Partie 6: Les Territoires: Le Coin Apostolique

Fondations Apostoliques et Modèles Apostoliques - Partie 6

6/1/1987

Les Territoires: Une Relation Vivante

« Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers ni des résidents temporaires ; vous êtes au contraire concitoyens des saints, membres de la famille de Dieu. Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et prophètes, Jésus-Christ Lui-même étant la Pierre Angulaire. C’est en Lui que tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. C’est en Lui que vous aussi, vous êtes édifiés avec eux pour former une habitation de Dieu en Esprit. » (Ephésiens 2 :19-22).

Le Christ est la Pierre Angulaire et aucun homme ne peut poser une autre Fondation autre que le Christ. Nous savons bien que c’est vrai. Et, selon Paul, cette Fondation est construite sur les apôtres et les prophètes. Maintenant, est-ce que le Christ, notre Pierre Angulaire, est juste un enseignant mort nous laissant quelques morales, pour que nous essayons d’y obéir et un certain mode de comportement, qui fera de nous de bons petits chrétiens qui vont mourir et qui iront au ciel ? Si tel est le cas, si notre relation est avec un Jésus mort, qui était un bon enseignant, alors il est logique que les apôtres morts soient notre Fondation.

Mais si le Christ est la Pierre Angulaire de notre vie à cause de notre relation avec Lui, alors comment pouvons-nous avoir une Fondation d’apôtres et de prophètes morts ? L’Ekklesia (Eglise) de Dieu est construite sur la Fondation des apôtres et des prophètes qui sont aussi vivants que Lui-même, la Pierre Angulaire ! Si un Jésus historique n’est pas suffisant pour maintenir le bâtiment, alors ni des apôtres et des prophètes historique ne le sont. Vous ne pouvez pas avoir une fondation morte construite sur une Pierre Angulaire Vivante.

Jésus est la Pierre angulaire de ma vie, dès maintenant, et pas seulement une figure historique, qui m’a touché par la vie qu’Il vécut à l’époque. Ma communion ou mon échange/union (le mot Grec signifie « avoir tout en commun ») est avec Lui et je demeure en Lui maintenant. « ……et le monde ne Me verra plus ;mais vous, vous Me verrez » (Jean.14 :19). Si c’est une Pierre Angulaire Vivante, vous feriez mieux d’avoir une Fondation Vivante. Et comme je le vois de plus en plus dans les Ecritures, je vous témoigne que tout en moi crie que nous devons avoir une relation—une relation vivante—avec des apôtres et des prophètes vivants.

Cela ne signifie pas qu’ils doivent être partout. Ils ne sont pas dans chaque ville, dans l’Église du Nouveau Testament. Mais nous avons besoin d’une certaine manière d’être en relation avec tous les Dons du Corps si nous voulons vraiment grandir dans Sa ressemblance et de parvenir à la pleine mesure de la stature du Christ. Et ne pensez pas que vous pouvez y parvenir en lisant ce qu’ils ont écrit. Nous n’avons pas besoin d’un enseignement apostolique mort, pas plus que nous avons besoin d’un Jésus mort. Un Jésus mort qui a enseigné des choses vertueuses n’est sans réelle valeur pour nous. On ne peut que porter beaucoup de fruit dans la mesure que nous demeurons (faire notre maison) en Lui ; et nous avons besoin de ce même type de Relation avec les hommes Doués qu’Il nous envoie. Cela doit être actuel, moment par moment, une relation réelle avec des gens vivants.

Maintenant que nous avons établi le fait qu’une relation vivante avec des hommes apostoliques est importante, vous avez besoin de savoir que la relation est tout. C’est sur la base des relations, non pas un office, que Paul avait l’autorité là où il était. « Même si je ne suis pas un apôtre pour d’autres, je le suis vraiment pour vous ! Car vous êtes le sceau de mon apostolat dans le Seigneur » (1 Cor 9 :2). Paul n’était pas un apôtre pour tous, et certainement pas en Judée, où il a été « personnellement inconnu. » Le ton de Paul avec les Romains, qu’il décrivait comme « la fondation d’un autre homme » ressemblait plus à celui d’un enseignant que d’un apôtre. Ainsi, l’autorité est liée avec les Dons par le biais de relations vivantes avec les hommes doués.

Territoires: Pas Toujours Géographique

« Ainsi nous ne nous vantons pas des travaux d’autrui qui sont en dehors de nos limites. Mais nous avons l’espérance, si votre foi augmente, de voir notre œuvre grandir encore parmi vous, dans notre propre champ d’action. Nous pourrons alors évangéliser les régions situées au-delà de chez vous sans nous vanter du travail déjà fait par d’autres dans leur propre champ d’action » (2 Corinthiens 10 :15-16).

« Épaphras, qui est l’un des vôtres, vous salue. Serviteur de Jésus-Christ, il ne cesse de combattre pour vous dans ses prières afin que vous teniez bon, comme des hommes mûrs, pleinement disposés à faire toute la volonté de Dieu. Je lui rends en effet ce témoignage: il se dépense sans compter pour vous, pour ceux de Laodicée et pour ceux de Hiérapolis. » (Colossiens 4 :12-13).

Parfois, les limites de l’autorité apostolique sont déterminées géographiquement. Paul a exprimé le désir de son domaine d’activité à se propager au-delà de Corinthe dans les régions environnantes. Et en référence à Epaphras, Paul mentionne spécifiquement trois villes auxquelles il a été appelé à être un ouvrier. Paul aurait pu dire: « Il travaille sur tous les saints du monde entier. » Mais, au lieu de cela, il précise trois villes.

Cependant, la géographie est seulement un moyen que Dieu met pour limiter l’autorité apostolique. Par exemple, Paul a été appelé d’être « apôtre des gentils » comme Pierre était « un apôtre aux Juifs » (Gal 2 :8). Les limites peuvent également être déterminées en se fondant sur la culture, le domaine d’une tâche spécifique, les domaines de la vie, un groupe particulier de personnes, ou même d’une sphère de compréhension.

Avant de continuer avec cette idée de territoire, j’ai besoin d’insister sur quelque chose. Bien qu’on n’en parle pas beaucoup dans le Nouveau Testament, les frontières apostoliques sont très importantes. Dieu seulement a besoin de mentionner quelque chose une fois pour que ce soit significatif. Je vous mets au défi d’approfondir la question. Dieu laisse beaucoup de trésors cachés pour ceux qui sont prêts à travailler le plus dur pour les trouver.

La Compagnie De Paul

Une chose que vous ne voyez pas dans la vie de Paul est une association peu structurée d’hommes, déployés à travers des kilomètres. Au contraire, les hommes se tenaient derrière le Don Apostolique de Paul, comme un seul homme, comme un « coin », le soutenant dans son Travail. Une compagnie d’hommes apostoliques voyageait avec Paul de ville en ville, établissant des Eglises, renforçant et raffermissant les disciples ; et puis nommant des anciens et mettant des choses en ordre.56 Dans le Nouveau Testament, un total de 50-53 hommes voyageait avec Paul à ce titre à un moment ou un autre. Paul en envoyait deux ici et deux là, en rencontrant d’autres ailleurs par bateau.

Cette ahurissante activité de ruche que nous voyons dans le livre des Actes fait totalement partie du Model Apostolique. Mais nous ne pouvons pas l’imiter en sautant dans la voiture, en voyageant partout. Voyez-vous la différence ? L’Apostolique est une dynamique qui est toujours en mouvement, mais qui est lancée, maintenue et orientée par l’Esprit Saint. Ce n’était pas toujours les mêmes hommes qui voyageaient à chaque fois, et il n’y avait pas d’itinéraire prévisible prévu d’année en année. Paul voyageait comme Dieu le dirigeait d’un endroit à l’autre et appelait différent hommes à lui, ajoutant certains et soustrayant certains autres le long du chemin. Parfois, quand Paul était incapable d’aller lui-même, il envoyait des hommes pour le représenter. Et, dans ces cas là, il exhortait les Eglises: « Recevait-les comme vous m’auriez reçu. »

Certaines des « compagnies apostolique »:

Pierre et Jean envoyés à Samarie à Philipe « l’évangéliste » (Actes 8 :14)

Barnabas, Saul et Marc (Apôtres et aides) (Actes 13-15)

Paul et Silas (apôtre et prophète) (Actes 15 :40)

Barnabas et Marc (apôtre et aide) (Actes 15 :37-39)

Paul, Silas, Timothée et Luc (apôtre, prophète, ouvrier/aide ou médecin/travailleur) (Actes 16 :9)

Paul, Silas, Timothée, Luc, Aquila, Priscilla et Apollos (apôtre, prophète, travailleurs, médecin, enseignants) (Actes 18 :2-24)

Paul, Silas, Timothée, Luc, Érastus, Gaius, Aristarque (apôtre, prophète, travailleurs, docteur) (Actes 19)

Paul, Silas, Timothée, Luc, Sopater, Aristarque, Secundus, Gaius, Tychique et Trophime (apôtre, prophète, médecin, etc.) (Actes 24)

Judas et Silas, en tant que prophètes, envoyé avec la Lettre (Actes 15 :27)

Barnabas et Saul apportent des secours d’argent à Jérusalem (Actes 11 :30)

Démas, Epaphras, Luc, Tychique, Onésime, Aristarque, Marc, « de nombreux collègues de travail » etc. … (Col 4 :7-14)

Encore et encore, Paul parle d’hommes qui étaient à l’origine de son coin apostolique. Ceux-là étaient des hommes multinationales, multiculturelles, le dessus du panier, distinctement doués pour le travail extra-local. Ils venaient de différents pays—même de continents différents ! La situation économique, la culture et couleur, tout variait à l’intérieur de ce coin d’hommes apostolique. Cependant, Paul n’a jamais recherché à avoir le juste mélange de milieux culturels et économiques dans sa compagnie apostolique. Quelque part, cela a été le désir de Dieu d’avoir ce déploiement de gens de différentes souches.57

Paul n’a pas non plus recherché chaque « cadeau/don » dans Ephésiens 4, pour les coller ensemble dans un joli paquet de personnes soignées, avec tous les bons titres. Ce n’est pas un jeu de cartes où vous essayez d’obtenir une sorte de « flush royale » en trouvant un apôtre, un prophète, un évangéliste, un pasteur, et un enseignant. « Salut, je suis l’apôtre » ; « Salut, je suis le prophète » … Ce n’est pas cela du tout! Au contraire, c’est un groupe dynamique et flexible qui n’est pas conditionné à un ensemble de règles. Alors que vous y regardez Bibliquement, vous ne serez pas en mesure de mettre un nom sur tout.

Epaphras à Colosses

Par exemple, comment appelleriez-vous Epaphras, alors que vous regardez à sa relation avec l’Eglise de Colosses ? Ils ont initialement entendu l’évangile de lui.58 Or Paul, qui n’avait jamais été à Colosses, avait une grande autorité dans sa lettre aux Colossiens. Et il semble qu’Epaphras rapportait à Paul tout ce qui se passait dans l’Eglise.59 Est-ce qu’Epaphras a été une extension du territoire apostolique de Paul ?60 Epaphras semblait le penser, comme il donnait à Paul une porte ouverte et lui a permis de leur écrire dans la manière autoritaire qu’il l’a faite. Il y avait d’autres Eglises où Paul n’a jamais exercé ce type de pouvoir (voir Gal 1 :22).

Epaphras était derrière le coin apostolique de Paul et a permis à Paul d’écrire comme celui qui est « présent dans l’esprit » bien qu’ « absent de corps ». Pourriez-vous écrire une lettre à une Eglise que vous n’avez jamais visitée, et définir des instructions détaillées à propos de choses que vous attendez d’elle ? Comment cela semble présomptueux pour nous ! Nous avons cette idée aujourd’hui que nous appelons « congrégations autonome », et que les mentalités ne laissent pas de place pour quelqu’un comme Paul à écrire avec une telle autorité à une autre Eglise.61

Mais Epaphras semblait considérer Paul comme l’apôtre de l’Eglise à Colosses. Paul a écrit: « Après que cette lettre vous soit lue, voyez qu’elle soit également lue dans l’Eglise à Laodicée et que vous, en retour, lisiez la lettre de Laodicée. » Il parlait avec une autorité dont vous ne vous attendiez pas venant d’un homme, qui n’avait jamais été là-bas—sauf, si bien entendu, vous envisagez l’idée des territoires, des frontières, et du coin apostolique. Epaphras était clairement une extension de Paul, qui remontait à Paul et rapportait ce qui se passait.

Cela signifie-t-il qu’il était l’esclave de Paul ou un « béni-oui-oui » ? Certainement pas ! Pas plus que Timothée ou Tite, qui servaient comme des extensions de Paul à Corinthe. Ces hommes reconnurent et se soumirent tout simplement aux Dons de Paul, et il y avait une relation entre eux sur la base de son coin apostolique, les territoires et les frontières.62 « Je ne vais pas construire sur la fondation d’un autre homme », Paul écrivit à l’Église à Rome. Ainsi, même s’il a pris une position d’autorité à Colosses, n’ayant jamais été là, la seule autorité de Paul en Judée était sur un niveau personnel.63

Paul en Judée

Paul était « personnellement inconnu des églises de Judée. »64 Même après 15 ans de changer le monde à l’envers, ils ne le connaissaient pas ! Ils connaissaient seulement son visage, et qu’il était avant un persécuteur des saints, mais « maintenant c’est un frère. » Paul continue de dire dans sa lettre aux Galates (chapitre 2), que les dirigeants de Jérusalem le reconnurent comme un apôtre des gentils, tout comme l’apôtre Pierre l’était pour les Juifs. Ainsi, alors qu’il était un apôtre aux Colossiens, il y avait un sens dans lequel Paul n’était pas un apôtre en Judée. Le don n’est pas un office, et il existe de nombreux exemples dans le Nouveau Testament qui montrent que l’autorité apostolique était localisée à l’intérieur des frontières.

Barnabas à Antioche

L’Eglise de Jérusalem se sentait libre d’envoyer Barnabas à Antioche. C’est vraiment intéressant parce que les disciples à Antioche n’avaient jamais invité personne à venir.65 Ceux de Jérusalem entendirent que de bonnes choses se passaient à Antioche, et décidèrent d’envoyer Barnabas. L’autorité traversa les frontières de la ville d’une sorte de manière apostolique. Personne n’avait appelé un « invité prédicateur » de Jérusalem. Ce n’était pas du tout l’attitude. Dieu agissait véritablement à Antioche, et les dirigeants de Jérusalem reconnurent cela et leur envoyèrent Barnabas.

Philippe en Samarie

« Lorsque les apôtres à Jérusalem apprirent que la Samarie avait accepté la Parole de Dieu, ils leur envoyèrent Pierre et Jean » (Actes 8 :14). Ils ne demandèrent pas la permission, ni Philippe les invita à venir. Pierre et Jean furent envoyés. Il y a une autorité fondée sur les limites territoriales, qui ne garde pas les mains d’un homme liées, selon à quel point il est aimé, ou s’il est « invité ». A l’intérieur des frontières apostolique, un homme peut arriver avec autorité, même sans invitation. C’est le modèle Biblique. Un peu bizarre avec notre compréhension de l’église du XXIe siècle, mais vrai! Il y a une autorité là. Si quelqu’un est envoyé, il peut arriver et semble prendre la relève ; ce qui ne peut pas se produire dans le système religieux où tout est si stérile et contrôlé.

Tite à Corinthe

Paul envoya Tite à Corinthe, en partie pour savoir comment ils avaient réagi à sa première lettre. Alors qu’il était là, il agit dans le même esprit et suivit le même cours que Paul avait pris avec les Corinthiens. Et ils répondirent dans l’obéissance, recevant Tite avec peur et tremblement.66

Timothée en de Nombreux Endroits

Timothée, que Paul décrit comme « notre frère » et « collègue de Dieu », semble avoir représenté Paul dans plus d’une ville. Plusieurs de ces lettres étaient écrites de Paul et de Timothée. Et Paul exhortait les Corinthiens à l’accepter comme ils l’auraient fait avec Paul, car il leur rappellerait le mode de vie de Paul en Christ, ainsi que ses enseignements.67

Paul parmi les Païens

Quand on arrive aux églises des Gentils, envers lesquelles Paul était envoyé par Dieu (voir Gal 2: 9), il était assez audacieux pour prendre des décisions. S’agissant de la collecte pour les saints en Judée, Paul dit aux Corinthiens: « Quand j’arrive, je vais donner des lettres d’introduction pour les hommes que vous approuvez et les enverrez avec votre don à Jérusalem. S’il semble souhaitable pour moi d’y aller aussi, ils m’accompagneront » (1 Cor 16 :3-4).68 Ils m’accompagneront. Ces hommes étaient déjà planifiés pour partir, mais Paul dit que s’il partait, ils l’accompagneraient!

Paul était-il arrogant et vantard ? Était-il en train d’essayer de prouver quelque chose en exécutant tout le spectacle ? Non, il était tout simplement en train d’exécuter son Don Apostolique et exerçant l’autorité comme celui qui a vu le cœur de Dieu concernant les personnes, les lieux et les fondations. Ce n’était pas juste un tas de bons amis/frères allant d’un endroit à un autre. Au contraire, Paul avait l’Autorité du Ciel pour prendre des décisions sur qui irait, ainsi que quand et ils iraient.

Attentifs à La Façon Dont Ils Construisent

Sans aucun doute, la voie de Dieu pour construire Son Royaume sur « la terre comme au Ciel » a toujours été, et sera toujours, d’utiliser de simples hommes pour faire Son travail, de sorte que le diable soit humilié et que les principautés et les pouvoirs soient remplis de crainte et mêlée de respect. Paul refusait de bâtir sur « une fondation d’un autre homme. » De toute évidence, la base même de toute cette affaire est en quelque sorte liée à celui des hommes. Il faut plus que de bonnes intentions, la sincérité, et un tas de gens sympas qui croient en Dieu, pour construire l’Eglise!

La qualité, le type et la teneur des matériaux de construction va déterminer la qualité et la substance de la Fondation. La profondeur de la prise de pied (la profondeur du creuser) permettra de déterminer la taille de votre bâtiment. Le mélange du béton, et les dimensions de la base ont tout à voir avec la hauteur et la largeur de l’immeuble. Vous ne pouvez pas laisser dépasser un bâtiment par dix mètres de sa Fondation.

« Par la grâce que Dieu m’a donnée, j’ai posé le fondement comme un expert architecte, et quelqu’un d’autre bâtira sur elle. Mais chacun doit veiller à la façon dont il construit … utilisant de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin ou de la paille, l’œuvre de chacun sera dévoilée: le jour du jugement la fera connaitre, car elle se révélera dans le feu et l’épreuve du feu indiquera ce que vaut l’œuvre de chacun. » (1 Corinthiens 3 :10, 12-13).

La substance d’un bâtiment déterminera si ce bâtiment résistera à l’épreuve du temps et sera en mesure d’essuyer (survivre) les éléments. Dans une fondation, l’ensemble du mélange a beaucoup d’influence sur la force, la stabilité et le caractère de la fondation, qui en retour a un effet sur la nature de l’immeuble. Si le mélange est trop fin ou trop grossier, alors la résistance à la compression de l’édifice ne sera que de quelques centaines de livres par pouce carré, au lieu de plus de 10000! Et si le mélange est juste, le béton deviendra de plus en plus fort au fil des ans, alors qu’il s’endurcit et se solidifie. Comment cela s’applique-t-il lorsque vous construisez des gens ensemble dans une Habitation de Dieu par l’Esprit ?

La nature et la substance de la Fondation permettra de déterminer si l’Eglise peut résister aux tempêtes et les pressions au cours du temps. Si la Fondation est pure, peu importe ce qu’il advienne, la Maison tiendra debout.

Les fondations sont cachées après que la construction soit finie. Mais si vous avez un bâtiment avec une mauvaise base, vous serez toujours entrain d’équarrir—replâtrer les fissures et de raboter les portes pour qu’elles se ferment. Et, alors que les tempêtes arrivent, la maison, qui semblait si superbe de l’extérieur, s’érodera et se désagrégera. C’est une image de la gloire défraichie, fanée. Ce qu’est de l’homme a une gloire fanée, mais ce qui est de Dieu a une Gloire croissante.

Jésus a dit que les tempêtes viendront, et quand elles arriveront, la fondation sera révélée à sa juste valeur. Les fondations sont invisibles et le bâtiment peut paraitre grand pour un temps. Mais, en fin de compte, les tempêtes de la vie révéleront si la base est bonne, construite sur le Rocher, ou si elle a été construite sur du sable. Oh, criez vers le Seigneur de la Moisson pour qu’ils envoient ceux qui peuvent poser les bases qui restent debout!

56. Col 4 :7-17 ; Actes 20 :4-6 ; Rom 16 :1-24. Retour

57. Il y avait une raison à cela. Dieu voulait démontrer que la sagesse des hommes est folie pour Dieu. Dans le Christ, il n’y a plus de Juif ni de Grec, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme. La race, la culture, l’origine, et la couleur sont de peu d’importance. Tout comme le Père, le Fils et l’Esprit sont UN, ainsi nous serons UN. Les hommes de coin apostolique, avec toutes leurs différences, constituent une représentation miniature de la Divinité. Le Père, Jésus et le Saint-Esprit sont tellement Un, qu’Ils ne peuvent pas être séparés. Et Jésus dit: « Comme le Père est en Moi et Moi en Lui, vous serez donc dans l’un l’autre. » Nous serons si étroitement liés que vous ne pouvez pas nous séparer. Il n’y aura pas de différence—noir, blanc, jaune, rouge, vieux, jeunes, personne de la rue, ingénieur, président de banque, ou secrétaire. Vous ne serez pas en mesure de nous séparer.

Comme au Ciel, ainsi sur la terre. Le Royaume de Dieu partagera une telle unité, marchant dans la Divinité de la Déité, que cela ne peut pas être séparée. C’est une déclaration du Ciel. Jésus a dit que le monde nous connaitra car nous sommes un, tout comme Lui et le Père sont Un. Ces hommes étaient tirés de diverses régions, non pas parce que Paul essayait de faire quelque chose de spécial, mais parce qu’il faisait attention aux gens talentueux, et Dieu décidait d’élever des hommes à partir de tous les horizons. C’est ce que Dieu, (pas de favoritisme avec Dieu) a choisi de faire, peut-être comme un témoignage à l’unité de vies qui ne sont pas construites sur des préjugés, mais sur l’amour. Retour

58. Col 1 :7, 9. Retour

59. Col 2 :5. Retour

60. 2 Cor 10 :13-18 ; 1 Cor 16 :10. Retour

61. L’idée des congrégations autonomes n’existe pas dans la Bible. Oui, l’église dans une ville est certainement séparée de l’église d’une autre ville. Mais à la lumière de la vérité apostolique, nous commençons à voir clairement qu’il doit y avoir un certain degré de parenté, d’être joints et liés ensemble comme un seul corps, entre les églises. Beaucoup de choses dans la Bible (la nature de l’église, le livre des Actes, les lettres, etc) commencent à revivre et à faire plus de sens alors que nous revenons à la façon que Dieu fait les choses. L’apostolique de Dieu est la colle qui tient tout ensemble et qui bâtit. Et si vous pouvez l’entendre, il faut bien savoir que les églises n’ont jamais planté d’églises—les hommes apostoliques plantèrent les églises (mais plus sur ce sujet plus tard). Retour

62. « Un étudiant n’est pas au-dessus de son maître, mais tout le monde qui est entièrement formé sera comme son maître » (Luc 6 : 40). Vous devenez comme votre professeur. Il existe une substance au sujet de l’élève, une certaine représentation de l’enseignant. « Ilvous rappellera toutes mes voies. » Une substance et nature marqueront la personne, et il sera un produit de celui qui l’a enseigné. Les gens qui faisaient partie d’un coin apostolique, ainsi que ceux qui étaient touchés par lui, ont été marqués par la substance et le caractère de la vie du Christ. Retour

63. Gal 2 :11. Retour

64. Gal 1 :22. Retour

65. Actes 11 :19-22. Retour

66. 2 Cor 7 :15-16,12 :18. Retour

67. 1 Thes 3 :2 ; 2 Cor 1 :1 ; Col 1 :1 ; Phil 1 :1 ; 1 Cor 4 :17, 16 :10. Retour

68. Lisez les versets 5 et 6 aussi. Vous pourriez être surpris par la manière dont Paul prend la situation en main. Retour

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon