Sur « Le Rôle des Femmes »

20/2/2000

Dimanche après-midi, le 20 Février, 2000

Question : Alors, quel est « le rôle de la femme » supposé être dans l’église, de toute façon ? Il y a tellement de controverse ! Certains disent que l’ensemble de l’enseignement de Paul sur les femmes et de leur rôle était seulement « culturel » et non « la Parole de Dieu. » Je sais que cela ne peut pas être vrai. Combien de la Bible devrions nous alors jeter, en vue de plaire à tout le monde sur tous les sujets ? Cependant, j’ai aussi des difficultés à comprendre ce que le rôle des femmes devrait être. Si elle est une cohéritière, peut-elle prêcher et diriger des études Bibliques et conduire la louange ? Est-ce que cela peut se produire ou non, selon Dieu ?

Le plus gros problème est que nous demandons : « Notre caniche devrait-il porter un béret, ou une casquette de baseball ou un chapeau de cow-boy quand il va danser ? » La réponse : « Aucune de ces réponses. Les caniches ne vont pas aux danses. » Nous passons notre temps à essayer d’interpréter les Écritures pour des environnements totalement non Biblique !! Les réponses légalistes sont fausses. Les interprétations culturalistes sont fausses. Les réponses libérales sont toutes fausses !! Les caniches ne vont pas aux danses, et Paul n’écrivait pas à des gens qui avaient à décider si les femmes devaient être autorisées à « prêcher des sermons » (il n’y en avait aucun) pendant le « culte » (il n’y en avait aucun) ou prendre la parole lors d’une « étude Biblique » (il n’y en avait aucune) ou de « diriger la louange » (fausse idée) au temps de Paul !

Il n’y a pas à se méprendre (1Cor 11, 14; 1 Tim 2; 1Pierre 3; etc.), que Dieu a un rôle différent en tête pour les femmes que pour les hommes. Cependant, le vrai rôle d’une femme ne peut être interprété que dans le contexte du Christianisme Biblique au quotidien. Nous ne pouvons pas comprendre la Pensée de Dieu, à moins que nous vivions comme une famille « du plus petit au plus grand, » « confessant les péchés à l’un l’autre, » et « portant les fardeaux des uns des autres pour accomplir la loi du Christ. » Toute tentative d’interpréter un rôle masculin / féminin dans le contexte non-Biblique des « fréquentations, » des « programmes, » des « cultes du dimanche dans une église de maison, » des « études Bibliques, » des « petits-déjeuners de prière mensuelle, » des « orateurs payés, » des « groupes de cellules, » des « bâtiments destinés aux fonctions religieuses, » et des « équipes de louange, » - va manquer la cible terriblement.

N’essayons pas de mettre « les points sur les i » quand le « i » n’existe pas encore ! En d’autres termes, construisons simplement à la manière de Dieu, sans gadgets, sans accueillir la chair humaine avec les horaires et les programmes humains. Essayons, sans hiérarchies et sans « enseignants, prédicateurs et dirigeants automatiques. » Ce « orateur automatique » ou ce « leader officiel » fait d’un homme rien de moins qu’un mini « vicaire » ou « substitut » (du mot Latin, « vicarius »). Avons-nous vraiment besoin d’un substitut pour le Christ ? Que ce soit un vicaire « protestant, » ou un catholique, c’est la même infraction désastreuse au Fils de Dieu. La traduction de « Nicolaïsme » est de « conquérir les Gens. » Jésus est VIVANT et n’a besoin de personne pour Le remplacer ! « Quand la Révélation vient à la seconde personne, laissez le premier s’asseoir ! » « Tout le monde a un mot d’instruction, une chanson, etc. »

Jésus a dit : « N’appelez aucun homme dirigeant, enseignant, père, vicaire - car vous êtes tous frères ! » Y a-t-il des Dons ? BIEN SÛR ! Mais, Oh, combien différent. Y a-t-il quelque chose ou quelqu’un « d’automatique ? » Non, non. Seulement Jésus. Point final.

Essayons de construire quotidiennement comme une Famille, plutôt que comme une organisation. Ainsi, savez-vous ce qui est aussi infructueux et vraiment en dehors du Cœur du Père que le christianisme institutionnel ? Le voilà : un « rien, avec des relations relâchées » est tout aussi erroné. Juste des gens sympas qui passent un du temps ensemble, n’est pas l’intention de Dieu pour « une Cité sur une colline qui ne peut être cachée. » Le « rien, avec des relations relâchées » n’est pas Sa pensée non plus ! Selon le Père, nous avons été « baptisés par l’Esprit » en quelque chose d’immensément plus grand que ça ! (1Cor 12). Si chacun d’entre nous donnait sa vie de façon tangible, chaque jour, comme un Sacerdoce, « joints et liés ensemble par tous les ligaments de soutien, » alors et seulement serions-nous en mesure de SAVOIR ce qu’est le « rôle de la femme, » conformément à l’Esprit et aux Paroles de l’Écriture.

Voici une autre façon de dire la même chose : Quel est le fondement sur lequel Dieu veut que nous comprenions pleinement les Écritures ? La prière personnelle et des études de Grec ? Oh, j’adore ceux-là, mais… NON, ce n’est PAS la fin de l’affaire !

« La Maison de Dieu, l’Église du Dieu Vivant, est le Pilier et le Fondement de la Vérité » dit le Seigneur.

Beaucoup de ce qui est apparemment contradictoire dans les Écritures, et la majorité des choses qui sont à l’origine des controverses et des divisions, est le produit d’ignorer le Conseil de Dieu sur ce point : « L’Église est le Pilier et le Fondement de la Vérité ! » Dans le milieu de la vie quotidienne, joints à l’un l’autre et cachés ensemble dans le Christ Jésus, baptisés dans un Corps dans un même Esprit, « ayant besoin des uns des autres » tous les jours, « luttant comme un seul homme pour la Foi, » voilà dans quel contexte Dieu Lui-même se montre et, qui apporte « l’unité de la Foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu ! » Dans cet environnement, où le Témoignage de Son Fils est évident dans « la façon dont tous les hommes sauront que vous êtes Mes disciples, » Il montre Ses Pensées à Ses Amis, alors que les choses se présentent. Sa Maison n’est pas un laboratoire, une bibliothèque, un groupe d’experts, ou une tour d’ivoire. Il s’agit d’une Famille « d’une centaine de maisons, de frères, de sœurs, de mères et d’enfants. » Nous devons être une Famille jour après jour, ou nous ne vivrons pas dans le désir de Son Cœur, et ne serons pas le « Béthanie » ou le « Béthel » où Il désire se reposer un peu et ouvrir Son cœur et partager la pensée actuelle applicable à Sa Famille, de la manière la plus confortable.

« Son Intention était que, maintenant, à travers l’Église, la sagesse infiniment variée de Dieu devrait être portée à la connaissance des dirigeants et des autorités dans les lieux célestes, selon Son dessein éternel qu’Il a accompli dans le Christ Jésus notre Seigneur ! »

Eh bien, « Le rôle de la femme » dans l’Église ? Commençons par être l’Église, et alors nous pourrons, dans le contexte de la Famille, découvrir ensemble ce que le rôle des femmes devrait être dans le cœur et la pensée de notre Père.

Question : Nous parlions ce matin au sujet des enseignants. Nous croyons l’Écriture quand elle dit que les femmes ne doivent pas enseigner les hommes. J’ai été influencé par des enseignements de femmes, et je veux être obéissant en toutes choses, est-ce mal de me mettre sous leurs enseignements ? Pourrais-tu nous donner un aperçu sur les femmes enseignant dans l’église ? Merci…

Salut… il y a tellement de difficulté à comprendre et à « obéir » les Écriture dans le monde non-Biblique, qui tente « d’appliquer » les enseignements Bibliques. Si je te disais : « Je veux que tu plantes des ananas et que tu les fertilises avec des crottes de Koala, » et que tu vivais au Canada, vous aimeriez « obéir » - mais vous ne pourriez pas. Vous pourriez appeler un pin par le nom de « plantes à ananas » et vous pourriez appeler les crottes de chien « crottes de Koala » et de continuer ainsi. Mais alors, si je disais : « Maintenant, je veux que tu prennes les ananas, et que tu les manges, » tu te retrouverais en train de manger des pommes de pin et d’être très malade. Pourquoi ? Parce que nous avons tenté de substituer des vérités et d’appliquer des choses, et de renommer des choses qui ne sont pas ce que « l’auteur entendait par ce mot » et ceci ne fonctionne pas dans votre monde. Tel est le dilemme de tant de choses auquel la plupart des gens font face.

« Toutes choses en commun » - ça veut dire QUOI ? ? !! On ne peut pas savoir et on ne peut pas le « faire » dans un monde non Biblique de l’assiduité et de la déconnexion et de levain dans le lot, où l’hypocrisie et la tiédeur peuvent rester cachées ou acceptées. Il peut s’agir d’un programme ou d’une « communauté » ou d’un truc… et d’un désastre ! La même chose est vraie pour le « rôle de la femme » et du « leadership » et du « repas du Seigneur » et tant d’autres sujets.

AINSI, que faire au sujet des « femmes auteurs » et des « femmes dans les chaires » et ainsi de suite ? Qui sait ? ! Un « bon auteur » n’est aucune preuve que ce soit que l’homme ou la femme connaisse même Dieu, ou vit une vie comme Jésus. Personnellement, je connais et j’ai passé un temps considérable avec un assez grand nombre d’auteurs à « grands noms » et de dirigeants et de musiciens dans la chrétienté (à leur domicile, au YMCA avec eux, dans leurs réunions et à leurs tables au petit-déjeuner), et trouve la majorité d’entre eux d’être aussi mondains, ambitieux et hypocrites que quiconque d’autre. Jésus n’est pas leur « Passion » - même quand ils écrivent des livres merveilleux sur ce sujet ! Ils sont si souvent fiers, égocentriques à l’extrême, assoiffés de pouvoir, et ambitieux. Et pire. Ils ne se soumettent pas à la Parole de Dieu, ou à n’importe qui autour d’eux. Et pourtant, leurs livres et leurs « sermons » sont merveilleux (et très lucratifs pour eux - ils vendent la Parole de Dieu et de la musique qu’ils prétendent inspiré de Dieu, « à but lucratif »). C’est pathétique et tragique.

DONC, que faire, dans ce monde non Biblique, face aux « femmes écrivains » - ou « hommes écrivains » - quand vous n’avez aucune idée de comment leurs vies sont vraiment, parce que le monde dans lequel ils vivent (remplit de levain, de hiérarchie, des traditions des hommes, dans leur tour d’ivoire) est si loin de Dieu ? Je ne sais pas ! Faites de votre mieux, et quand vous trouvez quelque chose qui sonne légitime, ne soyez pas dupés en pensant qu’ils doivent automatiquement bien connaître Dieu, ou qu’ils vivent comme ils écrivent. Contactez-les, peut-être. Envoyez-leur des choses à lire. Obtenez des commentaires sur ce qui se passe là où ils sont, car « vous les reconnaîtrez à leurs fruits » - et non pas par leur éloquence.

Question : « J’ai une question… cela a à voir avec ce que Paul écrivit dans 1Corinthiens 14:26-35. Pourrais-tu m’expliquer ce qu’il disait là, EN PARTICULIER en ce qui concerne les femmes ? Nous voulons vraiment faire les choses à la manière de Dieu, alors qu’est-ce que Paul veut dire que les femmes soient « silencieuses » ? Est-ce qu’elles ne doivent jamais dire un mot dans les réunions ? Et que dire de la vie quotidienne ? Je sais que nous sommes censés être une « famille, » mais je n’ai jamais été capable de le comprendre. Ça peut avoir l’air tellement irréel et mécanique. Y a-t-il des réponses ? Comment est-ce pour vous tous là-bas ? »

:) Oui, il y a des réponses, bien sûr. Et elles sont assez bien testées pour l’authenticité Biblique et leur fruit, dans les 15 ans que nous avons vécus de la manière indiquée, en tant que Famille. Je me sens un peu dépassé pour essayer de le décrire. Si quelqu’un vous demandait au sujet d’une semaine typique de votre famille, je pense que vous pourriez voir l’ampleur de la tâche de répondre à la question - si vous vouliez faire justice à la réponse au lieu d’être superficiel ! C’est un peu ce que je ressens. Je ne vois pas comment je peux répondre à fond avec des contraintes de temps en ce moment. Mais, je dirais que la réponse est relationnelle, plutôt que juridique, bien sûr - ce qui signifie que si nous fonctionnons comme famille tous les jours, alors les réponses peuvent être extraites de comment vous fonctionnez avec votre propre famille physique.

Bien entendu, les parallèles ne sont pas exactes, en raison des chiffres bruts dans « l’église tout entière » auquel Paul écrivait, et à cause des différents niveaux de relation, ainsi que les inCroyants qui étaient parmi la famille, à l’occasion mentionnée. Tout cela sont des facteurs, tout comme ils le seraient dans votre maison. Si un cousin au troisième degré était là, il y aurait quelques effets « Heisenberg » sur la dynamique de votre famille et, comment vous fonctionnez et parlez à l’un l’autre. Si un étranger était là - quelqu’un que vous ne connaissez pas du tout - cela affecterait votre dynamique familiale considérablement. Le peignoir n’est pas une option pour se balader dans la maison maintenant. La discussion au dîner ne serait probablement pas au sujet d’affaires sensibles, et ainsi de suite. Je viens d’utiliser ceci pour illustrer le point qu’il n’y a aucune façon que je peux répondre à ta question d’une façon générale, parce que chaque situation est différente.

Mais, les points que Paul fait ne doivent pas être violés :

1) Le rôle des hommes est différent de celle des femmes. Les femmes ne doivent pas dominer ou contrôler l’assemblée, mais être soumises à leurs maris et aux hommes en général.

2) Il ne doit pas y avoir plus de deux ou trois « inspirations » prophétiques en une seule séance. Il peut y avoir beaucoup d’enseignements et de discussions et de chansons et d’inspirations prophétiques sur un sujet, numéro un. Plus tard dans le temps ensemble, une autre inspiration prophétique totalement différente peut venir, et tout ce qui entoure ce sujet. Mais, quand une troisième inspiration entièrement différente se manifeste, elle doit être interrogée pour savoir c’est assez pour le Moment. « L’esprit du prophète est soumis au prophète. » S’il y avait une quatrième inspiration, nous savons qu’elle doit être mise de côté pour un autre temps, peu importe combien excellente elle peut être. « Deux ou trois au plus. » Dieu n’est pas le Dieu du désordre ou du chaos, et la « suralimentation » n’est pas bonne pour la santé.

3) Une langue n’est pas non plus utile à l’assemblée, s’il n’y a pas d’interprète - parce qu’elle est une source potentielle de chaos, et Dieu n’est pas l’auteur de la confusion ou du bruit ou du chaos.

De manière générale (mais comme je l’ai dit, ne va pas trop loin avec cela, parce que chaque situation est totalement différente et « tous ceux qui sont conduits par l’Esprit sont fils de Dieu ») - si les femmes désirent dire quelque chose, elles doivent (par le Principe de 1 Timothée 2, 1 Corinthiens 14, 1 Corinthiens 11 - parlant des femmes qui prophétisent) le faire dans la soumission - non pas comme un « enseignement autoritaire » (du Grec de 1 Timothée 2). « Est-ce Ok de poser une question ? » « Est-ce Ok si je peux offrir une pensée à ce sujet ? » Voilà l’esprit de tout ce qui serait dit.

Et, contextuelle, en écoutant la Voix de l’Esprit sur ​​ces questions, il était intéressant de voir que quand un très grand nombre était ensemble, y compris peut-être un grand nombre d’une autre ville, les femmes n’ont généralement pas senti la liberté dans l’Esprit de dire un mot. Et ces mêmes femmes peuvent être en mesure, sous Autorité, d’offrir une Pensée dans un environnement plus local (une salle de séjour, ou avec les 250 personnes locales qui sont intimement liés jour après jour), et d’être puissamment utilisées par Dieu, sans que quiconque puisse sentir un manque d’humilité ou de soumission.

DONC, à nouveau, vu à travers les yeux de la « famille » à la maison, auquel la plupart peuvent se rapporter, il n’est pas difficile de voir que les dynamiques d’une occasion spécifique ont beaucoup à voir si votre femme ou vos enfants devraient dire ou faire quelque chose. Et dans une situation différente, ce qu’elles peuvent faire, de façon acceptable, pourrait être bien différente. Et, si une femme est indiscrète ou montre un manque d’humilité et agisse d’une manière qui est inappropriée pour la situation, parce que chaque personne est quotidiennement impliquée dans la vie des uns des autres, quelqu’un pourrait facilement lui donner un petit coup de coude et lui chuchoter : « Pas ici. Pas maintenant. Il y aura un meilleur moment pour t’exprimer sur ce sujet. Cela est inapproprié. » Et elle sera heureuse et reconnaissante (mais peut-être un tant soit peu gênée sur son manque de jugement temporaire). C’est une famille, et non pas une « réunion » auquel on assiste, alors tout change radicalement !

Question : J’ai une préoccupation à propos des femmes dans les réunions ou simplement qu’elles parlent en général. A quoi ça ressemble quand les femmes sont tranquilles dans les réunions ? 1 Corinthiens 14:34 déclare : « Les femmes doivent garder le silence dans les églises. Car elles ne sont pas autorisées à parler, mais devraient être subordonnées, car même la loi le dit. » Est-ce que les femmes parlent aux hommes d’une certaine manière tout le temps ou, est-ce que ça se rapporte aux réunions ? Je demande spécifiquement sur les femmes qui parlent à tout homme en dehors de leurs maris. Je ne comprends pas bien cela. Je sais qu’il n’y a pas de mâle ou de femelle dans Son Église, juste le Christ. Comment est-ce que cela s’applique à notre vie quotidienne ? Je vais prier pour que Dieu nous donne la sagesse sur ce sujet.

Merci, Frère en Christ,

Salut, Au-delà de toute question, l’encouragement de Paul aux Corinthiens (à deux endroits) et à Timothée et à Tite - sur comment les femmes doivent être, ainsi que les Pensées de Pierre - dirigent tous vers le fait que les femmes sont clairement différentes des hommes dans comment elles se portent. Beaucoup de ceux qui traitent « l’Église » comme quelque chose à laquelle on « assiste » - une institution et une organisation, plutôt qu’une Famille - n’y arriveront jamais. Ils vont soit permettre aux femmes de dominer dans les « réunions » et en « vie réelle » … ou ils vont faire « des règles distinctes » pour des « réunions » et ensuite permettre aux femmes de dominer dans le reste de la vie…ou ils vont enterrer les femmes dans un certain rôle servile dans « les deux » mondes. Il n’y a PAS de bonnes réponses, lorsque l’Église ne fonctionne pas comme une Famille dans le Corps du Christ. « Cheville ronde dans un trou carré. » Les « Écritures » n’ont pas de sens dans un paradigme non Biblique. ‘Retirez le levain du lot.’ On ne peut pas le faire, dans un paradigme non Biblique. Ça ne peut qu’être excusé ou justifié ou légalement appliqué ou totalement ignoré. La VÉRITÉ ne peut être comprise que dans un modèle Biblique de la Vie au quotidien dans l’Église. « L’Église : le Pilier et le Fondement de la Vérité » - c’est le sens de ce verset. Quoi qu’il en soit, un grand et important sujet. Et des femmes entièrement libérées pour être ce que Dieu les a appelées à être, et pourtant fonctionnant pleinement dans le rôle que Dieu a prévu pour elles, sous la direction des hommes (et pas seulement leurs maris) - AH !

Quelle Merveille pour les yeux ! Vraiment excellent. Les femmes qui sont asservies comme des paillassons et les femmes qui sont féministes dominatrice - N’ont aucune idée de combien cela peut être impressionnant de le faire à la manière de Dieu !!

Extraits d’une question…

J’ai écouté les enregistrements intitulés « Les Femmes Silencieuses dans l’Église » et j’ai une question dans mon contexte. Je suis désolé, mais j’ai besoin d’exprimer ma compréhension émergente sur cette question. Ne t’inquiète pas d’écrire vite, si ce n’est pas commode. J’ai confiance que mes questions deviennent plus ciblées alors que je vois une image plus claire de l’intention ultime du Père.

…Pour résumer tout cela, cette femme n’est pas assoiffée de pouvoir pour le pouvoir, je pense. Elle est comme une maman qui en a marre de ses enfants qui ne se conforment pas selon ses attentes, et dit qu’en réalité, c’est Dieu qui en a marre. Que puis-je faire d’autre que de prier et de jeûner ? Cela fait 15 mois maintenant. Peut-être que ce n’est pas droit /juste de te demander, mais vous semblez avoir vécus ces choses, qui peuvent vous permettre de sentir si le Seigneur est dans cette chose, et à quel degré. J’aime ces gens comme ma propre famille, et mes enfants sont blessés, alors que le temps s’écoule sans trop de résolution.

Est-il vrai que le Seigneur a prévu pour l’homme (le mari seul ?) de diriger la famille et l’église, et même s’il a tort (ou tombe dans le péché ?), La femme (l’épouse ?) doit obéir ?

Merci et amitié,

NON, NON ! Tu ne me comprends pas ! Xoxooxo !!!!!!!!!! Pas sûr, tu as eu cette idée !! ! Évidemment qu’une femme ne doit jamais se dérober et « obéir » à quoi que ce soit de mauvais, au péché ! Je n’ai jamais été disposé à accepter ce scénario comme venant de Dieu. « Jugez s’il est préférable d’obéir à Dieu, ou à l’homme ! » Toute autorité doit refléter l’Autorité de Jésus (« toute Autorité dans le Ciel, et sur ​​la Terre, M’appartient ») en matières Spirituelles, ou l’autorité a usurpé la place à laquelle elle a été déléguée, et ne doit pas être obéie.

Le fait est, que vous ne serez jamais capable « d’imaginer » comment adapter de nombreuses Écritures dans un tel paradigme incroyablement non Biblique de ce que tu as dû endurer là-bas. Beaucoup d’Écritures ne peuvent pas donner de sens ou être mises en pratique dans un tel environnement défectueux et mauvais. Et c’est un péché, si pour aucune autre raison (et il y a, sans doute, d’autres raisons) car non Biblique dans son essence même et dans sa manière de « servir Dieu. »

Quelques e-mails suivent sur le thème de l’autorité et des rôles de l’homme / la femme avec l’un l’autre, ce qui peut éclaircir un peu.

Salut, Quelques réflexions échangées entre les saints, il y a longtemps…griffonnées au sujet de « l’autorité. »

Il faut comprendre « l’Autorité » ! Prenez une situation hypothétique pour aider à interpréter les autres situations liées à « l’autorité. » Aux États-Unis, une position au niveau du Cabinet connu comme « Secrétaire à la Défense » ou une position militaire connu comme « le Chef d’état-major des Armées des États Unis » a un pouvoir énorme et un statut de prise de décision. Cependant, elles se rapportent au Chef de la Direction, le Commandant en Chef - le Président des États-Unis.

Il a le pouvoir ultime. Ils seraient totalement irresponsables de ne pas parler très franchement au Président sur leurs points de vue. Ils ont l’expertise que souvent il n’a pas. Néanmoins, il prend la décision finale et ils doivent être en faveur de cette décision. Si sa décision est contraire à leurs recommandations, et que les choses échouent (comme ils le lui avaient prédit, sincèrement) - ils ne seront pas des traîtres à son autorité avec l’attitude « Je vous l’avais bien dit, » ou de permettre à quiconque dans les médias ou à la presse de leur faire savoir qu’ils avaient eu raison, et que le Président avait tort. Ce manque de loyauté et d’insubordination est TOTALEMENT mauvais. Ils travailleront simplement avec lui pour reconstruire et trouver de nouvelles solutions pour les problèmes nouveaux. Mais Il continuerait d’avoir leur plein soutien et leur fidélité. Voilà « l’Autorité » pour laquelle Jésus a félicité le Centurion, et l’a vu être de Grande Foi.

Maintenant, voici un autre scénario. Disons que le Président a demandé au Secrétaire à la Défense de faire quelque chose d’illégal. Maintenant ceci est une histoire totalement différente ! Il y a des lois auxquelles le Président doit se soumettre, qui sont plus grandes que lui. Il n’a aucune « autorité » de demander à quiconque de violer la loi, tout simplement parce qu’il a « l’autorité. » Il détient seulement cette « position d’autorité » fondée sur la loi, et n’aura jamais le droit de « commander » quelqu’un ou de faire une décision qui viole « l’autorité déléguée » qu’on lui a accordée. Il n’est pas un « propriétaire » de l’autorité, mais a seulement été confié le pouvoir de faire un travail, dans les limites de la loi et d’une plus grande autorité qui est sur lui.

De façon similaire, l’autorité dans la maison, et dans des situations Spirituelles, est réelle et appropriée. Dieu Lui-même donne l’autorité à quelqu’un dans diverses situations, dans l’Église et la Famille et, dans le lieu de travail et ailleurs. Répondant à cette « autorité déléguée » est une question de Foi, comme ce fut pour le Centurion, qui était si félicité par le Maître Lui-même. Si nous ne répondons pas à l’autorité, nous ne pouvons pas plaire à Dieu. Nous ne pouvons pas avoir « Dieu » comme autorité et sauveur, si nous ne répondrons pas à l’autorité qu’Il a placé dans nos vies, que nous « aimions » ou que nous soyons toujours « d’accord » avec ce qu’ils décident (comme dans l’exemple ci-dessus du Président) - ou pas.

Toutefois, dans un environnement non Biblique, avec l’autorité faussement désignée par l’homme (le clergé) ; ou des autorités autoritaires, sans foi ni loi dans la maison ou au travail…tous ceux qui nous demandent de désobéir à Dieu ont outrepassé leur autorité et… « Jugez-en par vous-mêmes s’il vaut mieux obéir à Dieu, ou à l’homme. » L’Autorité est réelle, et nous désobéissons à Dieu, quand nous nous rendons nous-mêmes l’ultime autorité, parce que nous ne nous soumettons pas à ceux que Dieu a placés dans nos vies - dans la famille, ou à l’Église, ou au lieu de travail, ou à l’environnement civil. Dieu est à la racine de l’Autorité déléguée aux hommes, et de manquer cela ou d’ignorer cela est l’arrogance et l’inCrédulité ultime. Mais, au point où quelqu’un (dans ces environnements) nous demande de désobéir à Dieu, ils ont renoncé à leur droit d’avoir « l’autorité » dans ce domaine.

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon