Comprendre ce que dit l'Apôtre sur les Femmes dans les Rassemblements

20/2/1980

Une soirée ensemble mi-1980

Les pensées qui suivent ont été écrites il y a environ vingt ans. C’était lorsque la première Poignée de Saints dans cette ville recherchait, en premier lieu, le Cœur du Père, pour savoir ce que sont réellement un Chrétien et une Eglise, selon Son Serment et Sa Parole. Beaucoup d’entre nous ont témoigné, lorsque nous étions « leaders » ou pas, sur les contradictions massives, les hypocrisies, les attitudes commerciales de ventes, les péchés du mensonge pur et simple et les divisions « balayés sous la moquette », que cela soient dans les institutions ou les « églises de maison », qui ne sont généralement pas différentes et pas meilleures. Sachez que « Dieu ne fait pas de camelote », et que, s’IL fait le Travail, alors « les portes de l’enfer ne pourront pas dominer » comme elles le font dans les environnements susmentionnés. Nous n’étions PAS intéressés de tomber dans les mêmes pièges et les mêmes chemins qui ont donné un tel fruit pathétique durant ces dernières années. SON Eglise, par Sa Parole, écrasera les murs de l’enfer Elle-même, plutôt que de « se conformer aux modèles de ce monde » et de perdre les adolescents(es) et les mariages, ainsi perpétuer l’enfance spirituelle de tant d’hommes. Comme Esaïe prophétisa sur le maudit et rebelle Israël de Ses jours : « les femmes et les enfants règneront sur toi » lorsque J’enlèverai toutes les onctions et tous les dons des hommes, et vous direz : « vous avez un manteau, vous êtes riche et un bon homme d’affaires—soyez notre leader ». Un commentaire triste, et infiniment applicable de nos jours. Nous ne voulions PLUS de ces absurdités portant le Nom de Jésus, mais contredisant tout à Son sujet. Chanter plus fort ou avoir « un meilleur orchestre » ou « sermon » ou « bâtiment » ou « programme » ; ou d’être «  plus décontracté et avoir plus de gens ayant le droit de parler », n’a JAMAIS résolu la RACINE des Questions de la mort Spirituelle de la plupart des « groupes », causé par le levain, la tiédeur, les schismes et les hiérarchies non Biblique.

Ayant le cœur à ne pas répéter le mal et l’histoire au levain de la plupart des derniers 19 siècles, nous adresserons un sujet qui a eu besoin d’être adressé il y a vingt ans, comme nous cherchions notre prise de pied dans beaucoup de domaines de la Vie. Un « sujet »—« Le Rôle de la Femme dans l’Eglise »—nous l’avons observé, a causé beaucoup de consternation dans bien des pays. En raison de certains endroits où la « culture » est défectueuse en humiliant les femmes dans la société en général (et qui est passée incorrectement dans la Culture de Dieu), les femmes, donc, sont traitées comme « des citoyens de seconde classe » et un « système de castes » les dérobent de leurs Légitimes héritages et ainsi dérobent le Corps de Jésus de leurs Dons. Dans d’autres endroits, généralement dans l’Ouest, nous avons remarqué l’ego associé à la culture de la « libération de la femme », qui a inexactement et de manière non Biblique réagi de manière exagérée à leur « humiliation », en essayant de rationaliser et d’excuser beaucoup d’Ecritures, jouant avec des études de Grec et d’Hébreux pour tenter de construire un empire qui est, à la fin, pas du tout originaire de Dieu. Il n’y a AUCUN doute que notre Père a un Plan distinct, mais de rôles égaux pour les hommes et les femmes, aussi sûrement que l’homme a été créé de la poussière et la femme de la côte de l’homme. Et SI nous continuons à nous « agiter/protester » contre le Plan de Dieu, nous trompant dans l’une ou l’autre direction, nous n’avons pas plus d’espoir de voir les Chemins de Dieu se matérialiser dans Son Epouse de manière visible et journalière pour devenir « un joug Egal pour le Fils » que de juste roupiller à l’arrière d’un « banc » d’une institution. En fait, le « banc » serait beaucoup moins douloureux que la plupart des situations, (soit disant « plus organiques ») le seraient, si l’ego et la pseudo érudition (masquant le préjudice et l’agenda) déchiraient de part en part un groupe de Croyants, déclamant leurs « théories » du « rôle des femmes » ou de « l’eschatologie » ou de « l’évangélisme » ou blablabla. Il y a BEAUCOUP plus de sécurité sur le « banc » que de traverser ces absurdités.

En vingt ans, avec un large nombre de gens venant de divers milieux sociaux (incluant beaucoup d’ex-séminaristes et d’ex-pasteurs et ceux avec « quelque chose à perdre »)… nous n’avons jamais eu une « division/séparation » ou même une impasse sur des thèmes comme celui-ci. Nous avons besoin de dire cela, parce que satan a conditionné presque tout le monde à « espérer le pire » et à citer ses ténèbres absolues de « s’épanouir là où on est planté » et « de travailler de l’intérieur » et « de se mettre d’accord pour ne pas être d’accord »—plutôt que d’ESPERER que 100% de ceux qui portent le Nom de Jésus ont « l’unité de la Foi » et « la pleine connaissance du Fils de Dieu » et ne sont « plus jamais enfants, ballottés de droite à gauche ». Cela n’a pas seulement été prouvé POSSIBLE, mais est MANDATAIRE de Dieu. Soit c’est cela, ou c’est rien. N’acceptez aucun contrefait de Sa Grâce et Sagesse. Aujourd’hui les contrefaçons sont tellement faciles d’accès et franchisées, nés des techniques, des personnalités et d’ambitions humaines. Vous finirez par regretter de faire partie de quelque chose comme ça, et d’être tenté de baisser votre Vision de ce que DIEU recherche : « l’Epouse qui s’est préparée elle-même » pour le Retour de son Epoux.

Laissez-LE l’Ecrire Sur Votre Cœur

De regarder aux responsabilités et aux limites que les femmes ont à l’intérieur d’une assemblée de croyants, a été une chose qui nous fendit le cœur. Cela nous a fendu le cœur parce que c’est trop facile pour l’homme de s’ensevelir dans les études de la Parole en Latin et en Grec, et ensuite commencer à approcher Dieu sur la base de son intellect, plutôt que sur la réalité de sa relation avec Lui. Je n’aurais peut-être pas votre anniversaire mémorisé, je ne connais sûrement pas votre poids, je ne connais pas à coup sûr votre code DNA, mais si je vous connais, alors j’ai une relation. Je n’ai pas à vous mettre sous un microscope pour avoir une relation. Cependant, si je vous mets sous un microscope et malgré tout n’ai pas de relation, alors il n’y a rien de bon à avoir dans cette situation. Il y a quelque chose au sujet du Royaume de Dieu qui est « ni ici non plus là-bas ». C’est dans votre for intérieur. Il y a quelque chose au sujet du Royaume de Dieu qui n’est plus écrit sur des tablettes de pierres, mais « JE l’écrirai sur vos cœurs », dit le Seigneur dans Jérémie 31.

« JE soufflerai Mon Esprit sur vous », est le parallèle d’Ezéchiel à Jérémie 31. « JE soufflerai Mon Esprit sur vous et vous aurez la Vie. Les os desséchés seront mis ensemble avec un bruit métallique, et ensuite le vent de Dieu soufflera sur vous, et vous serez une vaste armée pour Mon Nom ». Lorsque nous enlevons l’attention de la Vie (avec un V majuscule), pour juste des choses au sujet de Dieu, alors il y a un grand risque impliqué.

Les Ecritures disent : « Regardez votre vie et votre doctrine étroitement ». Paul continue à dire que l’aboutissement de cela est que c’est nécessaire de regarder simultanément à votre vie et à votre doctrine, pour que vous puissiez vous sauver ainsi que ceux qui vous écoutent. Les Ecritures sont capables de nous rendre sages pour le salut. Il n’est pas question de douter que toutes les Ecritures soient inspirées de Dieu, et au-dessus de cela, la Parole était avec Dieu, la Parole était Dieu. De dire que les Ecritures ne sont pas importantes, et que ces genres de choses sont hors de propos, est de se mettre réellement dans une position dangereuse parce que c’est un hublot dans le cœur de Dieu. Si nous étudions le hublot plutôt que le Dieu qui est de l’autre côté du hublot, nous souffrirons d’énorme perte. Mais si nous pouvons voir que le hublot de Dieu est Sa Parole, alors nous trouverons que c’est le conduit de la Réalité en vivant la Vie qui est « sur terre comme c’est aux Cieux ».

Quand nous voyons ce qu’il y a dans les Cieux, lorsque nous voyons ce que la Parole de Dieu dit, quand nous voyons ce que Dieu possédait de plus précieux dans Son cœur avant qu’IL inventa le temps dans l’univers, et quand nous progressons de plus en plus profondément dans la Vérité de cette Parole, alors nous avons accès à Son cœur et à Son entendement. Cependant, il y a une distincte possibilité, comme Jésus l’a fait remarquer à un Pharisien, que nous pouvons diligemment étudier les Ecritures pensant que par eux nous aurons quelques mérites. Nous pensons que nous avons quelque standing/réputation devant Dieu basé seulement sur les Ecritures. Jésus a dit que ce n’est pas cela. « Vous êtes les enfants de satan, votre père est le diable », était dit à ces Juifs qui « croyaient en Lui », aux Juifs qui croyaient qu’ils pourraient avoir la Vie Eternelle par les Ecritures et par « l’église qu’ils fréquentaient ». Jésus a dit que ce n’était pas ainsi.

L’Esprit du Christ à l’Intérieur

En essayant de comprendre, quelle est donc la bonne approche ? Je pense que Pierre nous donne une bonne indication de cela, lorsqu’il parla des saints prophètes, les hommes de Dieu du passé, qui aussi étudièrent diligemment les Ecritures. Mais, il est dit qu’ils étudièrent les Ecritures pour trouver ce que « l’Esprit du Christ à l’intérieur d’eux-mêmes leur indiquait ». Maintenant, vous pouvez voir la différence entre Jean 5, 6 et 7 où Jésus s’occupait des Pharisiens, et entre 1 Pierre 1 où Pierre parle des prophètes de Dieu. Vous pouvez voir que les deux parlent « d’étudier diligemment les Ecritures », et pourtant l’un était totalement faux, pendant que l’autre était très admirable et noble à la vue de Dieu. L’un avait zéro bénéfice—même s’ils étaient des érudits Bibliques. L’autre avait des bénédictions infinies/illimitées. Si vous pouvez ressentir la différence entre les deux, alors nous pouvons continuer. Si vous ne pouvez pas voir la différence, alors cela vous rendra absolument confus. Même si vous comprenez toutes les paroles qui sont dites, votre cœur sera très lourd, et vous ne trouverez pas la Vie.

Nous étudions diligemment les Ecritures pour trouver ce que l’Esprit du Christ à l’intérieur de nous veut nous faire voir. Le Royaume n’est ni ici ni là-bas ; c’est dans votre for intérieur (Luc 17). C’est la nature de la nouvelle alliance. « Plus de tablettes en pierre, plus de reliure en cuir, mais JE l’écrirai sur votre cœur » (Jérémie 31). « Il y a une onction sur vous qui est réel et n’est pas une contrefaçon » (1 Jean 2 :27). C’est une définition du Nouveau Covenant écrite en 95 ou 96 après J-C, bien après la chute de Jérusalem en 70 après J-C. Après vingt cinq bonnes années, nous trouvâmes que le Nouveau Covenant consistait de l’onction qui est à l’intérieur. Soyez sûr de vous rappelez de ceci en allant de l’avant, et peut-être que cela s’avérera précieux.

« Femmes silencieuses dans l’Eglise ? » La première chose que j’aimerais dire au sujet de ce titre est que quiconque qui estime la Parole de Dieu et veut connaître la vraie expression du Royaume de Dieu » sur la terre comme au Ciel », doit se poser cette question. Je ne sais justement pas comment contourner cette question parce qu’il y a des Ecritures très proéminentes qui montrent comment les hommes et les femmes établirent des rapports avec l’un l’autre parmi le peuple de Dieu. Et je ne sais pas comment n’importe quelle honnête personne peut essayer de décider ce qu’est le Royaume de Dieu et de totalement passer sur ce point. Cette question n’a pas seulement été posée beaucoup de fois, et à divers endroits, mais doit être posée par chaque personne qui dans le futur se soucie de ce que pense Dieu au sujet de Son Eglise. Elle doit être posée. Cela doit être résolue. C’est pourquoi je me suis décidé de m’y mettre, même si, comme je le disais, mon cœur était assez lourd de le faire, car je sais que cela peut être abusé. Je sais que cela peut être tourné en credo et en quelque chose d’extérieur plutôt que la Vie.

Une Cheville Quarrée dans un Trou Rond

La référence que je fais ici est le fait que beaucoup de fois nous essayons de comprendre ce que disent les Ecritures au sujet d’un certain sujet, quand nous n’avons pas réellement un cadre pour même prendre une décision sur ce que disent les Ecritures à ce propos. C’est comme si toute notre vie nous vivions dans un puits, et essayions de décrire un arc-en-ciel. Ou que nous étions totalement sourds de naissance et essayions de décrire une symphonie à quelqu’un. Vous ne pouvez tout simplement pas le faire. Vous n’avez pas le cadre de référence pour être capable de décrire ce qu’il arrive. Beaucoup de questions que nous avons dans les Ecritures au sujet de la nature de l’Eglise du Nouveau Testament sont purement et simplement parce que nous avons vécu dans un trou dans le sol, et que nous n’étions pas là lorsqu’ils y étaient. Nous ne vivons pas le genre de Christianisme qu’ils vivaient, donc nous devons utiliser notre entendement pour essayer de forcer les Ecritures à travers notre petite moule à pâte à modeler pour que ça ressemble à ce que nous avons autour de nous. Nous disons : « Nous vivons la Vérité. Maintenant, comment allons-nous décrire à partir des Ecritures, ce que nous sommes entrain de faire ? » Nous essayons de trouver un chemin pour défendre ce que nous sommes déjà entrain de faire, plutôt que de revenir aux Ecritures et de dire : « Qu’est-ce que le Christianisme ?…Commençons ici, et soyons ces gens, et partons du même principe qu’eux…Vivons les mêmes relations qu’ils ont vécu avec les uns les autres et avec Dieu, et ensuite voyons ce que nous avons. »

Beaucoup d’Ecritures m’ont été largement plus significative en marchant de cette manière et en décidant de ne pas m’inquiéter au sujet de ce que pensent les hommes. Je décidai de ne pas m’inquiéter au sujet de ce qu’on m’a toujours dit lorsque je grandis dans « l’église où j’allai » et me demandai juste : « Qu’est-ce que les Ecritures disent purement et simplement ? » Qui était ces gens ? Quel genre de relation avaient-ils entre eux ? Quel genre de relation avaient-ils avec le Père, le Fils et le Saint-Esprit ? Si nous revenons à la case départ, et que nous y regardions à partir de ce point de référence, alors beaucoup de choses deviennent plus compréhensibles.

1 Corinthiens 5

Récemment, dans une autre ville, nous parlions de 1 Corinthiens 5 et comment que c’est une indication tellement claire que, globalement, le monde religieux n’a aucune idée de ce qu’est l’Eglise, et, en conséquence, est totalement incapable de comprendre beaucoup d’Ecritures. Par exemple, dans 1 Corinthiens 5, il est dit d’enlever le vieux levain parmi vous (parlant de quelqu’un attrapé dans l’immoralité avec sa belle-mère), et Paul continue, disant qu’il voulait que tous les calomniateurs, tous les grognons/critiqueurs, tous les idolâtres, tous les cupides et tous les immoraux sexuels quittent l’Eglise, et que personne ne mange avec une telle personne. « Expulsez les méchants parmi vous ». Il voulait tous ces gens dehors, pour qu’ils puissent être une pâte pure comme ils le sont actuellement.

Maintenant, dans le cadre du système d’église existant aujourd’hui dans le monde entier (choisissez votre dénomination ou ‘non dénomination’), ce que vous trouverez est que 1 Corinthiens 5 dans le cadre de référence de la plupart des gens est absolument impossible à garder. Ils vont regarder à 1 Corinthiens 5 et dirent : « Eh bien, nous ne pouvons pas mettre dehors tous les calomniateurs, car nous ne saurons pas s’il restera des personnes ! De toute façon, nous ne saurions pas le reconnaître si on en voyait un, et sûrement que cela serait terriblement dur et cruel de faire une telle chose. Donc, nous n’osons pas obéir aux Ecritures ». Si nous n’allons pas obéir 1 Corinthiens 5, alors on peut aussi bien oublier Actes 2 :38, Jean 3 :16 et tout le reste, aussi. Vous ne pouvez pas jeter la Parole de Dieu et toujours prétendre être l’Eglise du Dieu Vivant.

Dans 1 Corinthiens 5, c’est écrit qu’il voulait tous les idolâtres, tous les calomniateurs, tous les grognons/critiqueurs, tous les avides, et tous les immoraux—jusqu’au dernier—hors de l’Eglise. Pas ceux qui ne prétendent pas d’être des frères, mais jusqu’au dernier, ceux qui prétendent d’être des frères, devaient sortir d’Elle. Nous devons les expulser. Le but, évidemment, est que leurs âmes seraient en fin de compte sauvées par la douleur et l’agonie d’être loin de leur source de Vie—loin des gens dont ils savaient qu’ils étaient prêts à mourir pour eux, à tout moment. L’agonie de ceci causerait leur repentir. C’est la méthode de DIEU. Jésus Lui-même en parle aussi dans Mat 18.

Le point est le suivant : Si nous prétendons être l’Eglise de Jésus Christ, mais que c’est impossible de pratiquer 1 Corinthiens 5 (nous devons la jeter par la fenêtre et l’oublier), si cela est vrai, alors nous ne sommes pas réellement l’Eglise. Nous partons d’un mauvais cadre. Nous essayons d’enfoncer une cheville carrée dans un trou rond. Vous avez une cheville carrée dans 1 Corinthiens 5 et un trou rond du système religieux d’aujourd’hui, et il n’y a aucune chance pour que cela aille. Cela ne peut pas s’ajuster. Si cela est impossible pour nous de gérer 1 Corinthiens 5, alors nous ne sommes pas l’Eglise à laquelle Paul écrivait ces lettres, et que les Saintes Ecritures mentionnent. Nous faisons quelque chose de totalement faux si nous ne pouvons pas gérer la calomnie. Si nous ne pouvons pas reconnaître une personne avide ou cupide parce que tout le monde dit : « Nous ne pouvons pas juger… », alors nous ne sommes pas l’Eglise de Jésus. S’il n’y a pas assez de relations pour reconnaître qui est avide ou cupide, pour reconnaître celui qui a une mauvaise attitude, pour reconnaître celui ou celle qui est immoral dans leur entendement ou dans leur vie… si nous ne sommes pas assez proche ou intime pour être capable d’obéir à cette Ecriture avec l’un l’autre, alors nous ne sommes pas l’Eglise de Jésus Christ. Nous sommes peut-être des Chrétiens, mais nous ne sommes pas de l’Eglise de Jésus. Encore une fois, j’ai besoin de préciser ce point, parce que la raison pour laquelle beaucoup de ces Ecritures, au sujet des femmes, sont tellement difficiles, est parce que nous essayons d’enfoncer une cheville quarrée dans un trou rond.

Un autre exemple est au sujet du  » culte ». Rien dans les Ecritures montrent que « l’étude biblique » à 9 h du matin et « le culte » à 10 h du matin a quelque chose à voir avec le Christianisme. Ce n’est pas du tout similaire à quoique ce soit que nous lisons à ce sujet dans la Bible. Si nous allons essayer de comprendre ce que les femmes sont permises de faire dans les « études bibliques », et ce que les femmes sont permises de faire dans les « services de culte », lorsque cela n’existe pas dans les Ecritures ; alors pourquoi lisons-nous les Ecritures pour trouver une solution dans une situation où elles n’y étaient jamais? Si vous essayer de trouver comment être un Chrétien du Nouveau Testament, vous ne pouvez pas vivre dans un trou dans le sol. Vous ne pouvez pas être aveugle et essayer de décrire un arc-en-ciel, et vous ne pouvez pas trouver le rôle des femmes dans l’Eglise du Nouveau Testament lorsque vous n’êtes pas une Eglise du Nouveau Testament. Si vous essayer d’ajuster les Ecritures dans la tradition des hommes (« étude biblique » de 9h à 10h et « culte » de 10h à 11h), alors il faudrait mieux que vous quittiez tout, car cela ne va pas marcher.

L’embauche de Prédicateurs contre le Leadership de Dieu

Personne (au moins personne prétendant avoir une intelligence Biblique) ne prétend embaucher et virer des prédicateurs, parce que chacun sait que ce concept est totalement étranger au Nouveau Testament. En fait, c’est une abomination d’avoir un entretien, d’avoir une période d’essaie, d’embaucher et de renvoyer des soi-disant prédicateurs. Ceci est absolument une abomination et totalement non Biblique et n’a rien à voir avec le Christianisme Biblique.

Ici est le point : Comment allons-nous être capable de fonctionner dans quelque chose comme 1 Corinthiens 14 : « Chacun apporte une parole d’instruction, une chanson… » quand nous avons embauché une personne ecclésiastique, « un pasteur », ou un « ministre » ? Vous lui payez un salaire, lui donnez trois ou cinq semaines de vacances, une allocation de voiture et de maison (en avantage nature), ainsi que différentes primes; et peut-être aussi des stock-options et nous appelons ‘ça’ le Christianisme. Nous nous dirigeons vers beaucoup d’ennuis ou de difficultés lorsque nous essayons de vivre 1 Corinthiens 14, qui est, en passant, un des passages primordiaux au sujet des femmes. Si vous continuez d’embaucher et de renvoyer des « prédicateurs » et d’avoir une mentalité d’IBM de la religion (ce n’est franchement pas dans la Bible), vous feriez mieux d’oublier la compréhension du rôle de le femme, car c’est dans le même chapitre, et ce chapitre ne s’applique PAS si nous n’allons pas vivre dans le Christianisme du Nouveau Testament que vous lisez dans le livre des Actes.

Est-ce que les hommes de Dieu ont droit de recevoir des cadeaux donnés avec amour, même des cadeaux matériels faits avec amour, de la part de ceux qui ont eu leurs vies changées ? Absolument ! Galates 6 :6 dit : « Celui qui reçoit de l’instruction dans la Parole, devrait partager toutes les bonnes choses avec celui qui l’enseigne ». Mais, c’est une chose très organique. Cela a à voir avec l’amour et la liberté, et non pas de salaires et de stock-options. Pas d’embauche et de renvoie, mais honorez les hommes parmi vous qui travaillent dans le Seigneur…qui montrent le cœur du Seigneur…qui propagent la Parole du Seigneur dans le Royaume de Dieu. C’est au sujet de les honorer et de les libérer du service des tables pour qu’ils puissent être pleinement consacrés à la prière et au service de la Parole. C’est une chose organique—non pas une position extérieure, pas une embauche. La Bible, dans Jean 10, parle très pauvrement des embauches. Je n’encouragerai personne à faire cela.

Mais j’ai besoin de dire tout cela parce que si nous essayons de comprendre le rôle des femmes dans l’Eglise du Nouveau Testament, et si nous l’examinons en terme d’un système de : deux chansons, une prière, un « sermon », la Sainte Cène, la collecte/passage du panier, et « l’Amen » final et puis tout le monde rentre à la maison, alors on pourrait tout aussi bien regarder autre part que dans les Ecritures pour la réponse. Si c’est de cette base que nous recherchons la réponse, même si cette idée est totalement étrangère aux Ecritures, et si nous essayons de comprendre ce que les femmes sont supposées de faire dans cet environnement, alors nous devrions regarder ailleurs pour la réponse, car les Ecritures ne s’adressent à aucun autre environnement que le Christianisme Biblique du Nouveau Testament.

Les Ecritures ne disent pas aux Gentils ce qu’ils doivent faire à des réunions d’Alcooliques Anonymes (AA) ou de Rotary Club. Les Ecritures ne s’adressent pas aux réunions. Les Ecritures s’adressent au Royaume de Dieu. Nous ferions bien de rejeter les choses faites par les hommes. Sinon, nous allons avoir des problèmes, en essayant de comprendre comment appliquer les Ecritures. Elles vont avoir l’air de se contredire. Comme dans 1 Corinthiens 5 (si vous n’écoutez plus rien d’autres de ce que j’ai à dire sur ce sujet), si l’église dont vous faites partie ne peut pas effectivement appliquer 1 Corinthiens dans son exactitude, alors vous avez besoin de changer entièrement votre assemblée. Du ‘plus petit au plus grand’, elle a besoin d’être totalement déracinée, arrachée, détruite et vaincue, afin que Dieu puisse être capable de planter quelque chose qui ressemble à Actes 2 et à ce qui suit…. Si vous ne pouvez pas appliquer 1 Corinthiens 5 dans l’honnêteté de votre cœur, parce que vous ne savez pas comment gérer avec le calomniateur (et vous ne pourriez pas le reconnaître si vous en voyez un), alors vous avez un problème sur vos mains. Si vous ne savez pas, ce qu’est un avide/cupide parce qu’après tout, tout le monde a des possessions matérielles, et comment supposerons-nous le reconnaître…s’il n’y a aucun moyen de connaître ce qui se passe, alors ce n’est PAS l’Eglise pour laquelle Jésus mourut. Et si ce n’est pas l’Eglise à laquelle Il écrivit dans les Ecritures, vous feriez bien d’oublier d’essayer de comprendre ce qu’est le rôle des femmes.

Définir Des Termes

Voici des termes que vous avez besoin de comprendre si nous allons regarder à ce que dit la Bible.

« Silencieux (se) » / « Silence »

a) « hesuchia » : tranquille, pas inquiété

1Timothy 2 :11-12—Ce mot est deux fois dans ces versets et lorsque vous les lisez, observez ce mot silencieux (se) ou silence (ou d’autres traductions qui disent ‘en paix’ ou ‘paisiblement’). Le mot est « hesuchia » et cela veut dire tranquille ou pas inquiété. Cela ne veut pas dire le silence total. Cela ne veut pas dire le silence froid, mais veut dire tranquille et non inquiété.

1Timothy 2 :2 ; 1 Pierre 3 :4 ; Luc 23 :56—dans ces versets, c’est rendu tranquille ou paisible, et c’est exactement le même mot dans le Grec : se reposer/repos.

1Thessaloniciens 4 :11 ; Actes 21 :14—« Nous nous tûmes, disant : ‘ Que la volonté du Seigneur soit faite’ ». Expliquez cela ! « Nous nous tûmes, disant : « Que la volonté du Seigneur soit faite » ». C’est le mot, c’est exactement le même mot, « hesuchia ». Nous le disons pendant que nous sommes silencieux. En d’autres mots, cela ne veut pas dire silence. Cela veut dire que nous nous reposions. Dans nos cœurs, nous étions paisibles et tranquilles et nous disions ok. En d’autres mots, nous nous soumettions ou acceptions. Je pense qu’une autre version dit quelque chose de similaire à cela : «  Nous n’avions plus insisté ». C’est le même mot dans le Grec.

b) « sigao » : garder le silence/se taire, se cacher, inexprimé

1 Corinthiens 14 :34-35—Encore une fois le mot est sigao, qui veut dire garder le silence, de se cacher, inexprimé.

Romains 16 :25—Parle des mystères de Dieu qui étaient gardés cacher. Ils étaient gardés dans le silence, si vous voulez. Ils étaient cachés.

Actes 12 :17 ; Actes 15 :12 ; Luc 9 :36—Il est dit qu’ils se turent. Ils gardèrent le silence. Cela pourrait être interprété par le silence absolu. Encore une fois, ce n’est pas une chose certaine, mais cela penche définitivement beaucoup plus dans cette direction que le premier mot. De le garder caché est un présent infinitif à l’opposé de l’infinitif aoriste.

**J’ai hésité de lâcher ces choses sur vous, mais vous avez besoin au moins de savoir qu’il y a des choses sur lesquelles vous pouvez revenir, et que ce n’est pas juste l’imagination de l’homme.

« Enseigne et aie de l’autorité… » (1Tim 2 :9-15)

Présent Infinitif Aoriste Infinitif

Définition : « Dénote Définition : « Indique une condition ou processus ». l’éventuel ou le particulier ».Exemples : 

« pisteuein »—un croyant en une « piteusai »—exercer la foi certaine occasion

« Doleuein »—un esclave service « Doleusai »—Rendre un

« Didaskein »—un enseignant « Didaxai »—Enseigner

a) « Enseigner » est « présent infinitif », comme opposé à « l’aoriste infinitif ».

Une définition du présent infinitif est « indicatif d’une condition ou d’un processus » (Manuel de Grammaire Grec du Nouveau Testament, Dana et Mantey, page.199). L’aoriste infinitif dénote « ce qui est éventuel ou particulier ».

Le mot Grec pisteuein est, « un croyant » et c’est le présent infinitif. Piteusai est « d’exercer la foi dans une occasion donnée ». C’est la même racine, mais l’un est un croyant parce qu’il est toujours un croyant. L’autre indique qu’il exprime la foi sur un instant particulier dans le temps ; il exprime la foi dans une situation particulière, dans une occasion donnée.

Le prochain mot doleuein est un mot pour esclave et c’est un état constant d’être un esclave. La même racine de mot est doleusai, ce qui veut dire « rendre un service ». Donc, il est esclave mais seulement en une occasion particulière. Maintenant vous voyez que c’est important.

Le mot didaskein est « un enseignant ». Didaxai veut dire « enseigner ». Un enseignant, encore, dans le présent infinitif, est quelqu’un qui enseigne toujours. C’est ce qu’ils sont ; ce sont leurs statuts ; ce sont leurs positions. Leurs situations sont celles d’être un enseignant, mais dans l’aoriste infinitif ils enseignent tout simplement. Cela arrive que lorsque vous lisez 1 Timothée 2 dans l’Anglais, cela parait dire : « J’interdis les femmes d’enseigner et d’avoir de l’autorité sur les hommes ». Mais si vous y regardez prudemment, vous réaliserez que c’est dans le présent infinitif, et en fait cela veut dire : « Je ne permets pas les femmes d’avoir le statut ou la position d’enseignante » (i.e., la position continuelle d’une enseignante officielle/autorisée).

b) « Ayez de l’autorité »… « Authentein »—d’exercer de la domination sur, « plein d’assurance/sûr de soi, plein de confiance en soi/confident, conduite ferme » (Usage du 1 siècle A.C.)

Exercer de l’autorité est dans cette même phrase. « J’interdis les femmes d’enseigner et d’avoir de l’autorité sur les hommes ». C’est la seule fois dans le Nouveau testament que ce mot existe (« authentein »), mais nous avons de l’histoire derrière cela. Au premier siècle A.C., le mot était utilisé comme « plein d’assurance/sûr de soi, plein de confiance en soi/confident ou conduite ferme pour exercer de la dominion sur.. ».

La construction aussi bien que le passage indique que la meilleure traduction possible de ce passage serait quelque chose similaire à : « Je ne permets pas à une femme d’avoir un rôle officiel d’enseignante, lui donnant ainsi autorité sur l’homme. Elle doit se maintenir dans une position de tranquillité, de soumission et de paix durant l’enseignement et la discussion de la Parole de Dieu ».

Recherchez bien ces choses et vous trouverez que c’est exactement ce que le présent infinitif veut dire. Lorsque Paul dit : « Je ne permets pas à une femme d’enseigner et d’avoir de l’autorité », ce qu’il dit vraiment est : « Je ne permets pas à une femme d’avoir cette position d’enseignante, lui donnant cette pleine assurance sur l’homme. Elle doit maintenir une position de tranquillité, de soumission et de paix durant l’enseignement et la discussion de la Parole de Dieu ». C’est vraiment important de comprendre cela si ce sujet vous est tellement important. Ce passage doit vous être précieux car c’est un des passages les plus puissants sur ce sujet.

Ordre et Autorité

1 Timothée 2 :9-15

1Timothée 2 :9—« Je veux que les femmes s’habillent modestement, avec pudeur et sobriété/retenue ». Ce mot sobriété/retenue dans le texte Grec est comme une clé et c’est pratiquement le thème de tout ce passage ici, car ce qu’il veut dire réellement est une limitation volontaire de ses propres droits. Si vous comprenez que le cœur que Paul sollicite pour une femme est une soumission volontaire—une limitation volontaire du cadre/domaine de ses droits—alors ce qui s’ensuit sera logique aussi. « Non pas de tresses et d’or, ou de perles, ou de toilettes somptueuses, mais par des bonnes œuvres, ce qui sied à des femmes qui font profession de servir Dieu ».

[Note : Ceci apporte un autre point auquel je voudrais juste toucher brièvement, et c’est quelque chose de l’hypocrisie que j’ai vu, et nous y toucherons encore: Il s’agit d’appliquer légalement certains passages et d’en laisser totalement d’autres qui ne paraissent pas appropriés. En voici un parmi d’autres : Il est dit très clairement, et vous pouvez aller vérifier dans le Grec : « Je ne veux pas que les femmes fassent de leur coiffure un ornement recherché (sophistiquée) ». Mais, je n’ai jamais entendu quiconque me dire, qu’elle ressentait réellement que c’est péché de violer ce très clair enseignement. « Les cheveux (sophistiqués) tressés ou nattés, vous savez, où est le mal à cela ? » Elles vous donneront une explication du pourquoi qu’elles pensent que vous pourriez rejeter ce passage. C’est la même chose avec le lavage des pieds. Jésus a dit : « Maintenant que vous avez vu ce que J’ai fait, maintenant allez et faites-le aussi et vous serez bénis ». Eh bien, nous avons de façon pratique ou commode rejeté celui-ci ; au moins la vaste majorité du monde religieux dit : « Oh, j’ai une bonne explication pourquoi nous n’avons plus besoin d’obéir à cette Ecriture. » Il n’y a pas plus d’accent pour l’un que pour l’autre. Si vous voulez être légaliste, (et en passant : la lettre fait mourir et l’Esprit donne la Vie), alors je m’attends à ce que les cheveux tressés ou nattés (sophistiqués) soient interdits dans votre assemblée et que le lavage des pieds soit obligatoire dans votre assemblée. Je pourrais aussi vous donner une dizaine d’autres exemples. Mon appel est d’éliminer l’hypocrisie et les deux poids, deux mesures.

Combien d’entres vous suivent l’enseignement direct de ne pas inviter d’amis pour dîner, mais plutôt d’inviter les éclopés, les estropiés et les aveugles ? Enseignement clair, mot pour mot sortant de la bouche de Jésus, pas de faille ou de lacune possible. Il n’y a rien de culturel à ce sujet. Il est dit d’arrêter d’inviter vos amis à vos banquets, mais d’inviter les gens qui ne peuvent pas vous payer en retour. Pourquoi alors essayerions-nous légalement de tordre, de contourner et de presser, d’harceler les gens dans notre moule religieux, lorsque nous désobéissons absolument et manifestement à l’enseignement clair de Jésus dans Luc ? Il y a des choses un peu dures à comprendre, mais celle-ci ne l’est pas. Pourquoi ne faisons-nous pas cela avant que nous décidions de vouloir enlever la poussière dans l’œil de notre frère ? Pourquoi ne pas enlever la planche dans le notre ?

Il y avait une chose que Jésus haïssait—et c’était l’hypocrisie. Je m’attends que quelqu’un quelque part veuille en faire une loi, un credo, et légalement appliquer les choses dont nous sommes entrain de parler (ou d’autres versions de choses dont nous parlons), mais je vous défie d’essayer d’enlever une poussière dans l’œil de quiconque sur ce sujet jusqu’à ce que vous arrêtiez d’inviter vos amis au banquet et de commencer à inviter l’éclopé, l’estropié et l’aveugle, comme Jésus l’a clairement dit. C’est le cœur de la question que nous regardons ici, et si nous voulons prendre une approche légale sur ce sujet, nous y sommes tous pour de grands ennuis. Chacun de nous sera dans un sale pétrin si nous essayons de construire un échafaudage pour atteindre Dieu, basé sur des principes légaux.

Et, je serais désolé pour quiconque qui est si naïf et si loin de Dieu, qui attaque les autres ayant des cheveux tressés ou nattés—car il y a un POINT qui a été fait par Dieu, non pas une LOI extérieure qui n’a pas de rapport dans notre siècle présent. Est-ce que cela veut dire que la VERITE est « relative » ? Jamais ! Cela veut simplement dire que le Père veut que nous « ayons les pensées du CHRIST » plutôt que d’être si imprudent et déConnecté pour appliquer aveuglement les choses extérieures, quand c’est le CŒUR de la question qu’IL veut que nous appliquions vigoureusement. Même aujourd’hui, beaucoup qui ne LE connaisse pas « filtre le moucheron et avale le chameau ». J’espère que j’aurais désarmé effectivement quiconque ayant eu une attitude arrogante, pendant que nous regardions à toutes ces choses. Fin de la note : ).]

« Une femme », dans le verset 11 dans 1 Timothée 2, « devrait apprendre en toute tranquillité et en étant entièrement soumise. Je ne permets pas à une femme d’enseigner ou d’avoir de l’autorité sur un homme. Elle doit être silencieuse ». Pourquoi ? « Car Adam était formé en premier, ensuite Eve. Et Adam n’a pas été séduit, c’était la femme qui a été séduite et qui devint une pécheresse. La femme sera sauvée par l’enfantement si elle continue dans la foi, l’amour et la sainteté avec sobriété (retenue) ».

Il y a des gens qui n’aiment particulièrement pas le raisonnement de Paul… « La femme fut séduite ». Quelqu’un peut dire : « Eh bien, l’homme aussi ». « Et l’homme le fit avec les yeux ouverts. Et pourquoi que ce n’est pas aussi mal que pour la femme qui a été amenée à faire cela par la ruse ? » Il y a des gens qui n’aiment pas le raisonnement de Paul, mais ce n’est pas réellement pour un vote. Les Saintes Ecritures sont les Saintes Ecritures et il y a des gens qui les tordent et qui les contournent pour leur propre destruction, comme Pierre a dit. Je vous aviserai fortement de ne pas argumenter avec Dieu sur ce point. Même si vous ne comprenez pas le raisonnement de Dieu, vous feriez mieux de le laisser tranquille. Ceci est la pensée de Dieu sur ce sujet, et même si votre pensée n’est pas en accord avec la pensée de Dieu sur ce sujet, TANT PIS ! Vous savez juste que c’est vrai et vous n’avez pas à comprendre pleinement le pourquoi. Vous savez juste pour certain que c’est vrai.

Voici un des passages clé, et il est dit qu’une femme doit apprendre en toute tranquillité et en toute soumission. « Je ne permets pas qu’une femme ait un enseignement autoritaire sur l’homme. Elle doit être tranquille. Elle doit être calme/sereine dans son cœur ». Pleinement soumise. En nous asseyant dans n’importe quelle rassemblement, une femme ne doit pas demander ses droits. Elle ne doit pas outrepasser l’autorité des hommes pour demander ses droits. Pourquoi ? Est-ce culturel ? Non ! C’est dépendant de Dieu Lui-même, de Son cœur et de la chute de l’homme dans le Jardin d’Eden. Cela n’a rien à voir avec la culture. Adam ne fut pas séduit le premier, Eve le fut. L’homme a été créé en premier et ensuite Eve. Donc c’est la raison de DIEU, et si c’est cela, l’explication de DIEU, alors cela me suffit. Les femmes ne doivent pas prendre une position officielle d’enseignante, outrepassant celle des hommes, que ce soit en privé ou en public. Le principe a à voir avec l’homme et la femme, au tout début, dans le Jardin d’Eden. En tant que femme, se frayer un chemin pour être au-dessus de l’homme, est péché. Je vous le garantis sur l’autorité des Ecritures. Agressez un homme et de publiquement l’outrepasser avec un enseignement autoritaire, au lieu d’une pleine soumission et d’un cœur tranquille, est mauvais. Nous parlerons du fonctionnement pratique dans quelques minutes, mais c’est le cœur de la question. Ne perdez pas de vue le cœur de la question.

1 Corinthiens 11 :2-17

« Je vous loue de ce que vous vous souvenez de moi en toutes choses, et de ce que vous gardez les enseignements, comme je vous les ai donnés. Mais je veux que vous sachiez que le chef de tout homme, c’est le Christ (rappelez-vous de cette phrase) et que le chef de la femme, c’est l’homme, et que le chef du Christ, c’est Dieu ». Qui est le chef de la femme ? L’homme. Qui est le chef de l’homme ? Le Christ. Et le chef du Christ ? Dieu ! Rappelez-vous de cela aussi. « Tout homme qui prie ou qui prophétise en ayant quelque chose sur la tête, déshonore sa Tête », qui est Christ. « Et toute femme qui prie ou qui prophétise, la tête découverte, déshonore sa tête », qui est l’homme. Si elle prie ou prophétise avec sa tête découverte, alors elle déshonore, embarrasse, humilie, brise la relation entre elle-même et l’homme, qui est sa tête. « Toute femme qui prie ou qui prophétise avec sa tête découverte, déshonore sa tête (l’homme)—c’est comme si sa tête était rasée. Si une femme ne couvre pas sa tête, elle devrait avoir les cheveux coupés ou rasés ; et si c’est une disgrâce pour une femme d’avoir ses cheveux coupés ou rasés, elle devrait couvrir sa tête. L’homme ne devrait pas couvrir sa tête, car il est l’image et la gloire de Dieu ; mais la femme est la gloire de l’homme. Car l’homme ne procède pas de la femme, mais la femme de l’homme ; car aussi l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Pour cette raison, et à cause des anges, la femme doit avoir un signe d’autorité sur sa tête. Dans le Seigneur, toutefois, la femme n’est pas indépendante de l’homme, ni l’homme indépendant de la femme. Car comme la femme procède de l’homme, ainsi aussi l’homme est né de la femme. Mais toutes choses procèdent ou viennent de Dieu. Jugez-en vous-mêmes. Est-ce convenable pour une femme de prier Dieu avec sa tête découverte ? La nature même ne vous enseigne-t-elle pas que, si un homme a une longue chevelure, c’est un déshonneur pour lui ? Mais si une femme a une longue chevelure, c’est une gloire pour elle, parce que la chevelure lui est donnée en guise de voile. Mais si quelqu’un parait vouloir contester, nous, nous n’avons pas une telle coutume, ni les assemblées de Dieu ».

Pratiquement toutes les versions disent pareilles. Les principes sont intacts dans n’importe quelle traduction. Quelle est la raison donnée pour une femme de prier ou de prophétiser avec sa tête couverte ? Quelle est la raison donnée ? Cela déshonore la tête si sa tête est découverte. Maintenant, est-ce culturel, basé sur ce passage ? On en revient encore à Adam et à Eve, n’est-ce pas ? « La nature même de ces choses ». L’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. La femme procéda du côté de l’homme et ainsi les raisons données, encore une fois, ne sont pas culturelles.

Notez l’impact de la chose. L’impact de la chose n’est pas réellement la tête couverte, mais cela pointe à la hiérarchie dans l’univers que Dieu a établie. Il commence tout ce passage en exposant systématiquement la base ou le travail préparatoire. Il dit que l’univers est extrêmement ordonné. Il y a des principautés et des puissances dans les cieux et aussi des principautés, des puissances et des chefs d’états sur cette terre comme au ciel. Soumettez-vous à ceux qui ont autorité sur vous dans le Seigneur. Soumettez-vous à ceux qui ont une autorité gouvernementale sur vous dans le gouvernement civil, ceci étant écrit dans Romains 13. Soumettez-vous à ceux qui ont une autorité gouvernementale sur vous dans la famille de Dieu et dans l’unité familiale. La raison qu’IL donne pour toutes ces questions est qu’IL répond comment établir des rapports avec l’un l’autre dans l’assemblée des saints. C’est basé sur la prémisse que Christ est la tête de l’Eglise, que l’homme est la tête de la femme, et que Dieu est la tête de Christ, et que jamais ces choses ne seront violées. Elles ne doivent pas être violées. Toutes choses qui violent la hiérarchie que Dieu a créée est péché.

Cela continue sur les libertés qu’elles exerçaient, apparemment n’ayant pas leurs têtes couvertes. Ceci, apparemment, était la question que les Corinthiens demandèrent. Ils avaient un certain nombre de questions. Je pense que c’était la sixième qu’ils semblaient avoir demandée dans la lettre que la maison de Chloé apporta, et dans la lettre qu’il aurait pu recevoir autrement, comme nous le voyons dans le Chapitre 7. Mais, le point est, que ce qu’il était entrain d’établir n’était pas des coutumes, en soi. Ce n’était pas les extérieurs, en soi, mais la chose qu’il établissait dans leurs cœurs était la hiérarchie qui ne doit jamais être violée. Ne jamais violer la tête. Pourquoi ? Parce que dans son argument plus tard, il rétablit le point qu’il fait et c’est : « vous ne pouvez pas violez la tête, et que la tête est réelle, car la femme procéda du côté de l’homme. La femme est la gloire de l’homme, et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Son argument ici pointe vers la hiérarchie, l’ordre naturel des choses que Dieu a établit.

Dieu est la tête de Christ, même avant qu’il n’y ait des temps. Avant qu’il n’y ait une création, il y avait un ordre dans la Divinité. Christ soumis au Père. Avant que le monde existait, quelque part à l’intérieur de la Divinité, à l’intérieur de ce Dieu, le Fils disait : « Non pas Ma Volonté, mais que la Tienne se fasse ». Il y a quelque chose de réellement incroyable au sujet de tout cela. Pas construit dans la nature de l’univers, mais dans la nature même de Dieu était : « Dieu est la tête de Dieu, Dieu est la tête de Christ, le Fils, et le Saint Esprit ne dit rien sans que le Fils ne Lui dit quoique ce soit ». Il y a de la soumission construite dans Dieu Lui-même. Et l’argument de Paul ici est : « Ne jamais pousser votre volonté en dehors de cette soumission, car quand vous avez forcé le chemin en dehors de celle-ci, quand la femme est au-dessus de l’homme et l’embarrasse en n’importe quelle manière, ça c’est violer Dieu. Nous avons violé Dieu Lui-même, toutes les fois que nous forçons un chemin, pour être au-dessus de l’ordre naturel que Dieu a créé.

Paul raisonne encore avec eux sur la base même de la création, non pas sur celle de la culture. La question n’est pas celle de la coiffe. C’est largement plus grand que la coiffe. C’est beaucoup plus grand qu’un chapeau. Le principe est : « Ne jamais, jamais, jamais faire quoique ce soit qui viole la tête de l’homme. Car de la même manière que Christ est la tête de l’homme, de même l’homme est la tête de la femme ». Si d’enlever votre coiffe humilie sa virilité et vous fait ressembler à une prostituée aux yeux du monde, quand vous êtes si libre et si libérée que vous pouvez faire ce qu’il vous plait, dire ce que vous voulez, vous habillez à votre guise, lui répondre en public ou n’importe quoi d’autre… lorsque vous êtes tellement libérée que vous pouvez faire cela, vous vous êtes séparée de Dieu. C’est beaucoup plus grand que d’avoir quelque chose sur la tête. Cela a à voir avec tout ce qui viole l’autorité. Réfléchissez sur ce passage et allons sur le prochain passage.

1 Corinthiens 14 :33

Sachons qu’il n’y a pas réellement de séparations dans les chapitres de cette lettre. C’est une lettre. Il n’y a pas de nombres. Il n’y a pas de chapitres. Il n’y a même pas de ponctuation dans la plupart des manuscrits. C’est une lettre écrite par la main. Environ quinze ou vingt minutes après qu’il écrivit ce qu’on vient juste de lire au sujet des femmes, il continue d’écrire la même lettre pour faire d’autres déclarations. Au cas où vous auriez oublié le point, laissez-moi le répéter. Les femmes priaient et prophétisaient, très apparemment dans la présence des hommes, parce que si elles n’étaient pas dans la présence des hommes, il n’y aurait eu aucune chance d’humilier les hommes dans l’assemblée. C’était le point derrière ce qu’il écrivit, que les hommes ne devraient pas être déshonorés.

Maintenant, si les hommes n’étaient pas là, comment pourraient-ils être déshonorés si oui ou non une femme avait quelque chose sur la tête ? Le point est que les femmes ne devraient jamais déshonorer l’homme. S’il n’y avait pas d’hommes présents, il n’y aurait aucune chance qu’ils soient déshonorés. Les femmes priaient et prophétisaient donc clairement en présence des hommes. Elles prêchaient la Parole de Dieu, dans un sens, parlaient la parole de Dieu. (Je ne vais plus utiliser le mot prêcher car vous aurez des difficultés pour réellement traduire n’importe quel mot dans le Nouveau testament comme « prêcher ». Oubliez ce mot, parce que cela a embrouillé nos pensées. Nous dirons « parler les paroles de Dieu ».)

Les femmes priaient et parlaient les Paroles de Dieu, apparemment dans la présence des hommes, dans le chapitre 11. Autrement, tout le chapitre ne fait aucun sens. Dans cette compréhension, il continue à dire dans le verset 33 : « Car Dieu n’est pas un Dieu de désordre, mais de paix. [Pas de paragraphe.] Comme dans toutes les congrégations des Saints, [où Dieu est le Dieu de la paix et non pas du désordre] les femmes devraient rester sigao—silencieuses—dans les églises. Elles n’ont pas le droit de parler, mais doivent être dans la soumission comme la Loi le dit. Si elles veulent se renseigner sur quelque chose, elles devraient demander à leurs maris à la maison ; car c’est honteux pour une femme de parler dans l’église. Est-ce que la Parole de Dieu a eu son origine avec vous ? Où êtes-vous les seules personnes que la Parole a atteintes ? »

Elles devenaient arrogantes ici avec leurs dons et au sujet de leurs assemblées etc. Paul a jugé approprié pour au moins la troisième ou quatrième fois, de les réprimander pour leur arrogance. Mais encore une fois, le point est fait dans le contexte de l’ordre et du désordre, avec aucune séparation en chapitre et en paragraphe. Il parle au sujet des femmes qui paraissent avoir créés du chaos dans l’assemblée. Cela ne peut pas être le cas, comme il le fait voir ici.

Maintenant j’ai lu, peut-être des centaines de choses que les gens ont écrites, à partir de différentes perspectives, et franchement, plus j’en lis, plus je réalise que les gens essayent d’enfoncer des chevilles carrées dans des trous ronds. Parce que c’est là, la contradiction dans tous ce que j’ai lu. Chaque personne que je lis, parait se contredire lui-même lorsqu’il commence à parler sur ce sujet. Encore une fois, le cadre doit être faux, parce que le verset lui-même dit : « Dieu n’est pas un Dieu de désordre ». Donc, Dieu ne se contredit pas Lui-même. Mais si les hommes se contredisent, évidemment ils n’ont pas les pensées du Christ. Evidemment, ils ne comprennent pas les Ecritures, même s’ils connaissent tous les mots Grec. Je suis certain qu’ils ne connaissent pas les Ecritures, s’ils commencent à se contredire eux-mêmes. Nous parlerons de tout cela plus tard.

La partie qui a été jetée est le mot qui veut dire « elles ne sont pas permises de parler », qui doit être joint intimement au verset précédent où les femmes doivent demeurer silencieuses… les femmes doivent demeurer cachées. Rappelez-vous que nous avons examiné ce mot un peu plus tôt. Mais c’est joint intimement à : « Elles ne sont pas permises de parler ». Le mot ici a à voir avec la non expression des pensées, en soi, non pas l’expression de concepts. Mais le mot Grec a à voir avec le bruit opposé à pas de bruit. Cela n’a rien à voir avec les concepts. Cela a à voir avec le bruit opposé à pas de bruit. Les femmes ne sont pas permises à faire du bruit. C’est dans le contexte des langues, dans le contexte du chaos, aussi dans le fait qu’elles sont plus que trois personnes, des gens qui n’attendaient pas proprement leurs tours.

Tout le sujet a à voir avec le chaos dans l’Eglise et cela transpire que c’est les femmes qui se forçaient un chemin dans la situation, et créaient même plus de chaos. Essentiellement, Dieu dit dans ce passage que les hommes doivent mettre de l’ordre de cette manière, et que les femmes sont supposées d’arrêter de créer du chaos. Elles doivent rester cachées. Elles ne doivent pas faire du bruit, ne pas s’exprimer, ne pas faire de sons, mais de rester en dehors et ne pas parler. Demeurer silencieuses. Encore une fois, ce mot, comme nous l’avons défini plus tôt, penche plus vers le silence. Cela ne veut pas dire silence complet, mais il penche plus dans cette direction que le fait 1 Timothée 2.

La chose que je voudrais indiquer dans le verset 34 est : « Qu’elles ne sont pas permises de parler, mais doivent demeurer dans la soumission comme le dit la loi ». Si vous manquez cette phrase, je crois fermement que vous n’auriez aucune chance de comprendre ce passage. « Comme le dit la loi » est la seule fois dans tout ce passage, à part le fait que Dieu n’est pas un Dieu de désordre, où il donne une raison pourquoi les choses devraient être comme cela. « Comme le dit la loi » est la seule raison il donne pourquoi les choses devraient être comme elles le sont. Donc, si vous ne comprenez pas ce que cela veut dire, alors vous allez manquer tout le concept qu’il essaye d’expliquer ici. La référence qu’il fait est dans Genèse 3 :16.

Raisons Courantes Données pour un Rôle de Soumission

**En lisant toutes ces choses, vous noterez qu’il y a un fil tout le long, et si vous ne l’avez pas pris, vous allez avoir des difficultés.

« Comme le Dit la Loi »

« Comme le dit la loi » (1Corinthiens 14 :14 à 34 ; Genèse 3 :16). Genèse 3 :16 était la malédiction au milieu de la discussion que Dieu avait avec ces gens qui étaient tombés dans le péché—Adam et Eve. Le raisonnement que Paul donna maintes et maintes fois était Adam et Eve, et Genèse 3 :16. « Comme le dit la loi », était quand Dieu parla à Eve au sujet de sa chute et de son péché. Il a dit : « Tu vas souffrir les douleurs de l’enfantement et tes désirs vont être portés sur l’homme, mais il dominera sur toi ». Comme le dit la loi : « L’homme dominera sur la femme ». On retourne au tout début de la création, juste comme Paul l’avait dit. L’homme dominera sur la femme.

Note : Bien que son désir—le désir d’Eve, le désir de la femme—est pour l’homme, Dieu utilise ce même mot dans Genèse 4 :7 lorsqu’Il dit : « Le péché est accroupi (prêt à bondir) au bas de la porte et il te désire ». C’est exactement le même mot dans l’Hébreux dans Genèse 4 :7, te shuwqah (tesh-oo-kah). Son désir, donc, est de dominer l’homme de manière apparemment timide, mais il dominera sur elle. Ce mot « désir » n’a rien à voir avec l’affection. « Son désir sera pour l’homme ». Cela ne veut pas dire qu’elle l’aimera. Ce que cela veut dire est qu’elle aura un appétit pour le dominer. L’exact même mot est utilisé dans le chapitre suivant et c’est la seule fois que vous le verrez, excepté pour un autre cas dans le Cantique de Solomon. Ce sont les trois fois que ce mot est mentionné dans l’Hébreux de l’Ancien Testament. Cela veut dire dominer sournoisement ; d’avoir un appétit de passion pour ; et d’engloutir de manière contrôlée.

« Comme le dit la loi ». « Bien que le désir de la femme est de dominer l’homme, de manière sournoise, il la dominera ». C’est pourquoi c’est une malédiction, parce que l’homme dominera la femme, qui désire tout en étant faussement timide de le maîtriser/dominer par la manipulation des allusions, subtilités et des sourcillements des cils. « Le péché est accroupi à la porte, désirant de t’avoir, désirant te maîtriser/dominer ». C’est une partie de la malédiction qui tomba sur l’humanité à la chute d’Eden. Et la malédiction du désir de dominer sournoisement sur l’homme, ne peut qu’être brisé, qu’avec « une Gloire toujours plus croissante » tant que la femme pratique le « renouvellement de l’entendement », avec les Paroles de Dieu comme son Pain venant des cieux. Cette malédiction, comme toutes les autres malédictions dans le jardin (la sueur de ton front, etc…) sont faites pour être brisées, en trouvant notre repos en Jésus Le Consacré—en allant de plus en plus profondément dans la volonté de Dieu et du Nouveau Testament ; dans le « renouvellement de l’entendement « ; et dans la relation intime qu’il y avait avant dans le Jardin d’Eden avec Dieu.

En renouvelant notre entendement avec les pensées de Dieu, la malédiction est brisée. Nous avons toujours des épines dans le sol. Il y aura toujours certains aspects de celle-ci qui sont vrais, mais avec une Gloire toujours plus croissante, par le renouvellement de notre entendement, nous revenons à la relation intime qu’Adam et Eve avaient avec le Père, avant la chute de l’homme. La malédiction est brisée avec « une gloire toujours plus croissante », tant que la femme pratique le « renouvellement de son entendement », avec les Paroles de Dieu comme son Pain venant du ciel. Tant qu’elle soumet sa vie à Christ, qui est une autre manière de dire la même chose, sa réponse à l’homme sera automatiquement de plus en plus comme la relation de soumission qu’il y a entre Jésus et Son Père.

« Comme le dit la loi » est une déclaration que la femme ne désirera pas de manière naturelle, agressive et généreuse de répondre comme Dieu Le voudrait. Elle aurait préféré, à part d’avoir un entendement renouvelé dans les pensées de Dieu, « de gérer elle-même ce monceau de ruines » Esaïe 3 :6,12) et de « fixer » la situation pour les hommes incompétents (Esaïe 3 :1-5 ; 5 :4). Avez-vous déjà vu cela ? Avez-vous déjà vu des femmes avec cet intense désir intérieur de vouloir « prendre la direction de ce monceau de ruines », par égard pour ces hommes incompétents qui ne paraissent pas d’être en contrôle de la situation ? Chacun sait de quoi je parle ? C’est la malédiction. Et sans le « renouvellement de l’entendement », nous ne briserons pas cette malédiction. Les hommes ne seront jamais assez dignes pour qu’elles se soumettent à eux, quoique les femmes auront à le faire de toute façon, et les femmes n’auront jamais cette capacité de se soumettre d’elles-mêmes, à part de se corriger sévèrement et constamment. Cela ne viendra pas du trop plein de son cœur. Il y aura toujours une guerre à l’intérieur d’elle-même. L’Esprit et la chair sont en conflit avec l’un l’autre et cela fait parti de la chute de l’homme. Cela fait parti de « tomber court de la Gloire de Dieu » comme il est dit dans Romains 3.

« Comme le dit la loi » est une déclaration que la femme ne désirera pas d’elle-même de déférer ; de s’incliner devant l’homme ; de le laisser diriger/dominer. « Comme le dit la loi », elle ne doit pas créer de tapage/vacarme ». Au lieu de cela, elle doit mordre sa langue et maintenir une douce soumission venant du cœur, en tout temps. Quoique que c’est le plus difficile (c’est, après tout une malédiction), cela honore votre Dieu, ce qui est largement plus important que d’avoir votre propre volonté. Votre seul travail dans cette vie est d’honorer Dieu. Votre travail n’est pas que l’on ait de bonnes réunions. Votre travail n’est pas que vous vous battiez pour avoir un bon mariage. Votre travail n’est pas de faire de l’Eglise « quelque chose ou d’en faire quelque chose ». Votre travail est d’honorer Dieu, de travailler avec tout votre cœur dans ce lieu de travail—d’aller de l’avant et de multiplier et de remplir la terre dans votre relation personnelle avec les gens autour de vous ; de donner votre vie comme une rançon pour plusieurs pendant qu’ils sont encore pécheurs, que cela soit dans votre mariage ou dans n’importe quel lieu que vous soyez. Cela est votre travail ! Parce qu’étant un agneau mort, menez vers l’abattage, silencieux devant vos tendeurs (les tondeurs ne sont pas des gens très gentils, mais silencieux devant vos tondeurs) vous vous soumettez. Vous auriez pu appeler 10 000 anges, mais au lieu de cela, vous vous êtes vidée de vous-même et vous vous êtes dépouillée de toute réputation ; prit la forme d’une esclave et d’une servante, et devint obéissante même si cela coûte votre vie. Ceci est le cœur de Jésus.

Encore une fois, quoique c’est le plus difficile, cela honore votre Dieu, de vous soumettre et d’avoir un esprit doux, ce qui est bien plus important que d’avoir votre volonté, même si dans votre entendement, cela pourrait être mieux. Et peut-être que c’est réellement vrai, mais cela ne fait aucune différence. Si vous déshonorez Dieu pour accomplir quelque chose pour Dieu, vous n’avez en fin de compte rien accompli du tout. Est-ce raisonnable ? Si vous croyez que vous pouvez faire de votre mariage une meilleur place, en dominant votre mari et de le forcer dans un coin, vous avez déshonoré Dieu en faisant cela. Vous avez violé la relation entre le Père et le Fils et l’homme et la femme et les enfants. Vous avez violé tout cela. Déshonorez Dieu et il n’y aura plus rien que vous pouvez faire, pour honorer Dieu.

C’est mieux pour vous, d’avoir un mariage nul, que d’avoir de l’autorité sur l’homme—parce que vous n’allez pas avoir la bénédiction de Dieu de toute façon. C’est mieux pour vous de donner votre vie comme une rançon et de laisser Dieu agir, de peur que l’on se vante. Alors vous ne pourrez pas prendre de crédit pour quoique ce soit, ce qui est la manière de Dieu de toute façon. Réfléchissez bien à tout cela. Dans 1 Corinthiens 14, la raison pour cette idée de silence (être silencieuse dans l’Eglise, ne pas faire de tapage/boucan, ne pas pousser devant avec des grondements/murmures)…la raison pour ne pas faire cela, il est dit : « Est à cause de la loi, parce que c’est la loi, à cause de la loi ».

« Déshonore Sa Tête », Adam et Eve, et les Anges

Dans 1 Corinthiens 11, c’est « à cause d’Adam et d’Eve » et à cause « des anges », qui pourraient avoir plusieurs significations (personne ne sait réellement). Peut-être qu’il y a eu une race d’anges des Fils de Dieu qui vinrent sur terre et eurent des familles avec les filles des hommes et créèrent une super race, si vous lisez la Genèse ; et peut-être à cause de leur manque de soumission dans tout ce domaine, ce domaine de désobéissance, ils furent jeter en bas et chassés de la Présence de Dieu. Peut-être que c’est la raison pour cela. Une autre possibilité avec les anges est qu’ils sont d’une telle obéissance profonde (ceux qui sont toujours dans la Présence du Père)—une obéissance totale et absolue et d’une réponse rapide à l’amour de Dieu—et tous les anges sont des serviteurs envoyés envers ceux qui hériteront du salut, parce que nous avons des anges, qui nous entourent tout le temps, que nous les voyons ou pas. Ils sont à notre disposition pour expédier et nous servir. Si nous savions comment utiliser cela, ce serait un bien considérable. Mais, il y a quelque chose au sujet des anges, qui les rendent totalement inappropriés à violer la hiérarchie, le domaine de soumission que Dieu a créé. C’est à cause des anges ; à cause d’Adam et d’Eve, encore, et parce que cela déshonore l’homme, ce qui est le même point. C’est le passage de 1 Corinthiens 11. De façon similaire, dans 1 Timothée 2, c’est encore à cause d’Adam et d’Eve, à cause de la nature de la création et le cœur de Dieu dans tout cela.

Pour résumer tout cela : Le principe à ne pas violer est l’Autorité de l’ordre de la création. Même dans la Divinité il y a un ordre, et il y a un ordre naturel des choses. Quoique que vous fassiez, peu importe ce que vous pensez de la manière dont vous êtes censé de fonctionner dans une situation de group, avec les gens de Dieu, faites très attention que vous ne violiez jamais plus l’autorité dans votre maison, dans votre relation personnelle, aussi bien que dans le groupe des gens de Dieu. Faites attention que vous ne vous mettiez pas en avant, d’essayer d’en imposer ou de présenter avec insistance. Faites bien attention que vous vous soumettiez à l’homme de la même manière que l’homme se soumet à Christ et de la même manière que le Fils se soumet au Père. Si vous ne croyez pas que l’homme se soumet à Christ, et que vous n’aimiez pas cet exemple, alors soumettez-vous de la même manière que Christ la fait au Père. Voyez si vous pouvez trouver des fautes avec celui-là ! C’est comme cela que vous êtes supposé de vous soumettre à l’homme, selon la Parole de Dieu.

Je vous encourage, quoique vous fassiez avec tout ceci, de faire bien attention que votre cœur soit droit sur ce sujet, parce que s’il ne l’est pas, si vous avez un cœur tendant à manipuler, un désir manipulant de se pousser de l’avant et de dominer et de manipuler pour avoir votre volonté, alors vous violez votre relation avec Dieu, peu importe ce que les hommes font. S’ils ont totalement torts ou totalement raisons, cela ne fait aucune différence. Vous ne devez pas dominer. A moins qu’ils vous forcent de faire quelque chose qui est désobéissant à Dieu, et ensuite jugez pour vous-même si c’est mieux d’obéir à Dieu ou aux hommes. S’ils vous forcent de désobéir à Dieu, alors vous n’avez aucun choix mais de quitter la situation et de faire ce qu’il y a besoin de faire, de toute façon. Devriez-vous vous expliquer ? Eh bien, soyez une centaine de fois plus serviables en amour, service et sacrifices, mais ne permettez jamais aucun homme ou aucune femme sur la face de cette terre, de vous faire désobéir à Dieu. Ne le faites pas ! Ceci est l’exception !

Des Différences dans Deux Vues Traditionnelles

Ceux qui ne sont pas sous la Seigneurie de « la Parole était Dieu »

Si la « Parole de Dieu » est la « Parole était Dieu » ; si la Divinité Elle-même demeure dans la « Parole de Dieu » (ce qui est le fait), si cela est vrai, alors d’ignorer la « Parole de Dieu » est une erreur sérieuse. De prétendre que ce n’est pas là, de prétendre que ce n’est pas important, est une grande erreur. Une des positions qui a pris place dans le monde religieux aujourd’hui est : « Nous ferons juste ce que nous ressentons ». « Faire ce qui est juste à leurs propres yeux » (Juges 21 :25). Ils répondent selon la pression de la société et « de ses sentiments », plutôt qu’à la déclaration du Dieu Vivant.

Vous avez sûrement tous lu dans le journal au sujet d’une dénomination se chiffrant à plusieurs millions de personnes, sortant du mouvement de la restauration, déclarant qu’ils ne voulaient plus déclarer publiquement que Jésus Christ était le Seul Chemin au Père, car s’ils le disaient, ils aliéneraient certaines personnes. Quelqu’un de chez eux qui n’était pas un porte-parole, mais juste un assistant, dit qu’il était plus que surpris qu’il pouvait juste ajourner de Jésus de cette manière et de Le pousser ainsi en arrière. C’est ce qui arrive quand la pression de la société commence à dire : « Eh bien, vous savez, à San Francisco l’homosexualité est ok, donc si nous voulons avoir une grande adhésion dans notre ‘église’, nous ferions mieux de ne pas presser ce point trop loin ». Si je me trouve à San Francisco et que j’aie une « église » et que je veuille mon salaire et que je veuille voir mon « église » grandir, je ferais mieux d’oublier ce sujet délicat de l’homosexualité. Je ferais mieux de ne pas trop en parler. En fait, cela serait réellement sympathique si je parlais publiquement au sujet d’avoir des ecclésiastiques et des aides homosexuels, pour qu’ils puissent tous avoir leur représentation. Mais c’est la pression de la société—libération de la femme et immoralité, etc—qui commencent à dicter à l’église ce qu’elle devrait faire, car ce n’est pas la justice de Dieu que les hommes défendront. C’est leur propre gratification personnelle, leur propre ego/leur moi, leur ambition et leur peur des hommes. Ils ne veulent pas être frappés ostracisme, ni d’être aliéné des autres gens. Donc la pression de la société (se conformant aux modèles de ce monde, c’est comme cela que Paul le décrit), ont forcé une vaste majorité du système religieux à violer nettement/terriblement beaucoup de principes très clairs de l’Ecriture. Au lieu de faire attention à la Parole de Dieu, beaucoup de gens ont fait ce qui était juste à leurs yeux, pour suivre ‘la culture’. Et c’est un grand problème.

Il y a une perte irréparable quand nous ne faisons pas tout « selon le modèle », « sur la terre comme dans les Cieux ! ». (Mat 6 :10 ; 1 Cor 4 :6 ; Actes 3 :21-23). La Bible dit que Christ sera retenu au Ciel jusqu’à que toutes les choses soient restaurées ; et il est aussi écrit, que quiconque ne fait pas exactement ce que Jésus dit, sera complètement coupé de Son peuple. Cela ne peut pas être plus clair que cela. Nous souffrons une perte irréparable, quand nous ne faisons pas tout ce que Jésus dit. Il n’y a aucun raccourci sur ce sujet. Nous serons complètement coupé de Son peuple, et Jésus sera retenu au Ciel jusqu’à ce que les choses soient restaurées. Hébreux 5 :9 et 8 :5 parle d’un salut qui arrive par l’obéissance, et si nous ne savons pas ce que dit la Parole de Dieu, cela sera très dur d’obéir à la Parole de Dieu.

La Religion d’un Iota

Pas de Double Norme

La deuxième classe de gens vit dans le légalisme : la religion du « signe diacritique et du iota ». La distinction imaginaire (par définition) égale à l’hypocrisie. Ceci est une chose très importante à voir. Si nous commençons à classer par catégories les choses, et que nous commencions à dire que c’est ok pour les femmes de répondre aux questions et de demander des questions dans les « classes bibliques » ; mais aussitôt que nous appuyons sur un bouton pour aller au « service de la louange », ce n’est plus ok, parce que les femmes doivent garder le silence, alors quelque chose est mauvais/faux/erroné ou inexacte. C’est exactement le même bâtiment et exactement les mêmes bancs, (probablement qu’elles ne se sont mêmes pas levées durant les dix minutes d’intervalle), mais nous appuyons sur un bouton et instantanément les femmes doivent être silencieuses dans « l’église », mais dix minutes plutôt elles ne l’étaient pas. Ceci est de l’hypocrisie flagrante et Jésus était exaspéré par cela et ceci ne peut pas être. Il n’est pas question d’avoir notre gâteau et de le manger, aussi. Vous ne pouvez pas faire cela.

Nous devons comprendre ces choses dans la lumière de la vraie Eglise du Nouveau Testament, autrement nous allons aboutir avec beaucoup de contradictions comme celle-ci. Si nous essayons d’enfoncer une cheville carrée dans un trou rond, nous allons avoir à trouver des réponses comme celle-ci, qui sont très inconfortables.

Ensuite, plus tard, quand les gens ne sont plus assis sur les bancs, mais dehors, devant le porche de ce « bâtiment d’église » ou dehors devant le vestibule et que quelqu’un demande : « Hé ! Margaret, qu’est-ce que tu as pensé de ce sermon ? » Et qu’elle réponde : « Eh bien, je pense qu’il a manqué les points suivants ». Vous savez ce qu’elle vient de faire ? Elle a violé exactement le même principe, mais elle est à une trentaine de mètres de l’endroit où elle devait être silencieuse. La seule réponse la plus appropriée est de ne pas répondre à la question. Si vous en tenez à cela dans « l’étude biblique » et dans « le service du culte », vous ne pouvez pas le faire non plus devant le porche.

Et lorsque vous allez au restaurant ou à la maison ? Pour trois cent ans il n’y avait pas de chose appelée « bâtiment d’église ». Donc maintenant nous devons faire la même chose dans la maison que dans le « bâtiment d’église ». Votre mari vous pose la question : « Que pense-tu du sermon aujourd’hui chérie ? » Vous ne pouvez pas y répondre sans violer les Ecritures. Si vous en tenez dans « la classe biblique », vous devez aussi vous en tenir devant le porche et au restaurant. Autrement, vous êtes un hypocrite, car vous avez une double norme. Si vous avez deux normes de la Parole de Dieu, un ici et un là-bas, alors vous êtes un hypocrite. Nous avons donc des problèmes, si nous prenons cela d’une manière purement juridique.

Ce qui suit est par un homme appelé Sattenfield. C’est un genre d’explication savante en réponse à un livre écrit par un homme appelé Cassey. Sattenfield apparemment n’aima pas beaucoup le livre de Cassey. Cassey prit une position, et cet homme en prit une autre. Sattenfield écrivit : « De plus, notre vue sur la louange n’est pas maintenu par la Bible. La louange selon Jésus n’est pas limitée à une certaine place et temps ; (Jean 4 :20-24 ; Actes 17 :24). Cela doit être un acte continuel, non pas quelque chose que l’on peut ‘allumer ou éteindre’ lorsque nous le voulons (Rom 12 :1-2 ; 1 Cor 10 :31 ; Col 3 :17 et Heb 13 :15). Ce n’est pas parce que quelqu’un prie d’une manière consacré et privé qu’il (ou elle) n’est pas entrain de louer le Seigneur. En fait, chaque fois qu’un Chrétien prie, peu importe le temps ou l’endroit, c’est de la louange parce qu’il rend révérence et hommage à Dieu. Par conséquent, pour conclure que 1 Timothée 2 :8 ne s’applique pas aux situations privés est d’étirer le texte pour l’adapter à une notion préconçue. Cette Ecriture est applicable pour TOUTES les circonstances et détruit absolument cette objection ».

Il parait tellement sûr de lui-même, n’est-ce pas ? Ce qu’il dit est qu’il n’y a aucune chance, qu’une femme puisse parler dans une assemblé public car après tout, le terme « culte» n’existe pas dans la Bible. La louange n’est ni ici, ni là-bas, c’est à l’intérieur de vous. « Ce n’est pas à Jérusalem, ce n’est pas sur cette montagne, maintenant c’est en Esprit et en Vérité ». Il dit que la Bible ne fait pas de différence entre « étude biblique » et « culte» et la « dévotion ». Eh bien maintenant, regardons ce qu’il dit sur la page suivante : « Paul, dans 1 Tim 2 :11, enseigne la femme d’apprendre dans le silence. Poser et demander des questions est sans aucun doute inclus dans cette instruction car cela fait partie de l’instruction…. La seule situation où une femme est interdite/défendue de poser des questions est dans l’assemblée (ce qui n’est pas un parallèle directe envers notre situation de classe Biblique)… Paul dit : Que les femmes soient silencieuses… » Voyez-vous ce qu’il a fait ? Il vient de faire une distinction bien définie entre une « classe biblique » et un « culte». Auparavant il a dit que le terme « culte » n’existe pas dans la Bible, que les Ecritures s’appliquent à toutes les situations, TOUTES en lettres capitales, cela s’applique à chaque chose. Et à la page suivante, il dit que cela ne s’applique pas vraiment à « l’étude biblique », juste au « culte ».

Voyez-vous ce que je veux dire au sujet de la cheville carré dans un trou rond ? Cet homme est un érudit et il est entrain de réfuter un autre érudit, et ni l’un ni l’autre n’ont aucune idée de ce qu’ils parlent. Ils se contredisent toujours automatiquement eux-mêmes. Tôt ou tard, si vous parlez avec eux assez longtemps, ils enfonceront une cheville carré dans un trou rond et leurs folies seront évidentes pour tous. Cet homme l’a fait en deux pages, mais si j’avais lu cinq ou six pages, je l’aurai éventuellement trouvé. Il se trouvait que ce fût juste sur la page prochaine.

Il n’est pas possible que vous viviez dans le « christianisme d’aujourd’hui » et que vous puissiez obéir à l’Enseignement de Dieu sur 1 Corinthien 5, 1 Corinthien 11, 1 Corinthien 14 ou n’importe quel autre passage que vous voulez essayer. Vous allez juste prendre des choses extérieures et essayer de les enfoncer dans votre situation au-dessus des projecteurs, deux chansons, une prière ainsi que vos petits rituels d’église et de ses exercices. Cela ne va pas marcher. Vous ne pouvez pas faire cela. Vous allez toujours vous contredire si vous faites cela.

Et la Louange ? Et la Prière ?

Colossiens 3 :16, dans le Grec, est littéralement écrit ainsi : « En toute sagesse, vous enseignant et vous exhortant l’un l’autre, par des psaumes, des hymnes, des cantiques spirituels, chantant de vos cœurs à Dieu dans un esprit de grâce ». C’est envers/pour le Seigneur même quand vous chantez et enseignez et exhortez l’un l’autre — c’est pour/envers le Seigneur. Il est écrit que nous exhortons et enseignons l’un l’autre par des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels. Ceci est pure logique et si vous voulez jeter cela par la fenêtre, vous le pouvez, mais je ne peux pas voir comment vous pourrez. Si chanter (sur l’Autorité de la Parole du Seigneur) est d’enseigner et d’exhorter et d’avertir… si chanter des psaumes, des hymnes et des cantiques spirituels à l’un l’autre est d’enseigner, d’avertir et d’exhorter l’un l’autre, et que c’est interdit à une femme d’enseigner ou de parler dans une assemblée en public ; alors non seulement n’a-t-elle aucun droit d’ouvrir sa bouche (car le silence et chanter ne peuvent pas exister ensemble), mais aussi l’enseignement et chanter ne peuvent pas exister ensemble parce que chanter est d’enseigner et d’avertir. Si vous permettez à une femme de chanter dans la salle de séjour ou dans le temple, vous allez terminer avec le même problème, car elle va automatiquement enseigner lorsqu’elle chante, selon la Parole de Dieu, et elle ne garde pas le silence, selon la Parole de Dieu.

Les gens qui voudraient organiser ceci en départements et disent que ceci est ok et que cela est ok, mais que ça ne l’est pas, sont les mêmes qui font une différence entre « étude biblique » et « culte ». Ils disent : « Eh bien, c’est ok de chanter, car ceci est autorisé ». Bien, mais où est-ce que c’est écrit que les femmes peuvent chanter ? Ce n’est pas écrit les « femmes ». Ce n’est pas écrit dans Ephésiens 5. Ce n’est pas écrit dans Colossiens 3. Il n’est pas écrit que les femmes peuvent chanter. Dans 1 Corinthiens 14 il est écrit : « Frères, que chacun apporte un cantique, une parole d’instruction ». Donc encore une fois, si vous prenez cette mentalité légaliste, alors les femmes sont défendues d’enseigner, et les femmes sont interdites d’enseigner en présence des hommes, et les femmes sont défendues de parler fort, et les femmes sont interdites de prier. Et rappelez-vous que chanter est pour/envers le Seigneur, donc cela tiens compte de prière, aussi. A chaque fois qu’une femme ouvre sa bouche pour chanter, elle enseigne, elle brise le silence, et elle prie aussi publiquement en présence des hommes.

Encore une fois, vous ne pouvez pas avoir votre gâteau et le manger. C’est de l’hypocrisie de dire, c’est ok dans « l’étude biblique », mais pas en « louange », et c’est ok de chanter, mais ce n’est pas ok de prier. C’est ok de chanter, mais ce n’est pas ok d’enseigner. C’est ok de chanter, mais ce n’est pas ok de briser le silence. Ce sont toutes des contradictions, et cela ne peut pas marcher. Quand vous prenez cette mentalité légaliste, vous enfoncez une cheville carrée dans un trou rond.

Et entre les Membres de la Famille ?

Est-ce que deux membres intimes de la famille, de sexes différents, peuvent prier ensemble à haute voix ? Puis-je prier à haute voix avec ma femme ? Je sais qu’il y a des gens qui se sont mis eux-mêmes au pied du mur, parce qu’ils se sont trouvés coincés entre un rocher et une place dure. Ils interdisent leurs épouses de prier à haute voix avec eux avant de se mettre au lit ou en d’autres temps. Mais la vaste majorité des gens voie combien ridicule cela est, quand les deux sont devenus une chair. Si nous sommes réellement un, pourquoi que l’autre moitié de moi-même ne peut pas prier à haute voix ? Encore une fois, ce n’est pas logique. Ce n’est pas une personne séparée, c’est moi. Pourquoi ne puis-je pas ?

Et au sujet de ma sœur ? Disons que j’ai quinze ans, ma sœur seize, nous sommes tous les deux des Chrétiens tout nouveaux. Pouvons-nous prions ensemble—homme et femme ? Et au sujet de mes deux sœurs et de moi-même ? Et au sujet de mes deux sœurs, ma mère et de moi-même ? Et au sujet de mes deux sœurs, ma mère, mon épouse et de moi-même ? Si vous allez appliquer cela, alors vous devez aller jusqu’au bout où aucune parole ne peut sortir de la bouche d’une femme n’importe quand et n’importe où.

Une jeune fille avec son père, est-ce permis ? Une épouse et un mari, un frère et une sœur, un homme et son épouse et sa sœur ? Les Sœurs et Frères en Christ sont beaucoup plus intimes que la lignée naturelle du sang. Jésus a dit : « Qui sont mes mères et frères et sœurs ? Quiconque faisant la volonté de Mon Père… » (Mat 12 :48-50 ; Luc 11 :27-28). Si vous permettez à un homme de prier avec son épouse, si vous permettez à une adolescente de prier avec son père, alors selon les Paroles de Jésus, combien de fois plus un Frère et une Sœur en Christ ? Soit vous avez les deux ou soit vous n’avez rien. Vous ne pouvez pas tirer une ligne entre les deux. Ma Famille, mes Frères et Sœurs sont intimement plus intimes avec moi en Christ que mes relations naturelles. Si cela est vrai selon la Parole de Dieu, alors soit je ne permets absolument rien, soit je permets absolument tout. N’importe quoi d’autre que cela est une contradiction. C’est chaotique, et il n’y a aucune échappatoire.

Dieu n’est pas un Dieu du désordre. Il ne veut pas que nous tournions en rond, essayant d’arriver à comprendre si une fille de quatorze ans peut prier avec son père ou pas. Son intention n’est pas de nous faire tourner en rond essayant de résoudre les iotas et les brins. Ceci n’est pas la manière du Père. Je ne fais pas cela avec mon fils et ma fille, et mon Père au Ciel (qui n’est pas méchant comme je le suis, selon les Paroles de Jésus), combien de fois plus qu’Il me donnera tous les bons cadeaux et me donnera le chemin de la paix ? La Sagesse venant d’en Haut est pacifique/paisible. La sagesse venant d’en bas est chaotique. Cela crée des discordes/dissensions, des envies et des factions (Jacques 3). Si nos discussions de ce genre mènent aux discordes, factions, chaos, divisions et à tout genre de méchanceté, alors c’est de la sagesse qui vient d’en bas. Ce n’est pas dans les Ecritures et cela vient du diable, même si c’est totalement dans les Ecritures. La Parole de Dieu dit que c’est du diable. Par ces fruits vous le saurez. Si cela vient du Père, il y a de la paix. Si cela vient d’en bas, c’est du diable et il y a chaos et division.

Au sujet de la Prière et de la Prophétie ?

Encore une fois, dans 1 Corinthiens 11, les femmes vraisemblablement « priaient et prophétisaient » en compagnie mixte, ou le passage ne veut rien dire en ce qui concerne déshonorer les hommes. C’est la même lettre écrite à la main que 1 Corinthiens 14, et Paul avait déjà reconnu que cela se passait ainsi. Les femmes « priaient et prophétisaient », et le poids de l’évidence montre clairement, que les hommes étaient présents car ils étaient déshonorés dans la manière que cela se passait.

Quand Se Taire est une Violation

C’est possible de violer « l’autorité » en ne répondant pas lorsqu’on nous le demande. Il y a un exemple d’une assemblée à San Antonio, Texas, où le « prédicateur » annonçait un pique-nique pour la semaine prochaine, et le mari de la famille qui sponsorisait le pique-nique n’était pas présent durant les annonces. Le « prédicateur » l’appela de la chaire lorsqu’il faisait ses déclarations et dit : « Voudriez-vous bien me dire, s’il vous plait, l’heure à laquelle il aura lieu le week-end prochain, pour que je puisse le dire à tout le monde ? » Elle ne lui répondit pas. Il dit : « Je suis debout ici, essayant de dire à quelle heure nous devrions venir à votre maison, la semaine prochaine. S’il te plait, peux-tu me le dire ? » Elle ne répondit pas. Finalement, il dit : « Peu importe », et passa à la prochaine chose. Après, il lui demanda : « Pourquoi as-tu fais cela ? » Elle lui répondit : « Je dois être soumise ». Il dit : « En ne me répondant pas, quand je t’ai demandé de me répondre, tu n’était pas soumise. Tu étais désobéissante en publique. Tu as violé le principe de la soumission. Basé sur ton interprétation de quelque chose, tu as violé ce principe que la Parole de Dieu déclare ». Soumission n’est pas une question de choses extérieures. C’est une question de cœur. Lorsqu’elle a refusé de faire ce qu’il lui demandait de faire, elle était en dehors du domaine de la soumission. Elle violait son autorité. Elle humiliait un homme en publique en refusant de parler. Elle ne s’est pas soumise. Ce n’est pas le parlé en lui-même qui est le problème. C’est le cœur de la chose et où se trouve l’autorité. Cela est la vraie question.

Casper Weinberger, en tant que Secrétaire de Défense, doit être soumis au Président Reagan. Le Président est le Commandant en chef de toutes les forces armées au USA. Weinberger doit être soumis à Reagan tout le temps. Si Reagan dit : « Casper, vient ici. J’ai besoin de te poser une question sur le Liban », et Casper répond : « Non. » Ne pas parler,  est-ce de la soumission? Comment pourriez-vous interpréter ne pas parler  comme de la soumission? Ceci n’est pas de la soumission. La soumission, c’est de dire : « Casper, qu’est-ce que vous en pensez ? » Et Casper dit : « Voici ce que j’en pense ». Reagan répond : « Entendu, eh bien, je ne vais pas faire cela ». Casper répond : « Ok, je vous soutiendrai pleinement dans ce que vous ne ferez pas. » La soumission n’est pas de garder le silence en lui-même. La soumission est de ne pas créer de chaos. C’est le chaos, le désordre, dont Dieu n’est pas l’Auteur. C’est la violation de l’autorité. C’est la violation de la manière dont Dieu a ordonné les choses dans le monde Spirituel. Quand une femme viole cela et crée du chaos et du désordre, alors elle est dans le péché. Quand elle ne crée pas du chaos et du désordre, elle ne déshonore pas son autorité. Quand c’est bien ordonné, comme avec Dieu le Père et Dieu le Fils, alors c’est en harmonie avec la Parole de Dieu.

Les iotas et les titres vous donneront de grands ennuis comme la femme à San Antonio. Les iotas et les titres ont fait qu’elle a péché en publique. Elle a violé l’essence de la Parole de Dieu, pensant qu’elle gardait la lettre de la loi. La lettre tue ; l’Esprit donne la Vie. La responsabilité de Casper Weinberger n’est pas de garder le silence, mais de répondre aux questions lorsqu’on lui demande, de ne pas répondre aux questions lorsqu’on ne lui demande pas, et d’appuyer pleinement ce que le Commandant en chef dit, qu’il soit d’accord ou non. La nature de la soumission n’est pas une forme extérieure de silence. Il serait rejeté en tant que membre du cabinet. Il serait sans valeur. Une compagne/aide est seulement une compagne si elle aide. Se reculer et être un sourd-muet, ainsi que d’être bête, ceci n’est pas de la soumission. Ce n’est pas pour cela que la femme a été créée. Elles ont été créées pour être une côte, pour que l’homme puisse être complet et libre, et d’être là pour lui. Elles sont créées pour être un Casper Weinberger, d’être un expert, et ensuite de se soumettre. Ceci est la nature de ce que l’on parle.

« Les Serviteurs et les Servantes Prophétiseront »

Dans Actes 2, la nature de la Nouvelle Alliance que Joël prophétisa est la suivante : « Tous les deux, Mes serviteurs et Mes servantes, prophétiseront Ma Parole ». Les jeunes hommes et les jeunes femmes, les serviteurs et les servantes, ainsi que les hommes et les femmes—la nature de la Nouvelle Convention, l’Eglise du Nouveau Testament que Joël, Jérémie et Ezéchiel prophétisèrent serait : « Tous les deux, Mes hommes et Mes femmes prophétiseront Ma Parole ». Si Dieu ne voulait pas dire cela, alors pourquoi qu’IL l’a dit ? Pourquoi qu’IL l’a prophétisé et pourquoi que Pierre l’a cité dans Actes 2 lorsque l’Eglise était établie ? Ceci est la nature de la Nouvelle Convention. Il n’y a pas de troisième Convention/Alliance. Il y a seulement deux Alliances ou Conventions. La seconde Convention engloutit et accomplit totalement l’ancienne alliance. L’ancienne était obsolète. La Nouvelle Alliance, la deuxième convention, a tous les deux, les serviteurs et les servantes qui prophétisent la Parole de Dieu.

Dans Actes 21 :9, vingt cinq ans après la Pentecôte, Philippe avait quatre filles qui prophétisaient—proclamant la Parole de Dieu. Il n’y a pas eu d’apologie pour cela. On en n’a pas parlé comme un fait extraordinaire ou rare. Ceci était juste la nature de la Nouvelle Alliance. Cela parait logique. Même avant que la Nouvelle Convention soit pleinement formée, dans Luc 2 :36—38, il y avait Anna, une prophétesse, une femme de Dieu, qui proclamait la Parole de Dieu. Elle prophétisa sur l’Enfant et continua à en parler à tout le monde dans le temple. Est-ce qu’elle a tout simplement taper sur l’épaule des femmes ? Et ensuite dit aux hommes : « Excusez-moi. Vous êtes un homme, aussi je ne peux pas dire que le Messie est ici » ?

Galates 3 est une excuse pour quelques uns, mais si vous comprenez le cœur de Dieu, ce n’est pas une excuse ; c’est la réalité. Il n’y a ni homme et ni femme, ni Juif et ni Grec, ni esclave et ni libre, dans /en Christ Jésus. Nous sommes tous fils de Dieu par la foi en Christ Jésus. Nous avons revêtu le Christ. C’est une excuse pour quelques uns—c’est une licence pour pécher, une licence pour violer l’autorité pour d’autres et cela ne peut pas être ainsi. Mais, quand vous comprenez la vérité de cette question, c’est une vérité merveilleuse.

Plus d’Histoire

Les deux choses suivantes ont été écrites par J.W. McGarvey. McGarvey était du milieu du 19ème siècle et quelques uns parmi vous en ont entendu parler. Il était un vrai homme de Dieu. Il écrivit la chose suivante avec un homme appelé Pendleton, qui était son guide/conseiller spirituel. Ces hommes ont eu un impact massif sur le mouvement de la restauration et le monde religieux dans son ensemble, particulièrement aux Etats Unis du milieu du 19ème siècle. Vous allez réellement apprécier son cœur en lisant cela :

« Corinthe était composée de Grecs, de Romains et de Juifs, et tous ces trois éléments de sa population étaient trouvés dans l’église à laquelle Paul écrivait. Les Juifs et les Romains louaient avec leurs têtes couvertes, et les Grecs avec leurs têtes non couvertes. Naturellement une dispute s’éleva pour savoir quelle était la coutume la plus juste. Du reste, comme les femmes étaient sans aucun doute informées avec le principe qu’il n’y a ni homme ni femme dans le domaine spirituel (Gal 3 :28), elles paraissent avoir ajouté à la confusion en prenant parti dans la controverse, pour qu’il y en ait quelques unes, soutenant le droit de louer avec les têtes non couvertes, après la mode des Grecs. Maintenant, dans l’Est aux jours de Paul, toutes les femmes allaient dans les assemblées publiques avec leurs têtes voilées, et ce péplum, ou ce voile, était regardé comme un badge de subordination, un signe que la femme était sous la puissance de l’homme. Ainsi Chardin, le voyageur, dit que les femmes de Perse portent un voile en signe qu’elles sont « sous sujétion/soumission », un fait que Paul aussi affirme dans ce chapitre. Maintenant, la signification symbolique de l’habit de la femme (robe—voile) devint le facteur déterminant de cette dispute. Pour un homme de louer avec sa tête couverte était un acte de caractère efféminé, une disgrâce pour sa tête ; et pour une femme de louer avec sa tête non couverte était pareillement scandaleux/honteux, car cela aurait paru comme une assertion/affirmation audacieuse d’une indépendance injustifiée, un signe qu’elle a mis de côté sa modestie et qu’elle s’est éloignée de sa sphère. De ce passage, c’est évident que ce n’était pas intentionnel que le Christianisme devrait inutilement varier à partir des coutumes/usages nationales du jour. Pour les Chrétiens d’introduire des innovations inutiles seraient d’ajouter aux idées/opinions erronées qui les avaient déjà assujettis à la persécution. Celui qui suit le Christ se retrouvera lui-même manifestement différent du monde, sans qu’il pratique aucun tour/aucune ruse singulier (ère)…Par conséquent, en couvrant sa tête pendant la louange, l’homme perd symboliquement son droit de partager dans la gloire du Christ, et ainsi se déshonore lui-même. Nous ne sommes plus des esclaves, mais des fils (Gal 4 :7). « Nous les Chrétiens », dit Tertullien, « prient avec les mains grandes ouvertes, comme innocentes » ; (Ceci est intéressant. C’est le passage dans 1 Timothée 2 juste avant ce : « Je veux que tous les hommes partout lèvent des mains saintes en prière ». Ce n’était pas une coutume Grec car c’était écrit aux Ephésiens, qui n’était pas une ville Juive et il disait : « Les hommes partout »). Tertullien a dit : « …Nous prions avec les mains grandes ouvertes, comme innocentes ; avec les têtes non couvertes, sans honte ; sans un souffleur, venant du cœur » ; « mais la femme est la gloire de l’homme… Et si elles veulent apprendre quoique ce soit, laissez-les demander à leurs propres époux, car c’est honteux pour une femme de parler dans l’église ».

« …C’est vu d’habitude comme un passage très difficile, mais les difficultés sont plus apparentes que réelles, si nous le regardons comme une règle générale. Paul donne deux raisons pourquoi les femmes devraient garder le silence : 1) La loi de l’Ancien Testament l’assujettit à son mari, et par conséquent ne la rend pas enseignante mais élève. 2) Les coutumes de cette époque rendaient honteux la femme qui parlait en publique. De tout cela, évidemment, la première est la plus importante, et malgré tout, nous trouvons des exceptions à la règle dans les deux dispensations. Il y avait quelques prophétesses qui exerçaient leurs dons en publique ». (Exode 15 :20 ; Juges 4 :4 ; 2 Roi 22 :14 ; Esaïe 8 :3 ; Néhémie 6 :14 ; Luc 1 :41-42 ; 2 :36-38 ; Actes 21 :9).

(En fait, si nous retournons en arrière et que nous regardions à quelques fresques et à quelques dessins dans les catacombes à Rome, vous verrez des femmes prier en publique et même des femmes prier pour des hommes. Vous pouvez mettre n’importe quelle valeur sur cela, mais c’est évident qu’ils n’avaient pas un grand problème, au temps de l’Eglise primitive avec les femmes faisant cela. Ce que McGarvey indique ici est qu’il y a des exceptions, bien que ce soit la règle).

« …Du reste, la plénitude du don prophétique accordé à l’Eglise du Nouveau Testament était une question de prophétie (Actes 2 :17), et Paul lui-même donne des directions quant à la tenue des femmes lorsqu’elles exerçaient l’office prophétique dans l’Eglise (ch.11 :5). La règle de Paul, dans ce cas, admet des exceptions. Certains la mettra de côté la jugeant comme dépassé, en disant qu’en Christ il n’y a ni homme ni femme (Gal 3 :28) ; mais c’est sans aucun doute injustifié, car bien que l’Evangile émancipa la femme, cela ne changea pas sa relation naturelle pour qu’elle devienne l’égale de l’homme. Les puissances de la femme se sont tellement développées, et leurs privilèges se sont tellement étendus dans les pays évangéliques, que cela n’est plus honteux pour elle de parler en publique ; mais la défaillance d’une raison n’est pas la cessation des deux. La conscience Chrétienne a donc interprétée la règle de Paul correctement lorsqu’elle est appliquée de manière générale, et admet les exceptions. Le don de prophétie n’existe plus dans l’Eglise, mais, par la loi de l’analogie, ces femmes qui ont une habilitée bien prononcée, soit pour l’exhortation ou l’instruction, ont la permission de parler dans les églises. D’ailleurs, l’apôtre parle de la réunion formelle, régulière/habituelle de l’église ; et c’est incertain s’il avait jamais eu l’intention que sa loi soit appliquée, pour les simples rassemblements, comme les réunions de prière, etc. Il y a du poids au commentaire qui dit, que pour comprendre l’apôtre, nous devrions savoir l’ignorance, la loquacité et la dégradation des femmes Orientales. Une fois encore, les femmes sont soumises à leurs maris (Eph 5 :22 ; Col 2 :18 ; Tit 2 :5 ; 1 P 3 :1). La loi est permanente, mais son application est variée. Si l’homme universellement donne permission à la femme de parler, alors elle est libre de cette loi à cette égard ». Donc, il y a des bonnes pensées là-dedans, je pense, qui donne de la foi à ce que nous avions parlé.

Vivre Avec la Cheville Carré Non Biblique?

Si j’avais à vivre avec ma « cheville carré » non biblique, en d’autres mots, si j’étais forcé de vivre dans un environnement qui dépend du dimanche matin et du mercredi soir, alors qu’est-ce que je ferais ? Eh bien, si vous me demandiez cela, je pense que je serais très hésitant d’avoir une femme derrière la chaire. Je serais très hésitant car qu’est-ce que je fais si je mets une femme derrière la chaire, c’est comme si j’établissais pour tout le monde dans l’assemblée (ainsi que les visiteurs), que cette femme ne violera pas leur autorité, qu’elle ne déshonorera pas les hommes dans l’assemblée. Je présume cela pour tout le monde, si je mets une femme derrière la chaire. Mais, voyez-vous, c’est une cheville carré parce qu’il n’y a pas de telle chose dans le Christianisme du Nouveau Testament. Il n’y a pas de telle chose comme un « sermon » chaque dimanche matin à 9 h 30 et à 10 h30 pour vingt cinq minutes. Ce genre d’idée de « prêcher un sermon » tous les dimanches matin—un « ecclésiastique/pasteur/prêtre/curé » debout et délivrant une exhortation qu’il a étudié pendant quarante heures, l’a préparant mot pour mot, pratiqué devant un miroir, ayant obtenu toutes les bonnes notes à citer à partir de plusieurs livres, et développé cette chose pour la jeter aux gens chaque dimanche matin — cette idée n’existe pas. Cela ne peut pas être trouvé dans la Bible, dans l’Ancien Testament ou le Nouveau.

Donc, ceci étant le cas, puisque ce n’est pas du tout le Christianisme de toute façon, nous soulevons un problème de quoi faire avec la chaire, des deux heures de réunion chaque dimanche matin et d’une heure chaque mercredi soir. Personnellement, je ne vais pas me retrouver encore dans cette situation où nous pratiquons des choses non bibliques. Je ne vais plus jamais le faire. Je ne vais plus jamais avoir ce problème au sujet de savoir si oui ou non il faut admettre une femme derrière la chaire. Mais, si vous êtes dans une situation où vous faites cela, où que vous soyez, alors cela va être un problème que vous allez toujours à gérer. Probablement, si j’étais dans vous souliers, je ne mettrais pas une femme dans la position de » diriger une réunion de prières » ou de » prêcher un sermon ». En fait, je suis sûr que je ne le ferais pas. Encore une fois, ce que vous avez fait est de créer votre propre problème en ayant des pratiques non bibliques.

Vivre Des Relations Profondes—Intimité

Une autre possibilité est de retourner aux bases. 1 Corinthiens 14 parle de « lorsque vous êtes ensemble ». C’est comme cela que ce passage est introduit dans 1 Corinthiens 14. Si vous pensez avec moi pour juste une minute, et que vous retourniez à 1 Corinthiens 1, nous pouvons regarder à quelque chose que je n’ai jamais entendu auparavant, donc peut-être que vous non plus. Peut-être que j’ai raison, peut-être que j’ai tort. Mais veuillez penser à cela. Dans le chapitre 1, certains étaient de Cephas, d’autres étaient d’Apollos et de Paul. Quelques uns de la maison de Chloé vinrent et reportèrent qu’ils y en avaient de Cephas et d’autres de Paul. Retournez-y et regardez à la situation à Corinthe.

S’ils y avaient vingt mille Chrétiens là-bas, c’est hautement improbable qu’ils se rencontraient tous dans un seul lieu, quotidiennement en publique et de maison en maison. Dans Actes 2, ils y avaient vingt mille Chrétiens, et au tout début ils y en avaient trois mille et cinq mille hommes, et ils se multiplièrent et étaient ajoutés journellement. Il y avait une masse de gens. Qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils se rencontrèrent journellement en publique sous la colonne de Solomon et se réunissaient de maison en maison. Est-ce qu’ils étaient vingt mille personnes ou cinq mille dans une maison ? Impossible ! Est-ce qu’ils convoquaient tout le monde à un certain temps ? Oui, ils le firent. Il est dit que tous les croyants étaient ensemble (Actes 2). Il y avait des fois où ils étaient ensemble au porche de Solomon. Il y avait d’autres fois où ils étaient de maison en maison. Cela arrivait journellement. Nous ne savons pas combien de fois les gens se réunissaient ensemble en publique, mais nous savons au moins, qu’ils étaient ensemble jour après jour. Cela parait logique car les Ecritures disent : « Encouragez-vous les uns les autres journellement, afin qu’aucun d’entre vous ne s’endurcisse par la séduction du péché » (Heb 3 :13). Ceci est l’essence même du Christianisme (Nouveau Testament). Donc, nous savons qu’il y avait un genre de : « Ensemble journellement » qui se passait, mais on dirait que le « tout ensemble » ne se faisait pas en même temps. Cela n’aurait pas pu se faire en même temps. Cela n’aurait pas pu se faire en même temps comme de maison en maison.

« Certains sont de Cephas, d’autres sont d’Apollos et de Paul ». Depuis qu’il n’y avait pas « de bâtiment d’église » pendant plus de trois cents ans selon les archéologues, et si cette famille qui se rencontrait dans la maison de Chloé à Corinthe avait un héro appelé Paul ? « Hé, c’est un vrai homme de Dieu. Il a vu Jésus et il fut ravi au troisième ciel. Nous aimons Paul, invitons-le pour qu’il puisse passer du temps avec nous ». Dans cette autre famille, peut être dans la maison d’Aquila et de Priscille, ils sont des grands admirateurs d’Apollos. Cet homme a des paroles perspicaces et il a une très bonne élocution. Dans cette autre maison là-bas, ils pensent réellement que du bien de Pierre car il marcha avec Jésus pour trois ans et demi. Cet homme L’a vraiment connu. Il a connu La Vie qui était avec le Père depuis le début. Il L’a connu de première main. Il était Son ami. Ils étaient de Pierre. Et les gens étaient suffisamment charnels, suffisamment bébés comme dit Paul, pour penser en ces termes. Et si cela était une expression venant de ces différentes maisons, ces différents rassemblements de gens dans les maisons qui prirent ces formes spéciales, ces idées spéciales—ces idées favorites, ces hommes favoris de Dieu ?

Eh bien, dans le chapitre 14 il est écrit : « Quand vous êtes tous ensemble, voici comment vous fonctionnez ». Il y aurait pu avoir une distinction entre le quotidien en publique et entre les « maison à maison ». Encore une fois, je n’ai jamais lu de quiconque ayant fait cette distinction, mais sûrement quelqu’un l’a fait. Si cela est vrai, alors il y a des choses à penser en allant de l’avant avec cette lecture à partir d’ici.

C’est différent quand c’est en dehors du domaine de la petite Famille — non pas basé sur la taille du groupe, mais sur l’intimité. Pensez à cela : Si nous partagions la vie ensemble, déversant nos vies envers l’un l’autre, confessant le péché à l’un l’autre, portant les fardeaux de l’un et de l’autre dans le contexte d’une petite Famille comme celle-ci… et puis, de temps en temps, nous nous rassemblons avec vingt ou trente autres groupes pour célébrer Christ ensemble…Ceci pourrait être le contexte pour que Paul puisse dire : « Femmes, je veux que vous vous taisiez. Femmes, je veux que vous soyez en second plan. Je ne veux pas que vous usurpiez l’autorité. Frères, chacun apporte un cantique, une parole d’instruction, une révélation ». Maintenant vous pouvez commencer à voir, comment dans un rassemblement comme celui-ci, une femme aurait pu violer l’autorité, parce que là, il n’y a aucune intimité.

Par exemple, si une sœur venait à me dire quelque chose dans ce genre d’environnement, je ne m’offenserai pas parce que nous avons une relation. Mais, si je ne la connais pas, et qu’elle s’élève devant un groupe, beaucoup plus nombreux et dit : « Voici ce que je pense ce que tu devrais faire », alors cela m’écorcherait un peu mon cœur, car ceci n’est pas le fruit venant d’une relation. Ne parlerait-elle pas venant d’en haut ? Ne vient-elle juste pas de forcer ce qu’elle pense, par le biais d’un enseignement autoritaire venant d’en haut? Eh bien, je « ne permets pas aux femmes d’avoir un rôle d’enseignante autoritaire ». Ce n’est pas un rôle d’enseignante autoritaire si ma femme me dit, ou ma fille me dit, ou mes Sœurs en Christ envers lesquelles je donne constamment ma vie et elles pour moi. Dans ce cas là, je n’ai violé aucun principe.

Sans Relations, Rien Ne Fonctionne

Peut-être, juste peut-être, toute la question revient au fait que dans un environnement religieux normal, personne n’a aucune relation avec quiconque ? Certains d’entre vous, lisant cela, qui étaient auparavant dans ce genre d’environnement, n’avaient même pas une relation avec leur propre épouse, jusqu’à ce que vous sortiez de cet environnement » de bigot ». Cela n’était pas ainsi jusqu’à ce que vous deveniez réel parmi les gens de Dieu, journellement en publique et de maison en maison, ouvrant votre cœur et votre vie et tous ce que vous êtes envers tout le monde, que vous aviez une relation avec même votre propre épouse.

Encore une fois, le point est que toute la lettre de 1 Corinthiens est invalidée si nous n’avons pas de relations, car rien ne va être logique. Il n’y a aucun moyen pour que cela fonctionne. Mais si nous avons des relations, vous n’avez pas violé mon autorité si je vous ai donné le droit de venir me dire : « Hé, ceci est en décalage. Je t’entends dire ceci, mais tu fais cela ». Si je vous ai donné le droit de faire cela, parce que nous donnons nos vies à l’un l’autre continuellement, alors vous n’avez pas violé l’autorité. Je vous ai donné le droit de faire cela. En fait, si vous ne le feriez pas, vous seriez insoumis parce que je vous l’ai demandé, car j’ai besoin de votre aide. Mais, si quelqu’un de l’extérieur fait cela, alors nous avons un problème, car là, je ne sais pas d’où il vient. Je ne connais pas ses motifs. Je ne sais pas s’il est arrogant ou pas. Je ne sais pas, si c’est un enseignant autoritaire ou humble. Je ne sais pas. Il n’a jamais été volontaire de me donner sa vie. Il ne m’a jamais montré quoique ce soit de sa vie. Tout ce que j’entends sont des paroles venant de quelqu’un que je ne connais pas.

Donc, j’aimerai que vous réfléchissiez à la possibilité que sans relations, c’est impossible pour 1 Corinthiens 11 d’avoir lieu. C’est impossible pour les femmes de prier et de parler la Parole du Seigneur dans la présence des hommes, s’il n’y a pas de relations. Cela parait logique que les hommes, même s’ils sont charnels et non spirituels, auraient tout à faire, car il n’y a pas assez de relations pour éviter de violer le principe. Ce qu’il en ait réellement, est plus que tout autres choses, un appel à donner votre vie pour l’un l’autre. Et en faisant cela, si une personne vous donne le droit d’accès à sa vie, alors cela serait de l’insoumission de ne pas le faire. Cela ne serait pas un enseignement autoritaire. Cela ne serait pas de l’usurpation, s’il vous donne le droit d’entrer dans sa vie. Cependant, cela n’arrivera pas, si nous n’avons pas de relations.

Donc, Maintenant Quoi ?

Laissez-moi finir en partageant quelque chose provenant du livre ‘Réunions dans Son Royaume’ : « Certainement la question du « rôle de la femme » viendra, et à juste titre… Paranoïa, l’arrogance, l’ignorance des Ecritures, et les traditions des hommes sont quatre ennemies dans cette bataille pour comprendre le rôle des femmes, chacune se dirigeant de manière différente en manquant Dieu…Dans un ‘culte’ formel, complet avec ses liturgies de chansons préprogrammées, de prières et d’acteurs, c’est encore une question plus dure. Mais, dans le contexte de la Vie en Christ, ce n’est pas une question difficile à résoudre. Quand le peuple de Dieu fonctionne dans la Vie, comme une Famille, sans pompe, circonstances et programmes, la question peut être approchée du point de vue de la Famille ».

« Où que vous soyez, je suggère que vous cédiez à l’autorité de cette assemblée, sur ce point du rôle de la femme. Et cédez s’y avec enthousiasme, quoiqu’ils décident. Si vous décidez de faire partie du corps local, sous l’expression locale du gouvernement de Jésus (Esaïe 9 :7 ; Heb 13 :7, 17 ; Heb 12 :15), soyez un atout à l’unité et à la vie en commun de Jésus là où vous êtes, et non pas une épine ».

En d’autres mots, quelque soit le leadership dans l’assemblée dont vous faites partie, et aussi longtemps que vous faites partie de cette assemblée, vous feriez mieux d’être sous leur autorité et non pas d’être un fardeau pour eux. Vous feriez mieux de répondre à cela.

« À titre d’information, la manière dont nous avons appris à établir des rapports entre nous, dans cette église ici, est que les femmes, pour qu’elles ne ‘ déshonorent pas leur tête‘, ‘leur homme‘, (1 Cor 11 :5, 3, 8-9 ; 1 Tim 2 :11-15) n’interrompent jamais durant un rassemblement… Une femme devrait demander : « Pouvons-nous prier ? », plutôt que : « Prions ». « Pouvons-nous chanter ‘Majesté’ » plutôt que simplement commencer la chanson comme beaucoup de frères le font. Avec un cœur droit, elle peut même demander : « Puis-je partager cette réprimande cinglante, que Dieu a mis dans mon cœur… ? » Ceci n’est pas de « l’usurpation » si c’est la Volonté de Dieu et acceptable aux hommes de dire ce qu’elle a vu. Cela est fait en toute humilité avec grâce, beauté et honneur ».

Même une réprimande cinglante n’est pas en décalage aussi longtemps qu’elles ont la permission de le faire. Si vous me dites : « J’ai quelque chose à te dire, qui va faire dresser les cheveux de ta tête, puis-je le dire ? » Et que je dise : « Oui ». Alors, vous êtes dans la soumission. Vous êtes en parfaite soumission, parce que je vous ai donné le droit de le dire. Ce n’est pas ce que vous dites, c’est le cœur derrière. Si je dis : « Non, je ne veux pas l’entendre », vous ne partez pas en grognant. Vous dites : « Ok, c’est bien. Je pourrais être dans l’erreur de toute façon ». Vous ne partez pas en murmurant. C’est le cœur derrière

Fonctionnez !

« Vos fils et filles prophétiseront…et sur mes serviteurs et sur mes servantes, en ce jour-là, JE répandrai Mon Esprit, et ils prophétiseront » (Actes 2 :15-21 ; 1 Cor 11 :5 ; Actes 21 :8-9—25 ans après Pentecôte. Rev 3 :20-21). « La Volonté de Dieu est que les femmes, et aussi les hommes, fonctionnent en humilité, mais qu’ils fonctionnent ! Ne vous arrêtez pas. N’ensevelissez pas votre talent. Trouvez le moyen et la place qui paraissent bon au Saint Esprit et à vous et à la Famille de Dieu (Actes 15 :28 ; Heb 13 :7, 17), et qui soit consistant avec les Ecritures. Mais fonctionnez ! »

Si vous ensevelissez votre talent, vous êtes un serviteur méchant et paresseux, même si vous êtes une femme. Ne vous cachez pas derrière l’idée que les femmes sont supposées d’être absolument silencieuses et donc ne donnent aucune contribution au Royaume de Dieu. Cela ne peut pas être juste. Si vous ensevelissez votre talent, vous deviendrez responsable pour cela. De plus, faites bien attention que votre cœur soit très soumis. Vous honorez les hommes et vous honorez leur autorité. Votre cœur est gracieux et vous ne murmurez pas, vous n’êtes pas dans le mécontentement, vous n’attirez pas l’attention sur vous-même, et vous ne rabaissez personne. Mais, votre coeur est soumis et rempli de bonté, de grâce et de beauté, et, comme Sarah l’a fait avec Abraham, vous appelez les hommes seigneurs. Et toutes les femmes disent : « Amen ! » Réellement ce n’est pas dur. Mais vous ne le connaîtrez pas, à moins que vous viviez la Vie. Si vous vivez la Vie dans la vulnérabilité, si « vous portez les fardeaux des uns des autres et ainsi accomplissez la Loi du Christ », si vous confessez les péchés aux uns et aux autres, si vous servez l’un l’autre, si c’est comme cela que vous vivez votre vie, « c’est comme cela que tous les hommes connaîtront, que vous êtes Mes disciples, par l’agape que vous avez pour les uns les autres ». Si c’est comme cela que vous vivez votre vie, alors ce n’est pas un problème. Si ce n’est pas comme cela que vous vivez votre vie—journellement en publique et de maison en maison—si c’est organisé en départements comme le dimanche matin et le mercredi soir, alors vous n’avez aucune chance. 2 Corinthiens 3 :17 dit : « Là où est l’Esprit du Seigneur, il y a la liberté ». S’il n’y a pas cette liberté, il y a une chose certaine, l’Esprit du Seigneur n’est pas là.

Pour certains d’entre vous, cela aurait pu être ennuyeux, pour d’autres pas nécessaire (dans vos pensées), mais soyez en sûr et établissez cela dans votre cœur. Car si vous vous frayez un chemin, si vous voulez réellement faire n’importe quoi pour l’amour de Dieu, vous rencontrerez de l’opposition et c’est important que vous compreniez ce que la Parole de Dieu a à dire. Si vous ne comprenez pas ce que la Parole a à dire, alors vous allez réellement être pris à cour pour pouvoir aider les autres gens. Vous avez peut être déjà rencontré cela. Avec la meilleure intention, vous vous êtes retrouvé incapable d’aider d’autres personnes, car vous n’avez pas réellement demeuré dans la Parole, et la Parole et Christ ne demeurent pas réellement en vous. Vous avez pris cela de manière superficielle, vous ne l’avez pas saisie, retenue et persévérée et produit une récolte avec cela. Vous l’avez entendue, mais cela a ricoché. Vous ne l’avez pas saisie, retenue et persévérée en elle, et en conséquent, vous n’avez pas obtenu une récolte en elle. Je vous encourage de connaître ce que la Parole de Dieu dit concernant ces choses ; ou alors, vous serez dans les ennuis/difficultés plus tard. D’accord?

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon