Vous Allez Trop Vite !

29/3/2012

Par William Booth

Ils disent que nous allons trop vite ! Cette accusation vient de toutes parts. Nos ennemis n’aiment pas notre allure et nos amis en ont peur. Que veulent-ils dire ? S’ils s’étaient plaints de ce que nous n’allions pas assez vite, j’aurais pu les comprendre. Si nos ennemis avaient avancé qu’après tout ce que nous avons dit à propos des fléaux du péché, des terreurs du Jour du Jugement et de la damnation de l’enfer, nous ne croyions pas nous-mêmes à ces choses, j’aurais pu le comprendre et me sentir humilié sous leur réquisitoire. Si nos amis venaient ensemble nous dire : « Pourquoi n’accélérez-vous pas l’allure ? Regardez les millions qui se meurent dans le pays et à l’étranger. Vous avez à l’évidence une merveilleuse façon de toucher les masses. Vous avez accompli ce qu’aucune autre organisation n’a fait. Vous pouvez vous adapter à tous les peuples et à tous les pays et à tous les climats. Pourquoi ne pressez-vous pas le pas pour passer à une vitesse supérieure ? Pourquoi ne formez-vous pas plus d’élèves officiers, n’envoyez-vous pas plus d’officiers, ne dénichez-vous pas plus de criminels, d’ivrognes et de femmes déchues ? Allez plus vite ; mettez plus de vapeur. » Maintenant, il me semble que ce serait ainsi que devraient parler naturellement à la fois nos ennemis et nos amis. Mais non ! Ils crient non pas : « Allez plus vite ! » mais : « Vous allez trop vite ! » Que veulent-ils dire ?

La vitesse est une bonne chose si elle est combinée à la sécurité ; plus vite nous allons, mieux c’est. On reconnaît que c’est une bonne chose quand on voyage. Je ne connais aucun train n’allant assez vite pour moi. Le temps est si précieux qu’à moins de le passer à dormir ou à travailler, chacune de ses minutes doit être utilisée avec parcimonie. Mon sentiment lorsque je me trouve dans n’importe quel train est : « Bon, maintenant, Monsieur le conducteur, faites de votre mieux et allez plus vite ! »

On reconnaît que la vitesse est une bonne chose pour se faire de l’argent. Qui se plaindrait si nous étions une compagnie d’investissements en train de développer une mine d’or qui rapporte des bénéfices ? Les mêmes personnes qui se plaignent de notre vitesse dans l’extension du salut et le fait de sauver les hommes, voudraient tous acheter nos actions, devenir nos partenaires ou nous racheter.

Si nous étions une armée dévastatrice, personne ne se plaindrait de ce que nous irions trop vite sur le front de la victoire pour battre à plates coutures […] quiconque ne vivrait pas du même côté de la mer que nous. […] Nous fascinerions de nouveau le monde comme Napoléon l’a fait avec la rapidité de ses succès. Les peintres et les poètes et les journalistes rempliraient toute la terre de notre célébrité.

Mais parce que Dieu nous a donné un petit peu de succès dans l’œuvre du salut des hommes et des femmes de la damnation éternelle, et dans l’extension du Royaume de Jésus-Christ, il y a une clameur qui s’élève - tout particulièrement de la part de ceux qui chaque matin prient : « Que Ton Royaume vienne ! » - pour protester de ce que nous allons trop vite; ils disent que nous sommes ambitieux et que nous cherchons de grandes choses.

Pouvons-nous aller trop vite, mes camarades, en sauvant les âmes ? Je ne tenterai pas de répondre à cette question. Aucun soldat de l’Armée du Salut ne poserait une telle question. C’est une insulte à la Bible - aux Enseignements de la Bible. Je refuse d’y répondre. S’il y avait quelqu’un qui désirerait toujours une réponse, qu’il demande aux âmes perdues en enfer dont les frères et sœurs les suivent jusque là-bas. Qu’il aille demander à la foule dans le ciel, lavée par le Sang, dont les yeux sont grand ouverts sur la valeur du Salut. Qu’il anticipe le Jour du Jugement, et qu’en esprit il se tienne devant le Trône, et propose, s’il l’ose, la question au Dieu Tout-Puissant. Je pense que de l’enfer, du ciel et du Trône blanc, la réponse suivante reviendrait : « Plus vite ! Allez plus vite ! » Si cela devait occasionner la suspension de la Législature, des plaisirs, des affaires et de toutes les activités professionnelles et des occupations pour passer le temps, appuyez sur le champignon ! Dépêchez-vous et avancez ! Sauvez le monde !

Est-ce que le salut se déplace aussi vite que le péché ? Voyez comment la méchanceté prend de l’extension. Regardez un feu de prairie - il dévore tout devant lui. Est-ce que le salut soutient le rythme de notre population en croissance continuelle ? Faites le calcul dans vos villes chrétiennes les plus privilégiées, et vous constaterez que nous sommes terriblement à la traîne dans la course. Est-ce que nous pouvons nous mesurer au rythme du diable dans son énergie et son inlassable labeur ? Allons-nous aussi vite que la mort ?

ALLONS PLUS VITE ! Nous devons accélérer l’allure si nous voulons maintenir le pas avec les désirs du Cœur d’Amour du Tout-Puissant qui voudrait que tous les hommes soient sauvés. Nous devons aller plus vite si nous voulons participer à l’accomplissement des prophéties. Lisez le soixantième chapitre d’Esaïe, et pensez à la vitesse que nous devons atteindre avant que tout cela ne devienne réel. Nous devons aller plus vite si nous désirons effacer le reproche et les sarcasmes des infidèles moqueurs qui réclament toujours des preuves vivantes de l’existence de Dieu. Nous devons accélérer notre allure avant que nos propres prières ne soient exaucées, nos propres attentes réalisées, nos propres familles converties et notre propre crédibilité démontrée. Mes camarades, le Général émet l’ordre à chaque pays, à chaque division et à chaque corps, et à chaque soldat, d’avancer. L’allure que nous avions dans le passé ne doit être en rien une référence pour l’avenir. Nous devons aller plus vite. Obstacles, difficultés et ennemis doivent être balayés devant nous, et les bouches de ceux qui nous condamnent doivent à jamais être fermées devant le Seigneur.

Modifié et abrégé par David Smithers De « Lettres du Général. » Publié par les Éditions Salutiste et fournitures, Londres, Angleterre (1886).

Tiré de Le Cri de Guerre Mars 28, 1885. Edité à nouveau Septembre 2011.

Epilogue

Avez-vous remarqué combien on a prié pour le renouveau de la foi…et combien peu de réveil en résulta ? Je crois que le problème est que nous avons essayé de substituer la prière pour l’obéissance, et cela ne fonctionnera simplement pas. De prier pour un réveil pendant que l’on ignore les claires Préceptes établis dans les Écritures, est un gaspillage de beaucoup de paroles, et n’aboutit à rien pour tous nos efforts. La prière deviendra efficace lorsque nous arrêterons de l’utiliser comme un substitut pour l’obéissance. (A.W.Tozer)

Nous, Chrétiens, substituent trop souvent la prière pour le match. La prière est bonne; mais lorsqu’elle est utilisée comme un substitut à l’obéissance, ce n’est rien d’autre qu’une hypocrisie flagrante, un pharisaïsme méprisable… (C.T. Studd)

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon