La Prière : Le Monde n’est pas Rond Non Plus

Dieu construira Son Église sur le Rocher de la révélation de Jésus aux yeux de notre cœur que la chair et le sang n’ont pas révélé. Sa personnalité devient la nôtre et nous sommes participants de Sa nature divine avec la capacité de vaincre les péchés, en Le contemplant et en étant transformés d’un degré de gloire à un autre.

27/3/1996

Tout ce que Dieu Dit est Vrai

Tout ce que Dieu a dit est vrai. Comme l’a dit le Psalmiste, la somme, le total, de Sa Parole est vrai. Vous pouvez sortir un verset et lui faire dire ce que vous voulez. C’est ce que satan a fait, si vous vous souvenez, lorsqu’il tentait Jésus. « Dieu n’a-t-Il pas dit ? Dieu n’a-t-Il pas dit ? » Et Jésus a répondu, « Eh bien, Il l’a dit, mais tu ne le comprends pas. Tu le déformes. Ce n’est pas la bonne application pour cela. Tu ne l’expliques pas complètement, ou tu ne le prends pas dans le contexte de ce que Dieu voulait dire quand Il l’a dit. »

Nous avons tendance à vouloir affiner la parole de Dieu ; nous voulons la comprendre, pas simplement prendre pour argent comptant quelque chose que Jésus ou les apôtres ont dit sans comprendre la somme de la Parole, qui est la vérité. La vérité, c’est la totalité de la pensée de Dieu dans la prière, pas seulement le fait de choisir un verset ici et là. L’affiner par notre propre expérience – « Bien, cela ne semble pas fonctionner, donc cela ne doit pas vouloir dire cela ! » - est une manière terrible d’aborder les Écritures. D’un autre côté, dire « Cela ne semble pas fonctionner, je ne dois donc pas très bien le comprendre » est une merveilleuse façon d’aborder les Écritures. Cela engendre plus d’apprentissage, un regard plus profond dans le cœur et l’esprit de Dieu. « Je sais que ce verset est vrai, mais qu’y a-t-il d’autre de vrai que je ne prends pas en compte ? » Par opposition à, « Eh bien, ce verset n’est pas vrai. Oublie ce verset. » Il est vrai. C’est juste que tu n’as pas encore le cœur et l’esprit de Dieu. Alors creuse plus profondément, plutôt que d’abandonner ou de déformer le verset pour l’adapter à ton expérience.

Des Versets sur la Prière

La question m’est venue à l’esprit : Voyons ce que les hommes du Nouveau Testament avaient à dire sur le thème de la prière. Après tout, il s’agit d’hommes dont les paroles ont été enregistrées pour la plupart. Ils mentionnent en fait des choses qu’ils demandent spécifiquement dans le Nouveau Testament. Voyons le genre de choses qu’ils demandent et voyons si c’est le genre de choses que j’ai demandé et si je n’ai pas raté le coche.

Voici une recherche de mots que j’ai effectuée. Je n’ai probablement pas tout saisi, mais j’en ai probablement compris la plupart. La recherche de mots portait sur tous les endroits où l’on dit « prier, » « prière, » « demander » ou « demande » dans la NIV. Je cherchais des demandes de prière spécifiques. (Pour le but que je poursuivais, je n’ai pas classé comme demande spécifique les moments où il est dit des choses comme, « Soyez vigilants et continuez toujours à prier pour tous les saints. » Je cherchais les fois où l’on demandait quelque chose de spécifique pour une certaine personne, pour que tel événement ait lieu, etc.) Ce que j’ai remarqué, c’est que beaucoup de demandes ne sont pas spécifiques, mais lisons-les pour avoir une idée de certaines des choses spécifiques qui ont été demandées.

Dans Matthieu 6 où Jésus enseignait aux disciples comment prier, ils ont prié pour le pain quotidien, ils ont prié pour ne pas être induits en tentation. On peut résumer cela en une demande spécifique - ne pas être induit en tentation. Cela se retrouve à plusieurs endroits.

Matthieu 24:20 : « Priez pour que votre fuite n’ait pas lieu en hiver ou le jour du Sabbat. » C’est quelque chose de spécifique. Il prophétisait que quelque chose de terrible allait se produire. D’une certaine manière, la prière le communique.

Matthieu 26 : Jésus leur a de nouveau demandé de « veiller et de prier afin de ne pas entrer en tentation...... L’esprit est bien disposé, mais le corps est faible, » voilà ce que Jésus avait à l’esprit. Il sait combien nous sommes vulnérables.

Marc 9:29 : « Cette espèce peut sortir par la prière. » C’était pour qu’un démon soit expulsé - autre chose spécifique. Ce que vous ne voyez pas vraiment, c’est : « Changez la vie de cette personne. Rendez cette personne égoïste… » Ce genre de chose.

Marc 13:18 : « Priez pour que cela n’arrive pas en hiver. » Une fois de plus, il y a un passage parallèle à ce que nous avons lu précédemment. La note que j’ai faite dit : L’événement aurait lieu souverainement. Dans la pensée souveraine de Dieu, l’événement aurait lieu, l’instruction viendrait, les prières des saints pourraient changer les choses.

Marc 14 : « Veillez et priez afin de ne pas entrer en tentation. » 

Luc 1:13 : « ‘Ne crains pas Zacharie’, dit l’ange. Ta prière a été exaucée. Ta femme Élisabeth t’enfantera un fils et tu lui donneras le nom de Jean. » C’était une prière pour un enfant, une autre chose spécifique aussi.

Il est intéressant de constater que beaucoup de genre de choses pour lesquelles je prie ne sont pas vraiment mentionnées.

Luc 10:2 « Il leur dit : ‘La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Demandez donc au maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans son champ de moisson.’ » C’était très précis.

Luc 11:13 : « Si donc, bien que vous soyez mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il le Saint-Esprit à ceux qui le lui demandent. »

Luc 21:36 : « Priez pour que vous puissiez échapper à tout ce qui va arriver, afin que vous puissiez tenir debout. » Se préparer à faire face à des circonstances très difficiles.

Luc 22:40 : « En arrivant à cet endroit, il dit : ‘Priez pour que vous ne tombiez pas dans la tentation.’ »

Luc 22:45-46 : « S’étant levé après avoir prié, il revint vers les disciples et les trouva endormis, épuisés par la tristesse. Pourquoi dormez-vous ? leur demanda-t-il. Levez-vous et priez, afin que vous ne tombiez pas dans la tentation.’ » C’était surprenant. Je n’aurais pas deviné que celle-là serait apparue si souvent.

Jean 17 : « Ma prière n’est pas de les retirer du monde, mais de les protéger du malin. » C’est encore lié au fait de ne pas tomber dans la tentation.

« Sanctifie-les par la vérité. Ta Parole est vérité. » Jésus a offert une prière pour que des personnes spécifiques soient sanctifiées.

Jean 17 : « Ma prière n’est pas pour eux seuls. Je prie aussi pour ceux qui croiront en moi par leur message, afin que tous soient un. »

Actes 4:29 : « Que le serviteur de Dieu parle avec assurance. » Une prière pour parler avec assurance.

Actes 8:22 : « Repens-toi de cette méchanceté et prie le Seigneur, dit Pierre. Peut-être te pardonnera-t-il d’avoir eu une telle pensée dans ton cœur. »

Actes 14:23 : « Paul et Barnabas leur ont désigné des anciens dans chaque église et par la prière et le jeûne, ils les ont confiés au Seigneur en qui ils avaient mis leur confiance. » Engager des hommes dans l’œuvre de Dieu.

Le Désir de Dieu que Tous se Repentent

En voici une écriture intéressante. Lorsque Paul était devant Agrippa dans Actes 26 : « Paul répondit : ‘Qu’il faille peu ou beaucoup de temps, je prie pour que non seulement toi mais tous ceux qui m’écoutent aujourd’hui deviennent ce que je suis, à l’exception de ces chaînes.’ » Il est dans une salle d’audience, non ? Ce type lui dit : « Tu espères donc que je devienne Chrétien en si peu de temps ? » Il donne cette réponse, « Je prie Dieu que non seulement toi, mais tous ceux qui m’écoutent deviennent ce que je suis, à l’exception de ces chaînes. » Cela semble beaucoup plus vaste et d’une portée plus globale que les autres. « Je prie pour que tous les hommes... » Cela avait un aspect global que beaucoup d’autres n’avaient pas.

Dieu a envoyé son Fils unique pour le monde. C’était le désir de Dieu que tous les hommes parviennent à la connaissance de la vérité. Dieu a certains désirs qui sont des désirs globaux, mais c’est une chose spécifique, en ce sens que, « Je prie pour qu’ils soient sanctifiés par la vérité. Ta Parole est vérité. » En d’autres termes, la prière est essentiellement qu’ils entendent Sa parole et y répondent, qu’ils soient sanctifiés, qu’ils se repentent. Que Dieu leur accorde la repentance.

Le désir de Paul serait que toute cette assemblée, y compris le roi, entende la parole de Dieu et la laisse toucher leur cœur. « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs. » C’est un commandement. Sa prière est la suivante, « Dieu, veux-tu envoyer Ta parole de manière à leur donner une chance de ne pas endurcir leur cœur et de se repentir ? Permets que Tes paroles ne tombent pas sur le sol afin que la seule chose entre eux et Toi, Dieu, ne soit pas un malentendu ou une famine dans l’écoute de la Parole, mais leur propre cœur égoïste. Il y a quatre sortes de sol, Père, et je prie pour que les oiseaux du ciel soient tenus à l’écart jusqu’à ce qu’ils puissent décider s’ils veulent la vérité ou s’ils ne veulent pas la vérité. Mais fais que ce soit clair. »

Paul a dit, « Priez pour que je la proclame clairement, comme je le dois. »

« Dieu, donne-moi la grâce, donne-moi la capacité, donne-moi l’onction pour enlever tous les obstacles de l’incompréhension et de l’ignorance afin qu’ils puissent avoir une chance équitable de décider dans leur propre cœur, sans confusion ou chaos ou distraction s’ils aiment Jésus et veulent Jésus, ou s’ils veulent se rebeller comme le méchant serviteur qui a dit, ‹Nous ne voulons pas que cet homme soit roi sur nous.’ Qu’ils y voient clair comme ils le doivent. »

C’est là toute la passion de la chose. Je pense que la déclaration de Paul dans ce verset est, « Dieu, que ce soit clair comme de l’eau de roche. » Je prie Dieu pour que ce soit clair comme du cristal afin que vous puissiez tous parvenir à la connaissance de la vérité et à la repentance, si c’est ce que votre cœur est prêt à faire, de votre plein gré.

Souvent, il y a des choses que l’on pourrait appeler sémantiques. Paul ne s’est pas lancé dans une longue discussion théologique sur ce qu’il disait. Je pense qu’il faut aussi comprendre que le mot « prière » ne signifie pas nécessairement « saint, à genoux, les mains croisées, ‘je me couche maintenant pour dormir’ ». C’est une « supplication. » C’est une conversation. Dans la King James, le mot « prier » apparaît beaucoup plus souvent que dans la NIV. Il s’agit du même mot grec dans de nombreux cas - deux ou trois mots lui sont associés - certains sont plus religieux que d’autres. Le mot « prier » apparaît plus souvent dans la King James, mais dans la NIV, on a essayé de distinguer les moments où l’on utilise ce mot.

Pour nous, le mot « prier » a toujours une connotation religieuse. Ce mot n’est pas nécessairement toujours religieux lorsqu’il est utilisé dans le Nouveau Testament. Certains mots grecs sont plus accentués que d’autres. Le fait est que bien que cette prière spécifique de Paul soit plus globale dans un sens, cela ne signifie pas nécessairement que Paul avait la foi que Dieu lui a dit que tout le monde dans cette salle allait être sauvé. Il ne dit pas nécessairement, « Je prie cela avec confiance, je demande selon Ta volonté. Il est évident que c’est Ta volonté Dieu, que tous les hommes viennent à la repentance et à la connaissance de la vérité, donc je prie parce que je sais que c’est Ta volonté que tout le monde ici soit sauvé et je prie que le roi et tous les autres soient sauvés et deviennent ce que je suis. » Ce n’était pas ce genre de chose, évidemment. Paul ne parlait pas avec la foi d’avoir entendu Dieu dire que tout le monde dans cette pièce allait devenir Chrétien, mais c’était le désir de son cœur que cela arrive, tout comme Il a envoyé Son Fils unique pour que le monde entier soit sauvé, pour que tous les hommes parviennent à la connaissance de la vérité. C’était le désir de son cœur et je pense que c’est ce que Paul exprimait - le désir du cœur de Dieu qu’ils puissent être sanctifiés. Mais c’est par sa Parole et par la vérité. C’est la vérité qui les rend libres. S’ils n’aiment pas la vérité, selon 2 Thessaloniciens 2, ils ne seront pas sauvés. S’ils n’aiment pas la lumière (Jean 3), ils ne peuvent pas être sauvés. Il n’éliminait pas vraiment leur libre arbitre en cela, il exprimait simplement le désir de Dieu en disant, « Vous tous, sûrement, vous seriez mieux si vous étiez sauvés et si vous étiez ce que je suis. »

Être DANS la Volonté de Dieu

Actes 28:8 : « Son père était malade au lit, souffrant de fièvre et de dysenterie. Paul entra pour le voir et après avoir prié, lui imposa les mains et le guérit. »

C’est intéressant. Il est dit « après avoir prié, » il lui imposa les mains. Est-il possible dans ce cas que cette prière n’était pas nécessairement pour cet homme ? Peut-être cherchait-il Dieu, essayant de trouver l’esprit et le cœur de Dieu sur ce que Dieu ressentait pour cet homme malade et si oui ou non c’était dans le plan de Dieu de le guérir à ce moment-là. Il ne s’agit pas nécessairement d’une prière pour la guérison de cet homme.

Jésus n’a pas dit, « Père, je te prie de sécher ce figuier. » Il était dans la volonté de Dieu et Il a dit, « Tu es mort. Tu ne porteras jamais de fruits. » Dites à cette montagne, « Ôte-toi de là. » Ne dites pas à Dieu, « Enlève cette montagne. » C’est un mode de vie différent d’être dans l’Esprit et d’ordonner à quelque chose de se produire, plutôt que de demander à Dieu de faire quelque chose. Pour être dans l’Esprit et commander un figuier ou une montagne, il faut être en communion avec Dieu et savoir ce qu’Il veut. Ensuite, presque en dehors de la prière elle-même, vous êtes autorisé à faire cette chose. C’est comme si je te donnais les clés de ma voiture pour les six prochains mois, je t’ai autorisé à la conduire. En un sens, tu m’as demandé les clés de la voiture à un moment donné il y a six mois et je t’ai donné l’usage illimité de cette voiture pendant cette période de six mois. À la fin des six mois, les clés me reviennent, si tel était l’accord initial. Mais au fond, il n’est pas nécessaire que tu me le demandes à chaque fois, car tu es « dans le droit » quand tu le fais. Il suffit de mettre la clé et de partir, et tu es automatiquement dans le droit parce que c’est quelque chose que nous avons décidé auparavant.

C’est un peu la même chose dans la marche Chrétienne, que Jésus ait pu faire cela au figuier ou que Paul ait prié, puis se soit retourné et ait imposé les mains à l’homme et l’ait guéri. Jésus lui a donné les clés, puis il les a utilisées. Ce n’est pas Jésus qui est descendu du ciel et a mis les clés pendant que Paul priait. C’était ce que Paul était en raison de sa communion avec Dieu, plutôt que Paul comme un pion dans le jeu, priant et étant au milieu de la chose. C’était ce que Paul était devenu grâce à sa relation avec Jésus. C’est une image plus grande.

Dans Actes 5, je ne suis pas sûr que cela aurait vraiment été dans le caractère de Dieu que Pierre demande à Dieu de tuer Saphira. C’était plutôt dans la ligne de ce que Jésus a dit sur les clés du royaume. On lie sur la terre ce qui a été lié au ciel. « J’ai déjà fait cela, Pierre. Maintenant tu prononces les mots et tu les exécutes. » Par la communion plutôt que par « Mon Dieu, je t’en prie, tue Saphira. »

Romains 1:10 : « ...dans mes prières en tout temps, et je prie pour que maintenant enfin, par la volonté de Dieu, la voie me soit ouverte pour venir à vous. » C’est en fait une chose fréquente dans les lettres de Paul, que Dieu lui permette une occasion de se réunir avec les saints.

Romains 10:1 : « Frères, le désir de mon cœur et la prière que je fais à Dieu pour les Israélites, c’est qu’ils soient sauvés. » Cela aurait pu être aussi une catégorie un peu globale. Il avait également une idée du moment, comme vous lisez tout le chapitre 10 de l’épître aux Romains, pas nécessairement que chaque Israélite ou chaque Juif vivant à ce moment-là serait sauvé. Il voyait une image plus large de l’arrivée des païens, de la jalousie des Juifs qui aboutirait finalement, à un moment donné, à ce que de nombreux Juifs et Israélites viennent à Dieu. Il est intéressant de noter qu’il avait une prière pour quelque chose qu’il ne s’attendait pas nécessairement à voir de son vivant.

Romains 15:31 : « Priez pour que je sois sauvé des incrédules de la Judée et que mon service à Jérusalem soit agréable aux saints de cette ville... » Il a prié pour être sauvé. C’est une chose précise.

2 Corinthiens 13:7 : « Maintenant, nous prions Dieu que vous ne fassiez rien de mal. Non pas que les gens voient que nous avons résisté à l’épreuve, mais que vous fassiez ce qui est juste, même si nous semblons avoir échoué. » « Nous prions pour que vous ne fassiez rien de mal. » Vous voyez la confiance ?

Éphésiens 6:19 : « Priez aussi pour moi, afin que chaque fois que j’ouvre la bouche, des paroles me soient données pour que je fasse connaître sans crainte le mystère de l’Évangile dont je suis l’ambassadeur dans les chaînes. Priez pour que je puisse le déclarer sans crainte, comme je le dois. » Il s’agissait d’une demande spécifique de Paul.

Prière pour la Maturité

2 Corinthiens 13:9 : « Nous nous réjouissons chaque fois que nous sommes faibles, tandis que vous êtes forts ; et ce que nous souhaitons dans nos prières, c’est votre perfectionnement. » C’est une prière qui pourrait être discutable, je suppose, une prière pour la perfection de quelqu’un. Ce mot, teleos, pourrait être mieux rendu par « maturité, » « achevé, » « mûr, » « adulte. » Ce n’était pas nécessairement quelque chose dans une limite de temps.

Éphésiens 3:16-17 : « Je prie pour que selon Sa glorieuse richesse, Il vous fortifie intérieurement par Son Esprit, avec puissance, afin que le Christ habite dans vos cœurs par la foi. Et je prie pour que, étant enracinés et affermis dans l’amour… »

Philippiens 1:9 : « Et voici ma prière, que votre amour abonde de plus en plus en connaissance et en profondeur de compréhension. »

Colossiens 1:9 : « ...nous n’avons pas cessé de prier pour vous et de demander à Dieu de vous remplir de la connaissance de sa volonté par toute sagesse et toute intelligence spirituelle. Nous prions ainsi afin que vous meniez une vie digne du Seigneur et que vous lui plaisiez en toutes choses, portant du fruit en toute bonne œuvre et croissant dans la connaissance de Dieu… »

Colossiens 4:2-4 : « Adonnez-vous à la prière, en étant vigilants et reconnaissants. Et priez aussi pour nous, afin que Dieu ouvre une porte à notre message, pour que nous puissions annoncer le mystère du Christ pour lequel je suis enchaîné. Priez pour que je puisse le proclamer clairement, comme je le dois. »

L’intention de Dieu n’est pas simplement le salut. Son appel n’est pas simplement le salut. Paul a cette passion et ce cœur pour dire, « Dieu, nous ne voulons rien d’ordinaire. Père, rien d’ordinaire. Sépare le bon grain de l’ivraie. Je démasque ceux qui ne sont pas vraiment parmi nous. Par leur sortie, ils ont prouvé qu’ils n’ont jamais été parmi nous. Ne laisse pas ceux qui mangeraient au festin d’amour sans le moindre scrupule et qui ont les ténèbres les plus noires réservées pour eux, ne les laisse pas rester au milieu de nous et faire lever le lot. Dieu, libère toutes les entraves qui empêcheraient les gens de grandir jusqu’à la plénitude de la mesure de la stature de Christ. Qu’elle brille comme une ville située sur une colline. Que Ton nom soit honoré. Que le niveau de maturité, la profondeur de la vision, la sagesse, le cœur et l’amour brillent de tous leurs feux. Rien d’ordinaire. Rien d’ordinaire. Libère toutes les ordures et tous ceux qui ne veulent pas continuer, que cela se sache. Ceux qui veulent continuer, remplis-les à ras bord afin que le cœur, l’esprit et la personnalité du Christ puissent briller comme des étoiles dans l’univers. Que cet appel soit digne. Amène-les dans ce lieu de plénitude de la valeur de cet appel. »

Je pense que c’est vers cela que tendent tous ces versets. « Dieu, ouvre les portes du ciel pour que rien ne soit ordinaire. Ne laisse rien nous retenir. »

2 Thessaloniciens 3:1-2 : « Enfin, frères, priez pour nous afin que le message du Seigneur se répande rapidement et soit honoré, comme il l’a été pour vous. Et priez pour que nous soyons délivrés des hommes méchants et malveillants, car tous n’ont pas la foi. »

Philémon 1:6 : « Je prie pour que vous soyez actifs dans le partage de votre foi, afin que vous ayez une pleine compréhension de tous les biens que nous avons en Christ. 

Hébreux 13:19 : « Je vous exhorte tout particulièrement à prier pour que je puisse bientôt vous être rendu. »

Jacques 1:5 : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu qui donne généreusement à tous sans reproche, et elle lui sera donnée. »

Jacques 5:13 : « L’un d’entre vous est-il en difficulté ? Qu’il prie. Quelqu’un est-il heureux ? Qu’il chante des chants de louange. L’un d’entre vous est-il malade Qu’il appelle les anciens de l’église pour qu’ils prient pour lui et l’oignent d’huile au nom du Seigneur. Et la prière offerte dans la foi guérira le malade ; le Seigneur le relèvera. S’il a péché, il sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns aux autres et priez les uns pour les autres afin d’être guéris. » Une prière pour la guérison.

1 Jean 5:14-16 : « Voici l’assurance que nous avons de nous approcher de Dieu : si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous entend. Si nous savons qu’il nous entend - quoi que nous demandions - nous savons que nous avons ce que nous lui avons demandé. » Cela résume ce que nous lisions au début : savoir que Dieu a entendu les choses que nous avons demandées, alors nous savons que nous aurons ce que nous avons demandé.

1 Jean 5:16 : « Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne conduit pas à la mort, qu’il prie et Dieu lui donnera la vie. Je parle de ceux dont le péché ne conduit pas à la mort. Il y a un péché qui conduit à la mort. Je ne dis pas qu’il devrait prier à ce sujet. » La raison pour laquelle j’ai dit que c’était si intéressant, remonte à ce que nous avons lu au début. Jean l’apôtre, celui que Jésus aimait, il a posé sa tête sur les genoux de Jésus. Il a probablement mieux compris Jésus que n’importe quel homme qui a marché avec Lui dans sa vie. Il comprenait dans son esprit les choses pour lesquelles il priait. Une chose est sûre, c’est que dans l’esprit de Jean, il était clair qu’il y a certaines catégories de choses pour lesquelles nous pouvons offrir une prière à Dieu et qu’Il changera, et d’autres choses qui ne sont pas dans cette catégorie. Et il dit, « Ne priez pas pour cela. »

3 Jean 1:2 : « Cher ami, je prie pour que tu jouisses d’une bonne santé et que tout aille bien pour toi, de même que ton âme se porte bien. » Une prière pour la santé. Cela apparaît dans les Écritures.

Ce que j’ai retenu de ces écritures, c’est que Jean et les autres hommes qui ont enregistré les paroles de Jésus et ceux qui connaissaient très bien Dieu, les gens qui vivaient à une époque où l’Esprit de Dieu avait une puissance extraordinaire, les choses qu’ils demandaient n’étaient pas du genre « Change cette chose. » J’y reviens sans cesse, car cela faisait partie de ma compréhension de ce qu’est la prière, et je ne considère plus cela comme exact.

Lisez Éphésiens 3:16 pour voir le genre de choses que Paul demandait. Il entre dans ce que je considère comme le domaine de l’influence persuasive de Dieu sur une personne. Nous pouvons demander à Dieu d’apporter son Esprit et son influence sur cette personne afin qu’elle fasse les bons choix. Il ne les écarte pas du volant, ne prend pas le volant et ne conduit pas en les dominant. Mais Il les influence. « Vous devez vraiment prendre à droite ici si vous voulez arriver au motel. » Il va raisonner, persuader et amener son Esprit et sa Vie à peser sur quelqu’un. C’est ainsi que je le comprends.

En Colossiens 3 et en Éphésiens 5 et à d’autres endroits, nous voyons tant de choses spécifiques du genre « ne pas mentir, » « ne pas faire ceci. » La quasi-totalité de Colossiens 3 est comme cela. Le sous-titre de Colossiens 3 dans la NIV (Nouvelle Version Internationale) s’appelle « Règles pour une vie sainte. » Ces choses se situent dans le domaine de l’obéissance. Mais comme nous le voyons dans Éphésiens 3, Éphésiens 1, Philippiens 1, Colossiens 1, Dieu veut que les yeux de nos cœurs soient éclairés, pour connaître l’espérance à laquelle il nous a appelés, qui est en Jésus-Christ. Il veut que nous voyions Dieu. Il veut que notre cœur soit semblable à celui de Dieu. Nous pourrons alors nous placer dans Sa perspective et suivre nous-mêmes les commandements, en nous appuyant sur Lui, en accomplissant fidèlement ces choses.

Dieu apporte son influence à une partie de cette marche, mais c’est à nous, avec Lui, de tout mettre en œuvre. Il ne fera pas tout le travail sans notre coopération. Il nous est impossible de le faire sans l’Esprit. Nous ne serons pas capables de tout faire par nous-mêmes. Il y a cet effort de coopération - nous avons besoin d’avoir l’Esprit de Dieu très vivant et actif avec nous pour pouvoir être vivants et aller de l’avant. Sinon ce n’est que de la faiblesse. Cela n’arrivera pas si vous ne regardez que les commandements, si vous ne regardez que Colossiens 3 et que vous essayez d’y arriver sans l’influence persuasive de Dieu et sans avoir notre esprit continuellement renouvelé. Cela n’arrivera pas. Je sais que je ne peux le faire.

Les récits de tant de requêtes spécifiques ne sont pas, « Dieu, fais qu’ils se revêtent de Christ, fais qu’ils se débarrassent du mensonge, qu’ils cessent de voler, qu’ils ne soient pas grossiers, qu’ils soient gentils, qu’ils cessent de mentir... » « Je veux être responsable devant Dieu et Le servir, je veux que mon esprit soit en contact avec le Sien afin de pouvoir prier selon Sa volonté. Je veux connaître les choses qu’Il a en tête et demander ces choses, ne pas supposer que je sais et ne pas demander des choses en dehors de Sa volonté. Je sais qu’il y a une étape nécessaire pour être en contact avec Dieu avant de commencer à demander ceci ou cela. C’est une étape qui a souvent été négligée dans ma vie. Maintenant, une fois que j’ai fait cela et que je pense être en phase avec la pensée de Dieu et que j’ai une certaine mesure foi - je crois que Dieu veut faire quelque chose - comment dois-je m’y prendre ? Quelles sont les choses que je peux demander ?

Je pense qu’il peut y avoir certaines limites, pour ainsi dire, aux choses que nous pouvons demander. Parce que Dieu a créé un univers ordonné, Il restera probablement dans les limites de sa Parole et se liera à elle, de sorte qu’Il ne fera que des choses conformes à Sa Parole (même s’Il est Dieu et peut faire tout ce qu’Il veut). Pour moi, dire « Dieu, fais-leur faire le bon choix, » je ne suis pas sûr de pouvoir prier pour cela. Je ne suis pas sûr de pouvoir demander des choses telles que, « Retourne cette situation, arrange-la et améliore-la. » Même si je veux sincèrement le meilleur pour les gens. Ce qui semble être plus en accord avec Dieu, c’est de prier, « Que les paroles de Ton cœur parlent ; fais agir Ton Esprit ; fais vivre Ta conviction dans leur cœur afin qu’ils puissent voir les raisons et faire les bons choix ; apporte des opportunités pour faire le bon choix. » J’offre donc cette prière, mais les résultats que nous aimerions voir se concrétiser dépendent d’eux et de leur obéissance. Notre travail consiste à nous assurer que nous demandons, que nous nous soucions et peut-être que nous leur parlons aussi. « Dieu, donne-leur toutes les possibilités. » La réponse à cette question peut être, « Eh bien, pourquoi ne vas-tu pas leur parler ? Montre-leur toi-même la raison de tout cela. »

Demander à Dieu de S’Impliquer

Il y a quatre mots en grec pour « demander. » Dans la Bible de la Découverte, c’est le n° 9 à l’arrière. Aiteo est « habituellement demander que quelque chose soit donné plutôt que quelque chose à faire. » Il est intéressant de noter que 9a n’est jamais utilisé pour les propres demandes ou la prière de Jésus, mais toujours 9b ou 9c. C’est très intéressant. Deomai signifie « la demande du besoin, demander la santé de quelqu’un, souvent issue d’une détresse ou d’un besoin pressant. Implorer ou demander une faveur. » Erotao signifie « demander des informations ou interroger quelqu’un de manière plus intime. » Ce que Jésus n’a pas fait, c’est demander ou interroger, généralement en approfondissant la question afin d’aller sous la surface d’une forme intensifiée de 9c.

En d’autres termes, Jésus n’a pas dit, « Père, donne-moi, donne-moi, donne-moi. » Ce qu’il a fait, c’est, « Père, agis. Je demande Mon besoin et je Te demande de T’impliquer. » Par opposition à, « Je Te demande de Me donner ou de faire cette chose. » Il demandait Son implication « découlant d’une détresse ou d’un besoin pressant, » « pour implorer ou demander une faveur d’implication. » Il est dit que Jésus n’a jamais demandé que quelque chose soit donné, mais qu’Il a plutôt demandé une implication.

Il a demandé des informations, mais Il n’a pas interrogé de manière approfondie pour aller sous la surface. En d’autres termes, Il n’a pas défié Dieu. « Explique-Moi cela. Je veux savoir exactement pourquoi Tu fais cela, Père. » Il a demandé plus d’informations, mais Il n’a pas interrogé. Il a demandé l’implication du Père, mais Il n’a pas dit, « Père, fais ceci, interromps cela. » Il a demandé de l’aide. Il a demandé l’implication du Père dans les choses. Il a demandé que le Père agisse et ne néglige pas cette situation. C’est totalement différent. J’ai été surpris d’apprendre que Jésus n’a jamais utilisé dans ses propres demandes ou prières le mot aiteo qui signifie « donne-moi quelque chose. » J’ai trouvé cela assez étonnant, puisqu’Il est la représentation exacte du Père dans la pleine chair, la manifestation de la chair. On peut peut-être dire que tout ce qui a été dit est assez valable, exprimé à travers la vie du Christ. Que nous disons, « Père, s’il te plaît, change ces circonstances, permets-leur de voir. Enlève les obstacles. Aide-les. Aide-moi. Montre-moi ce que je dois savoir. Je Te demande des informations. Aide-moi à savoir ce que je dois savoir. » Pas « Comment oses-tu ? » ou « Prouve-le moi, » mais « Éclaire-moi. Aide-moi à comprendre. J’ai besoin de plus d’informations. J’ai besoin de Ta participation. Étends Ta main ; implique-Toi dans cette circonstance. »

Vous vous souvenez dans Actes 4 quand la salle a été secouée ? Ils n’ont pas dit, « Père, change le cœur de tous ces hommes et fais-en des Chrétiens. C’est manifestement Ta volonté. » Il a dit, « Étends Ta main et montre-leur que nous ne sommes pas fous. Montre-nous comment parler avec audace et étends Ta main pour qu’ils puissent voir - s’ils le veulent vraiment - que nous ne sommes pas fous. » Il n’a pas dit, « Change leur cœur, donne-moi plus de Chrétiens. Donne-moi des disciples. Donne-moi des conversions. » Il a dit, « Montre-toi. S’il te plaît, je Te demande d’être impliqué dans ce processus. Je ferai ma part. Aide-moi à parler avec audace. Veux-tu leur montrer que nous ne sommes pas complètement fous ? Étends Ta main et montre-leur ? Implique-Toi dans ce processus, je T’en prie. » Au lieu de « Fais-le, » c’est « Implique-Toi. » Pas « Donne-moi, » pas « Accomplis, » mais « Montre-moi, aide-moi à comprendre et travaille avec moi, étends Ta main. » Il est dit qu’Il a travaillé avec eux, confirmant Sa parole par les signes qui ont suivi.

Les Écritures disent que nous ne sommes jamais tentés au-delà de ce que nous pouvons supporter. Il nous est toujours donné une issue. Cette prière consiste essentiellement à dire, « Père, implique-Toi dans leurs circonstances. Ne les laisse pas rencontrer les personnes qui vont les tromper, ou si Tu le fais, laisse-les voir quelque chose dans leur vie qui ne Te ressemble tellement pas que cela leur permettra de comprendre qu’il s’agit d’un trompeur parce que leur caractère ne ressemble pas à celui du Christ. Même si leurs paroles sont aussi douces que du miel, qu’ils repartent avec un goût amer dans l’estomac. »

Il n’a pas éliminé leur chance. S’ils veulent mordre dans la pomme, ils peuvent. Cela n’a pas supprimé leur libre arbitre. Ce n’est pas, « Père, ne les laisse pas pécher. » C’est, « Père, laisse-les voir ce que c’est. Comme Jannes et Jambres, que la folie devienne évidente pour tous. Que la folie soit évidente. Ils doivent encore faire leur propre choix. Certains préfèrent le mensonge, écrit Paul. Ils veulent pécher. Ils veulent entendre les mensonges. Les oreilles qui démangent veulent entendre le mensonge. C’est leur choix. Mais Père, pour les agneaux innocents, ne les laisse pas être trompés. Laisse quelque chose briller, laisse quelque chose émerger, laisse quelque chose sortir qui leur montre le caractère. Laisse-les se déchaîner. »

J’ai récemment entendu parler d’une personne qui disait une formule assez douce, en essayant de tromper quelqu’un d’autre. Cette personne a posé une question en retour et la première personne s’est déchaînée - hostile, en colère et accusatrice. A partir de mots doux, presque persuasifs, une seule question a provoqué une avalanche, un barrage de haine. La personne n’a donc pas été conduite à la tentation. Dieu a tendu la main et a laissé transparaître quelque chose, de sorte que si elle ne voulait pas croire au mensonge, elle pouvait le voir clairement pour ce qu’il était. S’ils voulaient le croire, ils avaient encore le choix. Ce n’est pas, « Ne les conduis pas au péché. » « Il faut que les pierres d’achoppement viennent, mais malheur à celui par qui elles arrivent » (Matthieu 18:7). Les tentations seront là. Les pierres d’achoppement vont venir, les pièges vont arriver où les gens pourraient tomber dans le péché, mais malheur à celui qui tend le piège. Le fait est que nous demandons, « Conduis-nous, ne les soumets pas à la tentation. » Il s’agit simplement de dire, « Père, implique-Toi dans le processus, de sorte que s’ils veulent vraiment voir la vérité, elle leur soit évidente. Elle est là pour qu’ils la trouvent s’ils le veulent. Montre-leur la sortie si clairement qu’ils ne la manqueront pas. »

J’ai maintenant la possibilité de ne pas pécher. Je désire pécher, j’ai envie de pécher, puis le téléphone sonne. J’ai envie de pécher, puis une écriture me vient à l’esprit. J’ai envie de pécher, je ressens le chagrin du Père et tout à coup, pendant un bref instant, la tentation n’est pas si forte. Maintenant je peux m’en sortir. Je peux passer à autre chose. Je peux monter dans la voiture de ma pensée et m’en aller vers des choses pures, saintes, nobles et louables, plutôt que de m’attarder sur cette tentation. « Père, ne les soumets pas à la tentation, » c’est encore une fois demander une implication et non pas que Dieu supprime toute tentation. La tentation doit venir, le skandalon doit venir, mais malheur à celui par qui elle arrive.

La Foi Née dans la Communion

1 Jean 5:14-16 : Telle est l’assurance que nous avons devant Lui, que si nous demandons et continuons à demander quoi que ce soit selon Sa volonté, Il nous écoute. Si nous savons qu’il nous entend dans tout ce que nous demandons, nous savons que nous avons la demande que nous lui avons faite.

Ce mot « savoir » - si nous savons qu’Il nous entend - la définition de ce mot « savoir » dit, « Connaître quelque chose basé sur une connaissance absolue ou acquise. » Si vous savez absolument, sur la base d’une connaissance acquise, qu’Il vous a entendu, alors cela sera fait.

N’est-ce pas un peu différent de « Je le veux, donc je le demande et d’une manière générale, je crois que c’est sûrement la volonté de Dieu » ? Non, c’est une connaissance acquise sur la base d’une recherche dans le cœur et la pensée de Dieu sur ce sujet. C’est une connaissance acquise, une connaissance absolue, acquise. Si vous avez une connaissance absolue qu’Il vous a entendu sur ce sujet, oubliez cela, c’est fait. C’est différent de cette prière générale fantaisiste du genre « J’espère que c’est la volonté de Dieu parce qu’elle est en quelque sorte basée sur les principes généraux de Dieu selon lesquels tous les hommes partout dans le monde devraient être sauvés. Je peux donc prier pour n’importe qui et il devra être sauvé, parce que c’est la volonté de Dieu qu’il soit sauvé, évidemment. Son Fils est venu pour le monde et donc si je prie pour quelqu’un, il doit être sauvé, parce que je crois, je crois. Ils peuvent être sauvés. Je sais que Dieu peut les sauver, donc j’ai la foi. C’est la volonté générale de Dieu, alors bien sûr qu’ils doivent être sauvés. Maintenant, c’est juste une question de temps. Je vais simplement m’asseoir et attendre, et ils seront certainement sauvés. »

Cela viole beaucoup de choses dans les Écritures. Beaucoup de choses. Une chose qu’elle viole est que la route est large qui mène à la destruction (Matthieu 7 :13). Il serait ridicule de dire, « Pourquoi ne pas simplement prier pour tout le monde, puisque c’est la volonté de Dieu que tous les hommes, partout, parviennent à la connaissance de la vérité. Nous prierons pour tout le monde et cela contredira Jésus. Il n’y aura plus beaucoup sur le chemin de la destruction. Ce ne sera pas ‘peu de gens le trouveront.’ Ce sera tout le monde qui le trouvera, parce que nous avons prié et demandé selon Sa volonté, parce que nous savons que Sa volonté est que tous les hommes soient sauvés. Ainsi donc, nous avons contredit Jésus. Nous avons fait de Jésus un menteur - nombreux seront ceux qui trouveront la vie éternelle. En fait tout le monde, parce que nous avons prié pour cela selon la volonté de Dieu. » Cela ne peut pas vouloir dire cela. Nous voyons bien que ça ne peut pas vouloir dire ça. Nous comprenons mal l’Écriture si nous pensons qu’elle signifie qu’une prière générale qui est généralement conforme à la volonté de Dieu doit être faite parce que nous savons qu’elle est conforme à Sa volonté, donc nous savons qu’Il nous a entendus, donc elle doit être faite. Il est évident que c’est une compréhension superficielle de la prière. Parce que cela contredit d’autres écritures.

Le fait est que c’est la foi née dans la communion. C’est notre relation avec Dieu. La foi ne vient pas par une compréhension générale de principes généraux. La foi vient de ce qu’on entend et ce qu’on entend par la voix de Dieu (Romains 10:17). Le désir de Dieu est que nous ne fassions rien que nous ne voyions le Père faire. Ne demandez rien qui ne vienne de Lui, par Lui et pour Lui. Toutes choses viennent de Lui, par Lui et pour Lui (Romains 11:36). Il faut que cela vienne de Lui. Il ne désire pas seulement faire de sa Bible et de notre vie de prière une patte de lapin porte-bonheur pour que nous obtenions tout le temps ce que nous voulons. Il désire intimement avoir des fils, amener beaucoup de fils, des fils à part entière dans la gloire. Il est dit dans Galates que Dieu recherche la filiation, pas seulement des enfants dans la maison (Galates 4). Il veut que nous nous rattachions à Son cœur, à Sa pensée et à Son esprit pour refléter Sa volonté vivante actuelle en toute circonstance. Savoir quand dire à une femme qui implore sa pitié, « Je ne peux pas jeter le pain des enfants aux CHIENS ! » Quelle chose « non Chrétienne » à dire Mais c’était le cœur, l’esprit et la volonté de Jésus.

Nous devons être prêts à renverser les tables dans le temple, à traiter une femme de chien, à vomir les tièdes, et toutes ces autres sortes de choses. Nous devons être capables et désireux de le faire. Mais nous ne pouvons pas le faire par principe, car nous louperons neuf choses sur dix. Nous le ferions alors que nous ne devrions pas le faire et nous gâcherions toutes sortes de choses ; ou bien nous ne le ferions pas alors que nous devrions le faire, par sympathie charnelle ou simplement parce que nous doutons de nous-mêmes. En réalité, tout le processus de notre présence sur cette planète consiste à apprendre à ressembler au Second Adam, à entrer en communion avec le Père et à entrer en relation avec Lui sur la base d’une connaissance absolue. C’est là le problème - si vous savez que c’est Sa volonté, si vous avez une connaissance absolue que c’est Sa volonté, ce sera fait. Si vous avez une connaissance expérimentale de Sa volonté, alors cela sera fait.

Absorbé dans Son Cœur

Toute cette question est si importante et presque inédite. Comme l’a dit un frère après avoir lu de nombreux livres de prière, ce n’est pas le genre de chose qui apparaît généralement dans ces livres. C’est pourquoi des milliers et des milliers de personnes lisent ces livres et 90% de leurs prières restent sans réponse. Cela n’a aucun sens qu’un groupe de personnes qui savent pertinemment que « si vous croyez, sans douter, cela se fera » aient 90% de leurs prières sans réponse. 10 000 prières non exaucées ! Qu’est-ce qui se passe ici ? Soit nous nous mentons à nous-mêmes, nous nous trompons sur tout cela, soit quelque chose ne va pas du tout dans la façon dont nous abordons la question. Nous ne considérons pas l’ensemble du conseil de Dieu dans cette question de ce qu’est réellement la prière, de ce qu’est la communion avec Dieu, de ce qu’est réellement la foi et de la manière dont la foi vient. La foi vient-elle d’observations générales des Écritures ? La foi vient-elle du fait de vouloir vraiment qu’il en soit ainsi et de chasser tous les doutes de notre esprit ? Ou la foi vient-elle en entendant et en écoutant la voix de Dieu (Romains 10 :17) ? En ne faisant rien que nous ne voyons le Père faire (Jean 5 :19). Ne rien demander qui ne vienne de Lui et par Lui, puis qui ne lui soit offert. Lier sur la terre ce que nous voyons avoir été lié dans le ciel. N’est-ce pas ainsi que Jésus a vécu ? Il le faut. C’est ainsi que le deuxième Adam a vécu. C’est pourquoi Ses prières ont été exaucées. C’est ainsi qu’Il a pu raisonner avec le Père. Il n’a pas demandé le premier type de connaissance, le premier type de « demander » (aiteo) dont nous avons parlé, mais il a demandé le deuxième et le troisième type. C’est pourquoi Il n’a jamais fait le premier. Il n’a fait que les deux autres.

Ces choses sont vraiment essentielles pour que nous prospérions en Christ et que nous fassions réellement l’expérience de Sa présence, en voyant Sa volonté accomplie sur la terre comme au ciel. L’essence de tout cela, c’est cette relation avec Lui. Ce n’est pas un tas de catégories : bienveillance, évangélisation, intercession, prière, etc. C’est l’intégralité de la vie du Christ qu’Il recherche. C’est un sujet vraiment passionnant ! Nous devons nous débarrasser de notre chair et de notre ignorance et avoir la simplicité de cœur d’être à genoux devant Lui et de vouloir vraiment Le connaître au point de demander selon Sa volonté. Alors que l’Esprit de Dieu en nous intercède avec des gémissements trop profonds pour être exprimés, nous expérimentons et crions avec l’Esprit « Abba ! » et nous ressentons et expérimentons le cœur et l’esprit du Père, puis nous reflétons cela - de Lui, par Lui et pour Lui toutes choses. C’est ce qu’Il recherche dans une race de personnes qui sont dans la nature et l’image du Deuxième Adam, Jésus. C’est ce qu’Il recherche. D’une certaine manière, c’est tellement plus difficile que de classer tous les principes, les choses à faire et à ne pas faire. D’une certaine manière, c’est tellement plus facile - c’est incroyable à quel point il est plus facile d’être simplement Son enfant, de se blottir sur Ses genoux et de refléter Son image, plutôt que de « faire Ses trucs. » Il est plus facile de refléter Son image que de faire Ses choses. Après avoir essayé de faire Ses trucs, certaines personnes ont constaté que cela ne fonctionnait pas, alors elles ont abandonné et ont commencé à faire leurs propres trucs. Ce n’est pas vraiment le but. Il cherche des personnes qui seront vraiment absorbées par Son cœur et Sa vie. « J’étais avec vous et je vous ai enseignés. Maintenant, je veux être en vous et par vous » (Jean 14 :17).

C’est un tout autre type de Christianisme, un tout autre type d’église que ce que les gens connaissent généralement. Il ne s’agit pas de critiquer Andrew Murray, E.M. Bounds ou qui que ce soit. Ils ont des choses merveilleuses à nous offrir en matière de foi et de connaissance des principes et des vérités de Dieu, mais n’oublions pas l’ultime, qui est ce qui a fait que le Père et le Fils sont Un. Ce n’était pas la vie de prière de Jésus, ce n’était pas l’obéissance de Jésus, ce n’était pas la connaissance des Écritures de Jésus, c’était Jésus qui était perdu dans Son Père et qui regardait son Père. Tout comme Il nous a dit, « Vous étudiez les Écritures avec soin, pensant que par elles vous avez la vie, mais vous ne venez pas à Moi » (Jean 5 :39-40). C’est ainsi qu’Il vivait. Il n’a pas analysé diligemment les Écritures en pensant que par elles Il aurait la vie. Il est venu au Père et n’a dit que ce que le Père disait. Il nous a donc enseigné à faire ce qu’il faisait Lui-même, c’est-à-dire être absorbé par le Père, afin que nous, le Père, le Fils et le Saint-Esprit soyons tous un.

Et dans cette Unité, tous ces principes seront reflétés. Ce n’est pas le chemin vers le Père, c’est le reflet d’être perdu dans le Père. Non pas que les principes ne soient pas valables, mais ce n’est pas une carte routière pour y arriver. C’est le fruit d’avoir été là. Toutes les écritures sont totalement vraies, mais c’est le fruit d’être là, c’est comme ça que vous savez si quelqu’un est là ou pas, parce que c’est le fruit d’être là. Mais ce n’est pas la feuille de route qui dit, « Si je fais toutes ces choses, - voilà - Je suis là. » C’est une approche totalement différente. Il s’agit de le porter de l’intérieur vers l’extérieur, ce qui n’est pas contraire à la manière de Jésus d’agir ainsi avec nous.

Dieu, Éclaire-Nous !

Dieu, accorde Ta faveur à cette discussion. Enlève les obstacles de notre propre ignorance, de notre égoïsme, de notre orgueil, de nos péchés personnels ou de quoi que ce soit, aie pitié. Tu nous as dit que si nous demandions, Tu ne trouverais pas de faute en nous, car Tu aimes entendre nos prières. Nous demandons la sagesse et la compréhension. Accorde-nous Ta faveur. Père, enlève les péchés qui sont autour de cette table en ce moment. Accorde-nous Ta faveur, Ton repos et Ton amour. Accorde-nous l’illumination, la vue et les sentiments pour expérimenter et connaître le seul vrai Dieu. Nous voulons refléter Ta gloire. Nous savons que ce n’est pas quelque chose qui a été beaucoup fait sur cette terre et nous ne sommes pas certains que ce serait très apprécié si c’était le cas, mais nous savons que c’est le désir de Ton cœur que Ta vie, Ta liberté, l’amour et la puissance de Ton Esprit et de Ta Vie soient reflétés. Alors, ne fais pas de nous de bons prieurs, fais de nous de bons amoureux de Toi. Montre-nous comment être absorbés par Ton cœur, Ta vie et Ton esprit afin que nous puissions refléter Ta gloire. Tu veux que nous soyons Un, tout comme Toi et le Père sont Un, alors nous voulons être ainsi les uns avec les autres et avec Toi et Ton Père. C’était Ta prière pour nous. Nous demandons que Tu nous rendes capables de le faire, que Tu nous en donnes la capacité. Supprime les obstacles, montre-nous le chemin pour échapper aux tentations qui nous en empêchent. Accorde la vie à Ton peuple pour l’amour de Ton propre nom. Nous ne cherchons pas la popularité ou quelque chose comme ça, mais nous cherchons à T’apporter du plaisir. Montre-nous comment y parvenir et rends-nous capables au Nom de Jésus par Son Sang.

Rien de Mystique

Je ne pense pas qu’il y ait un niveau de désinvolture qui soit hors limite avec Dieu, mais je pense que ce que nous devons éviter, c’est d’être mystique et étrange avec Dieu et de transformer tout cela en une sorte d’abracadabra. Parfois une femme parle à son mari de ce qu’il y a pour le dîner et parfois non, mais ce n’est pas un problème pour elle, et s’il lui arrive de dire, « Ouais, j’aimerais bien avoir du poulet et des boulettes, » elle ne prend pas la table et dit, « C’est ce que j’allais préparer pour toi ce soir ! Ahhhh ! » Tu restes décontracté. Tu commences décontracté, tu restes décontracté. C’est juste une question de relation. Ça n’a pas besoin d’être transformé en quelque chose de mystique. Si ça se passe comme ça, c’est génial. Je n’ai probablement même pas eu besoin de leur dire quoi que ce soit à ce sujet. C’est juste comme, « Cool. Poulet et boulettes avec des légumes. Ça a l’air super. » Que ça reste décontracté.

Je pense que ce qui offense le Père, c’est qu’on mystifie une relation décontractée et qu’elle cesse d’être décontractée à ce moment-là. Elle devient magique. Il ne veut pas avoir une relation magique avec nous. Il veut avoir une amitié avec nous. Cela devrait être pris en compte. Ce n’est pas que ce n’est pas possible, mais c’est juste que nous ne devrions pas dire « Oh, chéri ! C’est exactement ce que je pensais ! » Vous ne feriez pas ça. Vous diriez, « C’est cool. Prends-le ici. » Tu n’en ferais pas tout un plat. C’est comme si certains d’entre nous avaient parlé à différents moments de la méthode de lecture des Écritures dite « trempette heureuse. » « Je cherche une parole de Dieu aujourd’hui. » Faites le tour avec votre doigt - oh, bien, je n’aime pas celle-là. Tournez votre doigt – ah ! Juste ce que je voulais entendre. C’est ce dont j’ai besoin. » Est-il possible que Dieu puisse agir à travers cela ? Bien sûr. Jésus n’en a pas fait autant, alors je ne vais pas en faire autant. Paul n’en a pas fait autant, alors je ne vais pas en faire autant. Jean n’en a pas fait autant, donc je ne vais pas en faire autant. Cependant Dieu peut travailler à travers cela et c’est formidable s’Il le fait. Mais je ne vais pas être tout excité – « ah, ah, elle est là, ah, ah. » C’est comme, « Ok. Cool. Je peux gérer ça. » Dans la foulée. Prenez les choses à bras le corps et laissez une relation décontractée être une relation décontractée. Ne prenez pas Sa désinvolture avec nous pour en faire une sorte de vaudou mystique, magique, brûler de l’encens, allumer les lumières stroboscopiques et en faire quelque chose de sauvage. Prenons-le simplement à contre-pied. C’est génial. Dieu peut faire les choses de toutes sortes de manières. Ok, donc je peux hocher la tête, je peux interpréter le truc des boulettes comme, « Peut-être que c’est là que je dois aller ce soir, parce que ça correspond un peu à cette pensée que j’avais à l’esprit à propos du poulet et des légumes. » Mais ce n’est pas pour autant que je vais générer de l’énergie. Je le prendrais comme une confirmation décontractée que c’est le meilleur endroit pour moi ce soir. Ce n’est pas qu’il n’est pas intéressé, c’est juste qu’il ne veut pas que nous en tirions quelque chose de mystique.

Ne Combattez pas Contre Dieu

Réfléchissez à ceci : Dieu a livré certains à une puissante illusion (2 Thessaloniciens 2 :11). Vous vous souvenez de cette écriture ? Que faites-vous si Dieu les a conduits dans une puissante illusion et que vous priez contre cette illusion ? Vous combattez Dieu sur ce point. Dieu a choisi de leur donner une illusion pour que leur illusion totale soit balayée, pour que leur méchanceté soit magnifiée. Nous avons lu plus tôt au sujet des péchés qui mènent à la mort et qu’il ne faut pas prier à leur sujet - il y a plusieurs aspects différents à cela. Dans un sens, on pourrait dire que certains péchés ne conduisent pas à la mort. Il faut prier à leur sujet. D’autres péchés conduisent à la mort. Faites ce que vous pouvez pour les empêcher de se tuer. Je ne vous demande pas de prier à ce sujet, je vous demande de faire quelque chose. C’est une interprétation possible. Ne vous contentez pas de rester assis et de prier pour quelque chose, impliquez-vous pour essayer de leur sauver la vie si vous le pouvez. C’est un aspect et dans certains cas, je suis sûr que c’est ce que cela signifie. Ne vous contentez pas de vous asseoir et de penser, « Oh, eh bien, Dieu leur montrera. Dieu leur montrera. » Non, allez-y et sauvez leur vie si vous le pouvez. Ne vous contentez pas de vous asseoir et de prier à ce sujet. Faites quelque chose. C’est une interprétation possible, et je sais que cela s’applique parfois.

Mais il y a aussi d’autres problèmes. L’un d’entre eux est que s’ils préfèrent le mensonge, s’ils aiment la chose créée plutôt que le Créateur qui doit toujours être loué et si Dieu les abandonne à cela et leur envoie une puissante illusion, si Dieu leur envoie une puissante illusion, alors même si Noé et Job priaient à propos de ces choses, Dieu ne changera pas Sa pensée. Il y a des moments où Dieu a pris Sa décision, et je ne vous demande pas de prier pour des choses sur lesquelles Dieu a pris Sa décision. Si Dieu les a livrés à une illusion, ne perdez pas votre temps à prier à ce sujet, car vous interférerez avec les desseins de Dieu. « Je les ai laissés tomber… » Et si quelqu’un était à genoux pour demander à Dieu de ressusciter Ananias et Saphira ? N’aurait-il pas combattu Dieu à ce moment-là ? Parce que ce n’était pas la volonté de Dieu. Il ne priait pas selon la volonté de Dieu. N’est-il pas juste de demander à Dieu de faire des miracles ? Ne puis-je pas penser à plusieurs bonnes raisons pour lesquelles leur résurrection d’entre les morts aurait été impressionnante pour les non-croyants ? Peut-être, mais Dieu a pris une décision à ce sujet. Il y a des moments où Dieu a pris une décision, et si nous nous contentons de penser aux choses de manière générale plutôt que de chercher la volonté de Dieu à ce sujet et de prier uniquement ce qui est conforme à Sa volonté, plutôt que de prier ce qui est conforme à notre perception de Sa volonté... Si nous ne nous impliquons pas en temps réel avec Dieu, nous pourrons demander à Dieu de changer des choses sur lesquelles Il a déjà pris un décret, auquel cas nous combattons Dieu et nous aidons et encourageons l’ennemi.

« Arrière de moi, satan. » Eh bien, il n’est sûrement pas juste que le Fils de Dieu soit bafoué et tué. Logique, non ? « Arrière de moi, Satan. Tu n’as pas les pensées de Dieu, mais les choses de l’homme. » Pierre ne demandait pas selon la volonté de Dieu. C’était une prière vaillante et louable de la part de Pierre que Dieu sauve la vie de Jésus, mais il combattait la volonté du Père. « Je ne te demande pas de combattre ma volonté, » dit le Seigneur. « Si j’ai fait un choix sur quelque chose, laisse-le tranquille. Mais tu dois être en contact avec Moi pour connaître la différence entre ces deux choses. » Il semble logique de sauver la vie de Jésus. Et le mois dernier, ça l’était. Ce mois-ci, ça ne l’est pas. Le mois dernier, Il a traversé la foule parce que ce n’était pas encore son heure. Maintenant, c’est Son heure.

Paul a été laissé pour mort et à plusieurs reprises, il a été lapidé et battu, mais ce n’était pas son heure. Mais quand il était temps d’aller à Jérusalem, c’était son temps, et Luc et Agabus et tous ces gars ne pouvaient pas l’empêcher de le faire parce que maintenant c’était son temps. Avant, ils pouvaient prier pour la vie de Paul et c’était valable. Maintenant, pour eux, prier pour la vie de Paul était invalide, parce que c’était le temps de Paul.

Rébellion contre Blasphème

Encore une fois, il faut une certaine intimité avec Dieu pour savoir ce qui est conforme à Sa volonté et ce qui ne l’est pas. Il y a une autre question de ce qui pourrait être sous la catégorie dans Marc 3 de « blasphémer l’Esprit. » Jésus a dit qu’ils peuvent M’insulter, ils peuvent Me rejeter, mais s’ils blasphèment l’Esprit, cela ne sera jamais pardonné. Quelle est la signification de cela Je peux penser à une personne qui a du potentiel - elle est têtue et égoïste et stupide et orgueilleuse et mondaine et vit dans toutes sortes d’ordures en ce moment, mais j’ai vu l’appel de Dieu sur sa vie, et j’ai un peu cette idée qu’un jour ou l’autre, quand elle aura tellement mal au ventre, elle abandonnera. Elle n’a jamais dit qu’elle croyait vraiment faire la volonté de Dieu maintenant. Elle sait qu’elle ne le fait pas. Elle l’a essentiellement, comme le dirait Jésus, rejeté ; elle a rejeté Sa royauté ; elle a rejeté Son enseignement ; elle a décidé de vivre dans l’amour de soi et l’indulgence envers elle-même. Elle veut être « libre » ; elle ne veut pas que cet Homme règne comme Roi sur elle. Elle dit que c’est la première fois qu’elle est libre depuis cinq ans. Libre de quoi ? Libre d’être esclave. Jésus a dit que vous êtes soit Mon esclave, soit l’esclave du diable. Faites votre choix. Tu es esclave du péché ou tu es esclave de Jésus. Eh bien, elle n’est pas libre. Elle est maintenant esclave du péché plutôt qu’esclave de Jésus. Mais au cours de tout cela, elle n’a jamais vraiment dit, « J’obéis à Dieu. C’est la façon dont Dieu veut que je vive et les choses que vous me dites, elles viennent du diable. » Elle n’a pas dit cela. Elle a juste dit, « Je ne veux pas vivre pour Jésus. »

Je peux encore prier pour elle, dans le sens où bien qu’elle ait péché contre Jésus, ces péchés peuvent être pardonnés. Maintenant, si elle a franchi la ligne comme certaines personnes l’ont fait et ont dit, « C’est du diable, c’est Belzébuth. C’est de l’ennemi. C’est un blasphème. C’est de l’enfer. » Dans Marc 3, Jésus décrit ce qu’est le blasphème de l’Esprit, c’était d’appeler des choses qui étaient de Dieu comme étant du diable. Dans un cas, une personne appelle les choses de Dieu comme étant indésirables – « Je ne veux pas faire ce qui vient de Dieu. » C’est honnête. C’est faux, mais c’est honnête. Quelqu’un d’autre, pour se justifier, dit, « C’est du diable. » En faisant cela, il a blasphémé l’Esprit. Je ne vous demande pas de prier pour une telle personne qui a blasphémé l’Esprit, car ses péchés ne seront pas pardonnés. Ces péchés conduiront à la mort. Ne demandez pas son salut. Demandez à Dieu qu’il les éradique de la surface de la terre, comme David l’a souvent fait. Demandez à Dieu qu’il n’ait aucune influence sur les autres. Que Dieu leur attache rapidement la meule autour du cou et les fasse couler au fond de l’océan afin qu’il ne puisse pas nuire aux petits.

On peut peut-être prier pour cela, mais on ne peut pas prier pour quelqu’un qui blasphème l’Esprit, dont les péchés ne seront pas pardonnés. Prier pour que leurs péchés soient pardonnés, c’est contredire Jésus. Il y a des péchés qui mènent à la mort et je ne vous demande pas de prier pour cela, car même si Noé, Moïse, Job et Daniel priaient pour ces hommes, leurs péchés ne seront pas pardonnés (14 :14). Ils ont crucifié Jésus à nouveau, ils ont foulé aux pieds le précieux sang du Christ, donc, pas de salut. Tout sacrifice pour les péchés a été épuisé (Hébreux 10).

Il y a plusieurs choses que cela signifie à propos des « péchés qui mènent à la mort » qui sont des différents aspects de tout cela. C’est très puissant, très important. Bien que l’interprétation exacte, moment après moment, de ce que cela signifie soit soumise à l’interprétation de l’Esprit. Cela exige toujours que nous restions en contact avec Dieu afin de savoir faire la différence entre ces choses. Nous devrions être suffisamment proches de Dieu pour que si nous commençons à prier pour quelque chose, nous puissions Le voir secouer la tête, « Non. Je ne vais pas vous faire savoir que je vous entends sur ce sujet. » Si vous savez qu’Il vous a entendu, cela sera fait. « Je ne t’écoute pas en ce moment. Est-ce que tu comprends ? Tu te rends compte que tes prières rebondissent au plafond ? »

« Eh bien, est-ce que c’est mon propre péché ? Non, ce n’est pas ça. Ce n’est pas cela. J’ai fait mon examen de conscience. J’ai essayé de vivre dans la lumière. Je ne pense pas que ce soit mon propre péché qui T’empêche de m’entendre. »

« Eh bien, si ce n’est pas cela, mon fils, c’est peut-être que Je ne veux pas écouter ta prière parce que ce n’est pas la bonne prière. Prenons cela sous un angle différent. Prie pour quelque chose d’autre, d’accord ? Et ensuite je te dirai si je l’écoute. Non, ce n’est pas ça non plus. Eh bien, je te dirai si j’écoute la prochaine chose. Ah ha ! »

« J’ai trouvé Son cœur. J’ai trouvé Son esprit. Maintenant, cette prière, je peux la faire avec foi. Je peux aller de l’avant avec celle-là, car je sais qu’Il m’a entendu sur celle-là. »

Le Sous-Produit de la Filiation

C’est le genre de sensibilité qu’Il attend de nous, pour savoir faire la différence entre s’Il nous a entendus ou non. C’est à cela qu’Il essaie de nous amener. Non pas pour que nous puissions réussir à prier, mais pour que le fait même que nous soyons incapables de prier (ou que nous soyons capables de prier) nous enseigne, par le biais de Sa boucle de rétroaction (système de remontée de l’information ou processus de feed-back), comment être Son fils ou Sa fille - comment entrer en relation avec Lui de la manière dont Jésus est entré en relation avec Lui. La prière est une boucle de rétroaction, de feed-back. C’est une occasion de découvrir le cœur, l’esprit et la personnalité de Dieu. Il ne s’agit pas d’accomplir un tas de choses, mais de découvrir comment être un fils ou une fille. Ce que nous accomplissons entre-temps n’est pas sans importance, mais c’est juste le fruit de la filiation. Ce n’est pas la fin en soi. C’est juste un sous-produit de la filiation que de lier sur terre ce qui a été lié dans le ciel, parce que nous pouvons voir ce qui a été lié dans le ciel. Nous pouvons faire ce que nous voyons le Père faire parce que nous pouvons voir le Père. C’est Son but pour nous, que nous le voyions, pas que nous puissions faire, mais que nous puissions VOIR. C’est Son but, et c’est pourquoi cette chose qu’est la « prière » est si importante. Non pas à cause de ce que nous pouvons faire par la prière, mais parce que ce que nous ne pouvons pas faire par la prière nous montre qui nous sommes afin que nous puissions devenir plus semblables à Lui. Je ne considère pas 10 000 prières non exaucées comme une grande déception. Je considère cela comme une merveilleuse opportunité d’apprentissage parce que je veux devenir plus semblable à Lui. Et si je n’avais pas eu 10 000 prières non exaucées à certains moments de ma vie, je n’aurais pas autant grandi.

La Nature du Péché

Y a-t-il des gens qui sont définitivement sans espoir ? Ils ont pris une décision, ils ont choisi une voie à un moment donné de leur vie. Ils sont peut-être coupables de blasphémer le Saint-Esprit, d’appeler l’œuvre de Dieu produit de Satan, de Belzébuth. Ils ont fait une trop grosse erreur et c’est irréversible. Je pense que la personne qui me vient à l’esprit est l’apôtre Paul ou Saul et les choses dont il s’est rendu coupable. Il était coupable de beaucoup de choses, et je ne sais pas exactement ce qu’il a dit, mais les écritures montrent que ce n’était pas la fin.

Il a dit que sa conscience était pure et beaucoup de choses qu’il a dites sur cette époque de sa vie m’indiqueraient qu’il fonctionnait totalement dans l’ignorance, plutôt que d’avoir les yeux ouverts, mais il a quand même blasphémé l’Esprit par Belzébuth.

« ‘En vérité, je vous le dis, tout péché sera pardonné aux fils des hommes, et tout blasphème qu’ils profèrent, mais celui qui blasphème contre le Saint-Esprit n’aura jamais de pardon et il est coupable d’un péché éternel.’ Parce qu’ils disaient ‘Il a un esprit impur.’ » (Marc 3 :28-30).

Pour autant que nous le sachions, il n’y a rien dans les Écritures qui indique que Paul ait accusé Jésus d’être l’agent du diable, d’avoir un esprit impur, ou quoi que ce soit d’autre. Il ne le comprenait pas et dans son propre esprit, cela contredisait les Écritures. Mais c’est à ce niveau qu’il abordait tout cela, « C’est en contradiction avec les Écritures. Aucun prophète ne vient de Nazareth. » Eh bien, Jésus est né à Bethléem. Paul ne le savait tout simplement pas. Il y avait certaines questions en jeu qui donnaient des raisons à Paul dans son esprit : « Eh bien, Jésus a violé le Sabbat, et nous savons tous ce qu’est le Sabbat. Cet homme viole le Sabbat, il ne peut pas être autorisé par Dieu s’il viole le Sabbat, et nous savons qu’il le fait. » Apparemment, dans son esprit, il était totalement sûr que Jésus ne pouvait pas avoir représenté Dieu avec exactitude à cause des choses qu’il pensait que Jésus contredisait. Mais il n’y a aucune preuve nulle part dans ce que Paul a dit et qui a été enregistré dans le livre des Actes ou dans l’une des lettres que Paul a écrites qui indiquerait que Paul pensait ou disait ou enseignait que Jésus était l’agent du diable, qu’Il venait de l’enfer. Il s’agissait plutôt d’une simple ignorance. Apparemment, l’approche de Paul était que cet homme [Jésus] a trompé les autres, qu’Il a ignoré les voies de Dieu, qu’Il a désobéi aux commandements de Dieu et que nous devons simplement protéger les gens de Son influence pour qu’ils ne désobéissent pas eux aussi aux commandements de Dieu. Contrairement à « Il est surnaturellement mauvais. Il vient du diable. » Il n’y a tout simplement aucune indication que Paul soit allé aussi loin là-dessus.

Quand il a été approché par Jésus, il a dit, « Qui es-tu, Seigneur ? »

« Je suis Jésus que tu persécutes. »

S’il avait retenu dans son cœur que Jésus était un démon, il aurait attribué cette voix à une activité démoniaque. Mais il s’est immédiatement humilié devant cette voix. Apparemment, il ne gardait pas dans son cœur que c’était une activité démoniaque. Sinon, les démons peuvent certainement parler. Paul l’a vu. Paul avait vu des démons agir dans le passé, mais il ne l’a pas attribué à l’activité démoniaque qui l’a aveuglé sur le chemin de Damas. Je dirais que la preuve est que Paul considérait que Jésus et ses disciples étaient ignorants et désobéissants, mais pas démoniaques. Donc, apparemment, pour autant que nous puissions le dire, Paul n’a jamais franchi cette ligne. Apparemment, il faut un niveau de conscience subconscient qui chérit tellement son propre péché. Rappelez-vous, Paul a dit qu’il était plus juste que tous ceux qu’il connaissait. Il dépassait tous ses pairs en justice, il obéissait à tous les commandements depuis sa jeunesse, comme le jeune homme riche. Il voulait vraiment obéir à Dieu. Il n’essayait pas de protéger son propre péché et d’accuser quelqu’un qui exposait son péché. C’est un autre problème.

J’ai entendu un homme dire, « Je me fiche de ce qui est dit dans le livre des Actes. Je ne pense pas que j’aurais aimé vivre au chapitre 2 des Actes non plus. Je ne sais pas si j’y serais arrivé. »

J’ai dit, « Eh bien, en faisant cela, vous rejetez Dieu, parce que c’est Dieu qui a écrit le chapitre 2 des Actes. Et le style de vie qu’ils menaient, où tout le monde vivait ensemble dans la lumière, a été créé par Dieu. Si vous n’aimez pas cela, vous n’aimez pas Jésus. C’est une évidence. » Et il a répondu avec colère et hostilité. C’est une personne qui essaie de protéger son propre péché et qui déteste tout ce qui expose son péché. D’un autre côté, il y avait Paul qui voulait vivre dans la justice. Il voulait obéir à tout ce que Dieu commandait. Par ignorance, il a dit qu’il essayait de protéger ce qu’il croyait être la volonté de Dieu. Il ne voulait pas pécher, et il ne se souciait pas que quelqu’un d’autre expose son péché. Il voulait obéir à Dieu dans tous les domaines de sa vie. Ainsi, lorsque quelqu’un comme Jésus arrive et expose son péché, il est ouvert à cela, car ce qu’il veut, c’est vivre pour Dieu. Dans l’autre cas, quelqu’un veut vivre pour le diable déteste toute personne qui expose son péché et l’accuse d’être le diable en réponse à cela. Je pense qu’il y a une différence spectaculaire et cela confirme le fait que la gravité de votre péché n’a pas d’importance. Vous pouvez être un meurtrier en série et cela ne signifie rien pour Dieu. Le sang du Christ est suffisamment puissant pour un meurtrier en série. Il n’est pas assez puissant pour quelqu’un qui veut vivre dans le péché et cacher son péché en accusant la Lumière d’être les ténèbres. Paul n’essayait pas de cacher son péché. Il pensait simplement honnêtement qu’il faisait ce qu’il fallait et qu’il voulait obéir à Dieu. Il l’a prouvé, même dans sa façon de vivre son judaïsme.

Pour moi, c’est une distinction assez claire. Je ne sais pas si je l’ai dit assez clairement pour que ce soit claire pour tous les autres. Mais pour moi, c’est une distinction très claire. Ce n’est pas l’ampleur du péché, c’est la nature du péché qui est en cause. Est-ce que j’essaie de me cacher de la lumière ? Est-ce que je me bats contre Dieu ? Est-ce que je veux appeler tout ce qui expose mon péché « du diable » parce que cela me convainc et que j’aime ma vie telle qu’elle est ? Ou bien est-ce que je fais de mon mieux pour maintenir la vérité, je suis simplement ignorant de certains aspects de la vérité dont je ne suis pas conscient actuellement, mais si je la voyais un jour, je changerais volontiers.

L’Arbre de Vie Nous Enseigne Comment Prier

Nous ne saurons pas instantanément, dans tous les cas, quelle est la différence entre toutes ces choses. Parfois, il y aura des différences subtiles que nous ne pourrons pas mettre en évidence ou sur lesquelles nous ne pourrons pas tirer de conclusions. Ce n’est vraiment pas mon affaire. Je n’ai pas besoin de savoir exactement ce qu’est chaque situation ou comment elle en est arrivée là, ce qui est rachetable et ce qui ne l’est pas. Ce que je dois faire, c’est chercher Dieu. Et comme nous l’avons dit plus tôt, ce n’est pas une décision intellectuelle que nous prenons, « Il a dit et fait ceci, donc je ne peux pas prier cela. » Ce n’est pas comme ça. Nous cherchons la face de Dieu à propos de tout cela et nous essayons de comprendre ce que Dieu a en tête pour cette situation à ce moment précis. Nous n’avons pas à tirer de conclusions intellectuelles sur la différence entre qui a blasphémé l’Esprit et qui ne l’a pas fait. Je m’en moque. Je vais aborder chaque situation une par une, au fur et à mesure qu’elle se présente, et prier jusqu’à ce que je trouve la face de Dieu sur cette question, et alors je saurai que j’ai trouvé Sa volonté. Ensuite, je prierai de cette façon jusqu’à ce qu’Il dise le contraire. Mais je n’ai pas à décider sur la base d’un certain ensemble de faits. Ce que nous essayons d’éviter avec toute cette discussion, c’est d’essayer de déterminer un ensemble de faits et de prendre un ensemble de décisions basées sur la façon dont nous avons évalué les faits. Nous n’avons pas de faits. Il a dit, « Je suis la Vérité. » Jésus est la Vérité. C’est Lui que nous trouvons ; nous ne trouvons pas notre évaluation des faits qui nous permet de connaître le bien et le mal. C’est le mauvais arbre. Nous essayons de trouver la VIE ; nous n’essayons pas de trouver l’arbre qui nous permet de savoir ce qui est bien et ce qui est mal au cas par cas. Nous essayons de trouver la Vie dans les choses. Certaines d’entre elles nous semblent vraiment bizarres et d’autres sont très raisonnables pour nous. Mais Dieu connaît les clés. Il connaît les secrets. Il sait ce qui se cache derrière chaque circonstance et qui a blasphémé l’Esprit et qui ne l’a pas fait. Nous ne pouvons pas évaluer tout cela. Nous connaissons les lignes directrices générales, mais nous ne pouvons pas appliquer ces choses avec la profondeur que Dieu a. Nous devons donc trouver Son cœur et Son esprit. C’est ce que dit 1 Corinthiens 2. « Qui peut connaître le cœur et l’Esprit et la conscience d’un homme ? Eh bien, personne ne le peut, sauf Dieu. Mais nous connaissons le cœur, la pensée et la conscience de Dieu, alors nous pouvons découvrir ce que sont ces autres choses parce que nous avons la pensée du Christ. » Mais il s’agit de le découvrir. C’est l’Arbre de Vie et non l’arbre de la connaissance, qui nous apprend à prier. Nous n’avons pas à décider. C’est une bonne nouvelle en ce qui me concerne.

Le Monde N’est Pas Toujours Rond

Le monde n’est pas toujours rond non plus. Einstein a introduit la Théorie de la Relativité, et si le monde se déplaçait à 8/10e de la vitesse de la lumière, il ne serait plus rond, il n’aurait plus le même poids et beaucoup d’autres de ses propriétés seraient différentes.

Dans les circonstances actuelles, la terre semble être ronde, mais ce que Dieu en sait, c’est qu’elle est relative à ce qu’Il pense sur le moment. Donc si vous n’allez pas à la Source, si vous vous contentez d’un nouveau modèle, alors vous ratez quelque chose. Parce qu’il n’y a pas de nouveau modèle. Le Seigneur du Sabbat détermine ce qu’est le Sabbat. Il n’a pas redéfini ce qu’était le Sabbat dans l’Évangile lorsqu’Il a dit que Ses disciples pouvaient traverser les champs de céréales, tout comme David et ses amis pouvaient manger à la table des pains de proposition. Il n’a pas écrit un nouveau livre, ce faisant, sur ce qu’était le Sabbat. Tout ce qu’Il a démontré, c’est, « Je suis le Sabbat et que vous devez Me suivre toute votre vie pour avoir une idée ou un indice de ce qu’est le Sabbat. Je ne vous ai pas donné un nouvel ensemble de règles pour le Sabbat. Je suis le Sabbat. Je ne vous ai pas appris que le monde est maintenant plutôt rond que plat, et que vous pouvez donc construire un nouveau modèle. Je suis le monde. Il semble être rond de votre point de vue en ce moment, mais c’est seulement parce que vous ne savez encore rien de Moi, et Je vous donne un modèle pour réfléchir pendant un certain temps et qui est un peu plus proche de la vérité. Mais vous allez devoir Me suivre toute votre vie pour savoir vraiment quelle forme elle a, parce que Je suis le monde. »

C’est vraiment la clé de cette chose. Ce n’est même pas un nouveau modèle. Il s’agit de dire qu’Il est le modèle. Il y aura donc toujours une dynamique. L’arbre de la connaissance du bien et du mal a des révisions constantes qui semblent devenir de plus en plus précises, mais il y a toujours des trous dans ces révisions et elles ne fonctionnent jamais. Il y a des sophismes, et plus vous allez en profondeur, plus vous trouvez de choses qui ne vont pas. L’arbre de la connaissance du bien et du mal a fait l’objet de révisions constantes de nouveaux modèles, de mises à niveau et de mises à jour, et maintenant nous nous rapprochons de la vraie chose. Mais en fin de compte, vous ne vous rapprochez pas du tout de la réalité si vous ne trouvez que des modèles. Il faut vraiment revenir à une Personne, une Dynamique et une Vie. Le modèle rond est certainement plus proche de la réalité que le modèle plat parce qu’il comporte plus de choses vraies, mais il y a un nombre infini de choses également vraies qui ne pourraient jamais être définies par un modèle rond non plus. C’est là le problème : nous recherchons la Vie, pas la connaissance.

Pas de Modèle - Juste la VIE !

Vu sous cet angle, des choses étranges peuvent se produire. Lorsque vous lisez la Bible, vous voyez un roi obèse se faire tuer par un juge gaucher ; vous voyez 1 000 Israélites se faire tuer par leurs propres frères au pied du Sinaï. Vous voyez beaucoup de choses bizarres se produire, des relations qui n’ont pas de sens et toutes sortes de choses étranges. Mais c’est parce que Dieu est Dieu. Toutes les mauvaises choses qui sont arrivées à Job et qui n’auraient jamais dû arriver. Toutes les bonnes choses qui arrivent aux gens qui n’auraient jamais dû arriver, et ainsi de suite. C’est parce qu’il n’y a pas d’autre modèle que la Vie. Si vous vous contentez de ce que les gens pensent que le modèle est censé être et que vous en faites votre dieu, vous serez grandement déçu et vous manquerez le but de Dieu pour votre vie. Vous devez suivre le Dieu actuel et Sa pensée actuelle, Son modèle actuel, et vous devez vous y engager jusqu’au bout, même si cela semble illogique. Si quelqu’un veut camper sur le fait que le monde est plat, c’est son problème. S’il veut camper sur le fait que le monde est rond, c’est son problème. Nous devons nous engager à aller jusqu’au bout de la démarche.

Nous avons dit à plusieurs reprises que dans Apocalypse 11, ils ont appelé le feu, ils ont appelé les fléaux sur qui ils voulaient, aussi souvent qu’ils le voulaient. Ils ont fait toutes ces choses « non chrétiennes. » Vous devez faire un modèle qui est aussi grand que Dieu, pas un modèle qui est rond ou plat. Le modèle doit être aussi grand que Dieu en ce qui concerne la façon dont nous définissons les relations, la façon dont nous définissons l’appel des fléaux et du feu, etc. Nous devons avoir un modèle aussi dynamique et vivant que Dieu. Sinon, nous allons camper sur quelque chose qui est bien moins que ce qu’Il est, et nous nous priverons totalement des merveilles miraculeuses que Dieu a pour Son Fils et pour tous ceux qui sont vraiment enterrés dans Son Fils, plutôt que des principes concernant Son Fils. Même la version améliorée. C’est effrayant mais excitant ; cela défie la mort, mais c’est gratifiant. Et Jésus a été tué parce qu’ils ne pouvaient pas le supporter. Ils n’en pouvaient plus. Il n’y avait pas de modèle sur lequel ils pouvaient se tenir. Ils ne pouvaient même pas réviser celui qu’ils avaient. Rien n’était statique. Rien ne restait immobile assez longtemps pour qu’ils puissent le quantifier ou écrire un nouveau chapitre de la Torah. Ils ne pouvaient pas s’y accrocher assez longtemps pour dire, « Cette mise à niveau équivaut à la vérité. » Ils ne pouvaient pas le faire. Ça allait trop vite pour eux. Alors ils ont dû Le tuer.

Père, aide Ton peuple, où qu’il est à Te trouver et pas seulement un modèle amélioré d’une vérité qu’il a détenue dans le passé. Nous avons besoin de Toi en tant que Personne, en tant que notre Vie, notre Lumière, notre Liberté, notre Plénitude. Montre-nous comment manger de l’Arbre de Vie et non du plus haut produit de l’arbre de la connaissance. Aide Ton peuple. C’est une époque désespérée et nous sommes un peuple désespéré. Ce monde est dans une situation désespérée et il a désespérément besoin de Ton Fils. Père, amène en plénitude une race à la ressemblance et à l’image du Second Adam - pas seulement des améliorations - mais la plénitude de tout ce qu’Il est. Qu’elle brille comme des étoiles dans l’univers. Dieu, accorde cela à ceux d’entre nous qui sont prêts à abandonner leur égoïsme, leur orgueil, leur peur, leur matérialisme, ou quoi que ce soit d’autre. Apporte Ta lumière à ceux qui veulent Ta lumière, où qu’ils soient. Apporte la plénitude de Ta gloire, afin que nous soyons Un. Tout comme Toi et le Père sont Un, Jésus, de la même manière nous nous unirons tous ensemble dans l’Unité de Ton cœur et de Ta pensée. Qu’il en soit ainsi pour tous ceux qui ont des oreilles pour entendre.

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon