Vivre la vie de l’Onction

« TA VIE POUR LA SIENNE »

28/12/1991

« TA VIE POUR LA SIENNE »

Ma vie pour la Tienne, n’est qu’un petit prix à payer

De marcher dans la Vérité, la Vie et la Voie

Ma vie pour la Tienne, n’est qu’un petit prix à payer

Quand vivre c’est le Christ et mourir est un gain.

Je me demandais si quelqu’un pouvait partager quelques moyens pratiques, pour cultiver ce genre de cœur qui est dans cette chanson ? Je suis sûr que chacun veut avoir ce genre de cœur qui simplement déborde. Je suis sûr que nous avons eu cela à différents moments. Je pourrais sans doute penser à quelques-uns, moi-même, mais je me demandais si quelqu’un pouvait partager quelques moyens pratiques pour cultiver cette passion et compassion, et de crucifier l’apathie et l’égocentrisme ?

De Vivre c’est le Christ…

Eh bien, ce ne sera pas quelque chose de nouveau pour la plupart d’entre vous. Parfois, du nouveau dans la compréhension et du nouveau dans l’expérience sont deux choses différentes. Cela peut être quelque chose que vous n’avez pas connue, mais ce n’est probablement pas quelque chose que la plupart d’entre vous ne connaissent pas déjà. Et vous pouvez probablement penser à beaucoup de fois quand nous avons parlé de ces sortes de choses. Mais la dernière ligne de cette chanson a attiré mon attention, alors que nous l’avons chanté trois fois de suite : « De vivre c’est Christ et mourir est un gain » Paul l’a dit, et cela a vraiment été un mystère pour la plupart des gens. En fait, certains des traducteurs ont essayé de trouver des raisons pour lesquelles ce n’était pas vraiment ce que Paul voulait dire. Les gens ont pris le texte original des Écritures anciennes Araméennes et essayés de le retraduire en une autre manière de sorte que ce soit plus logique. J’ai remarqué que cela a toujours été une affaire importante.

« Vivre c’est Christ et mourir est un gain. » Qu’est-ce que cela signifie ? Cela a été quelque peu d’un débat aussi longtemps que j’ai connu le Christ. C’est quelque chose dont nous avons parlé. Mais qui a trait à ce que Chris vient de dire, donc je vais le mentionner. Quelque chose qui était dans ma pensée alors que nous chantions : « Oui ! C’est exact. Amen ! C’est exact. Pour vivre c’est le Christ et mourir est un avantage. » J’avais l’habitude de penser que de « vivre » signifiait que vous aviez à essayer de vivre la façon dont Jésus a vécu. Ensuite, « mourir » serait évidemment un gain, car alors nous allons vers le ciel. Donc, vous essayez de vivre comme Jésus a vécu, et puis après tu meurs, tu iras au ciel. Pour vivre c’est le Christ et mourir est un avantage. C’est normalement, je crois, la façon dont on en a pensé, jusqu’à ce que vous reveniez à la façon dont c’était écrit originellement. « Dans le Christ » n’est pas une traduction, c’est une translittération…ou pas vraiment même ça. Le mot signifie « oint » ou « onction. » De vivre c’est l’onction et mourir est un avantage.

« Christ » n’est pas le nom de famille de Jésus—Jésus Christ. Il s’agit plutôt d’une description primaire de qui est Jésus. C’est la même chose lorsque nous parlons du Saint Esprit. « Saint » n’est pas le prénom de l’Esprit. Il s’agit d’une description de qui Il est. Il est autre, Il est impressionnant, Il est issue d’un domaine qui est infiniment beau et pur et séparé et autre que tout ce que nous avons déjà touchés ou connus, en dehors de la partie de Son Esprit qu’Il nous a permis de partager. Jésus Christ n’est pas—« Jésus avec le nom de famille—Christ. » C’est Jésus et cette qualité primaire/principale de qui est Jésus, l’Oint de Dieu, l’onction.

Une Onction Sur VOUS !

L’apôtre Jean a dit de nos vies : « Vous avez reçu une onction sur vous, qui est réelle et non une contrefaçon. » C’est dans la première épître de Jean, qui a été écrite pour les Chrétiens en général. Il ne parlait pas à son « meilleur ami, » ou des trois personnes les plus spirituelles de la planète à ce moment-là. Il l’avait écrite à des Chrétiens en général et il a dit : « Vous avez reçu l’onction sur vous (pluriel) qui est réelle, qui est vraie, elle n’est pas fausse et cela fait une différence. Elle vous permet de discerner ce qui est le faux enseignement sans que personne ne vous le dise. » Et il ajoute, dans le chapitre suivant, que cette onction vous permet d’être libérée du péché. Elle vous donne le pouvoir de vaincre le péché. Elle vous donne le pouvoir d’aimer.

Les disciples furent appelés les « oints » en premier à Antioche (Actes 11). C’est ainsi qu’ils étaient vus—les petits oints, les petites lampes, les petites torches d’huile en feu de l’Esprit Saint qui émanaient de la Lumière. C’est la nature de ce que signifie d’être un Chrétien et d’être un disciple de Jésus—ne pas avoir un style de vie changé, où nous sommes différents de ce que nous avons été parce que nous avons différentes moralités. Avoir un autre ensemble de normes que nous avions n’est pas l’essence du Christianisme. Maintenant nous « allons à l’église, » et nous n’y allions pas auparavant. Nous jurions, et maintenant nous ne le faisons plus. Ce n’est pas la nature de celle-ci. La nature de celle-ci est un miracle du ciel ! Le vieux est décédé ; voici, toutes choses sont nouvelles. Une nouvelle création, quelque chose qui est génétiquement différente de ce qui était auparavant, traduite, « transfigurée » est le mot Grec. Transfigurée du royaume des ténèbres au Royaume du Fils Bien-Aimé. Il s’agit d’un miracle qui a eu lieu qui implique la réalité. Cela implique de la substance. Ce n’est pas seulement un changement de philosophie et un mode de vie différent qui est calqué sur certains écrits, il y a 2000 ans. Ce n’est pas ce qu’est le Christianisme. Et de « vivre c’est le Christ » n’est pas de calquer/imiter votre vie après Jésus. Ce n’est pas la substance de ce que Paul disait. De vivre c’est l’onction. De vivre c’est l’Oint de Dieu remplissant nos cœurs. Le mystère qui a été retenu pour des siècles et des générations—« Christo » le Christ de Dieu, l’onction de Dieu en vous. C’est l’essence même de ce qu’est le Christ -ianisme. C’est l’onction, et non les us et les coutumes et les questions de mode de vie—c’est l’onction.

L’Huile de Dieu

Ainsi, lorsque nous parlons de ce genre de passion, ce n’est vraiment pas quelque chose où vous pouvez dire : « Très bien. Je ne vais plus jurer, ou me mettre en colère et être égoïste et nombriliste la façon dont j’étais avant. Je ne vais plus regarder les feuilletons ou haïr les gens comme je le faisais avant. Et en plus de cela, je vais être zélé. » Ce n’est pas ce dont il s’agit. La nature de la traduction elle-même implique que l’huile de Dieu a été répandue et qu’un baptême d’eau et d’Esprit et de feu aient été répandu dans ce qui vous êtes. Et si c’est vrai et pas de la contrefaçon, vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne plus, dans un sens que vous pouvez comprendre ce qu’est un faux enseignant par rapport à un faux ouvrier trompeur par rapport à la Parole de Dieu venant d’une certaine source. Vous pouvez le savoir dans votre esprit par l’onction de Dieu, la semence de Dieu dans votre cœur et dans votre vie (1 Jean 3).

Vous pouvez mettre à mort les méfaits du corps par l’Esprit de Dieu. Vous ne pouvez plus continuer à pécher—parce que le Fils de Dieu s’est manifesté pour que nous puissions détruire les œuvres du diable et les faire sauter hors de nos vies ; et ne plus être dans l’esclavage du péché et de la haine. C’est la nature du Christ de Dieu qui a été retenue pendant des âges et des générations et qui est maintenant placée en vous, si vous avez vraiment appelé Son Nom et que vous vous êtes humilié devant Lui. Donc, si j’étais dans un endroit où je n’expérimenterais pas actuellement l’onction dans ma vie, j’aurais tellement le cœur brisé, si troublé, si frustré et si vide, je ferai littéralement tout, n’importe quoi sur cette terre, au point de perdre ma vie, si nécessaire, pour y goûter à nouveau. Voila combien c’est si important, et c’est comme ça qu’on donne la Vie, quand on marche dans l’onction. Si je ne pouvais pas marcher dans cela, je préfèrerais mourir.

De vivre est l’onction. C’est ce qui a donné à Paul la force d’aller en prison quand il a dit cela. Lorsque vous êtes sous l’onction de Dieu, vous pouvez être en prison et cela ne fait aucune différence. Si vous êtes sous l’onction de Dieu, vous pouvez être encordé à un pieu avec de l’huile déversée sur vous, prêt à être allumé, et avoir toujours le feu de Dieu dans votre cœur. Vous pouvez avoir un zèle et une joie que vous n’auriez jamais pu avoir simplement en étant déterminé d’être un bon Chrétien. S’il va y avoir quelque chose qui va nous tirer dans les derniers jours et nous amener à un endroit de la victoire comme vainqueurs et non pas seulement comme survivants (et encore) ; cela va être en criant à Dieu pour Son onction, et une crucifixion de la chair et, des petits enfantillages mesquins et stupides, qui nuisent à l’onction de Dieu et éteint Son Esprit dans nos vies. Il est possible d’éteindre le feu de l’Esprit, ma Bible dit.

Non pas de la « Détermination »

Nous parlons de la différence entre le feu de l’Esprit en vous, et votre détermination. « Je me lève pour la louange, j’acclame le Roi de Gloire, Jésus Christ est Son nom. Je Te demande, Roi Jésus, réalise ce désir. Enflamme-moi et fais de moi un char de feu ! » Ce genre de prière doit être continuellement sur nos lèvres. Si nous ne sommes rien de plus que des intellectuels de tout cela, juste des gens moraux « déterminés » à défendre la vérité, alors cela ne va pas durer. La maison va s’effondrer. L’onction de Dieu, le zèle qui est né du ciel et explosant comme une boule de feu qui ne peut être contenue, comme Jérémie l’a dit, c’est ce qu’est le Christianisme (l’onction-ianisme). Ce n’est pas moins que cela. Il ne s’agit pas de bonnes actions, être sauvés et aller au ciel. Il s’agit de montrer Sa gloire à une génération méchante et perverse. Il s’agit de briller comme des étoiles dans l’univers parmi le monde pervers où nous vivons—en brillant avec le feu de Dieu dans notre cœur et le zèle de Dieu dans notre vie.

« Je suis dans les douleurs de l’enfantement jusqu’à ce que Christ [l’onction] soit formé en vous, » dit Paul dans Galates 4:19. Il n’a pas dit : « Je suis dans les douleurs de l’enfantement jusqu’à ce que vous soyez sauvés. » Ils étaient déjà sauvés. Il adressa sa lettre aux églises, aux Chrétiens, aux élus dans la Galatie. Voila à qui la lettre avait été envoyée ; il ne parlait pas d’être sauvé. Il disait que ça lui faisait tellement mal, qu’il pourrait mourir, parce qu’ils n’étaient pas oints avec la Vie de Dieu. Il y avait des gens intéressés sur eux. « Vous étiez en train de courir une si belle course, qui vous a distraits ? » « Vous vous êtes faits si facilement ensorcelés ! Oh, Galates. Oh, Galates insensés ! » Ils étaient ballotté à tous les vents. Eh bien, pourquoi était-ce ainsi ? Parce qu’ils ne marchaient pas dans l’onction que Jean avait parlé dans 1 Jean 2. Lorsque cela se produit, les gens sont ballotés par tous les vents, par tous les beaux parleurs qui viennent dans leur direction ; chaque nouveau livre génial qui leur est remis, tous les nouveaux programmes de radio ou nouvelles personnalités ; par certains cri d’éloge pour une certaine chose ou une question doctrinale, et tout d’un coup, ils sont juste éparpillés un peu partout. Ils trahissent les loyautés en un instant. Ils tournent le dos à des occasions précieuses pour leurs propres intérêts égoïstes. Et tout ceci se passe en un instant, sans l’onction. Il n’y a pas suffisamment de détermination ou de connaissances ou d’engagement ou de sainteté dans chacun d’entre nous pour survivre à l’assaut de ce monde confus ; et encore moins une attaque personnelle de l’ennemi, en dehors de l’onction.

L’Onction contre Pas d’Onction

C’est ce que le Christ-ianisme est—il s’agit de l’onction. Nous devons en avoir envie avec toutes les fibres de notre être. Nous devons avoir envie de la réalité dans nos conversations, pas l’échec contre le succès dans une conversation que nous avons avec quelqu’un au travail. L’onction par rapport à aucune onction—voila la question. Je ne me soucie pas trop de ce qu’une personne fait en réponse à la Parole de Dieu si je sais qu’il y a eu l’onction, parce que c’est alors entre eux et Dieu. Je ne prends aucune responsabilité supplémentaire pour cela, en ce sens que je ne ressens aucune culpabilité. Je n’ai pas à mourir mille fois pour avoir dit quelque chose de mal ou souhaiter que j’aurai pu dire quelque chose de différent. Je me rendais malade, voulant dire la bonne chose et faire ce qu’il faut, et me sentant coupable parce que j’avais mis mon pied dans ma bouche quand j’ai parlé à cette personne ou à celle là, et que cela avait échoué et que ça ne fonctionnait pas correctement. Je ne me soucie plus de tout cela. J’ai relâché cela totalement à Dieu…pas parce que je suis paresseux, mais parce que je sais que la vraie question entre Dieu et l’homme et mon service à Dieu a à voir avec l’onction, non pas le succès.

S’il n’y a pas d’onction, je suis un échec. En un sens, je ne me soucie pas de ce qu’ils font, ce qu’est leur réaction dans cette situation ou autre. Je ne veux pas convaincre quelqu’un avec des mots simples, comme Paul dit dans 1 Corinthiens 2. Il a dit : « Je déteste l’idée que je pourrais vous convaincre avec de la sagesse humaine. » Je dois savoir que c’est une démonstration de l’Esprit et de puissance. Je ne veux pas que ce soit une simple persuasion humaine. C’est méprisable, que nous pourrions argumenter avec quelqu’un en lui faisant croire certaines façons, et changer certaines manières dans leur vie. « Oh, eh bien, je crois que je vais faire ceci plutôt que cela. Vous avez raison, je le vois. Il dit bien cela là. Je n’ai jamais vu cela auparavant. » NON ! Sortez de ma vue ! Je ne veux rien à voir avec cela, à moins que ce soit l’onction de Dieu. Paul a dit aux Thessaloniciens : « Je sais que c’est vrai en vous, car c’est venu avec l’Esprit Saint et avec une profonde conviction. » Il y avait la réalité ici, il y avait l’onction là, et c’était le test de savoir si oui ou non c’était de Dieu.

Aucun Moment Creux

Non pas qu’il y ait une certaine réponse toute faite pour tout groupe de personnes de toute taille, autre que : Assurez-vous de retirer toutes les mauvaises herbes, tous les petits détails à régler, toutes les choses égoïstes qui mouillent le feu de l’Esprit. Réglez toutes les questions. Demandez qu’il n’y ait pas de moments creux dans votre vie. Il ne peut y avoir d’habitudes personnelles qui ne vont pas exalter Jésus, pas des relations qui sont cassées et entravées, avec des murs entre vous et les autres. Pierre a déclaré que les problèmes de relations brisent notre capacité à prier. C’est la même question. Donc, s’il y a des questions non réglées dans votre vie, si vous êtes égoïste et insipide, prenez soin de cela. S’il y a des choses dans votre vie que vous ne feriez jamais avec Jésus ou diriez à Jésus ; des attitudes que vous exprimez que vous n’exprimeriez jamais à Jésus, ne vous avisez pas de laisser ces choses sortir de vos lèvres et ne vous avisez pas de laisser passer un jour sans fixer les choses. C’est bien sûr, si vous voulez vraiment vivre dans l’onction de Dieu. Il ne peut y avoir de moments creux. Si Dieu vous montre quelque chose dans votre vie personnelle ou dans la vie de quelqu’un, faites en votre passion de suivre cette chose jusqu’au bout. Consacrez votre vie pour le voir dans sa finalité, quel que soit le coût de votre vie personnelle ainsi que dans la vie des autres. Si vous ne faites pas cela, ne pensez pas que vous ferez l’expérience de Son onction. Vous pouvez rencontrer l’adrénaline charnelle sur des questions religieuses, mais c’est différent de l’onction. C’est une chose pleine d’entrain—même odieuse et qui crée des divisions à certains moments. Ce n’est pas la paix de Dieu, qui découle de la puissance et du cœur de Dieu. C’est tout simplement indésirable. Ce n’est pas l’onction.

Connaître la Norme

Traitez avec les racines des questions dans votre vie, chaque question non traitée dans votre vie. Semez beaucoup de bonne graine. Mais je pense ce qui est le plus important que toute autre chose est : Savoir ce que la norme de Dieu est. Sachez que Dieu veut l’onction de votre part. Ce qu’Il veut faire est de vous baptiser dans Son Esprit et dans le feu. Criez à Dieu jusqu’à ce que cela soit réel dans votre vie. Arrachez les mauvaises herbes. Ne laissez pas dans votre vie les choses qui éteignent le feu de l’Esprit. Nettoyez les relations, réglez toute question. Vous ne le voulez pas si fort que cela, si vous ne faites pas ceci. Semez la bonne graine de Sa Parole et de l’autosacrifice et de l’amour dans les relations dans votre cœur et dans votre vie. Mais plus que toute autre chose, c’est une foi de crier à Dieu et d’exiger cela de votre vie, et d’accepter rien de moins que l’onction dans votre vie.

Vous devez avoir ce genre de cœur ! Si vous décidez que c’est correct de se fondre dans la masse, alors c’est une prophétie auto-réalisatrice qui brisera le cœur de Jésus et vous n’aurez pas accompli votre destinée. Vous serez comme les dix autres millions (dix milliards !) de personnes qui ont professé et n’ont jamais vraiment montré quelque chose. Ils ont juste eu une affirmation intellectuelle et rien à montrer pour elle,—« échappés que par les flammes, » comme dit Paul, mais pas d’or, d’argent et de pierres précieuses pour le prouver. Je ne pense pas que ce soit cela que nous sommes. Je ne pense pas que nous sommes là pour s’attendre à une norme inférieure pour l’un l’autre ou pour nous-mêmes. Je ne sais pas combien c’est pratique, mais c’est ce que je pensais quand nous avons chanté cette chanson et c’est au moins une réponse partielle à ta question.

Qui Êtes-Vous ?

Il y a des moments où je souhaite, que chaque personne dans cette pièce pourrait être maintenant totalement isolée et séparée et expulsée, tout à fait seule dans le monde, avec absolument rien pour vous accrocher à l’exception de votre relation personnelle avec Dieu. (C’est arrivé, historiquement, dans les Actes 8.) D’une certaine façon, je le souhaite vraiment pour chaque personne dans cette salle. Maintenant, si c’est quelque chose que nous faisons nous-mêmes, alors Dieu le jugera et ne le bénira pas. Mais il y a des moments où je souhaite que Dieu trouverait un moyen pour arranger cela. Je trouve plaisir à voir le peuple de Dieu croitre en nombre et en situation d’autorité avec le monde invisible, et dans l’amour des uns des autres—la communauté de Dieu de Ses élus, Son église en construction. Mais il y a des moments où je souhaiterai que Dieu trouverait un moyen pour que toute personne soit de son propre chef, parce que quelque chose qui est plus importante pour moi de loin, est de voir un individu mis en liberté et vraiment, assurément né de l’Esprit et du vent et baptisé dans le feu. Maintenant, en fin de compte, tous les chemins ramènent au même endroit, l’Eglise, parce que c’est la volonté de Dieu de construire Son Eglise, contre laquelle les portes de l’enfer ne prévaudront pas. Je le sais. Mais, encore une fois, je pense que si nous nous mettons nous-mêmes dans cette situation, Dieu le jugera. Ce n’est pas Sa volonté que nous faisions ce genre de choix.

D’un autre côté, je me demande si vous savez qui vous êtes. Je regarde autour de moi et je vois que certains d’entre vous sont baptisés dans le feu et certains d’entre vous ne le sont pas. Certains d’entre vous sont remplis de l’Esprit de Dieu et certains d’entre vous sont sincères, mais appartenant beaucoup à ce royaume terrestre encore, malheureusement. Il n’y a rien que je ne veuille plus pour vous que d’être en mesure de voir la Lumière et le Feu de Dieu dans vos yeux et votre cœur, et de voir le fruit de cela. Je ne sais pas comment m’y prendre, je ne sais pas comment m’y prendre pour aider le Christ de Dieu, l’Onction de Dieu, d’être formé en vous et d’exploser dans la vie éternelle, de fruit et de toute bonne œuvre. Je ne sais pas comment combler ce fossé. Je ne sais pas combien de mots ou quels genres d’expériences il faudrait pour vous. Mais si vous êtes tout seul quelque part, par vous-même, même en l’absence de votre conjoint ou vos colocataires, afin de savoir combien vous avez vraiment besoin de Dieu et combien vous avez vraiment, désespérément, besoin de Son onction, plutôt que d’une aura empruntée, d’une onction de quelqu’un d’autre, cela en vaudrait la peine. Quoi que ça prendra, cela en vaudra la peine.

Je pense que, comme toujours, Dieu préfère à nous apprendre de Son cœur et de Sa main plutôt que par l’échec et par la séparation, mais Dieu est très déterminé de tout avoir de chacun de nous. Il ne va pas se contenter que quiconque se mélange, rien de moins que la Lumière de Dieu en provenance et à travers eux, pas juste traîner dans l’après-lueur de l’onction de quelqu’un d’autre. Cela doit être entre vous et Lui. Ayez faim pour cela. Ne soyez pas une autre statistique—quelqu’un d’autre qui a dit les mots, mais n’était pas prêt à payer le prix pour donner « sa vie pour la Sienne. » Pour vivre comme le Christ est l’onction et la mort m’est un gain. Ne manquez pas ça. C’est pour vous et c’est votre choix jusqu’où vous irez, quel prix que vous paierez.

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon