Quelques Questions Pratiques sur les Rôles des Hommes et des Femmes

14/10/1999

Afrique 1996

Nous pourrions prendre les parties d’une voiture - un volant, un pare-choc, un moteur, une porte - et les empiler dans une pièce. Ils pourraient être des parties merveilleuses, mais vous ne pourriez pas conduire très loin dans cette voiture, si toutes les parties de celle-ci n’étaient pas assemblées.

En faite, vous ne pourriez aller nulle part dans cette voiture. Le don d’apôtre assemble toutes les bonnes parties ensemble. Dans les Eglises, nous avons besoin des dons qui peuvent aider à assembler les parties ensemble. C’est ce que dit Paul dans Ephésiens 3. Il parle aux gens au sujet du grand amour de Jésus et les aide à fonctionner ensemble, pour que cela devienne une Maison de Dieu. Tous les dons merveilleux et tous les Chrétiens dévoués ont besoin du don d’apôtre, pour aider à assembler la Maison.

Dans Ephésiens 4, Paul a dit que Dieu donne les dons à l’Eglise - apôtre, prophète et les autres dons pour que nous puissions grandir ensemble. Ces dons ne font pas de nous des Chrétiens, mais ils nous enseignent comment grandir ensemble. Ils nous enseignent à ne plus être des enfants et nous aident à grandir dans la mesure de la stature de la plénitude du Christ et à être liés ensemble. Paul dit que ce don est très important à l’Eglise, pour aider à construire ensemble correctement.

Plusieurs lettres de Paul parlent au sujet de choses pratiques. Il parle beaucoup de Jésus, mais principalement au sujet des Croyants vivant avec les uns et les autres. Il donne des enseignements pratiques au sujet de leur argent, leurs mariages, enfants, veuves et aussi au sujet de la manière de construire dans l’Eglise avec des choses concernant l’autorité. Il enseigne au sujet de leur temps de louange ensemble, leurs réunions et comment partager avec les uns et les autres.

Enseigner toutes les bonnes parties (comment devenir une voiture) était ce que Paul faisait le plus avec ses dons. En d’autres mots, il enseignait comment construire ensemble pour arriver quelque part ; nous ne voulons pas être un groupe de parties assis au milieu de la pièce. Nous voulons être un bus pour Jésus allant quelque part. Nous voulons construire ensemble et apprendre comment faire notre travail ensemble dans l’amour.

Paul a dit que c’était bon d’avoir des questions pratiques. Dans 1 Corinthiens 1, nous lisons que quelques uns de la maison de Chloé, voyagèrent des centaines de kilomètres, pour poser des questions à Paul. Ils lui posèrent des questions au sujet des divisions qu’ils avaient, des questions au sujet des mariages ou ce qu’il fallait faire quand le péché était parmi eux. Et parce que son don était celui d’apôtre, il pouvait voir les solutions. Les gens de Dieu avaient besoin de Paul pour être capables de voir et d’aider. Paul n’était pas une « superstar. » Il savait qu’il avait des faiblesses dans son cœur et était tombé dans le péché dans le passé. Mais parce que Dieu aimait Paul de toute façon, Paul voulait dire « merci » en utilisant son don pour les gens de Dieu.

« De même aussi, que les femmes se parent d’une tenue décente, avec pudeur et modestie, non pas de tresses et d’or, ou de perles, ou d’habillements somptueux, mais par des bonnes œuvres, ce qui sied à des femmes qui font profession de servir Dieu. Que la femme apprenne dans le silence, en toute soumission. Mais je ne permets pas à la femme d’enseigner ni d’user d’autorité sur l’homme ; mais elle doit demeurer dans le silence ; car Adam a été formé le premier, et puis Eve ; et Adam n’a pas été trompé ; mais la femme, ayant été trompée, est tombée dans la transgression ; mais elles seront sauvées en enfantant, si elles persévèrent dans la foi et l’amour et la Sainteté, avec modestie. » (1 Timothée 2:9-15)

C’est similaire à 1 Cor 14, et Paul écrit ces deux versets inspiré par le Saint Esprit. Nous voulons donc comprendre ce que le Saint-Esprit était en train de penser lorsqu’Il écrivit ces choses. Le Saint Esprit est une personne et a des pensées et des sentiments, juste comme vous et moi. Si vous me dites quelque chose, vous ne pourriez pas exprimer toutes vos pensées et vos sentiments dans vos paroles. Nous voulons donc comprendre les sentiments et les pensées du Saint-Esprit, puisqu’Il est une Personne et non pas juste des paroles.

Le cœur du Saint-Esprit est qu’Il aime les hommes et les femmes d’une manière égale. Dans Galates 3, Il dit qu’il n’y a ni homme ni femme ; vous êtes tous un en Christ. Il n’y a ni Juif ni Grec, ni homme ni femme, ni esclave ni homme libre. Si nous avons la foi en Christ, nous revêtons maintenant Christ. Nous avons le vêtement de Jésus - non pas celui du Juif, du Grec, de l’homme ou de la femme, du noir, du blanc ou du jaune. Alléluia ? ! Mais maintenant nous sommes tous Jésus. Quelle est la couleur de Jésus ? Qui s’en inquiète ? Il est merveilleux ! Et donc, si nous avons la foi en Jésus Christ, nous revêtons tous Jésus et il n’y a plus de Juif, ni de Grec, ni d’esclave, ni d’homme libre, ni homme, ni femme. Le Saint-Esprit a aussi dit cela dans Galates 3.

Des Pensées Précieuses sur l’Autorité

Il y a beaucoup de choses que le Saint-Esprit pense concernant l’homme et la femme. Ces choses sont précieuses et nous devons les comprendre ensemble. En considérant tous les enseignements sur l’homme et la femme, nous voyons que le Père est la Tête du Christ. Christ est la Tête de l’homme. L’homme est la tête de la femme. Mais, est-ce que Christ n’est pas pareil que Dieu le Père ? Jésus a dit : « Moi et le Père sommes un. » Néanmoins, le Père est au-dessus du Christ, même s’ils sont un. Thomas a dit à Jésus : « Mon Seigneur et mon Dieu. » Le Père et le Fils sont un.

Certainement Christ est la tête de l’homme. Mais si nous avons été revêtus du Christ, nous sommes un avec Christ. Donc il y a toujours de l’autorité entre Christ et l’homme, pourtant ils sont un en une autre manière. Il y a de l’autorité entre l’homme et la femme. L’homme est au-dessus de la femme dans le même sens que Christ est au-dessus de l’homme. Cependant, l’homme et la femme sont un en Christ. Donc, dans un sens, l’homme et la femme sont très égaux. Et pourtant, il y a de l’autorité entre l’homme et la femme.

Ces choses sont très précieuses et vous devez essayer de les comprendre. L’homme peut servir la femme de tout son cœur. Un homme peut aimer la femme et la chérir profondément. Un homme, dans un sens, peut se rendre esclave envers la femme comme Christ est venu pour servir l’Eglise. Mais même si Jésus a lavé nos pieds comme un esclave, Il retient toujours Son autorité. Et de même, comme un homme chérit et aime une femme, même en devenant son esclave envers elle à certains égards, il retient son autorité sur elle et elle doit répondre à cela.

Parce que Christ est si bon envers nous et qu’Il nous aime, nous ne devrions pas oublier Son autorité, n’est-ce pas ? Il y a de l’ordre en Dieu. Il y a de l’autorité en Dieu. Et quand le Saint Esprit nous parle de ces choses dans 1 Corinthiens 14 et 1 Timothée 2, Il ne dit pas que les hommes sont des dictateurs, dirigeant les femmes avec une poigne de fer. Les femmes ne sont pas des esclaves qui ont à se cacher dans les coins. Nous devons célébrer les dons merveilleux que Dieu a donnés aux sœurs et même nous soumettre à ces dons, qu’Il a mis dans leurs cœurs. Mais les sœurs doivent aussi reconnaître l’autorité que Dieu a placée dans l’homme. Ainsi, toutes ces choses sont des affaires de cœur. Tout le Christianisme est une affaire de cœur, pas une affaire de règlement et de loi. Jésus ne nous a pas laissé un ensemble de règles. Il nous a enseigné comment avoir Son cœur. Il nous enseigne de penser comme Il pense. Par conséquent, notre but avec 1 Corinthien 14 et 1 Timothée 2 est d’avoir le cœur qu’Il veut que nous ayons concernant ces affaires. La Bible n’est pas un livre de règles, mais la manière d’acquérir un cœur.

Maintenant d’une manière pratique, comment cela fonctionne-t-il ? Dans une relation entre un homme et une femme, l’homme nourrira, s’occupera et chérira son épouse. Il sacrifiera sa vie pour elle en toutes circonstances, même à devenir un esclave comme Christ l’est devenu pour l’Eglise. En même temps, la femme écoutera attentivement pour la voix de l’homme car c’est son cœur, de la même manière que le cœur de l’Eglise écoute Christ. Le cœur de la femme doit écouter la voix de l’homme et lui répondre. Ce n’est pas une loi, mais c’est la manière dont Jésus veut nous voir vivre dans nos cœurs. Plus l’homme vit de cette façon envers une femme, plus il pourra entendre Dieu. Plus une femme vit de cette façon envers un homme, plus elle pourra entendre Dieu. Les Ecritures disent : « Comment deux peuvent marcher ensemble, à moins qu’ils soient en accord ? »

L’Autorité Nous Rend Libre !

Toutes ces affaires sont très, très importantes. Lorsque toute l’Eglise est assemblée, si nos cœurs et entendements sont justes, alors les hommes seront très respectueux et affectueux envers toutes les femmes (qui ne disparaîtront pas comme les meubles). Les hommes aimeront profondément les dons dans les femmes et ne voudront pas qu’elles ensevelissent leurs talents. Les femmes respecteront les hommes et, comme ils sont dans les assemblées des Saints, comprendront l’autorité des hommes et n’iront jamais au-delà de cette autorité. Paul a dit : « Je ne permets pas aux femmes d’enseigner avec autorité sur les hommes. » Et pourtant elles peuvent offrir leurs dons.

Un exemple pratique : Si une des femmes a quelque chose à dire qui lui brûle le cœur, elle ne doit pas ensevelir son talent. Elle ne doit pas ignorer le don qui est en elle car les hommes ont besoin de ce don. Nous avons désespéramment besoin de tous les dons de Jésus. Alors si une femme a quelque chose à dire qui lui brûle le cœur, elle peut respecter l’autorité des hommes en leur demandant la permission de dire cette chose. Elle devrait, peut-être, se tourner vers son autorité personnelle. S’il y a un homme dans sa vie qui a une autorité spéciale sur sa vie, alors elle devrait, peut-être, se tourner vers lui et lui demander si c’est Ok. Alors peut-être que cet homme devrait demander à l’assemblée si c’est Ok pour la femme de parler. Si l’homme ne pense pas que c’est une bonne idée pour elle de parler ou si l’assemblée ne pense pas que c’est une bonne idée pour elle de parler à ce moment là, alors elle devrait être heureuse de se soumettre. Elle ne devrait pas être contrariée ou en colère. Elle ne devrait pas dire : « Eh bien, je ne partagerai jamais plus rien. »

C’est comme cela que la femme peut être Jésus envers tout le monde, tout en respectant l’autorité de l’homme. L’homme soutire le don, mais la femme ne se pousse pas elle même au sommet. Lorsque vous regardez, ensemble, à tous les enseignements de la Parole de Dieu, ce que vous voyez est que Dieu a un merveilleux cœur envers les femmes. Une femme n’est pas comme une chaise ou une table dans une pièce. Elle est vivante avec Jésus et nous avons beaucoup besoin d’elle. Mais elle doit comprendre l’ordre de Dieu et ne pas être arrogante ou fière. Elle doit être humble pour pouvoir offrir son don. C’est l’ordre des anges, l’ordre de Dieu le Père et de Christ le Fils et l’ordre de l’homme et de la femme. Nous sommes tous un, mais il y a un ordre en Dieu, qui aide à gérer le travail sans à-coup ou tout en douceur. Nous sommes égaux et le don de la femme peut-être même meilleur que celui de son mari, mais Dieu l’a fait homme et ainsi il y a de l’ordre. Peut-être qu’il ne mérite pas d’avoir cette place d’autorité. Mais Dieu choisit les choses que l’on doit honorer, ainsi nous devons travailler ensemble pour soutirer les dons et aimer aussi l’ordre que Dieu nous a donné pour que nous puissions travailler ensemble.

Là où nous vivons, nous avons des femmes très, très douées. L’Eglise là-bas a été bénie par plusieurs femmes qui sont très, très fortes en Jésus. Elles vous diront toutes la même chose sur le fonctionnement de l’Ordre Divin - cela ne les contraint nullement ; cela les rend libres. Il y a une grande liberté en offrant leurs dons, plutôt que de juste prendre l’autorité. Cela est une chose très précieuse d’être en soumission. Les femmes vous diront que cela les a libérées et que cela les faisaient chanter à l’intérieur de leurs cœurs, pour offrir leurs dons plutôt que de prendre. Aussi, bien que nous ne désirions pas enfoncer les dons, ces dons viennent comme une offrande de la part des femmes et cela est vrai dans les maisons ou dans l’assemblée des Saints. C’est un cœur qui est précieux à Jésus - un cœur qu’Il bénira.

Vous vous rappelez quand Jésus parla au Centurion, le garde Romain ? Il a dit à cet homme qu’en lui, Il voyait une plus grande foi que dans tout Israël. La plus grande foi que Jésus a vue, était dans un homme qui disait qu’il connaissait comment être sous l’autorité et comment avoir de l’autorité. Le garde Romain a dit qu’il disait à son serviteur : « va » et il allait. Il disait à un autre serviteur : « viens » et il venait. Il a dit que lui aussi savait respecter l’autorité et être sous l’autorité. Jésus a dit que c’était un homme d’une grande foi qu’Il n’avait jamais encore rencontré, car il savait répondre à l’autorité. C’était quelque chose qui le libérait, non pas quelque chose qui le contraignait ou le comprimait.

Lorsque Christ est Chef de l’homme, l’homme est libéré. Jésus a dit que si nous ne sommes pas Ses esclaves, nous sommes esclaves du péché. Quand nous choisissons de ne pas laisser Jésus être notre Maître, le péché devient notre maître. Mais lorsque le Fils nous libère, nous sommes vraiment libres. Ressentez-vous ces choses dans votre cœur ? Quand vous obéissez à Jésus, êtes-vous libres ? Quand vous n’obéissez pas à Jésus, êtes-vous sales à l’intérieur ?

La même chose est vraie entre un homme et une femme. Lorsque nous répondons à l’Ordre de Dieu, nous ne sommes pas esclaves ; nous sommes libres. Mais quand nous ne répondons pas, nous devenons esclaves aux mauvaises choses. Une femme qui n’est pas sous une autorité avec foi, se sentira sale à l’intérieur. Elle sera frustrée et confuse. Dieu donne l’Ordre et l’autorité dans la famille ainsi que dans l’Eglise - non pas pour que quelqu’un se croit meilleur/supérieur à un autre ou dise aux autres quoi faire et de les commander ici et là. Il donne de l’ordre et de l’autorité pour que nous soyons tous libérés dans l’amour et dans l’ordre de Dieu.

Parler au Père en tant que Famille

Nous parlons d’une façon de vivre, non pas d’une façon d’avoir des réunions. Les réponses aux questions pratiques sont plus faciles qu’elles ont en l’air à leur premier abord. Plus nous devenons une famille en vraie, plus les choses commencent à devenir logiques. La plupart des gens sont coincés entre être une famille et être une organisation religieuse. Plusieurs groupes de gens sont totalement seulement une organisation religieuse. D’autres sont quelque part tiraillés entre être une organisation religieuse et une famille. Mais, comme Dieu amène Son Eglise de plus en plus à devenir une Famille, alors de plus en plus de choses commencent à être plus compréhensive. Parce que nous nous aimons tellement, nous partageons chaque partie de nos vies avec les uns et les autres chaque jour. Maintenant ce n’est plus au sujet de réunions. Plutôt, parce que nos vies sont tellement entrelacées ensemble quotidiennement, les hommes savent comment traiter les femmes et les femmes savent comment traiter les hommes. Si nous savons le faire à la maison et dans les rues, nous saurons le faire dans les réunions.

En toutes choses, nous devons reconnaître l’Ordre de Dieu, mais nous ne devons pas aussi éteindre l’Esprit. Nous devons reconnaître l’Ordre, mais nous ne devons pas ensevelir nos talents. Alors, si tous les Saints sont ensemble et que Dieu me met une prière dans mon cœur, étant homme je peux demander si cela est Ok pour moi de prier. Si je suis une femme, je pourrais probablement demander à un homme si c’est Ok pour moi de prier et il pourrait demander à l’assemblée : « Est-ce Ok si cette femme prie ? » Si cet homme et l’assemblée pensent que c’est Ok, alors elle est sous autorité. Elle est couverte par l’autorité si nous lui demandons de le faire. Si, au contraire, elle décide juste de le faire, alors elle pourrait être en dehors de l’ordre. Mais si nous voulons tous qu’elle prie car elle est notre chère sœur, alors elle est sous l’autorité et à ce moment là c’est Ok. Ces choses sont vraies.

Nous devons comprendre quelque chose sur la prière. Le mot « prière » semble être très religieux à nos oreilles. En devenant de plus en plus une Famille, alors la façon dont nous travaillons ensemble devient plus claire dans les réunions. Dans la fausse religion, « les gens disent leurs prières. » Dans le Christianisme de Jésus, nous avons une relation intime avec notre cher Père. Alors, qu’est-ce « qu’une réunion de prières ? » Je ne suis plus sûr ce qu’est « une réunion de prière. » Je sais ce que c’est d’avoir la Famille de Dieu réunie ensemble. Je sais ce que c’est d’avoir la Famille de Dieu réunie ensemble, parler à leur Père de temps à autre. Mais je ne suis pas sûr ce qu’est une « réunion de prière » dans le Christianisme ? L’une est religieuse, l’autre est une question de relation.

Nous ne « disons pas nos prières, » nous parlons à notre Père - exactement comme un jeune enfant parlerait à son papa. Est-ce qu’un jeune enfant à une réunion de prière avec son papa ou aime-t-il juste parler à son papa ? A-t-il besoin d’une réunion pour lui parler ou peut-il juste parler à son papa car il l’aime ? Eh bien, qu’est-ce qui arrive, si tous les petits enfants de Dieu sont dans la même pièce et qu’ils veulent parler au Père ? Cela ne serait pas une réunion de prière. Cela serait une famille étant une famille avec leur Père. Alors maintenant, vous pouvez voir comment la prière en commun fonctionne. A vrai dire, cela ne fonctionne pas ! Ce qu’on peut faire est : si un frère aime Papa et veut lui dire cela, lorsqu’il a terminé, je dis : « Mon tour, mon tour, je veux aussi parler à Papa ! » C’est comme cela que nous prions ensemble. C’est comme cela que nous parlons à Dieu ensemble, alors que Dieu stimule nos cœurs. Une sœur spéciale peut demander à un homme : « Est-ce Ok si je parle à Papa maintenant ? » Et alors, elle est toujours dans l’Ordre, car l’homme a autorité sur elle. Mais elle a toujours la liberté de parler à Papa si elle a travaillé à cela. C’est comme cela que l’on peut-être avec l’enseignement, les prières, les cantiques et avec toutes autres chose parce que nous sommes une famille ensemble avec notre Papa.

Nous voulons continuer à jeter dehors tout ce qui est traditions et religion et être juste des enfants simples avec les uns et les autres. Nous voulons être des enfants affectueux avec les uns et les autres et avec notre Papa chaque jour. Les réunions prennent soin d’eux-mêmes, car nous sommes une famille tout le temps. Nous parlons à Papa ensemble tout le temps. Nous apportons les enseignements de Jésus à l’un et à l’autre tout le temps. Si cela arrive que nous soyons tous dans la même pièce, c’est formidable. Mais cela n’est en rien différent, lorsque nous sommes dehors 30 minutes plus tard.

Une Question sur les Femmes

Questions : Mais la Bible dit que lorsque nous prions, les hommes lèvent leurs mains, mais les femmes ne le font pas. Alors les femmes peuvent-elles lever aussi leurs mains ? Est-ce correct ?

Bonne question. 1 Timothée 2:8 à 9 dit : « Je veux donc que les hommes prient en tout lieu, en élevant des mains pures, sans colère ni contestation. De même aussi, que les femmes, vêtues d’une manière décente, avec pudeur et modestie, se parent, non pas de tresses ou d’or ou de perles ou de toilettes somptueuses… »

Il a dit : « Je veux que les hommes en tout lieu élèvent des mains pures en priant…Je veux aussi les femmes vêtues d’une manière modeste… » Cela veut-il dire que les hommes ne devraient pas s’habiller aussi modestement ? Et il n’a pas dit : « Les femmes ne devraient pas élever leurs mains en prières. » Il n’a pas dit : « Les hommes ne devraient pas s’habiller modestement. » Les hommes doivent s’habiller modestement. Les femmes doivent s’habiller modestement. Si l’homme élève une main, il doit élever une main pure. Le mot clé est « pure. » Il devrait élever une main qui est consacrée à Dieu et qui veut servir Dieu. A moins qu’une femme transgresse l’autorité, si elle a une main qui veut servir Dieu, cela pourrait être Ok pour elle de l’élever. Dieu n’a pas dit que les hommes devraient s’habiller modestement, même s’Il l’a adressé qu’aux femmes. Dieu n’a pas dit que les femmes ne devraient pas élever les mains en prière ; alors peut-être que c’est Ok si elles ont les mains pures, comme c’est Ok pour les hommes de s’habiller modestement.

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon