ma douleur, dans le sillage de ma volonté de me soumettre à Dieu et aux frères et sœurs au milieu de ma douleur. La vie surnaturelle est créée à partir de cela… des jardins luxuriants me suivent partout où je vais. Si je suis dans les murs de Dieu et que je pleure, mes larmes se transforment en rivières d’eau vive plutôt qu’en flaques de désespoir dans le monde. « Je construirai mon église contre laquelle les portes de l'enfer ne prévaudront pas. » Cela a des ramifications pratiques. Il n’a pas de ramifications juridiques quant à savoir si une sœur peut ou non acheter une décapotable rouge. Il y a des conséquences pratiques lorsqu’elle veut voir des choses qu’elle n’aurait peut-être pas vues autrement. Personne ne veut lui dire si elle doit l’acheter ou non. Ce qu’ils veulent, c’est qu’elle voit les problèmes de cœur qui y sont liés et l’aider à affiner sa réflexion et à exposer les énormes conséquences si elle prend la mauvaise décision…

...Par exemple, que se passe-t-il si elle s’approche d’un feu rouge dans une décapotable rouge et qu’il y a plein de mecs dans une voiture à côté d’elle ? Que se passera-t-il ? Il y a des conséquences à nos décisions qui nous préparent à ce que des choses terribles, terribles, terribles se produisent. La voiture pleine de mecs s’arrête et elle les ignore - cette fois-ci. La prochaine fois, elle apprécie… un peu plus, en tout cas. La fois suivante, elle a le toit baissé - exprès. Le cœur est teeeeellement trompeur. Il se nourrit de ces ordures et il grandit et grandit, de plus en plus. Peut-être que Dieu a une raison d’être pour la décapotable rouge, mais elle a intérêt d’être consciente des conséquences potentielles liées au fait de la posséder. Toute seule, elle n’aurait peut-être pas vu les terribles pièges. Mais lorsque les choses sont « établies par le témoignage » de multiples témoins – « la sagesse dans la multitude des conseillers » -, tout d’un coup, les portes de l’enfer ne peuvent plus la vaincre. Elle grandit et « elle ne sait pas comment ». Elle devient une femme de Dieu que les portes de l’enfer ne peuvent toucher parce que les relations, les dons, la sagesse, les soins et l’amour tourbillonnent autour d’elle. Elle a planté son cœur au milieu de tout cela. Elle ne désespère pas que les gens lui parlent des pièges et des faiblesses. Elle s’en réjouit ! Elle désire la sagesse et la perspicacité. Elle désire la nourriture, les dons et les relations. Elle ne veut pas être endurcie et trompée ! Elle ne veut pas être en dehors des murs où se trouvent le dragon et le lion rugissant. C’est là qu’il y a la tromperie, la fourberie et la ruse des hommes trompeurs et où elle sera toujours un enfant jusqu’au jour de sa mort. Peut-être que je peux être « sauvé » mais ma vie entière est brûlée parce que j’ai construit avec du bois, du foin et du chaume à l’extérieur des Murs de Sa Maison.

La vie et la mort à l’EXTRÊME !!

Ce sont des questions de cœur, et je veux m’assurer que vous comprenez avant tout que la vie et la mort sont en jeu. Le dragon est réel, et la guerre est RÉELLE. Jésus de Nazareth et son cheval blanc Fidèle et Vrai - c’est réel ! C’est exceptionnellement, incroyablement réel. Le ciel et l’enfer sont réels. Ce n’est pas une blague, ce n’est pas drôle et ce n’est PAS insignifiant. Ce n’est pas quelque chose que l’on peut ignorer avec arrogance. C’est une question de vie ou de mort à l’EXTRÊME. Je veux que vous soyez le chimiste qui peut voir le cyanure et l’acide s’écouler l’un vers l’autre et vous savez ce que cela signifie. Comme les fils d’Issachar, vous connaissez la signification de ces choses et vous savez ce qu’Israël devrait faire. Vous devez le voir. Si vous ne le voyez pas, vous êtes morts. Si vous adoptez une approche pacifique… vous vous fondez dans ce qui est « socialement acceptable »… vous ne faites pas de vagues… vous faites attention à ne pas offenser qui que ce soit… vous faites ce qui est « juste à vos yeux »… vous MOURREZ. Au strict minimum, vous serez décrépi, faible, méchant et pitoyable toute votre vie.

J’espère que vous comprenez l’extrême importance, pour la vie et la mort, de vous soumettre, du fond du cœur, à une vie pratique dans le Corps du Christ, au quotidien. C’est ohhhhh, si dangereux - la vie et la mort sont si dangereuses - de ne pas joindre son cœur à Sa Vie dans Son peuple au quotidien comme le disaient Jésus et l’écrivain aux Hébreux. Je voulais juste peindre ce tableau une fois de plus pour montrer que oui, il y a des tentations, des douleurs, des échecs et diverses difficultés à l’intérieur de la Ville avec des Murs dont les fondations sont posées par Dieu lui-même et par le Sang du Christ. Il y a des problèmes à l’intérieur de la Cité dont « le constructeur et le créateur est Dieu ». La croissance doit avoir lieu… les personnalités et les relations doivent être affinées. Il y aura des échecs… et puis des bras aimants pour s’envelopper et se soulever à nouveau. Ces choses auront lieu. Nous ne parlons pas d’un jardin d’Éden. Satan s’y est même montré aussi, vous vous en souvenez ? Nous ne parlons pas d’un environnement parfait.

Nous parlons de loyauté, d’engagement, d’amour et de soumission les uns envers les autres, de reconnaissance de nos propres cœurs, et de vivre dans la ville comme un mode de vie, au quotidien, avec son cœur. C’est la seule chose contre laquelle les portes de l’enfer ne peuvent prévaloir et ne prévaudront pas. Lorsque vous serez à l’intérieur des murs, il y aura des pleurs, mais les réservoirs de vos larmes arroseront le jardin de ceux qui vous suivent, et cela en vaut la peine.

Une dernière pensée…

C’est peut-être vraiment évident, mais je tiens à le préciser pour tous les lecteurs qui se demandent… il s’agit d’un Appel basé sur les promesses de Dieu à Son peuple dans le monde entier. Nous devons appliquer la Parole de Dieu à nos vies et à nos existences personnelles, individuellement et aussi collectivement. Le fait est que… Dieu est fortement désireux d’élever une ville située sur une colline à travers le monde. Des gens que nous connaissons, des gens que nous ne connaissons pas, 7000, ou 700.000 qui n’ont pas fléchi le genou devant Baal. Absolument, il n’y a pas parmi nous le sentiment que nous n’avons pas personnellement encore un million de kilomètres à couvrir !

Alors, ayez la passion de a) l’appliquer à votre vie personnelle, et b) reconnaître que Dieu appelle Son peuple par son Esprit dans le monde entier au terrain commun de la Vie en Christ dans un sens réel, corporatif, et pas seulement individuel. Le Saint-Esprit appelle à la construction du Mur autour de Son peuple dans le monde entier ! Cela n’a rien à voir spécifiquement avec nous. Nous voulons être obéissants du mieux que nous pouvons, mais il y a beaucoup d’autres personnes qui le veulent aussi. Nous en avons découvert beaucoup venant d’autres pays parce que nous avons eu des échanges de correspondance ou de visites avec eux. Mais il y a incontestablement une multitude de personnes que nous ne connaissons pas ! C’est l’œuvre de Dieu et elle n’est pas spécifiquement liée à nous, si ce n’est que nous voulons en faire partie aussi : :) S’Il est miséricordieux envers les personnes faibles comme nous, peut-être serons-nous assez bénis, assez chanceux et assez obéissants pour en faire partie ! C’est ce que Dieu veut faire et Il aura une Épouse qui se sera préparée. Amen ? Qu’il en soit ainsi ! Viens, Seigneur Jésus !

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon