La Connectivité et l’Obéissance - dans l’Amour

7/2/2000

L’obéissance qui vient de la foi est une obéissance noble. L’obéissance de l’esclave se classe seulement de manière un peu plus élevée que l’obéissance d’un cheval ou d’un chien bien dressé, car il est motivée par le claquement du fouet (1 Cor.4: 21, 2 Cor.1: 24). L’obéissance qui n’est pas rendu avec joie n’est pas l’obéissance du cœur, et, par conséquent, EST DE PETITE VALEUR, DEVANT NOTRE PERE. Si une personne obéit, parce qu’il n’a guère le choix, il se révoltera, si l’occasion lui en ait donné ; il n’y a rien dans son obéissance. L’obéissance de la foi naît d’un principe interne (associant notre vrai amour et de la compagnie avec Jésus) et non pas de la contrainte extérieure. Elle est soutenue par le raisonnement le plus sobre de l’entendement et de la plus chaude passion du cœur. Cela arrive de cette façon : Une personne se raisonne lui-même qu’il doit obéir à son Rédempteur, son Père, son Dieu ; et, en même temps, l’amour du Christ l’oblige à le faire. Par conséquent, ce que l’argument suggère, l’affection effectue. Un sentiment de grande obligation, une compréhension de la justesse de l’obéissance, et un renouvellement spirituel du cœur qui vient du Seigneur (2 Cor. 2:17-18) produisent une obéissance qui devient essentiel pour l’âme sanctifiée. Par conséquent, il n’est pas assoupli dans le temps des tentations ou détruit à l’heure des pertes et des souffrances. Il n’y a pas d’épreuve de la vie qui peut détourner l’âme gracieuse de sa passion pour l’obéissance ; et la mort elle-même sera en mesure de rendre une obéissance qui sera bienheureuse, car elle sera complète. (C. Spurgeon, 1873)

ensemble-en-jesus.com
Français Languages icon
 Share icon