« L'Éducation Organique surpasse l'École Institutionnelle ou à la Maison »

Créer une éducation 700% plus susceptible d’atteindre un résultat SAT du niveau d’Harvard de 1505 points

15/12/2017

(Le SAT est un examen standardisé et utilisé pour l’admission aux universités des États-Unis. 1600 est un score parfait.)

Comment exploiter pleinement le potentiel de chaque enfant, quelle que soit l’éducation ou la fortune de ses parents, indépendamment de leur pays, ou des diplômes de leurs enseignants, quel que soit leur QI, et sans frais importants ni déménagement?

Considérons les RÉSULTATS de l’Expérience de l’Écosystème Éducatif Organique, de 2000 à 2015.

les R��SULTATS de l'Exp��rience de l'��cosyst��me ��ducatif Organique

Comparez les meilleurs étudiants universitaires mondiaux, atteignant un résultat SAT de niveau Harvard de 1505 (soit 4,3%), avec les 31% qui atteignent ce haut niveau dans l’Écosystème Éducatif Organique. Les étudiants de l’Écosystème Éducatif Organique sont 700% plus susceptibles de réaliser ces résultats astronomiques, dépassant les nombreuses réussites internationales du PISA (Programme International pour le Suivi des Elèves).

Les valeurs statistiques vérifiées, la probabilité des résultats des élèves formés dans l’Écosystème Organique et choisis au hasard parmi la population universitaire est de <1 sur 500 Milliards, et de <1 sur 2 milliards parmi la population des écoles privées. Ce n’est même pas un combat équitable.

Certes, les enseignants et les étudiants de chacun des différents systèmes éducatifs sont dévoués et sincères. Simplement dit, nous avons donné à nos enfants et à leurs enseignants une pelle, en leur demandant de l’utiliser pour effectuer des transplantations cardiaques, avec un ensemble d’instructions défectueuses. Nous utilisons encore principalement des concepts de l’ère industrielle de la fin des 19ème et 20ème siècles, dans un 21ème siècle qui doit plutôt se concentrer sur l’avancement de plates-formes intellectuelles et créatives. Les outils et les méthodes sont importants. Il n’est pas difficile de mesurer et de comparer, heureusement.

Considérons-le sous un autre angle. Le coût des écoles publiques pour le contribuable, à l’échelle internationale, varie entre 3 000 $ et 19 000 $ par étudiant chaque année. Ce chiffre représente environ 6 à 8% du PIB d’une nation donnée, tout en ayant souvent statistiquement très peu de chances de réussir un SAT de niveau Harvard. Et si nous n’avions pas besoin de dépenser tout cet argent, et si nous pouvions obtenir de meilleurs résultats, en réaffectant l’argent pour résoudre les problèmes de pauvreté et les questions d’infrastructure ?

Les écoles privées sont-elles la réponse ? Les mêmes étudiants, pour 40 000 $ par an dans les écoles privées, n’ont que 120 points SAT pour cette somme. Vous vous dites peut-être qu’on pourrait alors faire l’économie de ces 40 000 $, et trouver du temps pour « faire l’école à domicile ». Si nous prétendons que la plupart des gens ont le temps, vous ferez certainement une économie d’argent au départ, et peut-être gagneriez-vous de l’argent quand vous commencez à facturer le loyer à vos enfants quand ils auront 30 ans. Statistiquement, ne pensez pas que la scolarité à domicile soit une forme supérieure d’éducation par rapport à ces écoles publiques ou privées « à taille unique » avec un « ratio étudiant/professeur élevé ». Vous perdriez 29 points de SAT, au lieu de les gagner, mesurés aux écoles coûteuses institutionnalisées que vous avez évitées, tout en laissant les jeunes peut-être sans les compétences sociales nécessaires pour l’université, la carrière et la famille.

Alors, allez-y et soyez un étudiant A+ dans une école publique ou privée, si vous le pouvez ... et vous serez toujours en moyenne 300 points en dessous d’un score de Harvard de 1505. Sans compter que la moyenne, la GPA des élèves de High School a augmenté de façon spectaculaire au cours des 20 dernières années, alors que les résultats SAT n’ont pas augmenté, indiquant la base arbitraire et peut-être politiquement biaisée des systèmes de classement scolaire. Peut-être que les taux d’obtention d’un diplôme et le système de classement sont influencés par les récompenses financières fédérales ou de l’État, la titularisation des enseignants et les distinctions de la communauté ?

Alors, envisagez d’oser être le fer de lance d’un Écosystème Éducatif Organique ? Allez-vous voir les résultats SAT monter en flèche, à près de un sur trois atteignant ce succès du niveau Harvard, comme documenté sur plus de 15 ans de ce voyage, de cette « expérience » de vie ? Gardez à l’esprit, également, que ces résultats sont entièrement sans emphase sur le SAT, sans escamotage et déviation du temps de préparation pour le SAT, comme certaines écoles peuvent le faire, de temps en temps. En fait, l’accent est davantage mis sur les éléments de sports, de codage, de musique et des arts, et développent une vision sociale surprenante et éblouissante pour le grand voyage à venir. Les opinions exprimées par de nombreux professeurs, intervieweurs et employeurs confirment ces points pour les étudiants qui participent à l’Écosystème Éducatif Organique comme leur expérience éducative.

Sceptique ? Alors, suivez ce même échantillon statistiquement pertinent dans leur carrière et découvrez que leurs salaires moyens sont entre 300% et 800% plus élevés que leur pairs Millennial (personne arrivant à l’âge adulte vers l’an 2000). L’étudiant ayant la note SAT la plus basse en 15 ans dans l’expérience de l’Écosystème Éducatif Organique a obtenu un emploi qui a payé 360% du salaire moyen Millennial dans sa région.

Rien de tout cela ne peut être considéré comme « accidentel », pas plus que lancer une pièce dans une épreuve Bernoulli, qui atterrit sur son bord 5 fois de suite, ne pourrait être considéré comme « accidentel. » Il y a quelque chose qui se passe.

Peut-il s’agir d’un échantillon génétiquement avantageux d’étudiants ? Ou peut-être est-ce que les parents ont tous des diplômes avancés et beaucoup de temps libre pour investir dans les jeunes élèves ?

Ah, mais voici les faits : seulement 41% des « enseignants » sont diplômés d’université, 35% ont abandonné le College, 24% ne l’ont jamais atteint, et un bon nombre étaient des élèves de grande Ecole décrocheurs dans leur journée.

Waouh.

80% des élèves de l’Écosystème Éducatif Organique ont surclassé les résultats de leur meilleur parent dans chaque catégorie. Une étude récente du journal Economist a montré que si les jeunes de 30 ans dans les années 1970 ont eu un avantage salarial sur leurs parents de 30 ans à 90% du temps, le nombre de Millennials aujourd’hui avec un salaire plus élevé à trente ans que leurs parents est seulement de 41%. Ce nombre dans l’Écosystème Éducatif Organique est très différent, bien que l’économie et les opportunités soient identiques. Près de 100% des 30 ans d’aujourd’hui dans le groupe d’Éducatif Organique dépassent le salaire de leurs parents à l’âge de 30 ans. Il n’est pas statistiquement possible que ce soit un accident.

POURQUOI ? Et COMMENT ?

En 1987, lors d’une soirée parents-enseignants pour les élèves de la première année d’école primaire, la vue d’un tableau d’affichage de classe a produit une illumination, juste après le sentiment d’avoir reçu un coup de poing au plexus solaire. Les techniques semblables à l’usine, employées par l’enseignant hautement qualifié et sincère ne pouvaient conduire qu’à niveler l’intelligence des étudiants par le bas. C’était évidemment un retour aux jours où Henry Ford et les Industriels avaient besoin de millions de travailleurs à la chaîne d’assemblage. Ils savaient que « éducation équivaut à liberté » - aussi, ils ont emprunté à l’Europe et réinventé un moyen spécial de contrôler le résultat des écoles pour créer d’heureux travailleurs de ligne de montage. Les propriétaires d’usine ne pouvaient s’attendre à ce que des hommes et des femmes créatifs et inspirés fassent des tâches répétitives pendant 10 heures par jour, sans se révolter. Ainsi, les écoles d’usine ont été créées, avec des bus d’usine de couleur jaune, amenant des éponges innocentes et brillantes à leurs destinées, année après année. Le matériel « moyen » était dispensé au format de cours aux enfants séparés par âge et par « sujets », qui étaient formés socialement et moralement par leurs pairs. De façon fonctionnelle, il était demandé à l’étudiant de redonner cette information séparée par sujets à l’enseignant dans un « test », pour parvenir au « succès ». Des étudiants comme le jeune Albert Einstein n’ont jamais cru à ce paradigme, heureusement.

Bien sûr, il y a toujours eu des « professeurs » extraordinaires qui ont enfreint les règles et le moule. Mais comme les 10% d’enseignants les plus compétents communiquent et transmettent 300% plus d’informations que les pires 10% d’enseignants (Magazine « Economist »), que se passe-t-il donc avec 90% de nos étudiants ? La plupart sont esclaves d’un système dans lequel ils n’apprennent pas « comment apprendre » - mais répètent simplement ce qu’on leur a dit de répéter. Il n’est pas question de « pensée » ou de « créativité », mais on joue à « Jacques a dit », pour avoir le meilleur résultat.

Les « enseignants » sont généralement mal payés. Mesurés par leur contribution à l’avenir de nos quartiers et de nos nations, ils sont gravement sous-payés. Mais, il y a les bâtiments, leur entretien, le personnel, les autobus, les véhicules, le carburant et les questions liées à l’empreinte carbone de l’infrastructure pour laisser un héritage aux écoles de brique et de mortier. Cet investissement est phénoménal, et non reproductible dans un même lieu, plus d’une fois par génération.

Étant donné que 80% de tous les emplois n’existeront pas dans dix ans et que les compétences pour les nouveaux emplois dans dix ans ne peuvent encore être enseignées (Harvard GSD, « Smart Cities », (« Villes Futées »)), vous voyez le problème. L’argent n’est pas la question, puisque plus d’argent dépensé n’a pas d’impact significatif sur les résultats. Clairement alors, trop d’argent est entièrement gaspillé, même pour de bonnes intentions. Plus d’argent pour des orphelinats est une bonne idée en théorie, mais l’argent ne remplacera jamais la valeur d’une famille saine, en aucune circonstance. Il y a un battement de cœur intrinsèque dans une famille qui ne peut être acheté. Voilà notre sujet, à son essence, concernant les modèles d’éducation d’hier et d’aujourd’hui.

Nous DEVONS enseigner à la prochaine génération à APPRENDRE COMMENT APPRENDRE, et avec d’autres aussi, au lieu de réciter l’information. Ils doivent apprendre à se rééduquer tous les 18 mois - pour le reste de leurs vies. VOILÀ la compétence que nous devons leur enseigner dans un contexte de relations et non de programmes, par-dessus tout le reste. VOILÀ la leçon de l’Écosystème Éducatif Organique.

Qu’est cet Écosystème Éducatif Organique, où les étudiants peuvent obtenir un diplôme Universitaire de haute qualité en ingénierie et être bien avancés dans un Master, à l’âge de 18 et 19 ans ? Comment font trois étudiants pour obtenir le Prix de Physique d’une Université de 29 000 étudiants, alors que c’est la première fois dans l’histoire de l’Université qu’un partage de prix a été accordé, et que ces trois étudiants ont été instruits dans ce l’Écosystème Organique ? Quelles sont les chances ? Et, par ailleurs, même en excellant au plus haut niveau dans ces classes, aucun d’eux n’étudiaient la Physique ou l’Ingénierie comme matière principale. L’Écosystème Organique a produit de nombreux étudiants boursiers ainsi que des majors de promotion dans les langues, en sciences et en lettres et sciences sociales humaines, ainsi que de nombreux autres honneurs dans l’éducation, puis des accolades et des promotions dans leurs carrières ultérieures.

Cela ressemble presque aux histoires et aux succès incroyables des « pères fondateurs » d’Amérique. Souvent dès leur plus jeune âge, ils excellaient en analyse (Calculus) et en mathématiques supérieures, en science et en technologie des années en avance sur leur temps, en médecine, en droit, en stratégie militaire et en leadership, dans les affaires, en philosophie et dans les arts. Une bonne moitié de ces « pères fondateurs » étaient « autodidactes » ou avaient des mentors - et n’ont jamais eu un jour de collège.

« La pièce a atterri sur la tranche, cinq fois de suite. » Mais, voyez, c’est arrivé déjà auparavant. Nous redécouvrons tous les mathématiques de la musique à la fois nouvelle, mais aussi ancienne.

Comment faites-vous pour que cette pièce atterrisse sur la tranche cinq fois de suite ?

Voici trois des principes directeurs. Ils seront présentés très brièvement, sans trop d’élaboration ou de techniques de mise en œuvre spécifiques, car celles-ci sont très fluides par définition. Oui, les bâtiments existants et les enseignants peuvent être un élément vital de tout cela. Plus il y en a, mieux c’est ! C’est juste que l’élitisme et le système d’usine doivent probablement être jetés par la fenêtre. L’organisation en lignes et en fichiers et en conférence doit passer et se transformer en sièges ou en pupitres en cercles, et en animateurs qui ouvrent les portes et fenêtres vers l’avenir. Néanmoins, ces principes ont conduit à maintes reprises, et sans faille, à des résultats statistiquement impossible en apparence ; ainsi qu’à des réussites stupéfiantes valant plusieurs millions de dollars aux étudiants, à leurs familles et à la société au cours de leur vies. Ne voulons-nous pas faire plus que de fignoler pas à pas les résultats du passés ? Soyons audacieux avec ces principes, maintenant qu’ils ont été incontestablement prouvés, scientifiquement :

1) Le caractère importe. Aucun des ménages qui étaient engagés dans ce voyage éducatif révolutionnaire et simple ne faisait partie d’une organisation religieuse ni ne fréquentait des réunions religieuses hebdomadaires sur un calendrier. Une analyse statistique honnête rend impossible, néanmoins, de ne pas mentionner ceci, puisque cela relate de la communication de traits de caractères : presque tous les parents ou les familles monoparentales exprimaient un grand sérieux pour apprendre et pour vivre l’enseignement de Jésus, qui est reconnu par toutes les grandes religions du monde et par les historiens comme étant, au minimum, un grand Homme. Pourquoi est-ce important ? Pratiquement, cette priorité de vie semble conduire vers des qualités d’éthique du travail, d’honnêteté, de paix, de respect pour l’autorité, de curiosité, de créativité et de soin pour leurs pairs ou pour ceux d’âge ou d’ethnicités différents. 2) Transmettez la Vie, pas des « sujets ». Les sujets et les matières peuvent être séparés par le temps, par le programme d’études et par l’âge. Si nous faisons cela, nous sommes perdants. Après tout, qu’appelle-t-on vraiment les mathématiques ? C’est la musique, c’est la science des matériaux, c’est la physique, c’est la biologie et la chimie, c’est le sport, c’est l’informatique et la programmation, c’est les circuits CMOS à fréquence radio et nanotechnologie full-duplex, c’est la propulsion des fusées, c’est de la menuiserie, ce sont les finances, c’est les arts culinaires. Sachez-le. Sentez-le. Transmettez-le. Découvrez-le, ensemble. Wow, c’est tellement libre de pression, et plein d’émerveillement. Qu’est-ce que l’art ? Qu’est-ce que « l’éducation physique » ? Qu’est-ce que la « récréation » ? Qu’est-ce que les « vacances d’été ? » Qu’est-ce qu’un « week-end » ? Qu’est-ce que la littérature, la grammaire, l’écriture, la lecture, la Science de la terre, l’histoire ? Ce sont tous la MEME chose, si nous vivons et transmettons la vie correctement. Et naturellement, cette vérité est intégrée dans du bon leadership .... 3) Soyez COLLABORATIFS. « N’enseignez » pas, mais facilitez plutôt « Apprenez comment apprendre ». Rassemblez tout le monde sur des canapés ou autour des tables avec ordinateurs portables, tablettes et Smartphones que vous trouverez, et demandez ce qui les intéresse en ce jour. Un bâtiment en construction ? Bien. De quoi c’est fait? Comment ça se monte ? Combien ça coûte ? Qui paie pour cela ? Pourquoi ? Qu’y aura-t-il dedans ? Comment paient-ils le bail ? Qu’est-ce qu’un bail ? Comment l’eau et le chauffage sont-ils fournis ? Qui paie pour cela, et qui crée la possibilité de l’énergie nécessaire pour le faire ? Est-ce que la « peau » et les « artères » et les « poumons » et les « os » de ce bâtiment sont de la « vieille » technologie ou de la nouvelle ? Quels seraient les meilleurs matériaux ou le meilleur concept ? Pensez. Imaginez ! Peut-être est-ce la prochaine industrie de !0 milliards de $ qui se fait sur ce canapé. Ce n’est PLUS la révolution industrielle des dépenses d’investissement, où seule l’élite et les privilégiés peuvent posséder l’avenir. Plus maintenant. Recherchez ensemble. Répondez ensemble. Aucun expert n’est nécessaire ! Et personne qui se soucie ne peut échouer. Aucun explorateur n’est laissé derrière.

Une nouvelle génération de penseurs et d’entrepreneurs et de « génies » est en route, apprenant à jouer au ballon comme Pelé et à jouer du piano comme Krystian Zimerman, entre des discussions, et dans le cadre des discussions sur le coefficient de restitution et de résistance à la traction. Et, la bonne nouvelle est la suivante : nous n’avons pas besoin de savoir quoi faire, mais nous avons simplement besoin de la volonté de trouver les moyens de découvrir ensemble, de rechercher, de voyager, d’interviewer d’autres, et de faire du brainstorming. Nous facilitons et conseillons, alors que nous nous levons et nous asseyons, et marchons le long du chemin, sans égard pour les sujets ou pour l’horloge ou pour l’agenda. La vie est une Sortie Pédagogique : l’aîné aide le plus jeune (avec plus de questions que de réponses), et le jeune rend la pareille. De cette façon, nous ne serons jamais « le bouchon sur la bouteille » pour ceux qui nous suivent... mais plutôt le fusible qui enflamme leur avenir.

Nous rassemblons des voisins et des amis intéressés pour faciliter l’apprentissage d’apprendre, certains adultes prennent en charge des tranches horaires en diverses soirées ou journées, selon leur travail et leurs programmes de voyage. Le calendrier et l’horloge ne dominent pas du tout ni ne présagent de quoi que ce soit, car tous sont sensibles aux responsabilités des autres, aux familles et aux emplois, mais tous investissent comme ils peuvent, également. Ce processus, à travers les groupes d’âge et des couches économiques, ENTERRE complètement races et distinctions éducatives qui dominent l’environnement typique d’une école ou d’un lieu de travail. Plus de vingt ans de cette réalité prouvent qu’un jeune de douze ans trouve souvent que son « meilleur ami » est âgé de 40 ans ou de neuf ans, au fil du temps. Considérez comment ce « mentorat » et cet « apprentissage » et ce « stage » donnent à un jeune enfant la capacité de penser et de communiquer - avec sagesse et maturité bien au-delà de ses années. C’est un fait avéré et on se marre bien, avec une grande récompense pour quiconque s’en approche même un peu.

Michael H Peters, Institut de Technologie Rose Hulman, École Supérieure de Design de Harvard

Collecte et analyse des données : Alexander Stufflebeam, Université de Purdue, Université d’Indiana, ASA, CERA, FSA Benjamin Roberts, Université de Purdue, Université d’Indiana, ASA

Les sources de données incluent, sans s’y limiter à media.collegeboard.org, census.gov, K12.niche.com, forbes.com, nheri.org, economist.com, Harvard Graduate School of Design

 

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon