Regardons ce que Dieu dit sur le Baptême d'Eau sous un Jour Nouveau

Un nouveau regard… En ce qui concerne le baptême, voyons le sujet du point de vue de Dieu, comme étant « assis avec Christ dans les royaumes célestes » avec « l'esprit du Christ ». Examinons honnêtement et considérons en prière ces pensées des Écritures sans les lunettes d'un point de vue prédéterminé sur le baptême. Si les Écritures sont vraies et que Jésus doit être cru - le baptême n'est ni un rituel obsolète, ni un sacrement, ni un événement mystique hyper-spiritualisé à ignorer plutôt qu'à obéir. Des « coeurs bons et honnêtes » veulent savoir ce que Dieu pense d'un sujet, peu importe où il mène ou ce qu'il en coûte. Chaque Écriture sur le thème du Baptême dans le Nouveau Testament se trouve dans ces pages alors que nous explorons le Cœur de Dieu d'un point de vue Céleste, plutôt que simplement par l'esprit de la tradition religieuse ou du dogme. Profitez du voyage !

22/2/2001

Il est regrettable, mais indéniable, que le sujet du baptême d’eau a polarisé et divisé les hommes depuis des siècles. Des chefs religieux non régénérés, ainsi que d’autres « chrétiens » ont jonché l’histoire d’exploits impies dans la défense de leurs doctrines. Pas rare du tout sont les comptes rendus des chefs religieux et « savants », s’emparant physiquement de ceux qui osèrent remettre en question si oui ou non le baptême des enfants par le biais de l’aspersion est permis par Dieu. Après un simulacre de procès « orthodoxe », ces anciens, ces prédicateurs et auteurs bien respectés de l’église, noyèrent littéralement à mort les non-conformistes dans une rivière, afin de démontrer la supériorité de leur doctrine de l’aspersion sur le baptême par immersion.

Comme le démontre l’histoire, le Conseil Municipal de la ville de Zurich avait adopté un décret juridique en Mars, 1526. L’édit avait prescrit que ceux qui avaient immergé quelqu’un qui avait confessé la foi en Jésus-Christ dans de l’eau (plutôt que de respecter l’ordonnance acceptée de l’Église de ce temps là: aspersion sur tous les nourrissons), devaient être exécutés en public par noyade. Dans un court laps de temps, les organismes religieux socialement acceptable de l’époque avait tué entre quatre et cinq mille hommes et femmes de cette façon (p. 269, Church History in Plain Language, Bruce L. Shelley).

Alors que l’atrocité du meurtre semble barbare et socialement inacceptable de nos jours et temps, notre Maître, Jésus Christ, a dit très clairement que les barrières, les divisions et les antagonismes qui marquent la « chrétienté » d’aujourd’hui sont aussi des meurtres, à en juger par les Tribunaux Célestes. Cela est aussi absolument vrai que si nous assassinions littéralement l’un l’autre par la noyade de force (Mt 5 :21-24; 7:1-2; 12:7; Jacques 3:13-18; 1Jn 3: 14-16; 4:20-21; Luc 10 : 29). C’est vraiment effrayant, n’est-ce pas?

Y a-t-il une réponse ? Devrions-nous, ou pouvons-nous, laisser les schismes qui ont caractérisé toute l’histoire chrétienne de gâter/gâcher notre unité et la Communion Fraternelle avec le Père et l’un l’autre ? Bien sûr que non. Nous n’avons aucun désir, si nous sommes honnêtes et exigeants, de Lui faire face avec nos divisions actuelles. Faut-il compromettre alors la Parole de Dieu au plus petit dénominateur commun de la « vérité » pour satisfaire/accommoder tout le monde qui semble assez sincère ? Que Dieu nous garde ! Ce faisant, nous permettrions aux autres de perdre leur âme par notre approche négligente ou lâche de la Parole de Dieu. Cette Parole jugera tout homme en toute impartialité au Jugement dernier, indépendamment de notre sincérité (Jean 12: 48; 1Tim 4 :1-2, 16; Mt 7: 21; 2Tim 4: 3).

Que pouvons-nous faire? Sur la question du baptême, ou tout autre sujet dans la Parole de Dieu, nous devons à certains égards voir le sujet du point de vue de Dieu, comme quelqu’un « assis avec Christ au Ciel » par « l’entendement/la Pensée du Christ ». L’autre solution (apparemment celle exercée le plus souvent dans l’histoire) est de faire de la guerre avec des mots et la logique d‘un procureur. Ceci élimine toute chance que ce soit que nous comprenions vraiment la Parole du Seigneur. (Voir Mt 11:25-27; 1Cor 1 :25-30, 2:9-16.)

Toujours un Défi

Quoique vous puissiez percevoir que vous connaissez déjà le « baptême d’eau Biblique, » compte tenu du fait que ce sujet est si important pour Jésus, je voudrais quand même plaider avec vous, pour que vous entriez dans les pages qui suivent avec une attitude de vraie Sagesse: « La crainte du Seigneur. » Prétendez (comme je le tente en regardant dans n’importe quel sujet, dans la Parole de Dieu) que vous n’avez jamais envisagé l’idée et que vous voulez juste savoir ce que le Dieu Tout Puissant (plutôt que l’homme) a dit au sujet de ce thème important du baptême. Imaginez que vous êtes sur une île déserte et que vous n’avez jamais vu une Bible auparavant, ou entendu parler de l’idée « d’Eglise ». Soudainement, le Créateur de l’Univers fait tomber un Livre pour vous et vous demande d’agir sur ce qu’Il a à dire à propos du « baptême » dans Son Livre. Pourriez-vous faire ceci, quel que soit votre position antérieure sur le sujet ? Pouvez-vous discipliner votre cœur pour faire cela, encore une fois, peu importe combien de fois vous avez étudié le sujet ? (Si vous ne pouvez pas regarder à l’intérieur de votre propre cœur et dire : « Oui, je vais y regarder honnêtement, et considérer ces pensées de l’Écriture dans la prière, sans les lunettes d’un point de vue prédéterminé sur le baptême, alors il serait préférable de ne pas aller plus loin à ce point. La tentation de lire avec désinvolture, ou d’utiliser le temps pour évaluer l’auteur, plutôt que de laisser la Parole nous évaluer, sera toujours avec nous dans de telles situations. Seuls les vrais « bons et honnêtes cœurs » aborderont les défis dans la Parole dans la façon dont notre Père veut—avec des cœurs dociles. Quelle bataille pour nous tous !)

Parvenu à ce point, c’est ma prière désespérée que les divisions et les complexités que les « doctrines des hommes » ont créées (ce n’est sûrement pas de la faute de notre Père !) peuvent être, dans une certaine mesure, diminuées par la grande Grâce de Dieu, et par quelle que soit la Vérité que vous pouvez trouver dans ces pages. À la suite de cette discussion pourriez-vous me donner le privilège d’être très franc et très au fait ? Je vais devoir vous faire confiance que vous n’allez pas me demander de marcher sur une corde raide de diplomatie et à la Dale Carnegie (je ne suis pas très doués pour ce genre de chose de toute façon). Je vous promets que je ferai de mon mieux pour parler la Parole du Seigneur, si vous voulez continuer à lire. Je dois le faire, sans toutefois présenter des excuses à la myriade « d’enseignements » dans le monde religieux d’aujourd’hui. Notre Dieu est une Personne, et donc ne tient pas deux opinions contradictoires sur un sujet quelconque. C’est vraiment important à notre Père (alors que vous lisez dans les versets énumérés précédemment de l’Écriture) ce que nous croyons et ce que nous faisons. Voulez-vous résoudre, comme je l’espère vraiment que je l’ai fait, que vous n’allez pas quitter cette vie, ayant perdu quelconque richesses qu’Il vous a présenté, à vous, Son enfant ?

Nous pouvons choisir de renoncer à Son Mieux, et voire au salut même, par l’ignorance de Sa Parole. La perte sera également soufferte, lorsque la paresse, la procrastination, ou une attitude défensive entrave notre poursuite de ce qui honorerait Dieu qui mourut pour nous. Tellement de personnes ont désobéi au Dieu Vivant par peur des conséquences potentielles dans leurs familles ou leur lieu de travail ou dans leur église. S’il vous plaît, regardez au Ciel avec une conscience claire et dites : « Oui ! Je vais Te suivre Jésus partout où Tu vas, tout de suite, quel que soit le coût ! » Maintenant, en avant !

Le Dilemme

D’après mon expérience dans diverses parties du monde religieux, il me semble que certains d’entre nous avons oublié l’importance que la Parole de Dieu assigne à la question du baptême. Pourquoi une personne, avec un bon cœur et une bonne compréhension de la Parole de Dieu et de la Bonne Nouvelles de Jésus-Christ, ignore-t-elle le lourd poids que Dieu met sur le Baptême d’eau, à chaque fois qu’Il (Dieu) en parle ? Habituellement, c’est parce que toutes leurs vies la plupart ont été enseignés (à merveille), que le Salut s’obtient par la Foi et la Grâce de Dieu—et que le Baptême ne semble nulle part correspondre à cette image.

Il est dit : « Si c’est une ‘œuvre’ nécessaire pour être sauvé, qui est ajouté à l’œuvre de la croix—c’est sûrement facultatif et superflu, peu importe la qualité de la chose. » Alors que cela est certainement vrai, sans discernement, une ligne délicate peut facilement être franchie, qui mène sur un chemin de reniement de Jésus en niant l’immutabilité de Sa Parole.

Cependant, d’autres en bonne conscience et d’une honnête tentative de « parler là où la Bible parle et de se taire lorsque la Bible est silencieuse » se sont dirigés dans une direction qui a profondément affligé notre Dieu. Cela a mis en danger la vraie Communion avec Jésus comme Personne Vivante. Cette école a vu le baptême comme faisant partie d’une formule pour le Salut. Dans le processus (même si la place de ces questions dans les Écritures est immense), nous avons élevé une génération de dévots, qui n’ont jamais connu une intimité vivante et vitale, une amitié concrète avec Jésus. Bien que personne ne le verbaliserait en tant que tel, Jésus, dans cet environnement, n’est pas du tout le point focal/central du Salut. Il est vraiment, objectivement parlant, même pas une « sixième » étape avec « écouter, croire, se repentir, confesser et recevoir le baptême. » Il est, au contraire, pensé de nous avoir appris une recette, qui donnerait le salut, si correctement appliqué, même jusqu’à la « formule magique » que nous disons au cours de la cérémonie. Si nous poursuivons dans cette voie, Jésus est mort, pour nous laisser une formule de salut et un livret de règles pour vivre la « bonne vie chrétienne ».

Malheureusement, lorsque cette vue est adoptée, le seul vrai espoir pour la vraie « Vie en abondance » en tant que « nouvelle création », avec « des fleuves d’eau vive jaillissant de son ventre » et vivant dans la « puissance d’une vie indestructible, » en vérité, une communion profonde avec le Créateur du temps et de l’éternité est perdu, parce que nous n’avons jamais rencontré, vraiment rencontré, Jésus de Nazareth. Certains ont embrassé seulement une idée et une doctrine historique, plutôt qu’un Ami Vivant. Quelle tragédie !

La Parole vivante et active du Dieu de la Parole qui est vivant et actif, doit être notre source de sagesse et d’orientation en vue d’harmoniser (sans compromis) les complexités apparentes de la confiance absolue de la « justification par la Foi » avec beaucoup d’autres versets qui semblent exiger d’ajouter quelque chose à notre Foi. Comment allons-nous comprendre : « A moins que vous vous Repentiez, vous périrez tous », et « celui qui croit et qui est baptisé sera sauvé. » Est-ce que le verset « si tu confesses de ta bouche, ‘Jésus est Seigneur’, et croit en ton cœur que Dieu L’a ressuscité des morts, tu seras sauvé », ajoute une « bonne » œuvre (confessant littéralement et verbalement avec votre bouche) à la simple Foi comme base de la Justification par le Sang du Christ ? (Rom 3 :22-24, 10:9-10; Luc 13:3 ; Marc 16: 16; Actes 2:38). Puisqu’«au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et la Parole était Dieu » a été écrit avant le temps et la création dans le cœur de la Divinité Eternelle, cela vaut bien la peine de pénétrer profondément dans tous les aspects de l’Enonciation de Dieu notée/écrite pour nous. Seriez-vous d’accord avec ceci ?

Il semble raisonnable que nous ne devrions jamais rien reléguer au second plan en raison des violations perpétrées dans le passé. Exact ? Ce que Dieu nous dit sur un quelconque sujet donné, nous devons le tenir pour précieux et le garder jalousement. Faites-en votre quête fervente de « laisser tomber aucune de Ses Paroles par terre » … car lorsqu’on pénètre plus profondément dans la Parole de Dieu, nous pénétrons plus profondément dans la Divinité Eternelle. « … et le Verbe était Dieu. »

S’il vous plaît, ne faites pas l’erreur, comme vous lisez ceci, de laisser les préjugés des « traditions vides transmise par nos ancêtres » vous aveugler à quoique ce soit dans Sa Parole et Son Cœur. Il y a tellement de choses que le Créateur désirerait nous faire comprendre plus pleinement et y répondre avec une Foi remplie d’obéissance. N’est-ce pas l’ensemble de la vie du Christ, de marcher dans une communion intime avec et en obéissance à « toute Parole qui sort de la bouche de Dieu ? » (Jean 17 :3-4; Jean 14 :15-22; Deut 8:1-14; Mt 4: 4). S’il vous plaît, passer aux pensées qui suivent avec un cœur « bon et honnête. » (C’est la seule « bonne terre » selon Jésus: Luc 6 :43-49; 8:8-15.) Abordez la Parole, toujours, avec une obéissance instantanée « sur la terre comme au Ciel », si c’est vraiment la Parole du Seigneur. Ne considérez pas des ramifications. Ne vous interrogez pas sur le coût de marcher dans la Vérité de Dieu, et puis remettez à plus tard ou diluez la Vérité ou votre réponse afin d’apaiser des simples hommes. Cela n’en vaut pas la peine, en toutes circonstances. D’accord ?!

Jésus dans Sa Plénitude et TOUTE Sa Parole

Un principe bon à se rappeler, comme l’auteur du Psaume 119 dit (par l’autorité et l’inspiration de Dieu) : « La somme de Ta Parole est la Vérité » (verset 160). Cela signifie simplement ceci : Nous ne pouvons pas prendre un verset de l’Ecriture qui dit ce que nous aimerions qu’il dise et de camper sur ce passage comme s’il ne faisait pas partie d’un intégral tout. La Personne de Jésus Christ est « la Vérité » (Jean 14:6; 1:1). Rien de moins que la Parole entière, et l’entière Personne de Jésus de Nazareth devrait être présentée comme la « Vérité » sur un sujet donné. À l’époque de Jésus, il était facile de voir, que les « experts de la Bible » se trompèrent, « ne connaissant ni les Écritures ou la puissance de Dieu. » Ils ont toujours accusé l’Auteur et la Personnification de la Vérité d’être « contraire à l’Écriture. » Faites le premier pas en arrière en admiration, avant que vous classiez le baptême comme une subtilité banale et religieuse pour fanatiques. Essayez de comprendre tout ce que Dieu a à dire et tout ce que Jésus a fait (et « est ») sur n’importe quel sujet donné !

EXEMPLE: Supposons que je vous dis : « Vous devez recevoir une alimentation ou vous mourrez absolument. » Vous conviendrez que la vérité se présente comme au-delà de débats (en particulier si Dieu avait fait une déclaration souveraine de cet effet). Bien que cette déclaration soit absolue en termes de précision, cela n’élimine pas le caractère obligatoire d’autres éléments, tels que l’air et l’eau.

APPLICATION: « La somme de Ta Parole est la Vérité. » Il est donc juste de dire que nous ne pouvons pas prendre un verset comme « si tu confesses de ta bouche que ‘Jésus est Seigneur’, et crois dans ton cœur que Dieu L’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé » (Rom 10: 9) et d’appelez ce verset la voie vers le salut. Pourquoi ? Parce que Jésus, notre Seigneur a dit: « A moins que vous vous REPENTEZ, vous périrez tous » (Luc 13: 3, 14:33). Comme personne ne peut à la fois périr et être sauvé (rappelez-vous que « la somme de Ta Parole est la Vérité »), il est absolument nécessaire de croire en votre cœur que Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts et Lui donna un Nom au-dessus de tout Nom.

De toute évidence, il est également nécessaire de parler à haute voix avec votre bouche, que vous déclarez ainsi publiquement que vous reconnaissez ce que le Père a fait en Jésus : Il est le Seigneur du Ciel et de la terre. Désormais il sera également reconnu comme Seigneur de tous les coins et recoins, de l’ambition, la peur, du vice et des pensées dans votre vie aussi.

Il est également évident (« la somme de la Parole est la Vérité ») que la repentance (le changement de l’entendement/des pensées et la réalisation/l’exécution dans un moyen pratique et observable de la nouvelle direction que vous prenez maintenant) est aussi obligatoire pour le salut ! Le premier passage est entièrement vrai, mais est aussi totalement vrai le deuxième passage. Nous devons considérer pleinement toutes les Ecritures, non pas en accepter certaines et d’en repousser d’autres parce que nous ne comprenons pas complètement la façon d’harmoniser les deux idées.

Si d’autres choses, comme le baptême, avaient le même poids dans le cœur et la Parole de Dieu, ils ne seraient pas moins valables parce que ces autres choses sont vraies. Êtes-vous d’accord avec cela ?

EXEMPLE: Parce que nous savons que c’est vrai: « Il vous faut manger de la nourriture ou vous mourrez absolument, » ce qui ne revient pas à dire: « Si vous mangez des aliments, vous vivrez absolument. »

APPLICATION: Nous avons déjà vu que : « Si tu confesses avec ta bouche, ‘Jésus est Seigneur’, et crois dans ton cœur que Dieu L’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. » Pourtant, qui plus que satan croit que Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts ? Il ne suffit pas d’y croire seulement ! « Même les démons le croient—et tremblent ! Insensé, tu veux la preuve que la foi sans les œuvres est inutile ? » (Jacques 2 :19-26). Tout ce que nous disons est que les « croyants » ne croient pas autant que les démons. Peu d’hommes qui « vont à l’église » n’ont jamais vraiment « tremblés » à l’idée de s’approcher d’un Dieu Tout Puissant et Saint. La plupart ont été enseignés pour juste dire une petite prière pour aller au Ciel. Étant donné que les démons croient suffisamment pour « trembler », sont-ils donc sauvés? Bien sûr que non.

Poussons l’analogie plus loin. La confession des lèvres que « Jésus est Seigneur » n’est apparemment pas un billet gratuit de salut, en soi, non plus. Jésus a dit: « Beaucoup Me diront en ce jour-là: ‘Seigneur, Seigneur, n’avons-nous pas prophétisé en Ton Nom, et par Ton Nom chassés des démons, et fait beaucoup de miracles?» Alors Je leur dirai ouvertement: « Je ne vous aie jamais connu. Loin de Moi, vous les méchants ! Vous n’avez pas fait la Volonté de Mon Père. » (Mt 7:21-23). De dire avec vos lèvres : « Jésus est Seigneur » n’est pas la fin de la route, n’est-ce pas ? Et, évidemment, ils crurent que Dieu a ressuscité Jésus d’entre les morts—ils ont même fait des miracles et chassés les démons en Son Nom ! Alors que la Parole de Dieu est inspirée et par la suite la confession de « Jésus est Seigneur » avec les lèvres est obligatoire, ce n’est évidemment pas suffisant en soi pour garantir le salut. « La somme de la Parole est la Vérité. »

Qu’Est-Ce Que Le Baptême d’Eau, Selon Dieu?

Avec cela en toile de fond, regardons sans préjugés ou idées préconçues à ce que la Bible, le cœur de Dieu, dit sur le Baptême. Nous ne devons pas, bien sûr, éliminer ou réduire au minimum les autres expressions d’approcher Dieu par la foi en Christ seul, mais de comprendre le cœur de Dieu et de pénétrer dans ce qu’Il veut dire lorsqu’Il parle de « Foi ».

Sur la page suivante, vous trouverez une liste où Dieu a utilisé le mot « baptême » à chaque fois dans Sa Parole. Si vous êtes sérieux dans la compréhension de ce que Dieu a à dire à ce sujet, je sais que vous le trouverez très enrichissant et instructif, de regarder à chacune des références que notre Dieu a fait pour le baptême d’eau. Regardez à Sa Parole sur ce sujet dans l’enseignement de Jésus et des Apôtres, et dans le Livre des Actes (où Dieu a été assez gracieux pour nous donner des exemples d’hommes marchant dans cet enseignement). Les deux (l’enseignement et l’exemple) correspondent, comme on peut imaginer qu’ils le fassent. Si vous voulez savoir tout ce qu’une encyclopédie a à dire sur « la Relativité », vous ne regarderiez pas sous « parachutisme. » Pas plus que vous essaieriez de comprendre le regard de Dieu sur l’argent en regardant l’enseignement de Jésus sur le divorce. Il est également prudent de dire que la meilleure façon d’apprendre la Pensée de votre Créateur sur le baptême, c’est de lire chacune des fois où notre Dieu (qui ne fait pas de gaspillage de mots) nous présente Ses idées sur la question.

S’il vous plaît, lisez chaque référence. Mettez honnêtement, par écrit, (comme un enfant, dans la simplicité, sans forcer à appliquer une doctrine sectaire haute et noble à ce sujet !) le poids que le Père a assigné au « baptême d’eau. » Maintenant, si vous croyez exactement à cela (ce que Jésus, et les hommes de Dieu qui Le connaissait, avaient à dire au sujet du baptême d’eau), et que vous disiez à d’autres exactement cela—vous n’êtes pas loin du Royaume. Je n’oserais pas enseigner autre chose au sujet du baptême, qui lui donne moins de valeur que ces passages, n’est-ce pas ?

Baptiser, Baptisait, Baptisant, Baptême

Matthieu 3:1, 3:6, 3:7, 3:13, 3:11, 3:14, 3:16, 11:1, 11:12, 14:2, 14:8, 16:14, 17: 13, 20:22, 20:23, 21:25, 28:19

Marc 1:4, 1:5, 1:8, 1:9, 10:38, 10:39, 11:30, 16:16

Luc 3:3, 3:7, 3:12, 3:16, 3:21, 7:29, 7:30, 12:50, 20:4

Jean 1:25, 1:26, 1:28, 1:31, 1:33, 3:22, 3:23, 3:26, 4:1, 4:2, 10:40

Les Actes 1:5, 1:22, 2:38, 2:41, 8:12, 8:13, 8:16, 8:36, 8:38, 9:18, 10:37, 10:47, 10: 48, 11:16, 13:24, 16:15, 16:33, 18:8, 18:25, 19:3, 19:4, 19:5, 22:16

Romains 6:3, 6:4

1 Corinthiens 1:13, 1:14, 1:15, 1:16, 1:17, 10:2, 12:13, 15:29

Galates 3:27

Ephésiens 4:5

Colossiens 2:12

Hébreux 6:2

1 Pierre 3:21

Il n’y a absolument aucune possibilité que l’on puisse lire ce que la Bible a à dire à ce sujet et de conclure qu’il s’agit simplement d’un rite ou d’un symbole à obéir parce que « Jésus l’a dit. » La signification du baptême n’est pas non plus limitée à l’exemple de Jésus Lui-même immergé dans l’eau. Ce n’est pas simplement un/le moyen « d’appartenir » à une église locale. Ce n’est pas seulement un « acte extérieur » horizontal. Au moins, ce n’est pas la façon dont Jésus, Paul, Pierre, Jean, Luc et les hommes en qui nous pouvons avoir confiance le virent ! Tous les gens au sujet desquels nous lisons dans la Bible, dans l’enseignement apostolique, qui virent l’occasion d’être immergé dans l’eau le firent immédiatement, même après minuit ! Il n’y avait rien dans aucun d’eux qui voulait débattre la question ou attendre jusqu’au « Baptême du Dimanche ! » Ils virent quelque chose que ce monde religieux d’aujourd’hui a souvent négligé au sujet du cœur de Dieu sur le baptême d’eau.

Est-ce un « commandement ? » Jésus « l’a dit », nous le savons tous. Plus précisément : « Celui qui croit et est baptisé sera sauvé » ; et « Allez, faites des disciples de toutes les nations, les baptisant au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit et les enseignant à obéir tout ce que Je vous ai prescrit » (Marc 16: 16; Mt 28 :18-20). Et, vous êtes sûrement d’accord, que le Roi régnant de l’Univers « l’ayant dit » est plus qu’un motif suffisant, pour que toute personne qui n’a pas été immergé dans l’eau réponde à Son Commandement.

Ne devrions-nous pas tous poursuivre avec impatience tout ce que Dieu a pour nous ? Rappelez-vous le Trésorier de la nation d’Ethiopie qui a répondu à l’enseignement de Jésus (Actes 8) avec : « Voici de l’eau, qu’est-ce qui m’empêche d’être baptisé ? » Certainement que 100% de ceux qui aiment vraiment Jésus « garderont Ses commandements » (Jean 14: 15) sans rationalisation. Si vous êtes un disciple fervent de Jésus, ou êtes prêt à le devenir, et n’êtes pas dans la Volonté définitive du Christ et n’avez pas été immergé dans l’eau à ce stade, vous pouvez (et devriez) trouver rapidement un Disciple pour une immersion totale, même si cela est après minuit quand vous lisez ces lignes.

Ce serait une réponse faites en « bonne compagnie. » Rappelez-vous de l’homme qui était le gardien de l’apôtre Paul dans la cellule de la prison de Philippes. Il a donné sa vie au Christ et a été immédiatement baptisé (Actes 16:33)—probablement à 1:00 AM, pas le mois prochain, ou trois ans plus tard ! Les hommes et les femmes qui entendirent l’enseignement de Jésus, et la réponse que Dieu demanda, étaient tous apparemment très convaincus de l’urgence de la réponse à la Bonne Nouvelles à propos de Jésus. Nous le devons aussi, si nous répondons au même Jésus et au même Évangile qu’ils avaient entendu.

Même au-delà de cela, personne ne pouvait honnêtement lire seulement ce que la Parole de Dieu a à dire au sujet du baptême (comme sur une île déserte, sans idées préconçues) et en conclure qu’il s’agit simplement d’un rituel visible pour compléter la vie religieuse, ou pour rejoindre une église locale. Si vous avez lu la liste complète ci-jointe des versets dans leur contexte, vous devez être impressionnés, comme je l’étais, au poids impressionnant que Dieu accorde au « baptême » / « baptizein, baptisma » (« immersion » est le mot Grec que Dieu a choisi) à chaque fois qu’Il le mentionne. L’idée du baptême dans l’eau, l’immersion d’une personne qui a donné sa vie à Jésus-Christ, ne se reporte jamais à, n’est jamais traité par n’importe qui dans la Bible comme un symbole facultatif, à aucun moment. Cela ne doit pas être fait à loisir (ou l’omettre entièrement), ou être fait par aspersion.

(Dieu aurait pu utiliser les mots « ballo » ou « rhantizo » s’Il avait voulu signifié d’être baptisé par le « déversement d’eau » ou « l’aspersion ». On pourrait dire que baptizo et les mots associés avec « baptême » peuvent inclure « le déversement jusqu’à saturation totale », fondée sur certaines références liées à « l’effusion » du Saint Esprit, quoique certainement le mot baptême signifie jamais « aspersion ».)

Je sais, compagnons de pèlerinage, que Dieu n’est pas un tyran, qui cherche à tirer sur toute personne qui ne s’aligne pas avec chaque « brin et iota. » Pourtant, je sais aussi combien il est présomptueux à de simples hommes comme vous et moi, de jouer avec la Parole Eternelle qui « était avec Dieu et était Dieu ! » D’accord ? Et les bénédictions que nous avons perdues en ne pénétrant pas pleinement dans Sa Volonté pour nous ! Je veux tout de ce qu’Il veut pour moi. Je désire fortement « appréhender ce pour lequel je suis appréhendé par Jésus-Christ. » Ce n’est certainement pas moins de ce que nous devons au Dieu, qui a donné Son Fils pour mourir pour nous.

En outre, vous ne devez pas être sous le même « joug » que, ou être membre d’un groupe Chrétien qui s’obstine à nier ou à rationaliser ce que notre Unique Seigneur a clairement dit à ce sujet ou sur tout autre sujet. Nos vies doivent être liées seulement à ceux qui L’aiment vraiment assez, pour Lui obéir du cœur à chaque fois qu’ils apprennent quelque chose de nouveau, peu importe les conséquences. Il n’y a pas de temps à perdre !

Considérez ces exemples:

1. (Actes 2:36-41). Une multitude était « coupée au cœur » et a demandé ce qu’il faut faire pour être sauvé. Auriez-vous une différente réponse que l’apôtre, qui était « rempli de l’Esprit Saint ? » Si quelqu’un me demande: « Que dois-je faire ? » J’ose dire que je ne vais pas répondre de la même manière que les hommes font souvent aujourd’hui : « Baissez la tête et demandez à Jésus de venir dans votre cœur pour être votre Sauveur personnel. » Nulle part dans la Bible est la « Prière du Pécheur » (ou l’aspersion d’un nourrisson) donné comme espoir de salut.

La majorité des enseignements populaires rendent/révèlent Jésus comme un mou « faites-moi une faveur » genre de « sauveur », plutôt que l’Infini et l’Immortel Créateur des galaxies. Si nous avons réellement « vu Celui Qui est invisible, » nous inclinerions nos genoux à Lui, dans la vénération et tristesse que nous avons été la cause de Sa mort, quand Il marcha parmi nous. Et nous « suivons l’Agneau partout où Il va », parce qu’Il est un grand et puissant Roi sur l’ensemble des cieux et de la terre.

Pour démontrer que l’idée populaire de la « conversion » que je viens de mentionner ne saurait être exacte, regardez à la multitude de conversions qui se produisent dans le compte rendu de l’église du Nouveau Testament. Pas même une seule fois, que quiconque ait demandé à dire « la prière du pécheur » et inviter Jésus dans leur cœur. À la lumière de ce fait, comment pourrions-nous, encore une fois de plus, osez répondre à la question : « Que dois-je faire pour être sauvé » avec une réponse comme cela ? (Rappelez-vous—vous m’avez donné la permission d’être franc avec vous dès le début de cette discussion. Ne vous fâchez pas maintenant—voyez juste si ces choses sont vraies. Pouvez-vous même trouver un seul exemple de « demander à Jésus de venir dans le cœur de quelqu’un et d’être leur Sauveur personnel ? »)

Personnellement, quand on me demande ce qu’une personne « doit faire pour être sauvé » je dois répondre, au moins quelque part comme l’inspiré Apôtre Pierre le fit: « Repentez-vous et soyez immergés chacun d’entre vous, au nom de Jésus Christ. » Pourquoi, Pierre ? « Pour que vos péchés puissent être pardonnés. » Peu importe comment vous le traduisez, quelle grande raison de se repentir et d’être immergé !

Pierre continua à les avertir et à plaider avec eux de « se sauver eux-mêmes » (vs 40), et « ceux qui acceptèrent son message furent immergés »—3000 d’entre eux entendirent le message de Jésus et furent baptisés et ajoutés au nombre des disciples (vs 41). Comment pourrions-nous être ajoutés (vous et moi) au nombre des disciples d’une quelconque Autre manière ? Donnons donc la réponse de Pierre (donc de Dieu) quand quelqu’un nous demande: « Que dois-je faire pour être sauvé ? » Ce ne pourrait pas être populaire avec les dénominations qui enseignent autre chose, mais personne ne peut nier que c’est la réponse que l’apôtre inspiré, rempli de l’esprit donna quand on lui a posé cette question. Vous serez sur le terrain de Dieu, seulement si vous allez avec cela.

2. (Actes 8:26-39). Philippe, l’évangéliste, a été informé par un ange d’aller sur la route de Gaza, une ville proche de l’Egypte. Il expliqua à un fonctionnaire de haut rang d’Éthiopie : « les Bonnes Nouvelles de l’Évangile de Jésus » (vs 35). La réponse immédiate de l’homme à tout ce que Philippe lui a enseigné au sujet de Jésus était : « Regarde—voici de l’eau. Qu’est-ce qui me gêne pour être immergé ? » Il ordonna le char de s’arrêter. Philippe et l’homme descendirent dans l’eau et Philippe l’immergea (vs 36-39).

Il me semble évident que tout ce que j’enseigne en tant que les « bonnes nouvelles au sujet de Jésus » ferait mieux d’inclure quelque chose qui inspire celui que j’enseigne à dire : « Regarde, voici de l’eau. Pourquoi ne puis-je pas être baptisé maintenant ? » Est-ce que votre message à propos de Jésus inspire cette question ? S’il vous plaît ! Il le faut !

3. (Marc 16:15-16, Matthieu 28:18-20). Les derniers mots qu’un homme parle avant son départ sont toujours choisis avec soin, n’est-ce pas ? Le Fils de Dieu a émis un commandement pour faire des disciples de toutes les nations, de les immerger au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, et de les enseigner à garder tous les commandements de Dieu. C’étaient parmi Ses dernières paroles avant qu’Il ne quitte cette terre pour monter de nouveau au Ciel. Demandez à Jésus la raison pour laquelle une personne doit être baptisé, et Il répondra de cette manière à chaque fois : « Celui qui croit et est baptisé, immergé, sera sauvé » (Marc 16:16).

Il déclare à la fin de ce verset que croire en Lui (« mettre tout notre poids sur Lui, » en une confiance absolue) est le fondement. Le baptême est simplement l’acte de « se mouiller », sans notre foi en Lui.

Combien cela doit peiner le Père quand même une seule personne est enseignée d’une telle manière à les faire dépendre d’une « formule. » Ou bien dépendre d’une « église » qui prétend avoir toutes les réponses « biblique ». Oh, s’il vous plaît ! Tournez-vous vers un ami vivant nommé Jésus qui « était mort, et voilà ! est vivant pour toujours et à jamais ! » Quel chagrin cela doit être au Père qui a donné la vie même de Son Fils pour racheter les hommes d’une mort certaine et bien méritée ; et certains ont l’ignorance ou l’audace de faire une doctrine à partir d’une Personne. La « Voie du Salut » est une PERSONNE, et une amitié avec Lui. Il n’y a pas d’autre salut disponible ! (Jean 17: 3; 14:6; 7:39-40; 2 Cor 13: 14; 2 Cor 3:16-18; Rom 10: 13) Il n’est pas de question dans l’ensemble de la vie d’un homme qui soit plus cruciale de comprendre et de défendre avec une inébranlable conviction. Notre Dieu ne peut être heureux qu’avec un Peuple qui s’approche de Lui uniquement sur la base de Jésus comme leur « tout en tout » et seul accès à Sa Glorieuse Présence.

Tout de même ! Notre Seigneur Jésus n’a pas bégayé—Il savait ce qu’Il disait. L’homme dit : « Celui qui croit et est sauvé sera baptisé. » Avez-vous remarqué l’ordre que l’homme a écrit cela ? L’homme dit : « Celui qui croit et est sauvé sera baptisé. »

Christ l’a dit d’une manière radicalement différente. Le Fils du Dieu Vivant a déclaré : « Celui qui croit et est baptisé—celui-là a le salut. » Non pas « soit/ou » à la discrétion de certains hommes. Je ne vais pas jouer avec Dieu en réorganisant Ses Paroles. Je « croirai et serai baptisé » comme le Seigneur l’a enseigné.

Si cela vous intimide ou vous fâche ou vous rend défensif, ce n’est certainement pas mon intention. J’essaie de tout dire en des termes qui sont extrêmement claires, même si au point d’exagérer quelque chose, afin que tout ceci ne soit pas négligé ou oublié ! Nous devons ensemble « demeurer dans Sa Parole » plutôt que les traditions des hommes. D’accord ? Tous Ses disciples « l’entendirent avec plaisir » et « s’accrochèrent sur chaque mot qu’Il disait »—sans compromis, ou en feuilletant furieusement à travers les pages de la Bible pour « prouver » que Jésus ne voulait pas dire ce qu’Il disait. Croyons-Le simplement et obéissons-Lui ensemble en paix.

Vous devez voir à présent, que bien que beaucoup, malheureusement, s’appuient sur un formulaire et des « œuvres » pour se justifier eux-mêmes devant le Père, toutes les Écritures (au sujet du baptême d’eau, ou quelque soit les sujets) est l’application du Père du cadeau pour nous de Son Fils. Ce n’est pas quelque chose « qui est ajoutée » à Son Fils Bien-aimé… c’est Son Fils, la Parole.

4. (1 Pierre 3:21; Romains 6:3-5). L’Apôtre Pierre, par l’inspiration de l’Esprit Saint, fait cette déclaration audacieuse et impensable: « Le baptême vous sauve. » Dire que cela n’a rien à voir avec le salut vous mettrait en opposition à Pierre et à l’Écriture Sainte—pas une bonne position d’essayer à défendre le jour du jugement. La question n’est pas « si oui ou non », mais plutôt « comment » il vous sauve.

Certes, nous savons que le sang qui a été répandu au cours de la flagellation et, finalement sur la croix est le seul espoir que chacun de nous avons. Il est bien évident que certaines « bonnes » œuvres ne peuvent jamais nous justifier devant l’Éternel Dieu—seulement la mort et la résurrection du Fils Unique. Alors comment Pierre (par le Saint-Esprit) peut-il faire des déclarations radicales comme « le Baptême vous sauve » et « Repentez-vous et soyez baptisés pour le pardon des péchés » et « Sauvez-vous vous-mêmes ? »

La façon correcte de traiter la Parole de Dieu n’est pas de prétendre que Pierre n’a jamais dit ces choses, parce que, après tout, nous savons que l’expiation de Jésus est ce qui nous sauve. Rappelez-vous, c’est Jésus qui a dit : « Celui qui croira et sera baptisé—celui-là sera sauvé » (Marc 16: 16). Jésus, par Pierre, a déclaré : « Repentez-vous et soyez baptisés » et « le baptême vous sauve » (Actes 2:38; 1P 3: 21).

Cela dit ce que cela dit—aucun homme n’a le droit de l’ignorer ou d’essayer de le modifier. Dieu est assez intelligent pour « réussir. » Par conséquent, notre tâche est de comprendre le « baptême vous sauve » dans la lumière de l’œuvre de Jésus—non pas prétendre que ce n’est pas là à cause de l’œuvre expiatoire de Jésus.

Permettez-moi de le dire encore une fois. Dieu a dit ce qu’Il voulait dire et pensait ce qu’Il disait. Nous savons que la mort, l’enterrement et la résurrection de Jésus « nous sauve »—non pas nos « œuvres ». C’est un absolu. Toutefois, si Dieu Lui-même a déclaré : « Le baptême vous sauve » et « Repentez-vous et soyez baptisés pour le pardon des péchés » et « Celui qui croit et est baptisé sera sauvé »—ces choses sont aussi absolues. Notre travail ne consiste pas à « les effacer » comme étant « sûrement pas ainsi. » Notre travail est de comprendre comment ces choses sont liées dans l’œuvre de Jésus. « Les comprendre à la lumière de l’œuvre de Jésus, ne pas prétendre qu’ils ne sont pas là à cause de l’œuvre de Jésus. » Voyez-vous ? « Toute Ecriture est inspirée de Dieu. »

Pierre continue en expliquant comment le baptême nous sauve (c’est un fait de Dieu qui est en quelque sorte impliqué). Le baptême n’est pas de se laver la saleté du corps physique, ce n’est pas « se mouiller », prendre un bain. C’est le « crie d’une bonne conscience envers Dieu »—la repentance et la foi en Jésus exprimées physiquement. Cela « vous sauve » (Pierre réaffirme au cas où nous l’avons ratée), « cela vous sauve par la résurrection de Jésus. » Ah, ha ! Le lien entre cette chose étrange « d’immersion dans l’eau » et Jésus de Nazareth.

Paul explique le lien entre la repentance, le baptême et « la résurrection de Jésus » pour nous en Romains 6:3-5. Ici, la Sainte Parole dit clairement que « Si nous avons été unis à Lui dans la mort, nous serons certainement aussi unis à Lui dans Sa résurrection. » Cela a l’air super. C’est conditionnel, toutefois, d’être « uni à Lui dans Sa mort. » Comment cela se fait, Paul ? « Nous étions, donc, ensevelis avec Lui par le baptême dans la mort, que juste comme Christ est ressuscité des morts nous aussi puissions marcher en nouveauté de vie. » La Parole de Dieu dit clairement que nous sommes morts à nos péchés (le repentir), ensevelis, immergés dans le baptême, et ressuscités pour marcher en « nouveauté de vie. » Littéralement « né de nouveau—d’eau et d’Esprit. » Littéralement « avoir le corps lavé avec de l’eau pure », « sauvés par le bain de la renaissance et renouvelés par l’Esprit Saint. » Nous soumettant pour que nous puissions Lui faire face, ayant « lavés et blanchies nos robes dans le sang de l’Agneau », nous ayant « revêtus du Christ dans le baptême » (Jean 3:5 ; Héb 10:22 ; Tite 3:5 ; Rev 7:13-14 ; Gal 3:26-27).

La plupart estimerait qu’il n’y a pas de désaccord entre la toute suffisance du sang de Jésus-Christ et la nécessité de confesser avec votre bouche: « Jésus est Seigneur. » Nous sommes d’accords que c’est tout simplement une expression extérieure de notre foi—que la Bible dit obligatoire, ou la Foi n’est pas vraiment la Foi. De même, il n’y a pas de désaccord entre la toute suffisance du sang de Jésus et l’absolue nécessité de « se repentir des actes qui conduisent à la mort. » Le Repentir est essentiel. Jésus a dit clairement : « À moins que vous vous repentiez, vous périrez tous également. » Aucun homme n’ira au ciel sans se repentir de ses péchés, changer d’avis sur ce qu’est la vie. Comme Pierre l’a dit, si vous voulez être sauvés, vous devez « vous repentir et être baptisés » (Héb 6:1, Luc 13:3, Actes 17:30, Actes 2:38, Actes 3:19-23). Certes, le repentir n’est rien de plus et rien de moins que l’expression de notre foi en Jésus, « en mettant tout notre poids sur Jésus. » Le repentir de notre part est obligatoire pour notre salut, et pourtant minimise en aucune façon ce que Jésus a accompli au Calvaire. C’est tout simplement l’expression de notre vraie foi.

« Le père des mensonges », satan, vous aurait fait lire l’ensemble de ces enseignements clair comme de l’eau de roche de Jésus Lui-même, ainsi que d’autres paroles de l’Esprit Saint, et de les pousser hors de votre entendement comme « insignifiants » ou « légalistes » ou quelque chose de pire. Avant de tomber en proie à cela, je vous prie à nouveau de revenir aux paroles de Dieu Tout Puissant et d’oublier tout ce qu’on vous a jamais enseigné dans le monde religieux sur le baptême. Durant les jours frais et excitants de la Nouvelle Eglise du Livre des Actes (un monde encore pur des divers « types/genres » de « chrétienté »), il n’y a aucun rapport de quelconque confusion à ce sujet ! Revenons à cette simplicité, s’il vous plaît ! Pour quel but Dieu a-t-Il dit cela ? Est-ce que Dieu lui assigne une valeur autre que « l’acte simple de l’obéissance ? » Le Seul qui a été immergé comme un « simple acte d’obéissance » (« pour accomplir toute justice ») a été Jésus-Christ. (Matthieu 3:13-17). Sûrement, même un verset aurait été suffisant pour provoquer un vrai croyant à agir immédiatement pour être immergé dans l’eau ?

5. Encore une fois, comme nous l’avons évoqué précédemment, il n’y a à aucun moment une occasion dans la Parole de Dieu, où quelque chose d’autre que l’immersion (comme l’aspersion ou le versement) n’a jamais été ordonné ou accompli comme un exemple de « la méthode est sans importance », comme certains enseignent aujourd’hui. Et, en effet, il y a un exemple de Paul ré-immergeant douze hommes qui avaient déjà été immergés, mais avec une Foi incomplète. (Actes 18:24, Actes 19:9). Veuillez y penser/réfléchir. Cela vaut-il vraiment la peine de jeter les dés avec votre relation avec Dieu pour protéger votre fierté ?

6. Par ailleurs, jamais un enfant n’a été immergé (baptisé) en aucun cas dans la Parole Sainte. Il n’y a aucun nourrisson trouvé parmi ceux baptisés dans les Écritures, quoique de nombreux enfants fussent dans la compagnie de ceux qui suivirent Jésus. Étant donné que la condition préalable (selon la Bible) pour le baptême est de croire et de se repentir—un enfant ne pouvait pas avoir été Bibliquement baptisé. Et les exemples dans le livre des Actes ne montrent certainement rien de la sorte. Si c’est ce que Jésus et les apôtres ont enseigné (que les enfants devaient être baptisés), nous aurions vu de longues files d’enfants se faire baptiser se former dans le livre des Actes, le rapport historique. Au contraire, « Ceux qui crurent son message (au sujet de Jésus comme Sauveur et Seigneur du Ciel et la Terre) furent immergés, et environ trois mille furent ajoutés à leur nombre ce jour-là » (Actes 2:41). Quant aux enfants, la vérité est que Jésus a dit que « vous devez devenir comme un petit enfant » afin d’aller au ciel. Les enfants sont très bien (comme cela peut être prouvé avec un certain nombre d’autres Ecritures) sans un rituel religieux que nous pourrions faire pour eux. Tout enfant qui peut être « vivement touché au cœur », se repent, mettant tout son poids sur Jésus et « appelant le nom du Seigneur » est un candidat au baptême.

7. Un exemple qui sera probablement utile alors que vous prenez votre décision de risquer cette opposition du monde religieux (il semble que Jésus a eu ce problème aussi !) d’être immergé dans l’eau, une illustration utile, la conversion de l’Apôtre Paul.

Dans les Actes 9:1-9 Saul/Paul a vu Jésus Christ comme une lumière glorieuse. Il fut aveuglé et cria : « Qui es-tu, Seigneur ? » La réponse était : « Je suis Jésus que tu persécutes. » Paul savait qu’il était « Seigneur »—cela semblait plutôt évident à l’époque. Il croyait certainement qu’Il était le Fils de Dieu et de toute évidence ressuscité des morts à ce point. Il jeûna avec contrition de cœur, sans nourriture ni eau pendant trois jours complets. Par définition de quiconque, s’il y a quelqu’un qui devait le savoir, Paul « croyait » à ce stade. Paul L’a reconnu comme l’indiscutable « Seigneur » et l’appela ainsi avec sa bouche. Sûrement qu’il était chrétien—parce qu’il croyait en Jésus. Pratiquement aucun groupe religieux n’envisagerait un homme avec ce genre d’expérience et de foi comme étant toujours un « infidèle/incrédule/païen. » Vrai ? Demandez à votre « prédicateur. » Pratiquement aucun d’eux ne considérait cet homme avec ce témoignage comme un non-chrétien.

Plus tard, dans les Actes 22:6-16, Paul raconte encore une fois l’histoire de sa conversion à une foule de croyants. Paul dit que Dieu lui envoya Ananias pour lui dire ce qu’il devait faire. Paul cite Ananias (par les paroles de l’Esprit Saint) en disant : « Saul—qu’est-ce que tu attends ? Lève-toi, sois baptisé (immersion), lavant tes péchés, appelant Son Nom ! » Il n’était pas encore un chrétien ! Notez bien ceci: Un homme peut croire de tout son cœur que Jésus est ressuscité d’entre les morts. Il peut savoir avec certitude que Jésus est Seigneur. Il peut même jeûner et prier pour ses péchés pendant trois jours—ET NE PAS ÊTRE UN CHRETIEN. Certains d’entre vous pourraient tomber dans cette catégorie … encore un non-Chrétien, même si vous avez des années d’expériences en tant que chrétien(ne).

Paul croyait. Il a confessé la Seigneurie du Ressuscité avec ses lèvres. Et pourtant, ses péchés n’étaient pas lavés (selon Dieu Lui-même). Il n’était pas un Chrétien—il était encore dans ses péchés, même s’il avait effectivement vu Jésus et l’appelait « Seigneur ». « Saul—qu’attends-tu ? Lève-toi, sois baptisé (immersion) lavant tes péchés, appelant Son Nom ! » Comme Jésus l’a dit : « Pas tous ceux qui confessent avec leur bouche ‘Seigneur, Seigneur’ iront au paradis » (Matthieu 7:21-23). S’il vous plaît, faites tomber tout préjugé ou attitude défensive et reconsidérez ! Cela ne vaut certainement pas le coup d’être dans l’erreur, même pour des raisons de fierté ou de famille. Les enjeux sont trop élevés !

Et maintenant la question clé de tout cela:

À Quel Instant Est Une Personne Sauvée ?

La raison principale que tout cela semble être tellement traumatisante est que l’homme a pris à part l’acte de faire alliance avec son Dieu et l’a démonté d’une telle façon, que Dieu n’en avait jamais eu l’intention. L’homme a détruit la simplicité d’entrer dans l’Alliance Matrimoniale avec Jésus-Christ de telle façon, que seul l’Esprit de Dieu peut interpréter et appliquer les Vérités précédemment mentionnées au désordre confus d’une chrétienté éclatée d’aujourd’hui, et nous montrer ce qu’il faut faire ensuite.

La question de savoir « quand » une personne « devient » effectivement Chrétienne de manière « Technique », est une question qui révèle l’incompréhension de celui qui l’a posée de la nature même du Salut. Être « né de Dieu » ne sera jamais de la « filiation naturelle, de la décision des hommes, ou de la volonté d’un mari »—à notre grande consternation et à la Gloire de Dieu. « Ni la circoncision ni l’incirconcision veut dire quelque chose : ce qui compte est une Nouvelle Créature. » Je veux dire (en insérant ces versets ici) que de rencontrer la Personne de Jésus Christ, ayant eu une rencontre avec le Seigneur Ressuscité, et d’être par conséquent « Traduit du Royaume des Ténèbres dans le Royaume du Fils Bien-Aimé » ne se produira jamais en connaissant tous les versets techniques à ce sujet. Il s’agit soit d’une rencontre avec la Divinité Vivante, personnellement et réellement ou c’est une contrefaçon. Les détails techniques ne sont pas le problème. Dieu a l’habitude de faire sauter nos grandes réalisations cérébrales, historiquement parlant. (Par exemple, Jean 7 :45-52; Actes 2 :13-16; 10:44-11:18 ; etc)

Une amie proche est venue de l’extérieur de l’Etat il y a quelques années pour se marier dans sa ville natale. Dans toute l’excitation, elle et son conjoint à être avaient oublié de faire les analyses de sang et la licence de mariage. Maintenant, l’Etat a un « livre » qui précise ce qui doit être fait pour être légitimement marié, et ils avaient pris quelques libertés en raison de cette « omission ». Comme l’ordre du « livre » était violé, un gros problème en résulta. À quel point étaient-ils mariés ? Est-ce au moment où le prédicateur dit : « Je vous déclare mari et femme ? » Eh bien, peut-être pas, puisqu’il n’y avait pas d’autorité « qui lui était donnée par l’Etat » pour effectuer la cérémonie sans une licence. Le gouverneur de l’Etat serait positif qu’ils n’étaient pas mariés, après la cérémonie de l’église. Eh bien, cependant, est-ce que le cœur, l’intention, ne compte pas pour quelque chose ? N’est-ce pas le mariage, lorsque « l’homme quittera son père et sa mère et s’attachera à sa femme » comme une question de « cœur », ou est-il nécessaire d’obéir aux lois de l’Etat ? Le prédicateur, et l’Etat, parvinrent à des conclusions différentes. Ou est-ce le mariage quand il est consommé dans l’acte des « deux devenant une seule chair ? » Qu’en est-il du soldat qui part à l’étranger avant que les deux se rencontrent physiquement ? Dans tous les cinquante Etats une annulation (« une déclaration judiciaire selon laquelle aucun mariage valable n’a jamais existé entre les deux parties en question ») peut être déclarée dans des situations où le mariage n’a jamais été « consommé ». N’étaient-ils jamais mariés ? A quel instant sont-ils mariés ? Est-ce lorsque la licence est remplie, que le mariage est vraiment un mariage ? Mais attendez ! Si la licence n’est pas postée dans une certaine période de temps, le mariage est nul. Ou s’agit-il de cela ? Comme vous pouvez le voir, tous les traumatismes de « à quel instant est une personne mariée » ne devient vraiment une question lorsque « le livre des règles » est violé. Mais, oh quel problème ! Pouvez-vous aller en lune de miel de $ 100.00/night qui a déjà été payé, ou pas ? Seriez-vous au lit avec quelqu’un avec lequel vous n’êtes pas marié, puisque nul avec « autorité investie en lui » pour effectuer la cérémonie ne les avait encore joints ? Quel traumatisme.

Et de même, à quel moment EST UNE PERSONNE SAUVÉE ? C’est seulement à cause de l’homme voulant ignorer les Voies de Dieu que la question est encore soulevée/posée ! Si nous voulions répondre instantanément « à minuit » à l’enseignement de Jésus avec « voici de l’eau, qu’est-ce qui m’empêche d’être baptisé ? », nous n’aurions jamais à demander « à quel instant », au milieu de « l’invocation du Nom du Seigneur, » est la personne sauvée. C’est une question ridicule et inutile si l’on y répond (comme le couple désormais marié a souhaité qu’ils l’aient fait) hors de la Vérité et de l’harmonie et l’Esprit de la Parole de Dieu. Si l’homme n’avait pas confondu la question dans son ensemble en subornant avec la réalisation d’une « alliance » avec Dieu (en séparant le don de sa vie à Jésus, du repentir et du baptême par des semaines ou des mois ou des années), il n’y aurait pas de telles questions posées sur « à quel instant est une personne sauvée ». Encore une fois, nous avons créé le dilemme en brisant l’expérience de cette prise d’alliance en petits morceaux et en les séparant par le temps, alors que cela n’a absolument jamais été l’enseignement ou encore le cas dans les Écritures.

L’illustration proposée antérieurement, « à quel instant est un couple marié avec exactitude, » ne peut être totalement résolu. Cette question éternelle ne pourra l’être non plus. Criez à Lui ! Allez sur vos genoux et faites appel à Lui d’un cœur bon et sincère, pour transférer votre vie de la corruptibilité à l’Éternel. Dites à Jésus votre égoïsme, votre auto-indulgence, votre fierté et demandez Lui un nouveau cœur. Notre réponse à Son amour pour nous est de tout Lui offrir en une seule fois, comme un sonnet de notre amour et reconnaissance. Mettez « l’anneau » du baptême d’eau en tant que sceau du Pacte. Laissez le Seigneur des Armées vous baptiser dans Son Esprit.

En résumé, nous nous mettons nous-mêmes dans le pétrin ou dans de beaux draps, le moment que nous choisissons de séparer la consommation du Mariage d’une manière technique, plutôt que simplement plonger dans tout le conseil, l’amour et les promesses de Dieu. Si nous choisissons de suivre les traditions confessionnelles des hommes, au lieu des Voies de Dieu, dès lors nous devons « enfoncer une cheville carrée dans un trou rond » dans notre tentative de répondre aux questions sur ces sujets. Contentons-nous simplement de répondre/réagir comme Dieu nous a appelés à répondre. Ayons tous l’honnêteté et le cran et l’humilité de nager en amont contre ce que nous avons pensé (ou même enseigné) et dire aux autres qui sont disciples de Jésus, ou désireux/anxieux de le devenir, la vérité sur ce que DIEU DIT AU SUJET DU BAPTEME D’EAU. C’est une alternative très libératrice ! Et une question urgente…

Et bien sûr c’est dur ! Notre combat n’est pas avec la chair et le sang et simplement la « compréhension » des versets de la Bible, mais avec les principautés et les puissances, selon Paul. S’il y a quelque chose que Dieu chérit, satan tentera désespérément de la rendre bon marché ou de la pervertir ! Alors que dans l’ouest de l’Inde, certains frères et moi-même ont découvert à quel point cela est vrai. Là-bas, de dire à ceux dans votre village (ou ceux dans l’application des lois) que vous êtes un Chrétien aura rarement des conséquences. Pourtant, être baptisé aboutira à être mis sévèrement à l’écart et souvent emprisonné.

Un autre homme, une fois un Juif athée, et maintenant, un enseignant de la Vérité de Dieu en Jésus-Christ sur plusieurs continents, ajoute son témoignage à ceci. Il a également vu ce qui semble être une opposition surnaturelle au baptême d’eau qui va au-delà de la logique. Il a vu encore et encore ceux de son héritage Juif racontant à leurs propres familles et à leur rabbin qu’ils croient que Jésus, Y’shua, est le Messie et qu’ils Lui ont donné leur vie. Ceci, dit-il, est souvent rencontré avec « C’est bien. » Mais quand ils disent qu’ils ont été baptisés dans l’eau, de grandes et violentes fureurs et déshéritement ont presque inévitablement lieu. Fréquemment des funérailles prennent place pour le Croyant baptisé.

Sans doute vous subirez aussi le châtiment de satan et l’orgueil des hommes craintifs, alors que vous répondez aux Vérités de la Parole de Dieu au sujet du baptême. C’est un privilège. Estimez-le comme une parfaite joie, et ne reculez pas en arrière, ne procrastinez pas, ou compromettez un tout petit peu. Si vous suivez Jésus dans la Vérité, vous aurez toujours à tout quitter pour le faire (Luc 9:57-62, 14:33) !

Quelques images magnifiques, avant de nous séparer, pourraient nous montrer quelque chose du cœur de Dieu en nous appelant à être immergés dans l’eau. En 1 Corinthiens, chapitre 10, Dieu nous donne l’image du baptême dans la mer et le nuage (l’eau et l’Esprit Saint ; Jean 3:5 ; Actes 2:38 ; Tite 3:5). Ceci est représentatif de notre victoire sur tous les ennemis de Dieu. Les armées de la servitude et de l’esclavage (« Egyptien ») à l’égoïsme, la convoitise et le système mondial galopent après nous, quand nous choisissons de donner notre vie à notre Sauveur et Seigneur. Ceux-là sont NOYES sous l’océan de la grâce de Dieu, comme ils le furent dans la mer Rouge.

Ceci est l’objet du baptême d’eau—de noyer nos ennemis et les ennemis de Dieu, étonnamment, à la fois dans le type et dans la réalité ! Si vous pouvez expliquer comment la Cène du Seigneur est à la fois symbolique et surnaturelle (1Cor 11 :29-30; 10:16-22; Jean 6: 53), alors vous avez un aperçu pour comprendre cela !

Un tableau similaire se trouve dans Romains 6. Ici, nous avons fait une alliance avec Dieu pour mourir au péché (le repentir) et que le péché est alors enterré sous l’eau du baptême. On se lève désormais pour marcher en nouveauté de vie. Si nous avons été ensevelis dans le baptême, nous allons ressuscités dans la même résurrection de vie qu’Il a ressuscité (vs 5). Cela me semble bien !

Dans 1 Pierre 3, Dieu peint pour nous l’image de l’ensemble des sommets de nos péchés étant pour toujours ensevelis sous l’eau du baptême. Aussi sûrement que la méchanceté au temps de Noé a été totalement immergée, notre corruption dans le « vieil homme » est enterré avec Christ. Puis, la colombe ramena une branche d’olivier qui représente un tout nouveau monde, une « nouvelle création ! » En Lui, si nous sommes vraiment convertis, nous « Goûtons aux Puissances de l’Âge à venir. » En Lui, nous recevons un premier versement/une caution/des arrhes, « garantissant notre héritage », l’Esprit Saint de Dieu Tout Puissant nous remplissant avec la Vie du Royaume Eternel, et les Siècles à venir ! (Lisez en priant Eph 1 :13-14, 18-20; Romains 8 :9-11; Actes 2:38-39; Jean 3: 5,8; Ez 36 :24-27; Jer 31: 31-34; Héb 6: 5; Jean 17: 22, 7:38-39). Ce n’est qu’un simple Christianisme Biblique fondamental, indéniable. Quelle joie ! Remerciez Dieu pour cette opportunité !

En Galates 3, Paul dit que notre Filiation, notre Foi et Baptême sont indissociables. L’image est donnée par Dieu que comme nous sommes baptisés, nous sommes « habillés » avec le Fils précieux de Dieu, Jésus. A partir de ce moment-là, Il ne voit que Jésus (alors que nous avons « caché notre vie » en Lui) quand Il nous regarde.

Maintenant, si vous avez « des oreilles pour entendre, » vous avez eu une occasion très claire pour voir, comprendre et obéir au Seigneur Jésus-Christ sur cette question d’immersion dans l’eau. Je ne prétends pas tout comprendre sur le sujet du Baptême. Pas du tout. Je ne peux seulement prier avec vous et avec une armée d’autres, que Dieu nous Eclairera sur ce sujet dans les jours à venir, que chacun d’entre nous pourra être entièrement équipé pour le combat avec notre seul véritable ennemi, le diable. Je dois dire que si vous n’avez pas encore été immergé dans l’eau, et que vous désirez vraiment marcher pleinement avec votre Seigneur, vous avez maintenant plus qu’assez de raison suffisante pour perdre beaucoup de sommeil jusqu’à ce que vous avez (en prière) vous-même cédé à tout ce que Dieu a pour vous.

Presque toujours, la bataille n’est pas menée contre « ce que dit la Bible sur le baptême, » en soi. Voici une observation que vous pouvez tester contre votre propre cœur. Presque toujours, celui qui refuse l’immersion dans l’eau est dans l’une des deux situations. Soit qu’ils n’ont jamais été montré le cœur de Dieu à ce sujet dans la Parole de Dieu, ou soit qu’il ou elle n’a jamais vraiment repenti de leurs peurs et de leurs désirs pour les friandises du monde ou de l’approbation des hommes. Le baptême en lui-même est rarement le problème.

Êtes-vous prêt à « accepter avec empressement les bonnes nouvelles au sujet de Jésus, » à LUI donner votre vie et de crier : « Voici de l’eau. Qu’est-ce qu’on attend ? » Comme le dit une chanson : Je veux seulement vous voir là-bas!» Allons jusqu’au bout de la Route, mes amis et mes frères

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon