Prier dans la volonté de Dieu

La prière est un moyen de relation avec le Père. Nos prières doivent être basées sur une relation. Nous devons connaître le Père assez bien pour savoir quelles prières viennent de Lui. La prière est également une invitation à Dieu de changer nos caractères.

18/2/1994

Fausses idées sur la prière

Il existe une pensée générale dans le monde charismatique sur la compréhension de la prière. Dans le monde fondamentaliste ou dans le monde évangélique où ils ne croient pas vraiment que Dieu peut ou veut tout faire (tout est juste au hasard), il existe un point de vue de demander selon la volonté de Dieu, qui est essentiellement que Dieu peut faire ce qu’Il veut, et tout ce que je peux faire, c’est demander, ensuite c’est à Dieu de décider et je suis déconnecté de l’affaire. Je demande donc, mais c’est simplement au hasard. Je vais demander ; s’il s’avère que c’est Sa volonté, alors il pourrait se produire quelque chose de bon. Donc, il n’y a vraiment aucune foi dans tout cela, parce que tout ce que je fais, c’est me demander si c’est la volonté de Dieu. Si j’arrive à bien deviner, cela se produira, mais cela aurait probablement pu se produire de toute façon, même si je ne l’avais pas demandé, car c’est évidemment par Sa volonté que cela est arrivé, alors pourquoi prier ?

Ainsi, vous pouvez voir comment, dans la plupart du monde chrétien, la prière est presque ridicule, mise à part peut-être une idée d’adoration générale. Donc, pour cette partie de la Chrétienté, vous demandez quelque chose qui est essentiellement votre volonté. Si cela se produit, cela signifie que c’était aussi la volonté de Dieu. Si cela n’arrive pas, ce n’était pas la volonté de Dieu. Oh, bien. Et vous êtes simplement déconnecté de l’ensemble. Vous priez parce que vous êtes censé le faire, pas vraiment parce que vous avez nécessairement une quelconque influence sur Dieu. « Si c’est Ta volonté, si c’est Ta volonté », c’est habituellement ainsi qu’on le dit, « Si c’est Ta volonté ». Il n’y a pas de foi en cela parce que nous sommes juste en train de deviner ce qui pourrait être la volonté de Dieu. Lancez une balle et voyez si Dieu l’attrape ou pas.

Une autre partie de la Chrétienté dit : « Je vais prier ; et je ne suis pas certain que certaines choses soient la volonté de Dieu, mais il y en a d’autres qui sont clairement Sa volonté. » Et une facette de cette partie de la chrétienté est que « il est évidemment la volonté de Dieu est que je sois heureux. C’est évidemment la volonté de Dieu que je réussisse financièrement. Donc, de toute évidence, je peux prier et croire en Dieu pour ces choses particulières, parce que Dieu veut que je sois prospère, brillant et en bonne santé. Il ne voudrait rien d’autre pour moi ; donc je peux prier et je peux m’attendre à ce que Dieu fasse ces choses et je peux croire en Dieu pour ma santé, mes finances, etc. Si vous utilisez cette attitude, c’est ce qu’on appelle « énoncer et déclarer » ou « la doctrine de la prospérité ».

En utilisant cette même philosophie de la prière, vous pouvez dire : « D’accord, je ne sais pas si Dieu veut que je sois prospère financièrement ou toujours à 100% en bonne santé. Je dois peut-être apprendre certaines choses par une épine dans la chair, donc je dois tenir compte de ce fait. Alors je ne vais pas prier, « Dieu, je sais que c’est toujours Ta volonté que je réussisse financièrement, alors, je demande essentiellement ces choses. » Vous ne pouvez pas faire cela avec la santé et les finances, mais il y a d’autres choses que nous présumons comme étant toujours la volonté de Dieu. Est-ce que c’est la volonté de Dieu que la Personne A devienne un chrétien adulte ? Eh bien, c’est sûr. Pourquoi Dieu ne voudrait-il pas que la personne A soit spirituellement mûre ? Je peux donc prier et je peux absolument m’attendre à ce que Dieu amène cette personne à mûrir spirituellement. Si je considère avec précision les vidéos que nous avons regardées sur la prière, il était déclaré que bien que vous ayez toutes les raisons de vous attendre à une réponse, parce que c’est évidemment selon Sa volonté, vous devez être patient car ces choses prennent du temps parfois.

Ce que je veux vous suggérer, c’est que ce n’est pas toujours la volonté de Dieu que tout le monde devienne adulte spirituellement. Maintenant, c’est certainement ce qu’il souhaiterait. Mais quand vous demandez selon Sa volonté, c’est une histoire complètement différente de ce qu’il souhaiterait. Permettez-moi de vous donner un exemple. C’est la volonté de Dieu, dit Pierre, que tous les hommes partout se repentent et arrivent à la connaissance de la vérité. Maintenant, c’est la volonté exprimée de Dieu. Vous supposez seulement que Dieu veut que la Personne A devienne adulte spirituellement. Vous n’avez pas vraiment la preuve de cela pour la personne A. Mais vous avez la preuve que Dieu veut que tous les hommes se repentent et arrivent à la connaissance de la vérité. Vous savez que c’est la volonté de Dieu, parce c’est écrit dans les Écritures aussi clairement que possible.

Maintenant, s’il est vrai que vous pouvez toujours prier pour une chose que vous savez être la volonté de Dieu et que cela se produira certainement parce que vous savez que c’est la volonté de Dieu, alors pourquoi est-ce que cela ne fonctionne pas ? Pourquoi tous les hommes ne se repentent-ils pas partout et ne parviennent-ils pas à la connaissance de la vérité ? C’est la volonté de Dieu. Si nous prions pour cela, cela signifie-t-il que cela va se passer - que tous les hommes, partout, connaîtront la vérité et se repentiront ? Non ce n’est pas vrai. Jésus a dit que la route est étroite et que peu nombreux seront ceux qui la trouveront. Alors, où cette théorie s’effondre-t-elle ? Elle doit s’effondrer quelque part, parce que c’est la volonté de Dieu. Nous demandons selon Sa volonté, et elle sera faite. Faux. Elle ne sera pas faite. Ce ne sera absolument pas accompli que tous les hommes partout se repentent et arrivent à la connaissance de la vérité. Donc, vous ne pouvez pas demander selon Sa volonté et vous attendre à ce que cela arrive à chaque fois - selon cette définition des choses du moins. Pouvez-vous voir pourquoi cela ne fonctionne pas ?

Vous savez que c’est la volonté de Dieu, mais cela n’aide pas de demander selon Sa volonté. Cela n’arrivera toujours pas. Il existe des enseignements très clairs dans les Écritures qui disent qu’il existe différents types de cœurs. Et certains, à cause des soucis et des tracas du monde, et de la tromperie des richesses, n’auront pas la vie de Dieu en eux. Ils ne l’auront pas. Vous pouvez demander toute la journée, sachant que Dieu veut qu’ils se repentent et arrivent à la connaissance de la vérité. Vous pouvez demander à Dieu. Vous pouvez prier vingt-quatre heures par jour, et s’ils décident de laisser les soucis et les tracas du monde nuire à leur vie (en d’autres termes, si c’est du mauvais sol), cela n’aidera pas de prier. Vous pouvez prier pour que les choses soient claires pour eux, qu’ils ne soient trompés d’aucune façon et que ce soit un choix qu’ils font dans leur cœur, sans tromperie. Mais vous ne pouvez vraiment pas vous attendre à ce que Dieu les amène, eux et tous ceux qui sont nés, à la repentance et à la connaissance de la vérité, même si c’est Sa volonté.

Je dois dire tout cela parce que la compréhension appropriée de la manière de prier selon Sa volonté ne consiste pas seulement à deviner ce qui pourrait être Sa volonté, en lançant au hasard des prières sur la faible chance que quelque chose soit Sa volonté. Vous n’avez alors aucune foi dans votre cœur, parce que vous n’avez aucune idée de ce qu’est Sa volonté, et donc vous ne faites que deviner. Donc, il n’y a là aucune foi. Cela contredit clairement ce que Jésus a enseigné dans Marc 11, par exemple, que si vous priez sans douter, cela se fera. Si vous avez des doutes lorsque vous priez, vous ne devriez pas, selon Jacques, penser pouvoir attendre quelque chose du Seigneur. Donc douter et simplement réfléchir, ce n’est pas le cœur de Dieu. D’autre part, demander selon Sa volonté n’est manifestement pas seulement dire des prières basées sur une théorie de ce qu’est la volonté de Dieu. C’est théorique. C’est clairement la volonté de Dieu que tous les hommes se repentent et arrivent à la connaissance de la vérité, mais ce n’est pas ce qu’Il voulait dire quand Il a dit que si vous demandez quoi que ce soit selon Ma volonté, cela se fera. Ce n’est pas à cela à qu’Il pensait.

Si vous examinez une théorie et si vous demandez, et parce que vous savez que la théorie est juste, alors vous pouvez évidemment prier et cela arrivera. Par exemple, mes parents. Dieu veut qu’ils soient sauvés. Vrai ou faux ? Eh bien, Dieu veut bien entendu qu’ils soient sauvés. Donc, selon cette théorie, je peux certainement prier pour que mes parents soient sauvés. C’est clairement la volonté de Dieu, qu’ils soient définitivement sauvés. Cela prendra peut-être un peu de temps. Mais ils doivent être sauvés, car c’est clairement la volonté de Dieu. Et si je demande quelque chose selon sa volonté, cela s’accomplira. Voyez, cela ne tient pas la route. Cela ne peut pas fonctionner de cette façon. Cela n’a jamais fonctionné de cette façon. Cela ne fonctionnera jamais de cette façon, parce que ce n’est pas ce que cela veut dire selon Sa volonté.

Donc il y a deux choses qui sont fausses. Ce n’est pas une chose aléatoire et hasardeuse, qui consiste à vivre essentiellement dans le doute, la peur et l’incrédulité. Ce n’est pas non plus une saisie théorique de quelque chose qui est, manifestement, ce que je suppose être la volonté de Dieu. Il est même écrit ici dans les Écritures que c’est la volonté de Dieu ; par conséquent, ce sera accompli. Ce n’est pas non plus ce que cela signifie.

La prière née dans la Communion

Il y a une clé pour comprendre tout ce qui se trouve dans 1 Jean 5 qui parle de demander à Dieu et si nous savons qu’Il nous entend, ce sera accompli. Donc maintenant, tout à coup, vous introduisez un nouveau facteur qui concerne les relations avec Dieu.

Maintenant, si je parle à une personne et qu’elle regarde une autre personne pendant que je lui parle, peut-être même qu’elle parle à une autre personne, est-ce que je sais si elle m’a entendu ? Je l’ai dit, n’est-ce pas ? Mais cela n’a pas d’importance, parce que je ne sais pas si elle m’a entendu. Je ne sais pas si nous sommes connectés jusqu’à ce qu’elle me regarde et dise : « Oui, j’ai entendu ce que tu m’as dit. » Alors, je sais qu’elle m’a entendu. Pouvez-vous voir la différence entre moi, simplement en train de dire quelque chose et de penser : « Elle est là, donc évidemment, elle l’a entendu », et ce que Jean a dit, qui est de savoir qu’Il nous a entendus. Si nous savons qu’Il nous a entendus, cela sera accompli. Maintenant, C’EST CELA demander selon Sa volonté, parce que les choses qu’Il choisit d’entendre sont celles qui émanent de Son cœur et de Son esprit. Les prières qu’Il entend sont celles qu’Il crée. Maintenant, c’est la clé de tout. Cela a trait à la communication en temps réel.

Une personne sans relation avec Dieu ne pourra pas prier très précisément et ne verra pas beaucoup de réponses à ses prières. Parce que le « secret », s’il en existe un, est le même « secret » qu’avait Jésus - Il ne disait rien qu’Il n’avait entendu le Père dire. Pensez-vous que cela s’applique aussi à Sa vie de prière ? Vous le savez ! S’il ne disait jamais ou ne faisait jamais ce qui ne venait pas du Père, cela signifie que Ses prières reflétaient seulement ce que le Père priait. Maintenant, comment va-t-il faire cela sans relation avec le Père ? Il ne peut pas. Ce n’est pas possible. C’est pourquoi toutes les prières de Jésus recevaient une réponse. Vous ne pouvez penser que les prières de Jésus ne soient pas exhaussées. Pourquoi ? Parce que toutes Ses prières proviennent du Père, et il coopère simplement. L’Esprit et l’épouse disent : « Viens ». L’Esprit et l’épouse disent : « Viens ». C’est une coopération avec le Père qui fait fonctionner une prière. L’Esprit et la mariée disent : « Viens. » Je dois entendre l’Esprit le dire comme la mariée pour que cela arrive. Si je prie, et que je sais qu’Il m’a entendu, si je Le cherche, mais que je ne Le trouve pas. Je n’ai pas les mots. Je n’ai pas la perspective. « Je le veux vraiment, Père. Je le désire. Je m’y incline. Je désire entendre la réponse à cette prière. Je suis en train de raisonner avec toi. J’essaie de te faire m’entendre. » Pendant ce temps, il dit : « Mike, tu as une mauvaise attitude à propos de cette chose. Tu as de mauvais motifs à propos de cette chose. » Jacques a dit de ne pas penser que vous recevrez quelque chose du Seigneur si vos motifs sont faux. Si vous voulez la consumer pour vous-même, vous ne recevrez rien. Il ne vous entendra pas.

Je prie donc au sujet de quelque chose et je vois que c’est la volonté de Dieu, du moins en théorie, mais mon cœur, mes motifs sont faux. Peut-être que je suis égoïste, et ce n’est pas quelque chose que je désire offrir au Seigneur, mais c’est plutôt quelque chose que je veux pour moi. Dieu dit : « Je n’entendrai pas une prière qui est créée pour vos propres intérêts égoïstes. » Donc, je dis : « Dieu, aide-moi. Je veux vraiment cette chose. Je veux vraiment que tu fasses cela. » Si j’écoute, je me rends compte que ma prière ne vient pas du Père, qu’elle vient de moi. Et alors je m’arrête et je pense : « Waouh, je prie pour cette chose, et ça ne va pas plus loin qu’au plafond. Je la veux de tout mon cœur, je veux la voir - je ne vois même pas pourquoi c’est égoïste ou pourquoi mes motifs sont faux. » Et pendant ce temps, Il travaille en moi pour purifier mes motifs. Alors que j’essaie de faire briser cette porte, Il dit : « Non, ton cœur n’est pas droit. Je ne peux pas répondre à cette prière. Cela te détruira si J’y réponds ainsi. »

Alors, pendant ce temps, Il essaie de nous attirer à Lui, Il essaie de nous purger, de nous purifier et de nous rendre comme Son fils, ce qui est Son principal objectif. Et Il ne nous entendra pas jusqu’à ce que nous nous tournions enfin vers Lui. Nous baissons les mains avec humilité devant Lui et maintenant nous pouvons L’entendre et nous pouvons prier selon Sa volonté, en sachant qu’Il nous a entendus. Il tourne Son visage vers nous et maintenant il y a une paix, il y a un lien. Ce n’est plus théorique. Ce n’est pas moi sortant mes armes et tirant dans le ciel, mais c’est maintenant Dieu Lui-même qui m’a rencontré sur un sol sacré et je peux me reposer. Cela peut prendre de la patience, mais maintenant je suis dans un lieu où je sais qu’Il m’a entendu, alors je sais que j’ai demandé selon Sa volonté. Pas la manière théorique de demander selon Sa volonté, mais maintenant j’ai trouvé Dieu la Personne.

Je L’ai trouvé. J’ai lutté comme Jacob pour Le trouver. Et je L’ai trouvé maintenant et Il m’a donné une paix, une vie et une communion avec Lui, et je suis en sécurité maintenant. Je ne lutte plus. Ce n’est pas juste moi faisant du bruit avec une boîte de conserve, « Dieu, entends ma prière. Je sais que c’est selon ta volonté, alors je vais croire et ne pas douter. » Ce n’est pas comme ça. C’est trouver Dieu qui, à son tour, nous change, ce qui nous permet à notre tour de demander selon Sa volonté, car nous pouvons maintenant L’entendre. Nous avons retiré la boue de nos oreilles et nous pouvons entendre ce qu’Il prie à ce sujet et ces prières seront répondues à 100%. Ensuite, il sera vraiment dit que si vous demandez quoi que ce soit selon Ma volonté, en Mon nom (ce qui est la même chose), cela se fera. C’est un taux de réussite de 100% quand cela vient de la fraternité, plutôt qu’en théorie ou en présomption.

Dieu veut-Il que tous les hommes soient sauvés partout dans le monde ? Oui, il le veut, mais il est théorique et présomptueux de penser que cela s’applique à la personne A. Peut-être que la personne A pour laquelle je prie est totalement rebelle à Jésus et Le crucifie de nouveau, en sachant pleinement que, comme il est dit dans Romains 1, elle oublie Dieu délibérément, en choisissant de servir la chose créée plutôt que le Créateur, et Dieu l’abandonne à une illusion. Alors Dieu dit : « Non, elle m’a délibérément oublié. Elle choisit délibérément d’adorer la chose créée ; Je l’abandonne donc à l’illusion. » Et je suis là disant : « Dieu, c’est Ta volonté que tous les hommes partout se repentent et arrivent à la connaissance de la vérité, alors je Te demande, en croyant complètement que Tu sauveras cette personne. » Dieu dit : « Je ne vais pas écouter cela ». Rappelez-vous ce qu’Il a dit : « Si Job me priait, si Daniel me priait, je ne l’entendrais même pas. » Dieu est ainsi. Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

Quand il prend une décision au sujet de quelque chose, vous feriez mieux de coopérer. Quelquefois vous pouvez changer Sa décision. Abraham a été un de ceux qui ont pu changer la pensée de Dieu. Alors, est-ce que cela contredit l’idée que vous demandez selon Sa volonté et que cela se fera ? Voici quelque chose qui est clairement contre Sa volonté. Mais vous pouvez changer son avis. D’accord ? Ce raisonnement avec Dieu, en essayant de trouver Dieu dans la chose, nous permet d’être purgés et purifiés et préparés devant Dieu pour devenir plus comme le Fils, nous sommes alors en mesure de faire concourir ces choses avec Dieu, entre amis.

Donc, vraiment, la déclaration sommaire de tout ceci, c’est que Dieu veut des amis. Dieu veut que les gens qui viennent à Lui comme des amis, considèrent Sa pensée, pour s’emparer de Ses idéaux, pour percevoir les choses exactement comme Il les perçoit, à l’instant même. Non pas un domaine théorique, mais à l’instant même. La prière est un outil pour nous attirer à cet endroit où on peut Le connaître. Si je prie et si je suis profondément déçu, je peux soit accuser Dieu, soit essayer de découvrir ce qui en moi ne s’est pas connecté à Dieu. Pourquoi ai-je eu tort ? Pourquoi ai-je demandé quelque chose qui n’était pas conforme à Sa volonté ? Quelle folie de me faire Dieu, de penser que je puisse demander quelque chose et parce que c’est ma volonté, que cela soit censé être également la volonté de Dieu. Ainsi, le processus est de Le connaître et de le connaître dans la vraie communion, alors la foi vient en entendant et en entendant par la voix de Dieu. Nous pouvons avoir la foi pour ce que nous entendons de Dieu, et non ce que nous attribuons théoriquement à Dieu. Donc, tout cela nous pousse vers un lieu et c’est de Le connaître.

Restez en lui et connaissez sa volonté

Demeurer en Lui - un autre lieu où Jésus parle de la réponse à la prière, se trouve dans Jean 15. Toute l’idée principale de Jean 15 c’est demeurer en Lui, en étant amis avec Lui, en obtenant notre abondance de Lui, minute par minute par minute en restant en Lui. Alors que nous restons en Lui, nous pouvons demander ce que nous voulons et cela se fera. Pourquoi ? Parce que nous ne demanderons rien qui ne soit conforme à Sa volonté. Il va nous entendre parce que nous sommes connectés à Lui face à face, comme un ami avec un ami. Par conséquent, nous savons qu’Il nous a entendus. Je dis : « Père ? » Il dit : « Oui ? » Il m’a entendu. Mais si vous lancez simplement les choses dans l’air, cela ne fonctionnera que sur la base de « Bien, il ne fait jamais ce qu’il ne veut pas faire de toute façon, alors pourquoi demander ? »

Ou bien ce sera sur la base de : « Eh bien, je suis sûr de savoir ce qu’Il veut. Je n’ai pas une relation assez proche pour L’entendre, pour entendre la voix de Dieu pour savoir quoi prier. Mais c’est sûr, il veut ceci et cela, parce que je l’ai lu dans un livre, ou parce que j’aime cette personne. Et sûrement, Dieu ne voudrait pas les envoyer en enfer. » Ces façons humanistes de regarder les choses ne font pas l’affaire. Cela ne fonctionne pour personne. Essayez-la. Voyez ce que vous en découvrez. Suivez quelqu’un qui vous attribue une de ces théories et vous constaterez que cela ne fonctionne pas. Cela pourrait fonctionner environ 5% du temps pour les gens qui marchent sans cesse dans l’incrédulité, parce qu’ils ne croient pas que Dieu entende quoi que ce soit, et 30% du temps pour les gens qui attribuent des choses à Dieu du genre, « Bien sûr, c’est Sa volonté. » Il y a 30%, mais il y a 70% qui est inexplicable. « Pourquoi n’a-t-Il pas fait cela ? » Vous n’entendrez pas, de la chaire, dans un séminaire ou sur une cassette vidéo, les 70% auxquels Dieu n’a jamais répondu. Ils ne s’en vanteront pas. Ils ne vous diront pas que 70% de leurs prières ne reçoivent pas la réponse qu’ils pensaient recevoir. Vous devez les suivre à la maison pour le découvrir.

Mais, la vérité est, qu’en communion avec le Père, comme le Fils l’était avec Père, nous connaîtrons l’esprit du Christ. Nous allons partager la fraternité de Ses souffrances. Nous serons en mesure de marcher dans la liberté de comprendre les rapports du Père et du Fils les uns avec les autres, et alors de pouvoir demander selon Sa volonté parce que nous demeurons en Lui. Nous ne faisons ni ne disons rien que nous ne voyons le Père faire ou dire. Nous allons lui retourner Sa prière. Et dans cette situation, beaucoup plus de 30% de vos prières auront une réponse, parce que vous allez cesser de faire des prières égocentriques. Vous allez arrêter de demander des choses naïves et sans instruction.

Les fois où vous n’avez pas trouvé Dieu, où vous n’avez pas entendu Sa voix, où vous demandez et vous ne savez pas s’Il vous a entendu autrement qu’en théorie, « Bien sûr, Il entend. Il sait combien j’ai de cheveux sur la tête, alors bien sûr, Il sait. » D’accord, ce n’est pas de quoi je parle. Bien sûr, Il vous entend dans le sens où Il sait que vous venez de Lui faire une prière. Mais Il ne fait pas attention jusqu’à ce que vous vous connectiez avec Lui dans Son caractère. En vous connectant avec Lui dans Son caractère, en permettant que vos motifs soient purgés, en permettant que votre vie soit changée, en établissant la communion avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit, vous demanderez selon Sa volonté avec des gémissements trop profonds pour être exprimés. Vous n’aurez même plus besoin de mots parce que vous êtes dans le flux de souffrir avec Lui. C’est cela demander selon Sa volonté. C’est demander en Son nom. C’est savoir qu’Il vous a entendu. La relation avec Lui est Son but ultime pour nous, beaucoup plus que l’acte magique lorsqu’Il fait des choses pour nous.

Il est assez clair que certains construisent avec de l’or, de l’argent et des pierres précieuses et que d’autres choisiront de construire avec du bois, du foin et du chaume et s’en tireront comme à travers les flammes. Il est clair que cela arrivera à un grand nombre de personnes. Non parce que personne ne priait pour eux. Cela arrivera parce qu’ils ont fait des choix le long du chemin de construire de façon incorrecte. Ou bien ils étaient en train de mourir pour manque de connaissance et qu’il n’y avait personne pour les aider à comprendre même ce dont nous parlons maintenant.

Prenez part à Son plan

Ce que nous pouvons prier, c’est « Père, montre-moi que faire. Montre-moi comment je peux participer à ton plan pour leur vie, pour être soit le parfum de la vie soit la puanteur de la mort. Montre-moi ce que je peux faire pour participer à leur vie. Père, amène les influences dans leur vie qui leur permettra de Te voir clairement et les rendra capables de faire un choix de leur propre cœur. Il n’y aura pas de miroirs, il n’y aura pas de déceptions. Ils ne seront pas paresseux parce qu’ils pensent qu’il est bon d’être paresseux, parce que tout le monde autour d’eux est paresseux. Ils seront paresseux parce qu’ils T’ont vu et qu’ils ont choisi d’être paresseux. » Cette prière est différente de « Dieu, aidez-les à ne plus être paresseux ».

Mais plutôt, « Dieu, apporte Ton ordre dans leur vie. Apporte une révélation du Fils de Dieu et de Son Caractère et de Sa Sainteté. Permets-leur de choisir librement ce qu’ils seront, de qui ils seront et où ils iront dans leur vie. Dieu, je t’en prie, s’il y a quelque chose en moi qui leur est une pierre d’achoppement, montre-moi. Je veux me repentir. Je veux changer. » C’est donc une relation de travail par opposition à une « truc magique » que nous demandons. Nous demandons toujours une relation de travail, une bonne relation, nous demandons une participation à Son travail. Une communion avec Lui et avec eux pour pouvoir clarifier et apporter une plus grande compréhension et de la clarté. C’est tellement différent de « Rends-les comme ceci ou comme cela. Sauve les. Rendez-les adultes. »

Dans le processus, Il nous change aussi. Il doit : « Dieu, je ne veux pas me lever à 3 heures du matin. » Dieu dit : « Mais tu viens de me dire que tu veux participer à Mon plan pour leur vie et ils ont besoin de toi tout de suite. Veux-tu faire partie de Mon plan pour leur vie ou pas ? » Alors, je suis changé parce que je m’étends sur l’autel pour être changé alors que je Lui demande de participer de manière claire à leur vie.

Je pense que ce qui pourrait être dit est : « Père, cette personne ne Te rend pas hommage. En fait, elle Te fait honte par son cœur égoïste, qui est tellement différent de Ton Fils. Père, permets-moi d’avoir la pitié, la compassion ou le bouleversement du cœur d’être assez concerné pour vouloir en parler. Dieu donne-moi de la sagesse. Père, amène dans sa vie d’autres personnes qui ont la sagesse. Amène les circonstances - un accident de voiture, ce qu’il faudra, Père. Ne les laisse pas tomber. Je Te supplie d’amener des choses dans sa vie et de ne pas l’oublier. Amène-moi, ou d’autres personnes, ou des circonstances, pour qu’ils puissent voir clairement et faire un choix. Père, je T’en prie, je sais que tu veux donner gloire à Ton nom. C’est ce que Tu veux par-dessus tout. Ne l’oublie pas dans le processus d’apporter la gloire à Ton nom, car je crois qu’un cas pathétique comme celui-ci pourrait T’apporter encore plus de gloire ».

Vous pouvez raisonner avec Dieu. « Dieu, c’est tellement terrible. Quel honneur cela apporterait, si Tu voulais T’appliquer, si Tu envoyais Tes anges pour provoquer une calamité ou une instruction. Dieu, je T’en prie, applique Tes ressources. Je m’offre entre Tes mains en tant que ressource afin que les choses changent dans sa vie, afin qu’elle Te voie Haut et Elevé, et qu’elle Te réponde avec son cœur. Dieu, si elle choisit de ne pas le faire, cela me brise le cœur, alors, utilise toutes les ressources à Ta disposition pour cela. » Encore une fois, j’aurais du mal à dire : « Dieu, change son cœur » parce que je me demande vraiment si cela ne fait pas violence à la nature de l’œuvre de la Croix et la marche de la Croix. Le Père cherche des adorateurs, ceux qui l’adoreront en esprit et en vérité. Je me demande simplement s’il est possible d’adorer en dehors de la marche de la Croix. Nous ne pouvons pas Le voir si nous ne pouvons voir Son serviteur souffrant. Si nous ne pouvons pas nous identifier avec les péchés de l’homme et dans notre propre cœur, à la lèpre qui a tâché notre propre chair. Si nous ne sommes pas en mesure de nous identifier avec tout cela parce que « Boom, mon cœur est changé ». Vous voyez, je ne sais pas si je peux avoir la communion avec un Dieu de la Croix, sauf si j’ai appris à marcher le chemin de la Croix. C’est la folie de la Croix qui est tellement différente de la sagesse de notre époque qui veut simplement être réparée au lieu d’être crucifiée.

On a demandé à Jésus : « Seigneur, enseigne-nous à prier. » Il y a un processus d’apprendre à prier qui est très normal pour les disciples, pour qu’ils apprennent à prier. Les choses dont nous avons parlé ce soir sont des faits très peu connus. Je suis là pour vous dire que peu de gens comprennent ce que signifie prier selon Sa volonté et prier et savoir qu’Il nous a entendus ; l’Esprit de Dieu gémit avec notre esprit dans des gémissements trop profonds pour être prononcés afin que nous sachions que nous L’avons trouvé, qu’Il nous a entendus, et que nous avons demandé selon Sa volonté et que cela sera accompli. Maintenant, je peux marcher par la foi même si cela implique qu’il faudra un certain temps. Tout ce processus d’apprentissage de la communion avec Lui, d’être amis avec Lui au lieu de L’utiliser, est quelque chose que nous devons apprendre. Cela ne vient naturellement à aucun d’entre nous. « Seigneur, enseigne-nous à prier » est encore une prière très valable.

Apprenez à prier

Si nous ne savons pas comment prier selon Sa volonté, nous ne sommes pas susceptibles de le faire. Je ne sais pas si quelqu’un entre naturellement dans ce genre de choses. Vous ne tombez pas dedans. « Seigneur, enseigne-nous à prier. » Il y a un processus d’apprentissage pour apprendre à prier. Si cela vous tient bien à cœur, vous lutterez pour savoir comment prier. Si vous ne vous sentez pas du tout concerné, vous serez satisfait de « Maintenant, je me couche et je dors » et vous réciterez les billes de chapelet protestantes vides. Mais si vous prenez vraiment soin, si vous vous souciez des autres, et si vous les aimez, vous allez trouver un moyen de prier. N’est-ce pas la volonté de Dieu que vous sachiez prier ? Bien sûr que oui. « Dieu, apprends-moi à prier. » Amène les circonstances dans ma vie. Amène les gens dans ma vie. Amène un enseignement de la source que Tu choisiras, mais je veux savoir comment Te trouver. Et je me moque de la façon d’y arriver ou de ce que cela me coûtera personnellement. Je veux savoir comment communiquer avec Toi. Ce n’est pas seulement « Je veux de la puissance pour être capable de prier. » Mais plutôt, « Je veux savoir comment communier avec Toi. Je veux savoir ce qui se passe sur Ton cœur. Je ne veux pas seulement que Tu saches ce qui est sur le mien. Je veux savoir ce qui est sur Ton cœur. Montrez-moi comment y aller. Purge-moi des choses qui s’opposent. Brise-moi. Montre-moi tout ce qu’il en coûte. Je m’offre dans Tes Mains. » Il y a des choses qui concernent les motives de mon cœur, d’autres sont une question d’apprentissage, c’est sûr, mais c’est certainement Son désir que nous sachions tous comment prier.

Certains ont eu des filles de sept ans qui étaient au lit et malades pendant deux mois, et puis elles sont mortes. Ils ont été dévastés parce qu’ils ont toujours supposé que, « Dieu, c’est sûr, c’est d’abord Ta volonté que mon cœur ne soit pas brisé. Deuxièmement, Tu permets certainement cela pour faire grandir et pour servir Tes objectifs. Ils commençaient juste à voir certaines choses. Bien sûr, cela ne peut pas être Ta volonté ... » Et beaucoup de gens ont été dévastés par, « Bien sûr, cela ne peut pas être Ta volonté que ... » Donc, ce genre d’hypothèses ne sont pas saines. Ce n’est pas non plus la volonté de Dieu que des hommes, des femmes et des enfants dans une ville de Palestine soient tués. Sûrement pas. Mais Dieu a ordonné qu’il en soit ainsi. Il savait des choses que nous ne connaissions pas. Ces gens se remplissaient de la pleine mesure de leur méchanceté et il était temps de mettre fin à leur existence terrestre parce qu’Il connaissait la fin aussi bien que le commencement. « Mais ce n’est pas la volonté de Dieu que tous ces gens soient tués. Cela ne peut pas être ainsi. » Toutes ces hypothèses que nous faisons, c’est nous mettre essentiellement à la place de Dieu en disant cela. « Je sais tout ce que Dieu sait à ce sujet et j’ai décidé que ça devrait être ainsi et pas comme cela. » Ce n’est pas la bonne façon de l’aborder.

Nous pouvons raisonner avec Dieu. Nous pouvons demander une perspective. Nous pouvons Lui demander ce qu’Il veut que nous fassions maintenant dans une situation. Nous pouvons Lui demander de nous protéger dans le processus d’un événement qui arrive. Et nous pouvons travailler avec Dieu et apprendre Son cœur à propos d’une situation, et apprendre ce qu’est notre part dans tout cela, mais ne pas supposer une chose ou une autre. Peut-être que Dieu est totalement conscient de la fin et du début, et des mauvaises influences qui sont déjà sur la vie de quelqu’un. Et l’influence cataclysmique que cela a eu sur quelqu’un émotionnellement et qui l’a amené à l’hôpital. C’est un petit agneau innocent et Dieu dit : « Viens à la maison. Assez de ces choses. Ils t’ont déjà fait assez de mal. Viens à la maison. » Et il meurt à l’hôpital. Certains disent : « Oh, non. C’est impossible. Ils l’ont tué ! » Nous regardons les choses de manière si charnelle. « J’éprouve du ressentiment et de l’amertume qu’ils aient blessé cette personne, etc. » Je dis qu’il y a quelque chose de plus profonde que nous ne pouvons trouver que dans la communion avec Dieu au lieu de faire des hypothèses.

Les hypothèses ne marchent pas comme prévu. A trente pour cent ça marche, à soixante-dix pour cent ça ne marche pas. Trouver alors la face de Dieu est vraiment le composant essentiel de ce qu’on appelle le Christianisme. Tout le reste est du bon marché. Même avec la plus sincère des motivations, c’est encore du bon marché. Cela ne fonctionnera pas. Cela ne fonctionne pas. Il y a beaucoup de gens qui sont superficiels au possible, qui disent des choses comme « Dieu m’a dit cela. Je sais que c’est vrai et je crois en cela. » Ils sont superficiels au possible. Ils n’ont pas trouvé la face de Dieu. Ils ont seulement entendu un écho dans le couloir qu’ils pensaient être Dieu, mais qui sait ? Ils n’ont pas assez de relation pour connaître la voix du Berger. Ils ne savent pas de qui était la voix. C’est comme Pierre dans Matthieu 16. « La chair et le sang ne pouvaient te révéler cela. Tu as entendu la voix du Père, Pierre, bon travail. » Cinq minutes plus tard – « Hors de moi, satan. » Pierre a entendu la voix de satan. Il ne pouvait pas distinguer la voix de Satan et celle de Dieu. C’est juste un tir en l’air et de voir ce qui se passe.

Dieu veut nous amener sans cesse du lieu des hypothèses au lieu où nous L’entendons.

Quand Moïse est descendu du mont Sinai, il a dit : « Ceux qui sont pour le Seigneur, venez ici. » Et les Lévites sont venus. Il a dit : « Maintenant, ceignez vos épées et allez tuer 3 000 de vos frères. » Quel Dieu d’amour Tu es, Dieu. Mais c’est au sujet d’entendre la voix de Dieu. Ce n’est pas tout un autre truc. Qu’est-ce qu’une vie humaine après tout ? Qu’est-il arrivé à ces 3000 qui sont morts ? Ils ont été désignés pour mourir et pour faire face au jugement. Et alors ? Alors, ils sont morts un peu plus tôt qu’ils auraient dû, de façon pas naturelle au lieu de causes naturelles. Cela n’est rien pour Dieu. Dieu connaît leur destinée. Ils n’étaient pas perdus parce que leurs têtes ont été coupées. Nous voyons simplement les choses de façon différente.

Laissons tout cela nous inciter à Le connaître Lui, le seul vrai Dieu et Jésus Christ qu’Il a envoyé, au lieu de connaître à Son sujet et de faire Ses choses. Le pouvoir de la foi, la puissance de la prière, la puissance de la sainteté, la puissance du jeûne, et la puissance de ____ n’est pas vraiment le sujet. Il est de Le connaître Lui et de nous humilier. C’est avec Sa puissance que nous coopérons simplement, les mains ouvertes devant Lui. C’est Sa puissance, et non pas un nouvel outil dans notre « ceinture utilitaire de Batman. » « Ah, la prière. Je connais le topo maintenant. » Il s’agit d’une relation avec Lui. Il ne s’agit pas de puissance. Le baptême du Saint-Esprit. « Eh bien, je vais à l’essentiel maintenant. » Ce n’est pas une question de puissance pour nous. Il s’agit de communion avec Lui. C’est cela le baptême de l’Esprit Saint. C’est la communion avec Lui. Je pourrais entrer dans beaucoup plus de détails que cela, mais je dis simplement que ce n’est pas un spectacle de magie. Ce n’est pas la magie d’un lapin qui sort d’un chapeau. J’étais ainsi autrefois, maintenant, je suis comme ça. Ce n’est pas ça. Cela n’a jamais été Sa manière.

En résumé : Il s’agit de L’aimer, de Le connaître, d’écouter et de coopérer avec Lui, de ne rien faire que nous ne Le voyons faire ou ne rien dire que nous ne l’entendions dire. Dans ce processus de se joindre à Ses buts, l’Esprit et l’Epouse disent : « Viens. » Et de magnifiques choses coulent d’un peuple de Dieu qui coopère en caractère et en cœur et en communion avec Celui qui est dès le commencement. Des choses merveilleuses pour lesquelles toute la création a gémi auront lieu alors que nous ouvrons enfin les mains et que nous nous humilions devant Lui, et que nous ouvrons les oreilles plutôt que de nous précipiter vers la dernière technique ou vers le dernier gadget. Mais juste pour L’aimer et expérimenter Sa vie en nous et pour vivre la vie qui est en nous. Toutes ces autres choses, les domaines du « baptême de l’Esprit » et la prière et la foi et la sainteté et la communion et l’église, toutes ces autres choses vont toutes prendre soin d’elles-mêmes.

Persévérer c’est se connecter

Disons, par exemple, je suis en train de parler à quelqu’un et que je lui dis ce que je pense, et elle est distraite et commence à parler à quelqu’un d’autre. Je ne pense pas qu’elle m’ait compris. Je ne crois pas qu’elle m’écoutait vraiment. Mais parce que j’ai un rapport avec elle en tant que personne, je veux lui dire : « Lis sur mes lèvres. Pense à ce que je dis. Travaille cela avec moi. C’est très important pour moi. » La persévérance concerne la connexion. Si nous savons qu’Il nous a entendus, alors vous savez que ce sera accompli. C’est un processus.

La persévérance n’est pas l’ingrédient magique autant qu’elle cherche un moyen de Le trouver. C’est travailler pour attirer Son attention et pour savoir ce qui se dresse entre nous dans le processus. Comme Jacob qui a lutté jusqu’à l’aube. « Je ne te laisserai pas partir jusqu’à ce que tu me bénisses. » C’est cette attitude de lutter pour trouver le cœur de Dieu et Son caractère. Il touche ma hanche, je suis boiteux pour la vie, et il m’appelle « Israël » au lieu de « Trompeur. » Il y a un coût impliqué dans tout le processus.

Oui, Il sait avant même que nous le demandions. Mais Il ne va pas tourner Son visage vers nous, il va juste sourire, regarder de l’autre côté jusqu’à ce qu’il voie à quel point nous le voulons. Jusqu’à ce qu’il voie que notre pensée est claire. « Tu sais, je fais vraiment attention à cela. Je ne vais pas te demander une fois et oublier. Tu pensais que j’allais oublier n’est-ce pas ? Je ne vais pas oublier. Je vais continuer à demander. Je ne vais pas te donner de repos jusqu’à ce que tu accomplisses cette chose ou que tu me corriges. Je suis corrigible. Je suis ici. J’écoute. Mais tu dois me parler, parce que je ne vais pas abandonner jusqu’à ce que je comprenne ».

Voyez-vous, c’est l’attitude que nous devrions avoir. A deux reprises quand Il a enseigné « la prière du Seigneur » (une fois en parlant de l’homme avec le pain, l’autre d’une femme avec le juge), Il a enseigné immédiatement cette attitude d’attendre, et d’insister, et d’essayer de trouver un chemin dans le cœur du Père. C’est pour notre bien, pas pour le Sien. Cela nous attire dans la communion, qui est Son but ultime pour nous pas pour du pain à minuit ou ce genre de chose. Il veut nos cœurs. C’est Son objectif ultime dans tout cela.

Il va donc détourner volontairement Son visage et se retenir, afin de voir si nous nous soucions assez pour persister et raisonner avec Lui, pour demander et pour être corrigible et pour nous offrir dans le processus. Il veut nous approfondir. Voilà pourquoi ces paraboles sont immédiatement attachés à la façon dont Il est l’accomplissement de ces choses sur lesquelles nous lui posons des questions.

Rehausse les haies, s’il Te plaît

(Le texte commence après environ 30 secondes dans l’audio.)

Ce que je priais est que tout serait effacé sur la route afin que quelqu’un puisse prendre une décision qui n’est pas entravée par les subterfuges ou les écrans de fumée de satan. Voyez, satan se déguise en ange de lumière et en serviteur de justice. Il y a une déception. Il est l’accusateur des frères. Il est un père du mensonge.

Souvenez-vous de Job par exemple. Job faisait bien. Tout roulait pour lui. Et satan a dit : « Eh bien, il y a une bonne raison pour cela, Dieu. C’est parce que tu as construit une haie autour de lui. Tout est facile pour lui parce que tu as construit une haie autour de lui. Je te parie que si tu enlèves la haie et que tu m’autorises à ajouter une déception, une douleur, un chagrin d’amour et de la confusion, si tu me permets de lui ajouter tout cela, son allégeance pour toi sera brisée. Sa loyauté envers toi sera brisée si les choses ne marchent pas comme il pense qu’elles le doivent. Parce qu’en ce moment, il est facile pour lui de te servir ».

Dieu contrôle simplement ce qu’on appelle une haie. Satan est juste de l’autre côté de la haie avec même beaucoup d’autorité ou de pouvoir que Dieu lui donne pour tromper ou pour nuire. Donc, nous ne demandons pas vraiment à Dieu de changer leur cœur. Ce que nous faisons c’est de dire : « Dieu, en ce moment les haies sont trop faibles dans leur vie. Il y a trop de déception. Tu les as entourés de gens à l’œuvre, qui leur mentent. Tu as mis un conjoint dans leur vie ou des parents dans leur vie qui les trompent et qui leur font du mal. Ils ont une maladie dont ils ne peuvent se remettre. Ils ont des problèmes financiers qui les accablent et les embrouillent. Toutes ces choses les blessent. Dieu, veux-tu s’il te plaît élever les haies afin qu’ils puissent arriver à un endroit où ils pourront Te regarder et faire un choix Te concernant, sans cette surcharge ou cette douleur ? » Rappelez-vous, nous ne sommes jamais tentés au-delà de ce que nous pouvons supporter. Il nous donne toujours un moyen d’en sortir.

En gros, ce que nous disons, « Dieu, il semble qu’il y ait là un fardeau sur eux qui les pousse à une limite qui est presque au-delà de leur capacité à faire face. Père, veux-Tu Te montrer clément, enlever les haies, réduire leur tentation, réduire la confusion autour d’eux afin qu’ils puissent T’entendre, et seulement avec leur cœur faire un choix à Ton sujet sans les mensonges de satan, sans une des tromperies de Satan, sans que les co-ouvriers de satan s’impliquent à rendre la situation confuse. Père, voudrais-Tu, s’il Te plaît, dissiper ces choses ? » Souvenez-vous que Paul priait pour qu’il soit en mesure de proclamer l’Évangile clairement, comme il devait. Un autre angle de la même chose est « Père, ne laisse pas mon manque de clarté nuire à leur capacité d’entendre Ta voix. Je ne veux pas attirer l’attention sur moi. Je préfère venir dans la faiblesse et le tremblement et la parole peu convaincante pour ne pas être le centre d’attention.

Mais d’autre part, permets qu’il soit assez clair que cela arrive avec beaucoup de conviction dans leur vie pour qu’ils puissent faire un choix. Que ce soit seulement entre Toi et eux. Pas entre eux et tous ces cirques à trois pistes que la vie amène. Que ce soit juste entre Toi et eux, Dieu, s’il Te plaît. Dégage la pacotille. Élève les haies. Ne laisse pas satan avoir trop d’autorité. » C’est différent de « Dieu, change leur cœur. » C’est simplement : « Que ce soit juste entre Toi et eux. Laisse-les Te voir. Laisse-les faire un choix d’eux-mêmes sans les autres trucs qui rendent la question confuse ».

Potentiel inexploité

Ce qui va se passer à coup sûr c’est que, tandis qu’Il déverse plus de cadeaux et que ceux qui sont fidèles avec de petites choses reçoivent de plus grandes choses, notre capacité de voir clairement pour être en mesure de toucher des vies va croître. Si je regarde l’assemblée locale des croyants ici, l’église ici, je vois plusieurs centaines de choses inachevées. Si vous avez ajouté notre connaissance accumulée de choses inachevées - la situation d’un enfant à élever, une relation de mariage, prendre soin de voisins incroyants ou de collègues, un désintéressement avec des camarades de chambre, une dévotion pour aider des colocataires à grandir en Christ, et ouvrir son cœur à des camarades de chambre et ainsi de suite, des parents affectueux, etc. - si vous avez regardé les choses accumulées que nous connaissons inachevées dans nos propres vies et dans ces vies autour de nous, nous pourrions probablement en compter un millier. Cela doit arriver, parce que j’en connais personnellement plusieurs centaines. Eh bien, ils ne sont pas terminés ou pris en charge à un rythme très rapide.

Donc, une partie de cette question de la récolte est qu’il sera accordé plus à ceux qui sont fidèles avec les petites choses. D’autres cadeaux seront transmis du ciel afin que nous puissions résoudre plus de problèmes plus rapidement, identifier les problèmes plus rapidement, participer à l’œuvre de Dieu, aider à déblayer les haies, prier, même simplement apprendre à prier. Si vous prenez cet unique sujet d’apprendre à prier : « Seigneur, apprends-nous à prier » - si vous prenez simplement cette chose et si nous voulions tous grandir dans ce seul domaine d’apprendre le caractère de Dieu et donc d’apprendre à prier - le rythme, la rapidité d’expansion du royaume de Dieu, la résolution de divers problèmes dans les maisons et les quartiers et la ville en général, pousseraient comme des champignons si rapidement, que ce serait incroyable pour nous. Non pas parce que le potentiel n’est pas là en ce moment. Vous demandez : « Y aura-t-il plus de potentiel ? » Je ne crois pas qu’il y aura plus de potentiel. Je crois qu’il y aura cent fois plus de potentiel utilisé.

C’est vraiment la question. Nous ne sommes pas à l’écoute du potentiel dans lequel nous pourrions être dans nos vies. Il y a des gens qui ont vécu avec un conjoint depuis des années et ont été fidèles dans d’autres situations et qui n’ont même pas regardé dans les yeux de leur propre conjoint de savoir qu’il n’a pas eu de croissance là. « Où avons-nous raté ? Comment avons-nous pu manquer ça ? Ce n’est pas juste. Ceci est déroutant. Comment pourrait-il en être ainsi ? » Alors que Dieu accorde plus de dons, alors que nous sommes fidèles avec de petites choses, alors que nous obéissons, alors qu’il déverse plus de choses et que nous sommes sensibles à Lui et que nous apprenons et grandissons dans Son caractère et à Sa ressemblance, nous verrons plus de choses. Nous aurons la sagesse de Dieu pour toucher plus de choses, pour voir le potentiel pour le révéler. Et toutes ces choses se produiront cent fois plus qu’en ce moment, non pas parce que le potentiel a changé, mais parce que notre capacité d’exploiter le potentiel a changé.

Je marchais le long de l’allée marchande d’une épicerie locale et des dix magasins qui sont dans cette allée. Disons qu’il y a deux cents employés dans ces magasins. Deux ou trois de ces employés pourraient être disciples d’ici le mois prochain. Qui va leur parler ? Qui aura de la sagesse pour toucher leur cœur ? Pour les atteindre de plein fouet là où ils tombent à genoux en plein travail et crient « Dieu est vraiment parmi vous. » Le potentiel est là. Il y est en ce moment. Ces deux ou trois personnes sont là.

Maintenant, ne vous précipitez pas avec culpabilité dans le centre commercial local pour commencer à taper sur les portes et à mettre les employés en rang. Pas de culpabilité. Beaucoup d’entre vous avez tenté cela avant. Soit vous l’avez fait à vous-même, soit vous l’avez fait à d’autres personnes. Vous avez jugé d’autres personnes parce que, « Si elles étaient vraiment spirituelles, si nous étions vraiment spirituels nous aurions ____. » Ce genre de fourbi n’a jamais fait de bien à personne. Mais la fidélité à Dieu, la communion avec Dieu, et alors Dieu se déverse dans la période de temps qui est Sienne dans les derniers jours.

Alors que l’horloge temps s’égrène, Il récompensera généreusement le plus petit mouvement dans Sa direction. Pour la plus petite chose à laquelle nous sommes fidèles, Il accorde cinq fois plus au lieu de deux fois plus. Parce que Sa pointeuse est à l’endroit où il a besoin maintenant que le travail soit fait. Il ne va pas changer le cœur des gens pour les rendre plus fidèles, plus obéissants. Mais Il va récompenser plus généreusement l’obéissance et l’amour et l’abnégation d’une manière très spéciale. Des manières spectaculaires, surnaturelles, où ces besoins seront ensuite réunis dans la galerie marchande et dans les lieux de travail et dans les quartiers et face à face dans les maisons, etc. Il y a un élément très surnaturel à cela, mais l’élément surnaturel ne renferme pas seulement Dieu créant plus d’une centaine de tonnes de potentiel. Il s’agit de récompenser notre fidélité et de nous permettre d’exploiter le potentiel qui a toujours été là en réalité.

Une partie de ce potentiel est la souveraine horloge du temps. Il veut que nous soyons fidèles avec les petites choses. En Son temps, Il accorde une récompense immense pour la plus petite fidélité. Une partie de ce potentiel est la souveraine horloge du temps. Jésus a dit : « Les ouvriers sont peu nombreux. Allez maintenant » Il a donc tourné ces quelques ouvriers théoriques en « Eh bien, je vais ajouter un peu plus d’ouvriers. Mettez-vous au travail. » Je ne considère pas ceci comme une impressionnante désobéissance de notre part. Là n’est vraiment pas la question. En partie, c’est cette souveraine horloge du temps. Certes, il y a un processus d’apprentissage, le voyage d’apprendre à communier avec Lui et par conséquent d’avoir la foi. Parce que nous L’avons entendu, et la foi vient de ce qu’on entend. En partie, cela vient de « Qui peut monter sur la sainte colline de Dieu ? Ceux qui ont les mains propres et le cœur pur. »

Toutes ces choses dans un sens sont souveraines, car il y a quinze ans, nous ne pouvions accéder à exactement comprendre le cœur de Dieu sur ces questions : ce qu’est vraiment l’église, ce qu’est un chrétien, ce qu’est la prière. Nos meilleurs efforts, notre désir le plus sincère, et notre plus dévouée obéissance ne pouvaient avoir amené la révélation sur les zones où Il n’a pas déroulé le parchemin. Avons-nous donc retenu la grande horloge de Dieu ? Nous voudrions tous certainement être plus dévoués, plus obéissants, plus affectueux, plus sacrificiels. Et nous devrions l’être. Mais il y a une chose beaucoup plus grande que tout cela qui se passe aussi.

La prière sans réponse

La prière sans réponse est en quelque sorte dans l’œil de l’observateur. Si je veux que Josué me demande dix fois quelque chose, après sa cinquième demande, il pourrait dire : « C’est une prière sans réponse. » Et il aurait raison, mais ce n’est pas parce que j’ignore sa prière ou que je ne désire pas lui répondre. C’est juste que je désire construire quelque chose en lui. J’ai donc choisi de ne pas répondre à sa question, car je veux qu’il se passe quelque chose en lui qui exige que je ne réponde pas. Rappelez-vous que Dieu est une personne et que le mot « prière » est un mot trompeur, religieux. Ce que Dieu veut dire quand Il parle de la prière, c’est parler à notre Père et lui poser des questions sur des choses - pour la perspective, la sagesse, pour des missions en marche. Nous voulons savoir comment vivre nos vies. Nous voulons Le connaître en tant que personne. Je ne te parle pas simplement afin d’avoir un dialogue robotique au sujet de quelque chose. Je te parle aussi pour te connaître. Tu me parles pour me connaître. Il y a quelque chose au sujet de la relation qui est aussi une part de tout dialogue légitime, et Dieu n’est pas différent. Il veut une relation.

Donc, une part de ce qui s’est passé est que ce n’est pas du genre, « Appuyez sur le bouton. Je prierai à nouveau pour cela. Je prierai à nouveau pour cela. Je prierai à nouveau pour cela. Je ne veux pas le laisser tomber trop tôt. Je prierai à nouveau pour cela. Je prierai à nouveau pour cela. Je prierai à nouveau pour cela. » Ce n’est pas vraiment si mécanique. À un certain niveau, je pourrais dire « Amen. C’est dit parfaitement et c’est bien. Laisse-le tranquille. » Mais à un autre niveau, je pourrais dire qu’il y a là une prière sans réponse et qu’Il ne cherche pas quelqu’un qui continue à appuyer sur un bouton. Ce qu’il veut que nous fassions, c’est être aux prises avec nos cœurs, nos motivations, notre vie, pour Le trouver dans le processus jusqu’à ce que nous sachions qu’Il nous a entendus. Ce qui n’est pas une chose mécanique. Afin de savoir qu’Il nous a entendus (1 Jean 5). Ce n’est pas une répétition en soi qui Le fait m’entendre. C’est adapter mon cœur. Maintenant, la répétition fait partie de régler mon cœur, parce que si j’abandonne, j’ai échoué dans mon cœur à persévérer dans cette chose, n’est-ce pas ?

Donc, la répétition est une sorte de sous-produit de « Dieu, je veux te connaître. Je veux comprendre cette chose. Je veux aider en quelque sorte. Je veux que T’aider en quelque sorte. Je ne peux pas le faire. Tu le peux ! S’il Te plaît ! » Donc, il y a répétition, non parce que c’est le bouton de répétition pour obtenir une prière exaucée. Mais c’est la répétition parce que cela me tient à cœur et que je ne veux pas lâcher prise. Et la répétition en est le sous-produit. Et donc la prière sans réponse ? Cela dépend quand vous posez cette question, « Avez-vous eu une prière sans réponse ? », la réponse peut être : « Oui, mais c’est correct. Parce que je suis en train de trouver le cœur de Dieu. Et cela est en fait plus important que la prière exaucée. C’est Sa façon de me diriger sur les bords de la rivière de Sa volonté pour ma vie. C’est Sa façon de me diriger dans une connaissance de Son Fils et dans le parfum de Son caractère - en ne répondant pas, en me déroutant, par des choses qui tournent mal, par une réponse à la prière bien plus grande que ce que j’aurais pu demander ou espérer ou rêver ».

Il canalise ces choses non pas que nous puissions tous être des bébés magiciens pour faire des choses et connaître la bonne façon de faire les choses, mais plutôt pour que nous soyons tous comme Son Fils et que nous puissions voir dans Ses yeux et fondre devant l’éclat du Fils et devant Son caractère. Et alors nous ne demanderions que ce qui est selon Sa volonté, parce que nous ne demandons rien qui n’est pas selon Sa volonté. Eh bien, Jésus a même demandé quelque chose qui n’était pas selon Sa volonté. « Non pas ma volonté, mais la Tienne ». Il a dit : « Père, laisse passer cette coupe. » Mais Il savait que ce n’était la volonté de Dieu de laisser passer la coupe, et Il a laissé tomber. Ainsi, même s’Il a demandé quelque chose qui n’était pas selon la volonté de Dieu, Il a laissé tomber.

Paul a demandé quelque chose qui n’était pas conforme à la volonté de Dieu. « Ote cette épine de mon côté. » Et Dieu a dit : « Non. Ma grâce te suffit. » « Comprends-le. » Et Paul a dit : « C’est tout ce que je voulais savoir. » Paul a demandé à trois reprises. Il a persévéré, n’est-ce pas ? (2 Cor. 12) « Dieu, enlève cette épine. Retire cette épine. Retire cette épine. » Et Dieu a dit : « Il y a plus en jeu. Tu as besoin de cette épine à cause de l’excellence de la révélation que je t’ai donnée. » « Oh, je vois. Bien. Alors je me glorifierai dans ma faiblesse, plutôt que de m’en plaindre. » Voyez, que la persévérance va jusqu’à la croissance. Et le caractère. Pas de façon magique pour faire le travail. Ce n’est pas la manière d’obtenir que l’épine soit enlevée, de juste continuer à demander. Cela pourrait être de l’insolence.

Vous savez avec vos propres situations familiales, « Maman, puis-je avoir une sucette ? Maman, puis-je avoir une sucette ? Maman, puis-je avoir une sucette ? Si je persévère cinq fois plus, je l’aurai non ? » L’enfant n’aura pas nécessairement la sucette après avoir répété cinq fois « Maman, puis-je avoir une sucette. » Si vous avez dit : « Non, non, non, non, non, » l’enfant a eu une réponse, n’est-ce pas ? Mais cela n’a pas nécessairement accompli ce que vous désiriez. Vous ne pouvez pas vivre une vie basée sur des « oui » et des « non ». « Est-ce que je reçois ma sucette ou non ? » « Oui. Non Oui. Non Oui. Non. » Ce n’est pas ce qu’est la vie. Ce n’est pas ce qu’est la relation. C’est dire à l’enfant : « Tu vas être malade. Je t’aime trop pour te permettre d’avoir une alimentation de sucettes. » « Oh, d’accord, donc je ne veux pas demander une sucette alors, d’accord ? » « D’accord ! » Voyez, c’est le processus du changement de caractère, la prière n’est vraiment pas des « oui » et des « non ».

Abraham raisonnait avec Dieu, « S’il Te plaît, ne détruis pas la ville. » « Eh bien, si tu peux me trouver dix âmes justes, alors … » Moïse discuta avec Dieu. Il y a eu des moments où David a réellement changé la pensée de Dieu sur quelque chose. Dieu est une personne. Il n’est pas seulement quelqu’un qui prête l’oreille dans le ciel sur laquelle nous faisons rebondir nos pensées et ensuite, cela change notre pensée, et ainsi de suite. C’est une personne et Il nous invite réellement à raisonner avec Lui. Il a dit en fait : « Venez, raisonnons ensemble. » Maintenant, c’est franchement une invitation du Créateur de l’univers. « Parlons-en une minute. Venez, raisonnons ensemble. » Il est donc possible de changer Sa pensée et en fait sous-entendu dans la déclaration, « Même si Job, même si Daniel me le demandait, je ne changerai toujours pas d’avis », c’est ce qu’Il pouvait, dans certaines circonstances, changer Sa pensée. « « Dans ce cas, même s’ils l’ont fait, (et ils sont très bons à changer Ma pensée), même s’ils le faisaient, je ne changerais toujours pas Ma pensée, je suis ce rocher solide. » Donc, cela peut changer Dieu, mais surtout cela va nous changer.

Prosternez-vous devant Jésus

Il y a un dilemme dans lequel les gens se trouvent souvent/ « Bien, est-ce que je suis sauvé ? Bon, d’accord, si je dis que je suis sauvé, si j’ai des raisons de penser que je suis sauvé, eh bien il se peut que je n’aie pas le Saint Esprit. Peut-être que je ne suis pas rempli du Saint-Esprit, c’est peut-être mon problème. Je suis confus. Je ne sais pas la différence entre être rempli du Saint-Esprit, avoir le don de l’Esprit Saint, le baptême du Saint-Esprit, être la demeure du Saint-Esprit. Je suis confus. Je ne sais pas quoi faire. Si je le comprenais mieux, alors je pourrais trouver la solution. » Eh bien, assis sur un banc de salle de gym locale, entre les jeux de basket-ball, j’ai discuté avec quelqu’un et alors que je demandais à Dieu comment répondre à la question qu’il posait, je savais que ce que je devais lui dire était semblable à ce que je disais à quelqu’un d’autre quand ils ont demandé : « Comment puis-je avoir cela ? » Et la réponse à la question était : « Quand tu le désires assez, tu l’auras. » Eh bien, c’est vraiment la réponse à la question sur l’Esprit Saint et sur être rempli de puissance d’en haut. C’est la même réponse, mais je vais juste le mettre dans des mots un peu différents. Notre vocabulaire sur l’habitation de l’Esprit, le don du Saint-Esprit, la plénitude de l’Esprit, le baptême de l’Esprit – ce n’est vraiment pas la question. Suis-je sauvé ou ne suis-je pas tout simplement rempli de l’Esprit ? » Ce n’est vraiment pas la question.

Lorsque vous êtes assez attentionné, quand vous méprisez votre faiblesse, quand vous méprisez votre péché, quand vous méprisez suffisamment votre superficialité et que vous invoquez le nom du Seigneur du fond de votre cœur et que vous vous videz de tout le reste, lorsque vous prenez assez soin des desseins de Dieu qui sont révélés dans le monde autour de vous et à travers vous et que vous méprisez suffisamment votre vie personnelle, vous l’aurez. Vous n’avez même pas besoin du vocabulaire. Vous n’avez même pas à le comprendre.

Le secret n’est pas de tout savoir sur le sujet. Le secret est Jésus. Et Lui exposer nos cœurs et nos vies et être assez désespéré pour Lui et assez malades de nous-mêmes pour être prêts à tout mettre sur l’autel. Ce n’est pas un mystère. C’est Jésus. L’esprit de la prophétie est le témoignage de Jésus. Ce n’est pas un mystère. Ce n’est pas complexe. Ce n’est pas difficile. Si vous êtes superficiel, si vous êtes faible, si vous avez pas de relations, si vous ne savez pas si vous êtes sauvé, si vous ne savez pas ce qu’est être rempli de l’Esprit Saint, bien, très bien. Donc, vous êtes confus au sujet de tout. La réponse n’est pas dans la compréhension, cependant. La réponse est dans une vie prosternée devant le Fils de Dieu. Invoquez le nom du Seigneur et Dieu fera en vous ce qu’Il veut faire en vous s’Il a votre vie sur un autel.

Et vous n’avez pas besoin de connaître tous les mots à ce sujet. Vous n’avez pas besoin d’être en mesure de le décrire. Vous pouvez créer votre propre jeu de mots pour décrire ce qui vous est arrivé et avoir un mot qui n’a jamais été utilisé dans n’importe quelle langue. Et ce sera tout aussi réel. La seule chose que vous trouverez dans l’Ecriture sont des descriptions de ce que Dieu a fait dans des gens, en essayant de trouver les mots pour l’accrocher. Mais la vérité de la question est que cela est né de l’expérience, cela n’est pas né dans la théorie ou dans la doctrine ou la théologie. C’est né de ce que Dieu a fait pour les gens qui se sont prosternés devant Lui et qui ont invoqué le nom du Seigneur. Mettez tous les mots que vous voulez dessus. Dieu entendra votre cri. Jésus de Nazareth, le Fils de David, le Fils de l’homme, le Fils de Dieu remplira votre vie avec Sa personne si vous lui donnez votre vie, point final.

Vous n’avez pas besoin de toute la théologie ou de la doctrine ou du verbiage pour décrire tout cela. Il veut remplir votre vie. Il veut bénir votre vie. Il vous veut. Il veut vous connaître. Il veut que vous Le connaissiez intimement. Vous n’avez pas besoin de tout le vocabulaire. C’est ok, mais vous n’en avez pas besoin. La raison pour laquelle il y a tant de descriptions, c’est parce qu’ils ne se souciaient pas vraiment de la manière de le décrire. Là n’était vraiment pas la question. Ils ne se disputent pas les doctrines que la compréhension et la dissection vous donneront la possibilité de rencontrer. C’est une vie qui est prosternée.

Si vous ne l’avez pas, votre vie n’est pas prosternée et vous avez cherché la mauvaise source. Vous avez cherché à vous flatter. Vous avez cherché à choyer votre chair. Vous avez cherché l’approbation des hommes, d’une mauvaise manière. Il y a une manière vraie. Dans Galates 2, Paul a cherché l’approbation de Pierre et des autres hommes à Jérusalem, de peur de courir sa course en vain. Il voulait savoir s’il était approuvé avec l’Evangile. Il y a un bon type d’approbation, mais il en existe un mauvais qui laisse Dieu totalement de côté. Il est basé sur l’insécurité. Il est basé sur la peur. Il est basé sur la pensée naturelle et sur la vie inanimée plutôt que sur Jésus de Nazareth comme le rocher et la pierre angulaire. Mais, si vous mettez ces choses de côté et si vous regardez vraiment Jésus et invoquez son nom, vous aurez exactement ce que Dieu veut que vous ayez. Ces gens qui se sentent concernés l’auront. Quoi que ce soit, ils l’auront, s’ils se sentent suffisamment concernés.

Entretenez-vous avec Lui comme un Père

Quelque chose vient naturellement aux enfants : ils sont assez spécifiques. Ils ne disent pas : « Maman bénis-moi. » Ils disent : « Puis-je avoir un _____. » C’est important, parce qu’encore une fois en s’entretenant avec Lui comme une personne, comme un père, quelle folie de L’approcher avec une voix en verre teinté. Vous ne le feriez jamais avec un être humain sans qu’on vous rit au visage. Si votre enfant venait vers vous et disait : « Père, voudriez-vous s’il vous plaît me donner ce jour mon pain quotidien. » C’est comme, « Hey Papa, qu’est-ce que tu penses de _____. » Je ne parle pas d’être léger et stupide dans la manière dont on parle à Dieu, mais il y a quelque chose à ce propos si nous Le voyons comme une personne réelle, même le ton de la voix et le choix des mots va refléter le fait que nous Le voyons comme une personne réelle, plutôt que quelque chose d’absent auquel nous prions. Et c’est la même chose au sujet d’être spécifique. Il n’a pas parlé de l’homme qui frappe à la porte de son ami à minuit en disant : « Bénis-moi. Bénis-moi. » C’est, « J’ai besoin du pain. J’ai un ami qui est arrivé. » Il a été très précis parce qu’il avait une relation. Il était branché sur quelque chose de réel et tangible. Ce n’était pas seulement une espèce de demi réflexion théorique. Vous ne frappez pas à la porte de quelqu’un à minuit avec quelque chose d’à moitié réfléchi.

Il sait ce que sont ces racines. Et probablement, si vous allez sérieusement au problème de certaines de ces racines, il y a certaines choses que vous ne choisissez pas ou n’avez pas choisies à ce stade de votre vie de vouloir laisser aller - comment les gens vous perçoivent, une certaine identité, et vous voulez une identité, vous ne voulez pas lâcher cette identité. Si vous continuez à demander à Dieu certaines choses et que vous dites : « Dieu, je veux vraiment être libre de ces choses. Je veux vraiment T’honorer. Je veux vraiment trouver Ton cœur et Ta vie, je veux vraiment vivre pour Toi. » Vous avez vraiment un choix à faire, « Montre-moi ce que sont ces choses parce que je veux faire le bon choix. Cela compte pour moi. Si cela ne compte pas encore assez pour moi dans ces domaines, alors je T’invite à me montrer combien le mauvais choix est ridicule. Humilie-moi jusqu’à ce que je n’aie plus rien. Donne-moi des furoncles cancéreux sur tout le visage si j’ai envie de me sentir bien en face d’autres personnes pour me sentir à l’aise. Je T’invite à me purger de tout ce qui n’est pas Ton cœur.

Donc, une part de cela est une invitation à Dieu de vous purger et d’exposer ces choses. Et encore une fois, vous devez le vouloir et Lui demander de vous montrer les choses qui ne sont pas des choix et de vous aider à nettoyer ces choses. Pour déverser la lumière de la vérité de Dieu sur les choses afin que vous puissiez voir comme Il voit et la manière dont vous vous sentez comme vous avez besoin de le voir pour survivre. Embêtez-Le au sujet de ces choses. Demandez-Lui d’aider à clarifier et à exposer les choses. Mais tout ce processus que je viens de décrire - si vous êtes prêt, si vous le déposez quand Il vous montre quoi déposer et qu’Il le rend clair pour vous, c’est la garantie de porter le fruit de Jésus. C’est absolument garanti.

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon