Après le Coeur de Dieu

30/3/1988

« Le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié Son Serviteur Jésus que vous avez livré et renié devant Pilate, alors qu’il était déterminé à le laisser aller » (Actes 3:13).

Dieu glorifia Son Serviteur Jésus. Pourquoi a-t-Il fait cela ? Pourquoi L’a-t-Il exalté et Lui donné le Nom au dessus de tout nom ? Il L’exalta parce qu’Il s’est fait rien et a pris la forme d’un serviteur et devint obéissant à Son Père, même si cela Lui a coûté la vie. Le Zèle pour la Maison de Son Père Le consuma et alluma un feu en Lui. Il était une torche brûlante pour la Gloire de Dieu. Il n’avait pas d’autres ambitions égoïstes ou vanités vaines, mais Il se dépouilla Lui-même. « Ayez en vous la même pensée qui était aussi dans le Christ Jésus… » est l’introduction à ce passage. Parce qu’Il avait cette attitude, « Dieu L’a souverainement élevé et Lui a donné ce Nom au-dessus de tout nom » (Ph. 2).

Dieu L’a confirmé parce qu’Il était un homme selon Son cœur. Il était l’Homme selon Son cœur. Il a glorifié Son Serviteur Jésus. Pourquoi ? Parce que Son serviteur, Jésus, vivait pour Lui. David était aussi un homme selon le cœur de Dieu. Pourquoi était-il un homme selon le cœur de Dieu selon les Actes ? « Parce qu’il a fait tout ce que Je lui ai dit de faire » (Actes 13:22). C’est pourquoi il était un homme selon le cœur de Dieu. Ce n’était pas parce que David s’assit en tailleur et fredonnait et se balançait d’avant en arrière, en levant les mains en l’air. Ce n’était pas une idée mystique. Il était un homme selon le cœur de Dieu, parce qu’il fit tout ce que le Père voulait qu’Il fasse. C’est le défi qui est devant nous.

Il est tout à fait possible de durcir nos cœurs à cette instance dans le temps. C’est ce qui tend à se produire au cours du temps, lorsque vous entendez la Parole de Dieu, qu’elle vienne à vous, vous touche et que vos yeux s’allument - mais que vous ne faites rien à ce sujet. Ainsi, n’endurcissez pas vos cœurs, mais criez plutôt à Dieu et, ne Lui donnez aucun repos, jusqu’à ce qu’Il rétablisse Jérusalem comme la louange de la terre (Esaïe 62:6-7). Cela doit être votre cœur. Donnez à Dieu aucun repos, jusqu’à ce qu’Il établisse Son peuple comme l’éloge de la terre. Ne Lui donnez aucun repos, jusqu’à ce que Sa montagne soit établie comme chef des montagnes et non pas une expression de mépris parmi les nations (Ps. 44:14) ou une terre appelée désolée (Es. 62:4), selon ce que le monde pense maintenant.

Si vous deviez prendre un sondage aux États-Unis ou n’importe où ailleurs, demandez ce qu’est le Christianisme au monde, les commentaires que vous obtiendriez est que c’est simplement une autre idée ou, un hobby. C’est une expression de mépris. Il n’y a rien à ce sujet qui causerait des hommes à dire : « Holà ! Ces gens qui ont mis le monde à l’envers sont aussi venus dans notre ville ! » (Actes 17:6). Personne ne répond de cette façon au Christianisme d’aujourd’hui. Ils ne s’en soucient plus ou ne le remarquent pas vraiment. Peut-être que dans un pays communiste, ils n’aimeraient pas notre philosophie, mais ils ne sont pas menacés par cela parce que Dieu n’y est pas. Les cœurs des gens ne fondent pas, comme ils le faisaient à l’époque de Rahab (Josué 2:8-11) ou comme ils le faisaient à l’époque des Philistins, parce que l’Arche de Dieu s’approchait avec un grand cri des Israélites (1Samuel 4:5-9).

Je tiens à vous encourager tous à ne pas vous laisser entraîner par la religion ici. C’est quelque chose de grand. C’est important et c’est essentiel. Si votre cœur n’est pas grand ouvert à ce que nous parlons en ce moment, et si vous êtes plutôt de ceux qui reniflent le porridge, alors vous allez mourir dans vos péchés. Vous mourrez dans votre dureté de cœur, et vous serez toujours en train de courir après une nouvelle idée ou un système ou un programme ou un format. Vous serez toujours en train de courir après les petites choses sur le côté, qui n’auront jamais l’empreinte de Dieu sur elles. Ce ne sera jamais, « C’est Dieu qui déverse ce que vous voyez et entendez. » Vous allez mourir dans une existence banale de probabilité statistique. J’espère que cette idée vous rend malade.

Ca me rend malade de penser à chacun de nous se contentant de l’ordinaire, c’est pourquoi je parle de ces choses. Vous n’avez pas besoin d’être assis, près de 20 ans à partir de maintenant, chantant quelques chansons et avoir quelques prières, et sans Dieu dans la chose. Je ne veux pas que cela vous arrive. Je suis pour chanter des chansons et de prier des prières - vous me connaissez assez pour savoir que je ne suis pas en train de démolir celles-ci. Je dis juste que si ce n’est pas Dieu, je ne veux pas en faire partie. Nous pouvons aussi rejoindre le Club Kiwanis ou le Club des Lions. Si Dieu n’y est pas, je n’en veux pas. Et j’espère que c’est vrai pour vous tous, aussi. Où est Dieu, il n’y a pas à se tromper. Vous n’avez pas à le tambouriner et vous n’avez pas à avoir un rassemblement pour prouver quoi que ce soit. Là où Dieu est, il n’y aura pas à se tromper. Il a créé l’univers après tout. Il est un Grand Gaillard.

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon